Francis Gurry a dirigé l’OMPI en qualité de Directeur général du 1er octobre 2008 au 30 septembre 2020.

Fin de la visite officielle du directeur général au Japon

Genève, 5 mars 2010
PR/2010/633

Le directeur général de l’OMPI, M. Francis Gurry, a achevé une visite officielle au Japon qui a duré du 1er au 5 mars 2010, au cours de laquelle il a rencontré plusieurs hauts fonctionnaires du gouvernement, notamment M. Masayuki Naoshima, ministre de l’économie, du commerce et de l’industrie, M. Koichi Takemasa, secrétaire d’État aux affaires étrangères, ainsi que M. Tetsuhiro Hosono, commissaire à l’Office des brevets du Japon (JPO). 

M. Gurry a également rencontré des chefs d’entreprise japonais et s’est adressé aux participants d’un Forum de haut niveau de l’OMPI sur l’infrastructure mondiale de la propriété intellectuelle pour la promotion de l’innovation Vidéo, Allocution devant le Forum de haut niveau de l'OMPI sur l'infrastructure mondiale de la PI pour la promotion de l'innovation, Tokyo 2010, nouvelle fenêtreVidéo. À Hiroshima, il a en outre participé à une réunion conjointe de l’APEC (Association de coopération économique Asie-Pacifique), du Groupe d’experts sur les droits de propriété intellectuelle (IPEG) et du Conseil consultatif commercial de l’APEC.

Le Japon, qui est le premier donateur extrabudgétaire en ce qui concerne les activités de l’OMPI liées au développement, contribue aux programmes de coopération technique de l’OMPI dans la région Asie et Pacifique et en Afrique. M. Gurry a remercié le Gouvernement japonais pour son “extraordinaire générosité” et son soutien aux programmes de renforcement des capacités de l’OMPI. Il a rendu hommage au Japon pour son rôle prépondérant dans le domaine de l’innovation, pour son utilisation de la propriété intellectuelle en vue de favoriser la reprise économique et pour l’accent mis sur l’innovation verte et l’innovation en matière de sciences de la vie, ce qui, selon le directeur général, est très encourageant pour l’avenir.

Les réunions tenues avec de hauts fonctionnaires japonais ont renforcé la relation que l’OMPI entretient de longue date avec le Japon. Les entretiens ont porté sur l’importance croissante de l’Asie dans le système international de la propriété intellectuelle, sur les activités de renforcement des capacités menées par l’OMPI dans les pays en développement, en particulier dans la région de l’Asie du Sud-Est, sur le rôle de la propriété intellectuelle dans la réponse aux défis mondiaux tels que le changement climatique, et sur le rôle des régimes nationaux de propriété intellectuelle équilibrés dans la promotion du développement et de la croissance.

Lors du Forum de haut niveau de l’OMPI sur l’infrastructure mondiale de la propriété intellectuelle pour la promotion de l’innovation, qui s’est tenu à Tokyo les 1er et 2 mars 2010, M. Gurry a déclaré que l’innovation dans l’économie contemporaine était un “facteur primordial” pour la croissance économique et l’amélioration de la qualité de la vie. En particulier, il a parlé de l’accroissement de l’investissement nécessaire à l’acquisition de nouveaux savoirs, comme l’indique la hausse significative des dépenses de recherche-développement au niveau mondial, qui sont passées de 535 milliards de dollars des États-Unis en 1996 à 1,1 trillion de dollars en 2007.

M. Gurry a pris note des changements géographiques importants qui sont en train de transformer le paysage de l’innovation. Il a mentionné la région de l’Asie du Sud-Est dont les dépenses ont augmenté durant la dernière décennie, passant de 24% à 30% du total des dépenses en matière de recherche-développement. Il a également évoqué la “hausse extraordinaire du nombre de demandes internationales de brevet déposées en Asie”. Ces 15 dernières années, la part du total des demandes internationales de brevet déposées selon le Traité de coopération en matière de brevets (PCT) par le Japon, la Chine et la République de Corée a augmenté, passant de 7,6% à 29,2%.

Le directeur général a signalé tout particulièrement “l’évolution des schémas d’innovation”, notamment les nouvelles tendances en matière “d’innovation ouverte ou connectée”. Il a ajouté que l’internationalisation de l’innovation était un élément très important qui avait émergé très nettement au cours de ces 10 dernières années”. “Les habitudes et les pratiques des entreprises évoluent et, parmi ces dernières, celles qui reposent entièrement sur leur recherche-développement pour satisfaire tous leurs besoins en matière d’innovation sont de moins en moins nombreuses. Au contraire, les partenariats mis en place dans tout le secteur industriel pour satisfaire les besoins en matière d’innovation sont de plus en plus nombreux”.

M. Gurry a souligné l’importance d’un système de la propriété intellectuelle qui soit équilibré pour stimuler l’innovation et sa diffusion. Il a fait observer que bien que, historiquement, l’accent ait été mis sur l’architecture juridique du système international de la propriété intellectuelle, il était temps désormais de se concentrer aussi sur son architecture technique. Il a déclaré qu’il s’agissait là d’une occasion primordiale de répartir les avantages sociaux de l’innovation … dans le monde entier.

Pendant sa visite, M. Gurry a également rencontré les chefs de file de l’industrie japonaise et notamment de Panasonic, le principal utilisateur du système du PCT qui facilite la procédure d’obtention d’une protection par brevet dans 142 pays. Le Japon est le deuxième utilisateur du PCT par ordre d’importance. En 2009, c’était un des rares pays industrialisés à enregistrer une croissance positive de son utilisation du système, avec une augmentation de 3,6% et 29 827 demandes internationales déposées.

À la réunion de l’IPEG, le directeur général s’est félicité de l’engagement pris par l’APEC de promouvoir l’utilisation et le développement futur du système de la propriété intellectuelle. L’IPEG a été créé en 1996 afin de garantir, par des mécanismes législatifs, administratifs et d’application des droits, une protection adéquate et efficace des droits de propriété intellectuelle dans la région Asie et Pacifique fondée sur les principes de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Accord sur les ADPIC) de l’Organisation mondiale du commerce et d’autres accords connexes. Ces dernières années, l’IPEG a été particulièrement actif dans le lancement de programmes de renforcement des capacités.

Pour plus de renseignements, on peut s’adresser à la Division de l’information et des medias de l’OMPI:
  • Tél: (+41 22) 338 81 61 / 338 72 24
  • Mél