Micromax, Madrid et la 1 250 000e marque

Septembre 2015

Par Catherine Jewell, Division des communications de l’OMPI

Cet été, le système de Madrid concernant l’enregistrement international des marques de l’OMPI a atteint un tournant de son histoire avec l’enregistrement de la 1 250 000e marque internationale dans ce système par l’une des plus importantes sociétés indiennes d’électronique grand public, Micromax.

Micromax Informatics Limited fait partie du nombre croissant d’entreprises indiennes qui utilisent les avantages du système de Madrid pour concrétiser leurs ambitions d’expansion commerciale sur les marchés mondiaux. Les dirigeants de cette entreprise nous expliquent les origines de leur marque et la raison pour laquelle le système de Madrid joue un rôle important dans leur stratégie commerciale.

La marque Micromax

Nirmala Sitharaman, ministre d’État avec une charge indépendante, et le
portefeuille du commerce et de l’industrie, remet le certificat d’enregistrement
de marque pour le 1,25 millionième enregistrement de marque dans le cadre
du système de Madrid à Vineet Taneja, président directeur général de
Micromax Informatics, Ltd en juillet 2015.
(Photo: Micromax Informatics Limited)

La marque Micromax est née d’une volonté de démocratiser la technologie en Inde.  “Dès le départ, nous voulions permettre au public d’avoir accès à des dispositifs pouvant être connectés, comme les smartphones, les tablettes, et plus récemment les télévisions à LED, à des prix abordables pour la grande consommation”, précise Vineet Taneja, directeur général de cette entreprise.

“Lors de la création de l’entreprise, nous avons cherché un nom qui pourrait établir un lien avec les utilisateurs”, déclare Sumeet Kumar, cofondateur de l’entreprise.  “Notre objectif a toujours été de donner plus aux utilisateurs, en leur permettant de tirer le maximum des plus petites choses.  C’est exactement ce que veut dire Micromax, tirer le maximum des microdispositifs.”

Comprendre le marché

Chez Micromax toutefois, le terme de “micro” ne se limite pas à l’utilisation de microélectronique haute performance.  Cela implique également une compréhension “microscopique” de ce que souhaitent les consommateurs.  “Il est essentiel pour nous de comprendre les consommateurs.  Nous essayons de résoudre certains des problèmes auxquels ils sont confrontés et d’en tirer le maximum d’avantages en termes de convivialité et de fiabilité des technologies que nous proposons”, ajoute M. Kumar.

La batterie de téléphone Marathon de cette entreprise en est un exemple.  Pour résoudre le problème que posent les fréquentes coupures d’électricité auxquelles sont confrontés les utilisateurs de téléphone en Inde, où nombreux sont ceux qui doivent parcourir de grandes distances pour recharger leurs téléphones, Micromax a lancé la batterie de téléphone Marathon dotée d’une autonomie d’un mois sur une seule charge.

De la même manière, pour répondre à la demande élevée d’accès Internet parmi les jeunes utilisateurs, Micromax a lancé sa gamme Canvas de téléphones mobiles à large écran.  “En Inde, les téléphones mobiles, notamment les smartphones, sont en général le premier et le seul appareil que les Indiens possèdent pour se connecter à l’Internet”, explique M. Taneja.  “Nous avons ainsi réussi à prendre une grande part de marché en permettant aux jeunes utilisateurs qui ne possèdent pas d’ordinateur portable de se connecter à l’Internet grâce à leur téléphone.”

Micromax Informatics Limited fait partie du nombre croissant d’entreprises
indiennes qui profitent du système de Madrid pour enregistrer leurs marques
à l’étranger.  En juillet 2015, Micromax a enregistré la 1,25 millionième
marque internationale dans ce système.
(Photo: Micromax Informatics Limited)

La série Unite de Micromax constitue un autre exemple de la manière dont l’entreprise propose des produits innovants à ses clients.  Le téléphone Unite offre 21 langues différentes parlées en Inde et c’est “le premier dispositif du pays qui permet aux utilisateurs de se connecter à l’Internet à l’aide de fonctionnalités utilisant la langue qu’ils parlent localement”, précise M. Taneja.

Innover pour renforcer la valeur de la marque

Grâce à son offre de technologies adaptées au marché et au renforcement des liens avec ses clients, cette entreprise a vu sa crédibilité monter en flèche en tant que producteur d’appareils électroniques grand public.  “Nous avons réussi à créer des liens fantastiques avec l’utilisateur final”, fait remarquer M. Kumar.

“La confiance est un facteur majeur dans la décision d’achat d’un produit électronique dans un pays en développement tel que l’Inde, où le revenu par habitant est faible”, précise M. Taneja.  “Les consommateurs achètent nos produits parce qu’ils font confiance à la marque Micromax, dont ils n’attendent que de bons résultats.  Ils veulent des produits à des prix abordables et qui répondent à leurs besoins.  Les utilisateurs ont bien compris que Micromax cherche à tirer le maximum des microsystèmes que nous offrons.”

“Nous sommes une entreprise qui vit de l’innovation”, nous explique le directeur du marketing de Micromax, Shubhajit Sen.  “Nous devons réagir vite et comprendre rapidement le marché pour concevoir et fournir des solutions qui surprennent et satisfassent les clients, et par là même assurer notre succès.”

L’importance des marques

Dans le secteur hautement compétitif de l’électronique grand public, la marque Micromax se distingue des autres.  “La concurrence est très importante dans ce domaine.  De nouveaux produits et de nouvelles marques apparaissent tous les jours, aussi notre marque, et notre image de marque est un facteur déterminant, car c’est ce qui nous différencie des autres et nous permet de communiquer avec nos clients”, explique M. Sen.

“Ce sont par les marques que les consommateurs nous reconnaissent.  Ils ont confiance en nos produits car ils ont confiance en la marque Micromax.  Après nos employés, nos plus précieux atouts sont nos marques”, constate M. Taneja.  “La valeur de notre entreprise c’est avant tout nos marques, sans lesquelles il existerait très peu d’opportunités pour des entreprises comme les nôtres.”

“À l’époque d’Internet et des réseaux sociaux, il est capital d’avoir une marque : en effet, les consommateurs découvrent les marques par le biais des réseaux sociaux avant même d’avoir accès aux produits physiques”, explique M. Sen.  “Les marques protègent notre identité et transmettent aux consommateurs une promesse de qualité et de fiabilité.  Elles possèdent en outre une valeur émotionnelle.”

Le système de Madrid est la meilleure plate-forme pour permettre aux entreprises d’assurer la visibilité de leurs marques dans le monde entier.

Rahul Sharma, cofondateur, Micromax

L’image de marque d’une entreprise a également un pouvoir fédérateur pour ses équipes.  “Micromax motive également chacun des employés de l’entreprise par le message qu’il véhicule, notamment, ‘Il n’existe rien de tel que Micromax’.  Chaque employé doit en effet se montrer à la hauteur de cette image”, fait remarquer Rahul Sharma.  “Votre image de marque c’est l’élixir de vie de votre entreprise.  Votre survie commerciale en dépend.”

De l’Inde au monde entier, en passant par Madrid

Souhaitant conquérir des marchés mondiaux, Micromax se sert du système de Madrid concernant l’enregistrement international des marques de l’OMPI pour enregistrer ses marques à l’étranger.  “Le système de Madrid est simple, rapide et économique”, poursuit M. Sen.  “Il nous permet d’avoir une dimension mondiale et constitue un moyen pratique et simple d’enregistrer nos marques dans de nombreux pays.  Ce système est géré de manière centrale et nous ne devons déposer qu’une seule demande dans une seule langue.  Il n’est pas nécessaire de déposer des demandes distinctes pour enregistrer ou déposer nos marques dans les pays que nous ciblons, ce qui constitue un gain de temps et d’argent majeur.  En outre, cela nous permet d’axer nos activités sur l’innovation et notre cœur de métier.”

Le système de Madrid est un facilitateur pour les entreprises, à qui il donne une dimension internationale.  Il recouvre environ 80% du commerce mondial.

Vineet Taneja, Président directeur général de Micromax

“Le système de Madrid permet d’éviter tous les tracas de la bureaucratie, grâce à sa flexibilité et son mode d’utilisation pratique.  Le calculateur de taxe du système de Madrid, le gestionnaire de produits et services de Madrid et le simulateur de demandes d’enregistrement international sont d’une grande utilité pour notre entreprise, car ils nous permettent de calculer les taxes que nous devrions payer et en conséquence de mieux planifier notre stratégie dans ce domaine.”

Après l’enregistrement initial de la marque, le système de Madrid permet aux titulaires de marques, par le biais d’une seule demande, de désigner d’autres pays membres du système de Madrid et d’étendre ainsi la protection de leurs marques aux nouveaux marchés d’exportation.  “La désignation postérieure est très utile, car elle offre la souplesse requise pour étendre la protection de marques à de nouveaux pays, en fonction du développement de l’entreprise”, poursuit M. Sen.

“Cela fait pratiquement plus d’un an que nous utilisons le système de Madrid.  Notre premier point de contact a été l’Office indien de la propriété intellectuelle, ce qui nous a beaucoup aidés dans toute la procédure à suivre et nous a permis de bien respecter toutes les conditions requises”, fait observer M. Taneja.

La visibilité mondiale de la marque

“Dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, une entreprise ne peut pas se contenter de n’être que la marque d’un seul pays.  Nous voulons faire connaître nos produits novateurs en dehors de nos frontières, et le système de Madrid nous est très utile dans ce but”, explique M. Sen.

À ce jour, Micromax possède 30 enregistrements de marques qui couvrent 70% de son portefeuille mondial de marques, mais selon les prévisions de l’entreprise, avec le développement de ses activités, ces chiffres devraient s’envoler.

Une solution commerciale intelligente

“L’enregistrement international des marques constitue une première étape essentielle sur le chemin de l’expansion d’une entreprise à l’étranger et le système de Madrid ouvre les portes de l’exportation aux entreprises indiennes désireuses de s’implanter dans d’autres pays, en simplifiant le processus d’enregistrement des marques au niveau international.  Le système de Madrid est un outil essentiel pour les entreprises, car il est non seulement pratique et économique, mais il constitue également une solution rapide pour toutes les entreprises qui envisagent de s’implanter hors de notre pays”, poursuit M. Sen.

Depuis que l’Inde a adhéré au système de Madrid, il y a deux ans, un nombre croissant d’entreprises de ce pays ont profité de ce système pour protéger leurs marques à l’étranger.  De la même manière, le nombre d’entreprises étrangères qui cherchent à s’implanter sur le marché indien et désignent l’Inde dans leurs demandes internationales est en hausse.

L’économie indienne est en plein essor, avec un taux de croissance prévu de 7,5% en 2015.  Avec la prise de conscience des opportunités qu’offrent les marchés étrangers pour les entreprises indiennes et des avantages du système de Madrid pour ces dernières, on peut aisément imaginer que, d’ici peu, l’Inde deviendra un des principaux utilisateurs de ce système en pleine expansion.

Le système de Madrid simplifie les procédures

Depuis 1989, le système de Madrid est régi par deux traités internationaux : l’Arrangement de Madrid concernant l’enregistrement international des marques (1891) et le Protocole relatif à l’Arrangement de Madrid (1989) qui a modernisé le système.

Avec l’adhésion au Protocole de Madrid de l’Algérie, dernier membre de l’Arrangement de Madrid à adhérer à ce protocole en juillet, dès le 31 octobre 2015, date à laquelle le protocole entrera en vigueur en Algérie, le système de Madrid deviendra un système à un seul traité. À compter de cette date, toutes les transactions entre les parties contractantes et les utilisateurs seront régies par le Protocole de Madrid, et les procédures d’enregistrement et de gestion des droits de marques au niveau mondial seront plus simples pour les titulaires de marques..

Liens

Le Magazine de l’OMPI vise à faciliter la compréhension de la propriété intellectuelle et de l’action de l’OMPI parmi le grand public et n’est pas un document officiel de l’OMPI. Les désignations employées et la présentation des données qui figurent dans cette publication n’impliquent de la part de l’OMPI aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires ou zones concernés ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites territoriales. Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles des États membres ou du Secrétariat de l’OMPI. La mention d’entreprises particulières ou de produits de certains fabricants n’implique pas que l’OMPI les approuve ou les recommande de préférence à d’autres entreprises ou produits analogues qui ne sont pas mentionnés.