La réponse d’une adolescente omanaise à la pollution plastique

Un nouveau type de bioplastique mis au point par une adolescente omanaise, Neeam Al Harrasi, offre des perspectives intéressantes dans la lutte contre les plastiques à usage unique et la réduction de la pollution plastique dans les océans et les cours d’eau du monde.

Neeam Al Harrasi mettant au point du bioplastique dans le laboratoire scientifique de l’école Al Rustaq à Mascate (2020) (Photo : avec l’aimable autorisation de T. Dhikra Al Harrasi)

Neeam s’engage activement à sauver les océans de la pollution plastique et s’efforce de proposer une solution de rechange économique aux plastiques à usage unique.

Son nouveau bioplastique primé est issu d’un projet scolaire visant à mettre au point un plastique biodégradable de qualité équivalente à celle des plastiques industriels. Le bioplastique de Neeam, pour lequel elle a déposé un brevet, est fabriqué à partir de matériaux locaux facilement disponibles, tels que de l’eau de riz et des écailles de poisson.

Neeam est la première ambassadrice de la propriété intellectuelle de l’OMPI auprès de la jeunesse pour Oman et pour les pays arabes.  Elle s’est engagée à promouvoir l’enseignement de la propriété intellectuelle chez les jeunes grâce au programme d’enseignement de la propriété intellectuelle de l’Académie de l’OMPI destiné aux jeunes et à leurs enseignants (IP4Youth&Teachers).

En savoir plus sur l’invention de Neeam Al Harrasi.