Le Directeur général de l’OMPI présente les priorités pour son second mandat

Genève, 22 septembre 2014
PR/2014/766

Le Directeur général de l’OMPI, M. Francis Gurry, s’est engagé lundi à continuer de prendre appui sur les progrès accomplis ces six dernières années dans le cadre des programmes essentiels de l’Organisation : services mondiaux de propriété intellectuelle, élaboration des politiques, renforcement des capacités et infrastructure technique.

Vidéo: Déclaration du Directeur général Video | Visionner sur YouTube

Dans sa déclaration prononcée à l’ouverture des premières assemblées de l’OMPI depuis sa réélection en mai pour un second mandat de six ans – les premières qui se tiendront dans la nouvelle salle de conférence de l’Organisation –, M. Gurry a mis la situation financière solide de l’OMPI au compte de la croissance constante des systèmes mondiaux de propriété intellectuelle, à savoir le Traité de coopération en matière de brevets, le système de Madrid pour l’enregistrement des marques et le système de La Haye pour l’enregistrement des dessins et modèles industriels. Ces dernières années ont été marquées par un “fort accroissement” du nombre de parties à ces systèmes et de leur utilisation, a indiqué M. Gurry, les qualifiant de “bons exemples de coopération internationale réussie”.

“Les systèmes mondiaux de propriété intellectuelle de l’OMPI devraient figurer parmi les principales priorités de l’Organisation pour les six prochaines années”, a déclaré le Directeur général aux délégués des 187 États membres de l’Organisation. Il s’est engagé à faire en sorte que ces systèmes restent efficaces, accessibles et axés sur les services, et a fait observer que les taxes n’avaient pas augmenté malgré la hausse de la charge de travail.

Bien qu’il demeure difficile de réaliser des avancées dans les programmes d’établissement des normes, M. Gurry a souligné le succès récent que constitue l’adoption de deux traités fondamentaux sur le droit d’auteur : le Traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles (2012) et le Traité de Marrakech visant à faciliter l’accès des aveugles, des déficients visuels et des personnes ayant d’autres difficultés de lecture des textes imprimés aux œuvres publiées (2013).

Il a insisté sur la nécessité de ratifier ces traités sans délai pour que leurs promesses deviennent réalité, et a ajouté : “J’invite instamment tous les États membres à transformer les durs efforts déployés en vue de la conclusion de ces traités en adhésions qui permettront leur entrée en vigueur, convertissant ainsi leur potentiel en avantages concrets pour les acteurs et les déficients visuels, de même que pour le cadre multilatéral régissant la propriété intellectuelle”.

(Photo: OMPI).

Par ailleurs, le Directeur général a prié instamment les États membres de faire avancer et aboutir d’autres négociations en cours concernant respectivement des projets de traité sur le droit des dessins et modèles, la radiodiffusion et les savoirs traditionnels, les expressions culturelles traditionnelles et la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques.

M. Gurry a en outre souligné les progrès réalisés par l’OMPI ces six dernières années dans la création de nouvelles plates-formes pour la coopération internationale. Selon lui, ces plates-formes “sont des moyens très efficaces d’atteindre un certain nombre d’objectifs communs de politique générale” et “peuvent, dans certaines situations, être aussi efficaces que les traités pour faire avancer la coopération internationale”.

Ces plates-formes, qui reposent sur la base du volontariat et sont accessibles à la carte, comprennent notamment les bases de données mondiales de l’OMPI en matière de propriété intellectuelle, des plates-formes visant à faciliter la coopération dans le cadre des services fournis par les offices de propriété intellectuelle, des partenariats public-privé tels que WIPO Re:Search et le Consortium pour des livres accessibles, et des systèmes informatiques de modernisation des offices de propriété intellectuelle et des bureaux du droit d’auteur.

M. Gurry a déclaré que ces initiatives étaient conformes aux objectifs du Plan d’action pour le développement et illustraient bien l’intégration du développement dans tous les programmes de l’Organisation.

Pour lui, les programmes généraux d’assistance technique et de renforcement des capacités resteront au centre des priorités de l’OMPI. “Nous collaborons étroitement avec les États membres afin d’aboutir à des résultats qui tiennent compte de la situation et des aspirations économiques particulières des pays en développement et des pays les moins avancés.”

Le Directeur général a remercié les fonctionnaires de l’OMPI et l’Équipe de haute direction sortante “de leur professionnalisme et de leur dévouement”. Il s’est réjoui de communiquer aux assemblées ses propositions concernant la nouvelle Équipe de haute direction.

M. Gurry a conclu en notant que “l’innovation est devenue essentielle pour l’économie et la capacité d’une société de répondre aux nouveaux défis. Nous connaissons également la révolution la plus profonde qu’ait connue le monde depuis 600 ans du point de vue de la production, de la distribution et de la consommation des œuvres créatives et culturelles”.

La propriété intellectuelle, a-t-il ajouté, est indispensable à cette évolution. “J’espère qu’au cours des six années à venir, l’Organisation jouera un rôle important dans l’élaboration de politiques, de plates-formes et d’activités de coopération qui tiendront compte de l’ampleur des défis à relever en raison du rôle central joué par l’innovation et la révolution numérique.”

À propos de l'OMPI

L'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) est au cœur des questions mondiales de politique, service, information et coopération en matière de propriété intellectuelle. En tant qu'institution spécialisée des Nations Unies, l'OMPI aide ses 192 États membres à élaborer un cadre juridique international de la propriété intellectuelle qui soit équilibré et en accord avec l'évolution des besoins de la société. Elle offre des services aux entreprises qui souhaitent obtenir des droits de propriété intellectuelle dans plusieurs pays ou qui souhaitent régler des litiges. Elle propose des programmes de développement des compétences afin d'aider les pays en développement à tirer parti de l'utilisation de la propriété intellectuelle. Enfin, elle permet d'accéder gratuitement à des bases de données uniques sur l'information en matière de propriété intellectuelle.

Pour plus de renseignements, on peut s’adresser à la Section des relations avec les médias (OMPI) :
  • Tél: (+41 22) 338 81 61 / 338 72 24
  • Tlcp: (+41 22) 338 81 40
  • Mél