Les directeurs généraux de l’OMPI, de l’OMS et de l’OMC s’engagent à renforcer la coopération dans les domaines de la santé, de la propriété intellectuelle et du commerce

27 février 2018

Le Directeur général de l’OMPI, M. Francis Gurry, a pris part, en compagnie du Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, et de M. Roberto Azevêdo, Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, à la séance d’ouverture d’une réunion d’une journée sur l’innovation, la santé et les objectifs de développement durable.

Visionner la vidéo sur YouTubePhoto sur Flickr

La réunion tenue le 26 février 2018 au siège de l’Organisation mondiale de la santé à Genève était le septième symposium technique organisé dans le cadre de la coopération trilatérale OMS/OMPI/OMC sur la santé publique, la propriété intellectuelle et le commerce.

À l’ouverture des travaux, chacun des directeurs généraux s’est déclaré favorable au renforcement du partenariat au cours des prochaines années avec, pour objectif commun, de stimuler l’innovation afin d’améliorer les résultats en matière de santé publique dans le monde entier.

(Photo: OMPI/Berrod)

“Nous ne serons en mesure de jouir d’une relative sécurité dans le domaine de la santé que si nous continuons d’innover et de créer de nouvelles technologies afin d’améliorer les résultats en matière de santé publique”, a déclaré M. Gurry.

“Et l’innovation nécessaire doit, à son tour, s’appuyer sur des conditions viables sur le plan économique qui, traditionnellement, peuvent essentiellement être obtenues à partir de deux sources : l’argent public ou le système de marché.  Or, il convient de reconnaître que l’innovation vise à améliorer la qualité de vie, qui est déterminée par la santé, sans laquelle rien d’autre n’importe réellement.  Une telle reconnaissance signifie par conséquent que les impératifs humanitaires peuvent s’opposer au rationalisme économique”, a-t-il poursuivi.

“Les considérations de politique générale sont donc extrêmement complexes et se trouvent à l’intersection de systèmes sous-tendus par des principes très différents” a souligné M. Gurry.

“De meilleures conditions de santé permettent aux enfants d’apprendre et aux adultes de gagner leur vie;  elles aident les gens à échapper à la pauvreté et jettent les bases d’un développement économique à long terme”, a déclaré M. Tedro, directeur général de l’OMS.

“La santé constitue un droit fondamental et humain.  Nul ne devrait tomber malade et mourir juste parce qu’il est pauvre ou qu’il ne peut avoir accès aux services ou aux technologies dont il a besoin”.

[Discours de M. Tedros dans son intégralité]

M. Azevêdo a, quant à lui, indiqu que de nouveaux modèles d’innovation étaient nécessaires pour garantir l’accès le plus large possible aux nouvelles technologies médicales.

“Les enjeux majeurs de santé publique demeurent et nous manquons encore de motivation pour mettre en œuvre des activités novatrices susceptibles d’apporter une solution à certains problèmes de santé publique, en particulier ceux qui touchent les pays les plus pauvres.  Cela signifie que de nouveaux modèles d’innovation doivent être explorés et il s’agit là d’un aspect fondamental de notre coopération trilatérale”, a déclaré M. Azevêdo.

“Toutefois, cela signifie également que nous ne devons ménager aucun effort pour faire en sorte que les nouvelles technologies soient à la portée de ceux qui en ont le plus grand besoin parce que, en définitive, une innovation à laquelle l’accès n’est pas garanti ne constitue pas une solution au problème dont nous discutons aujourd’hui.  L’innovation seule ne suffit pas”, a-t-il ajouté.

“Nos trois organisations, conjointement avec les autres parties prenantes, ont la responsabilité commune de relever ces défis de sorte que les technologies novatrices puissent être mises à disposition sur le marché sous une forme abordable, viable et accessible”.

[Discours de M. Azevêdo dans son intégralité]