Francis Gurry a dirigé l’OMPI en qualité de Directeur général du 1er octobre 2008 au 30 septembre 2020.

Indice mondial de l’innovation 2020 : incidence escomptée de la pandémie de COVID-19 sur l’innovation mondiale; la Suisse, la Suède, les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et les Pays-Bas en tête du classement annuel

Genève, 2 septembre 2020
PR/2020/860

Communiqué commun de l’OMPI, de l’Université Cornell, de l’INSEAD et des experts partenaires de l’Indice mondial de l’innovation 2020 : la Confédération des industries indiennes, Dassault Systèmes – the 3DEXPERIENCE Company, et la Confédération nationale de l’industrie (CNI) du Brésil.

Selon l’Indice mondial de l’innovation 2020, la pandémie de COVID-19 exerce une forte pression sur l’innovation mondiale, entravant probablement certaines activités innovantes tout en stimulant l’ingéniosité dans d’autres domaines, notamment dans le secteur de la santé.

Sources d'information pour les
journalistes

L’Indice mondial de l’innovation 2020 pose la question de savoir qui financera l’innovation.  Un élément essentiel consiste à déterminer quel sera l’effet des répercussions économiques de la crise de la COVID-19 sur les jeunes entreprises, le capital-risque et les autres sources traditionnelles de financement de l’innovation.  Les pouvoirs publics de nombreux pays mettent en place des plans d’aide d’urgence pour amortir l’impact du confinement et faire face à la récession qui se profile.  Mais l’Indice mondial de l’innovation 2020 précise que les nouvelles mesures doivent privilégier puis élargir l’aide à l’innovation, en particulier pour les petites et les jeunes entreprises qui rencontrent des difficultés pour bénéficier de ces plans.

“La propagation rapide du coronavirus dans le monde rend nécessaire une réflexion nouvelle pour parvenir à une victoire commune face à ce défi éminemment mondial”, a déclaré le Directeur général de l’OMPI, M. Francis Gurry.  “Alors même que nous sommes tous confrontés aux effets humains et économiques immédiats de la pandémie de COVID-19, les pouvoirs publics doivent s’assurer que les plans de sauvetage sont orientés vers l’avenir et soutiennent les particuliers, les instituts de recherche, les entreprises et tous ceux qui ont des idées innovantes et collaboratives pour le monde post-COVID.  L’innovation est source de solutions.”

Dans son classement annuel des économies mondiales du point de vue de leurs capacités et de leurs résultats en matière d’innovation, l’Indice mondial de l’innovation montre la stabilité des pays en tête année après année, mais fait état d’un déplacement progressif de la géographie de l’innovation vers l’Est, un groupe d’économies asiatiques – notamment la Chine, l’Inde, les Philippines et le Viet Nam – ayant connu une progression notable dans le classment.

La Suisse, la Suède, les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont en tête du classement en matière d’innovation, et un deuxième pays asiatique – la République de Corée – se classe parmi les 10 pays les plus innovants pour la première fois (Singapour arrivant en huitième position).  Le classement des 10 pays les plus innovants est dominé par les pays à revenu élevé.

Classement mondial

  1. Suisse (en tête de classement en 2019)
  2. Suède (2)
  3. États-Unis d’Amérique (3)
  4. Royaume-Uni (5)
  5. Pays-Bas (4)
  6. Danemark (7)
  7. Finlande (6)
  8. Singapour (8)
  9. Allemagne (9)
  10. République de Corée (11)
  1. Hong Kong (Chine) (13)
  2. France (16)
  3. Israël (10)
  4. Chine (14)
  5. Irlande (12)
  6. Japon (15)
  7. Canada (17)
  8. Luxembourg (18)
  9. Autriche (21)
  10. Norvège (19)

Lancement de l’Indice mondial de l’innovation 2020

Animation of the GII 2020
Vidéo : Cette courte vidéo présente une synthèse des principales conclusions de l’édition 2020 de l’Indice mondial de l’innovation.

Un paysage de l’innovation en plein bouleversement

La répartition géographique de l’innovation continue de se déplacer, comme le montre l’Indice mondial de l’innovation 2020.  Au fil des années, l’Inde, la Chine, les Philippines et le Viet Nam sont les pays qui ont le plus progressé dans le classement.  Ces quatre pays figurent désormais tous parmi les 50 pays les plus innovants.

Les pays les mieux classés selon l’Indice mondial de l’innovation sont encore presque exclusivement des pays à revenu élevé, la Chine (14e) demeurant le seul pays à revenu intermédiaire parmi les 30 pays les plus innovants selon l’Indice, suivie de la Malaisie (33e).

L’Inde (48e) et les Philippines (50e) figurent pour la première fois parmi les 50 pays les plus innovants.  Les Philippines n’ont jamais été aussi bien classées;  en 2014, elles occupaient la 100e place.  En tête des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, le Viet Nam se classe 42e pour la deuxième année consécutive;  il était 71e en 2014.  L’Indonésie (85e) rejoint le groupe des 10 pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure les plus innovants.  Le pays à faible revenu le plus innovant est la Tanzanie (88e).  

“Comme l’ont montré la Chine, l’Inde et le Viet Nam, la poursuite incessante de l’innovation finit par payer” a déclaré l’ancien doyen et professeur de gestion à l’Université Cornell Soumitra Dutta.  “L’Indice mondial de l’innovation a été utilisé par les pouvoirs publics de ces pays et par d’autres dans le monde entier afin d’améliorer leurs résultats en matière d’innovation.”

Nouvelles conclusions de l’Indice mondial de l’innovation 2020

  • La crise de la COVID-19 a frappé le monde de l’innovation alors que celle-ci était florissante (voir le graphique ci-dessous).  En 2018, les dépenses en recherche-développement (R-D) ont augmenté de 5,2%, soit nettement plus rapidement que le produit intérieur brut (PIB) mondial, après avoir fortement rebondi après la crise financière de 2008-2009.  Le capital-risque et le recours à la propriété intellectuelle atteignaient des sommets.

  • Le thème de l’Indice mondial de l’innovation, “Qui financera l’innovation?”, a permis de constater que les flux de financement des entreprises innovantes se tarissent. Les investissements à long terme sont en net recul en Amérique du Nord, en Asie et en Europe.  Ce tarissement du financement de l’innovation n’aura pas les mêmes effets partout : les entreprises qui ont besoin de capitaux de démarrage, les jeunes entreprises à forte intensité de R-D et les entreprises établies en dehors des grands pôles de capital-risque seront touchées plus durement.
2001-2020 : cycle d’investissement dans la recherche-développement
  • S’il faudra du temps pour bien comprendre les effets de la pandémie sur la science et les systèmes d’innovation, on peut observer certains signes positifs, comme la collaboration internationale accrue dans le domaine scientifique. Dans le même temps, on peut s’inquiéter de l’interruption de grands projets de recherche et de la mise en péril de la quête d’innovation au niveau mondial.

  • La crise engendrée par la COVID-19 a déjà favorisé l’innovation dans de nombreux secteurs traditionnels, notamment la santé, l’enseignement, le tourisme et le commerce de détail, mais aussi dans de nouveaux secteurs.

“De vrais dangers menacent aujourd’hui l’ouverture et la collaboration internationales en matière d’innovation.  Face à des défis sans précédent, d’ordre sanitaire, environnemental, économique ou social, les pays du monde entier doivent conjuguer leurs efforts et leurs ressources pour assurer le financement continu de l’innovation”, a indiqué M. Bruno Lanvin, directeur exécutif en charge des indices mondiaux à l’INSEAD.

Les experts partenaires de l’Indice mondial de l’innovation 2020 et le financement de l’innovation

Pays les mieux classés par région

Classement régional Pays Classement mondial selon l’Indice mondial de l’innovation 2020
Amérique du Nord
1 États-Unis d’Amérique 3
2 Canada 17
Afrique sub-saharienne
1 Afrique du Sud* 60
2 Kenya 86
3 République Unie de Tanzanie 88
Amérique latine et Caraïbes
1 Chili 54
2 Mexique 55
3 Costa Rica 56
Asie centrale et du Sud
1 Inde 48
2 République islamique d’Iran 67
3 Kazakhstan 77
Afrique du Nord et Asie occidentale
1 Israël 13
2 Chypre 29
3 Émirats arabes unis 34
Asie du Sud Est, Asie de l’Est et Océanie
1 Singapour 8
2 République de Corée 10
3 Hong Kong, Chine 11
Europe
1 Suisse 1
2 Suède 2
3 Royaume-Uni 4

*Maurice se classe en 52e position cette année.  Néanmoins, le classement 2020 de Maurice présente une grande variabilité des données par rapport à l’année précédente.  Une combinaison de nouvelles données disponibles, de révisions des données à la source et d’effets sur les résultats explique l’évolution de la situation de Maurice.

Amérique du Nord

Les deux pays d’Amérique du Nord, à savoir les États-Unis d’Amérique et le Canada, se classent parmi les 20 pays les plus innovants selon l’Indice mondial de l’innovation de cette année.

Les États-Unis d’Amérique maintiennent leur troisième position cette année, grâce à des résultats solides dans tous les domaines couverts par l’Indice mondial de l’innovation.  C’est la première économie mondiale selon les indicateurs de l’Indice ayant trait à la qualité de l’innovation, avec d’excellentes universités et des publications scientifiques de haut niveau.  Les États-Unis d’Amérique comptent le plus grand nombre de pôles scientifiques et technologiques dans le monde (25), au premier plan desquels le pôle de San José-San Francisco.

Europe

Seize des 25 pays les mieux classés de l’Indice mondial de l’innovation sont des pays européens, dont sept figurent parmi les 10 premiers.

La Suisse reste le leader mondial de l’innovation pour la dixième année consécutive.  Générant systématiquement des résultats de qualité en matière d’innovation, elle s’est améliorée dans le domaine des brevets et des opérations de capital-risque.

Dotée d’un capital humain et d’un système de recherche solides, associés à un marché performant comptant des entreprises innovantes, la Suède occupe la deuxième place pour la deuxième année consécutive.  

En raison d’une combinaison d’améliorations des résultats et d’un changement de modèle, la France figure cette année parmi les 20 pays ayant connu la plus forte progression dans leur classement et passe à la 12e position, son classement le plus élevé à l’Indice mondial de l’innovation depuis 2009.  Elle occupe la cinquième place au regard du nouvel indicateur sur la valeur des marques mondiales et figure parmi les 10 pays les mieux classés pour ce qui est des entreprises mondiales à forte intensité de recherche-développement, de la qualité de ses publications scientifiques et de la part de ses chercheurs dans le secteur privé.  La France compte cinq des 100 principaux pôles scientifiques et technologiques du monde, Paris occupant la dixième place cette année.

Asie du Sud Est, Asie de l’Est et Océanie

Les deux économies les plus innovantes de cette région – Singapour (8) et la République de Corée (10) – figurent parmi les 10 premiers au classement.  La Chine conserve sa 14e position, après une croissance rapide ces dernières années.

La Chine est devenue leader en innovation et elle est bien classée au regard de certains critères importants, comme les brevets, les modèles d’utilité, les marques, les dessins et modèles industriels et les exportations de produits créatifs.  Elle possède 17 des principaux pôles scientifiques et technologiques dans le monde, Shenzhen-Hong Kong-Guangzhou et Beijing occupant les deuxième et quatrième positions respectivement.

La République de Corée passe pour la première fois dans le groupe des 10 pays les plus innovants selon l’Indice mondial de l’innovation.  Elle a amélioré son classement au regard de divers indicateurs, notamment la performance environnementale, les familles de brevets, la qualité des publications scientifiques et la haute technologie, tout en se classant parmi les trois premiers pour les dépenses de recherche-développement, les chercheurs et les brevets selon le PCT.  Trois de ses pôles se classent parmi les 100 premiers, Séoul arrivant à la troisième place au niveau mondial.

Dans la région, la Malaisie (33) et les Philippines (50) ont progressé dans le classement grâce à leur système d’enseignement supérieur de qualité, à un marché des capitaux sophistiqué et à un secteur privé dynamique.  La Malaisie excelle dans le domaine des exportations de haute technologie et de produits créatifs.  Les Philippines figurent dans les 50 premiers cette année, et dans les 10 premiers pour les modèles d’utilité, la croissance de la productivité, les exportations et importations de haute technologie, et les exportations de services dans le domaine informatique.

Asie centrale et du Sud

L’Inde (48) conserve le meilleur classement de la région, suivie de la République islamique d’Iran (67).

Ayant gagné quatre places depuis l’année dernière, l’Inde devient la troisième économie à revenu intermédiaire de la tranche inférieure la plus innovante au monde, grâce à de nouveaux indicateurs et à des améliorations dans divers domaines de l’Indice mondial de l’innovation.  Elle figure parmi les 15 premiers pour des indicateurs tels que les exportations de services informatiques, les services publics en ligne, le nombre de diplômés en sciences et en ingénierie et les entreprises mondiales à forte intensité de recherche-développement.  Grâce à des universités telles que l’Institut indien de la technologie à Bombay et Delhi et l’Institut indien des sciences en Bengaluru, et à ses publications scientifiques de haut niveau, l’Inde est l’économie à revenu intermédiaire de la tranche inférieure dont la qualité en matière d’innovation est la plus haute.

Cette année, l’Ouzbékistan (93) entre dans le classement de l’Indice mondial de l’innovation et occupe la quatrième place dans sa région, grâce notamment à une meilleure couverture des données.  Il se classe parmi les 10 premiers au monde pour trois indicateurs : le nombre de diplômés en sciences et en ingénierie, la facilité de création d’une entreprise et les dépenses d’équipement.

Afrique du Nord et Asie occidentale

Israël (13), Chypre (29) et les Émirats arabes unis (34) sont les trois principales économies de cette région.

Israël est le leader mondial au regard de plusieurs indicateurs clés tels que les chercheurs, les dépenses de recherche-développement et la collaboration entre universités et secteur privé dans le domaine de la recherche.  Grâce à ces investissements, Israël reste un acteur principal de l’innovation, en particulier dans les exportations de services informatiques.

L’Arabie saoudite (66) et la Jordanie (81) comptent parmi les économies qui ont enregistré une nette progression dans le classement cette année, en raison d’une combinaison d’améliorations des résultats et d’un changement de modèle.  L’Arabie saoudite occupe la troisième place pour la protection des investisseurs minoritaires et se place au 13e rang pour le développement de ses pôles.  La Jordanie améliore ses résultats au regard de certaines variables liées à la qualité de son marché du crédit, en particulier la facilité d’accès au crédit, le crédit interne au secteur privé et les opérations de capital-risque.

Amérique latine et Caraïbes

Le Chili (54) occupe la première place dans la région, suivi du Mexique (55) et du Costa Rica (56).

Le Brésil, le Mexique et l’Argentine comptent des entreprises mondiales à forte intensité de recherche-développement et figurent parmi les 10 premiers pays à revenu intermédiaire en matière de qualité de l’innovation.  Le Chili, l’Uruguay et le Brésil produisent des articles scientifiques et techniques de haut niveau, le Brésil faisant également preuve d’efficacité dans le domaine des brevets.

La région affiche de bons résultats au regard du nouvel indicateur relatif à la valeur des marques mondiales : le Mexique, le Brésil, la Colombie et l’Argentine sont les plus performants au regard de cet indicateur, et comptent davantage de marques de valeur que leur niveau de revenu ne le laisserait penser.

Afrique sub-saharienne

Maurice (52), l’Afrique du Sud (60), le Kenya (86) et la République-Unie de Tanzanie (88) sont en tête dans cette région.

Avec des institutions de qualité et un marché dynamique, Maurice est la neuvième économie à revenu intermédiaire de la tranche supérieure la plus innovante au monde.  Néanmoins, le classement de 2020 pour Maurice présente une grande variabilité des données par rapport à l’année précédente.  Une combinaison de nouvelles données disponibles, de révisions des données à la source et d’effets sur les résultats explique l’évolution de la situation de Maurice.

Le perfectionnement du marché intérieur est également l’indicateur le plus solide de l’Afrique du Sud, qui arrive première au classement pour la capitalisation boursière et neuvième pour le crédit interne au secteur privé.  Le Kenya figure parmi les “bons élèves” en matière d’innovation depuis 10 années consécutives, un record grâce à son classement dans les cinq premières positions au regard d’indicateurs tels que la facilité d’accès au crédit et les dépenses de recherche-développement financées depuis l’étranger.  La Tanzanie compte un système d’innovation relativement bien connecté aux niveaux interne et international et se classe parmi les 25 premiers pays du point de vue du coût des licenciements et des dépenses brutes d’équipement.

Le Rwanda (91) améliore notablement son classement cette année, en partie grâce à une meilleure couverture des données.  Il se classe parmi les 15 premiers pour ce qui est de la facilité d’accès au crédits, des prêts de microfinancement et de la croissance de la productivité.  

À propos de l’Indice mondial de l’innovation

L’Indice mondial de l’innovation 2020, qui connaît cette année sa treizième édition, est publié conjointement par l’Université Cornell, l’INSEAD et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI, une institution spécialisée des Nations Unies).

Publié chaque année depuis 2007, l’Indice mondial de l’innovation est devenu un outil de comparaison de premier plan pour les chefs d’entreprise, les responsables politiques et toute personne souhaitant se faire une idée de la situation de l’innovation dans le monde.  Les responsables politiques, les chefs d’entreprise et les autres parties prenantes utilisent l’Indice mondial de l’innovation pour évaluer en permanence les progrès accomplis.  L’étude bénéficie de l’expérience de ses experts partenaires, à savoir la Confédération de l’industrie indienne, Dassault Systèmes – The 3DEXPERIENCE Company et la Confédération nationale de l’industrie (CNI) du Brésil, ainsi que de celle d’un conseil consultatif d’experts internationaux.

Le rapport sur l’Indice mondial de l’innovation consiste essentiellement en un classement des capacités et des résultats des différents pays en matière d’innovation.  Reconnaissant le rôle fondamental de l’innovation en tant que moteur de la croissance économique et de la prospérité, ainsi que la nécessité d’une vision d’ensemble de l’innovation applicable aux pays développés comme aux pays émergents, l’Indice mondial de l’innovation comprend des indicateurs qui vont au-delà des mesures traditionnelles de l’innovation, comme le niveau de recherche-développement.

Dans le cadre du débat mondial sur l’innovation, afin d’orienter les politiques et de mettre en lumière les bonnes pratiques, des indicateurs sont nécessaires pour évaluer l’innovation et les résultats de politique générale connexes.  L’Indice mondial de l’innovation crée un environnement dans lequel les facteurs d’innovation font l’objet d’une évaluation continue, y compris les éléments suivants :

  • 131 profils de pays, y compris des données sur le classement, les points forts et les points faibles.
  • 80 tableaux de données, pour des indicateurs issus de plus de 30 sources internationales publiques et privées, dont 58 sont des données quantitatives, 18 des indicateurs composites et quatre correspondent à des questions posées dans le cadre d’une enquête.
  • Une méthode de calcul transparente et pouvant être reproduite, qui prévoit un intervalle de confiance de 90% pour chaque classement (classement global, sous-indices des intrants et des résultats) ainsi qu’une analyse des facteurs qui influent sur le classement annuel.

L’Indice mondial de l’innovation 2020 est la moyenne de deux sous-indices.  Le sous-indice des intrants en matière d’innovation permet d’évaluer les éléments de l’économie nationale qui incarnent les activités innovantes autour de cinq piliers : 1) institutions, 2) capital humain et recherche, 3) infrastructure, 4) perfectionnement des marchés et 5) perfectionnement des entreprises.  Le sous-indice des résultats en matière d’innovation rend compte des preuves manifestes de l’innovation, atour de deux piliers : 6) résultats liés au savoir et à la technologie et 7) résultats liés à la créativité.

Cet indice est soumis à un audit statistique indépendant effectué par le Centre commun de recherche de la Commission européenne.

Les experts partenaires

La Confédération des industries indiennes, Dassault Systèmes – The 3DEXPERIENCE Company et la Confédération nationale des industries (CNI) du Brésil collaborent en tant qu’experts partenaires pour l’édition de 2020.

Ces experts reconnaissent le rôle que joue l’innovation dans le renforcement de la compétitivité des nations, dans la croissance économique, dans l’évolution de la société et dans la construction des fondements de l’avenir d’un pays.

Ils se sont engagés à produire une ressource précieuse et impartiale.  Ils apportent leur concours à l’élaboration de l’Indice mondial de l’innovation, rédigent des chapitres analytiques ou des études de cas pour le rapport de l’indice et participent à la discussion et à la diffusion des résultats.

À propos de la Confédération des industries indiennes

La Confédération des industries indiennes s’emploie à créer et à favoriser un environnement propice à la croissance de l’Inde, en établissant des partenariats avec le milieu industriel, le secteur public et la société civile par le biais de conseils et de consultations.  Depuis 125 ans, elle joue un rôle actif dans le processus de développement de l’Inde et, cette année plus que jamais, elle continuera de transformer l’engagement pris par les industries indiennes en faveur du développement national.  La Confédération des industries indiennes est une organisation non gouvernementale à but non lucratif, dirigée et gérée par le milieu industriel, qui compte près de 9100 membres, tant du secteur privé que public, notamment des PME et des multinationales, ainsi que des membres indirects, à savoir plus de 300 000 entreprises appartenant à près de 288 organismes sectoriels nationaux et régionaux.

À propos de Dassault Systèmes

Dassault Systèmes, the 3DEXPERIENCE Company, est un catalyseur du progrès humain.  Elle propose aux entreprises et aux particuliers des environnements virtuels collaboratifs pour imaginer des innovations durables.  En créant des jumeaux virtuels à partir du monde réel avec la plateforme et les applications 3DEXPERIENCE, les clients repoussent les limites de l’innovation, de l’apprentissage et de la production.  Les 20 000 employés de Dassault Systèmes apportent de la valeur à plus de 270 000 clients de toutes tailles, dans tous les secteurs et dans plus de 140 pays.

À propos de la Confédération nationale de l’industrie

La Confédération nationale de l’industrie du Brésil (Confederação Nacional da Indústria – CNI) est l’organisation officielle faîtière du secteur de l’industrie.  Depuis sa création en 1938, elle défend les intérêts des entreprises et des industries du pays, en tant que principal intermédiaire avec les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ainsi qu’avec les différentes organisations et entités du Brésil et dans le monde.  Elle représente les 27 fédérations d’industries au niveau des États du pays ainsi que 1250 syndicats d’employeurs du secteur auxquels sont affiliées près de 700 000 entreprises.  En outre, elle administre directement les organisations suivantes : le Service social de l’industrie (Serviço Social da Indústria – SESI), le Service national de formation industrielle (Serviço Nacional de Aprendizagem Industrial – SENAI) et l’Institut Euvaldo Lodi (Instituto Euvaldo Lodi – IEL).

Contacts presse

OMPI

Samar Shamoon
samar.shamoon@wipo.int
+41 22 338 8161

Edward Harris
edward.harris@wipo.int
+41 22 338 7224

Université Cornell

Sarah Magnus-Sharpe
sm2374@cornell.edu
+1 646 265 7891

INSEAD Europe

Chris Howells
chris.howells@insead.edu
+65 6799 5490

Aileen Huang
aileen.huang@insead.edu
+65 6799 5552

Cheryl Ng
cheryl.ng@insead.edu
+65 6799 5490

Ilan Goren
Email: ilan.goren@insead.edu
Tel: +33 678042577

À propos de l’Université Cornell

Jouant un rôle de premier plan à l’interface des particuliers, des entreprises et de la technologie, la Cornell SC Johnson College of Business est l’une des écoles de commerce les plus polyvalentes aux États-Unis d’Amérique.  Ses travaux de recherche et son enseignement reflètent l’avenir du monde de l’entreprise de par l’approche suivie : souple, collaborative et interdisciplinaire.  L’école propose ainsi des programmes d’enseignement supérieur de premier et deuxième cycles, ainsi que des programmes exécutifs, et regroupe les trois écoles de commerce accréditées de l’université : l’école de gestion hôtelière (The School of Hotel Administration), l’école d’économie et de gestion appliquées (The Charles H. Dyson School of Applied Economics and Management) et l’école supérieure de gestion (The Samuel Curtis Johnson Graduate School of Management).  Relevant de la seule université de l’Ivy League dotée d’une mission d’attribution de terres pour y bâtir des établissements universitaires, cette école compte 244 chercheurs, 44 000 anciens élèves et près de 3300 étudiants de premier cycle, de deuxième cycle et de participants aux programmes exécutifs.  Elle réunit de nombreux domaines de compétence que l’on ne trouve dans aucune autre institution de cette catégorie, et des ressources sans équivalent au sein de l’école à proprement parler, du campus Cornell Tech de New York et de l’Université Cornell.

À propos de l’INSEAD, l’école de commerce de renommée internationale

L’INSEAD compte parmi les écoles supérieures de commerce les plus importantes et les plus influentes au monde.  L’INSEAD réunit des individus, des cultures et des idées pour former des dirigeants responsables qui transforment le monde et la société.  Son approche internationale et sa diversité culturelle se reflètent dans tous les aspects de sa recherche et de son enseignement, ainsi que dans ses partenariats.  Avec des campus situés en Europe (France), en Asie (Singapour), au Moyen-Orient (Abou Dhabi) et aujourd’hui en Amérique du Nord (San Francisco), l’INSEAD étend ses activités d’enseignement et de recherche sur quatre régions.  Chaque année, ses 165  professeurs réputés, issus de 41 pays, inspirent plus de 1300 étudiants et participants aux programmes de MBA, d’Executive MBA, de Masters spécialisés (Executive Master in Finance et Executive Master in Change) et de doctorat, ainsi que plus de 11 000 dirigeants participant aux programmes exécutifs pour cadres.  L’INSEAD se maintient à la pointe de la recherche et de l’innovation dans tous ses programmes, afin d’offrir aux dirigeants d’entreprise du monde entier les connaissances et la sensibilité leur permettant de travailler partout dans le monde.  Son excellence académique est déterminée par ces valeurs fondamentales mises au service de la communauté mondiale, qui lui ont permis de devenir “Une école de commerce pour le monde”.

À propos de l'OMPI

L'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) est au cœur des questions mondiales de politique, service, information et coopération en matière de propriété intellectuelle. En tant qu'institution spécialisée des Nations Unies, l'OMPI aide ses 193 États membres à élaborer un cadre juridique international de la propriété intellectuelle qui soit équilibré et en accord avec l'évolution des besoins de la société. Elle offre des services aux entreprises qui souhaitent obtenir des droits de propriété intellectuelle dans plusieurs pays ou qui souhaitent régler des litiges. Elle propose des programmes de développement des compétences afin d'aider les pays en développement à tirer parti de l'utilisation de la propriété intellectuelle. Enfin, elle permet d'accéder gratuitement à des bases de données uniques sur l'information en matière de propriété intellectuelle.

Pour plus de renseignements, on peut s’adresser à la Division de l’information et des medias de l’OMPI:
  • Tél: (+41 22) 338 81 61 / 338 72 24
  • Mél