Un patrimoine immatériel lancé à grande vitesse

Des actifs de propriété intellectuelle propulsés par la Beijing Software and Information Services Exchange

Il n’est pas aisé de créer un environnement favorable aux partenariats publics-privés spécialisés dans l’élaboration et la livraison de solutions pratiques destinées aux petites et moyennes entreprises de Beijing dans la gestion de leurs droits de propriété intellectuelle, en termes de protection et de commercialisation. En Chine, les régions sont aussi grandes que des pays et possèdent une identité propre, fruit de leur culture et de leur population. Les provinces de Beijing, de Tianjin et de Hebei forment une gigaprovince de plus de 100 millions d’habitants. Le pôle scientifique Zhongguancun de Beijing (l’équivalent de la Silicon Valley aux États-Unis d’Amérique) est un centre de recherche-développement en informatique, dont les liaisons et l’infrastructure sont assurées par la ville côtière de Tianjin. Une ligne de train voyageant jusqu’à 350 km/h relie les deux cités, ce qui permet de se rendre du point A au point B (un trajet de 117 km) en une demi-heure.

Un train à grande vitesse (de la compagnie ferroviaire China Railway High-Speed) relie Beijing à Tianjin. (Photo : Lou Linwei / Alamy Stock Photo)

Ce train a été mis sur les rails et continue d’avancer grâce à un élément immatériel : la propriété intellectuelle – les brevets, les dessins et modèles, le droit d’auteur et les marques offrent des droits qui protègent et caractérisent les inventions. Cette région, comme la Chine elle-même, s’est métamorphosée en un lieu où devenir titulaire d’un droit de propriété intellectuelle n’est pas qu’une mode; c’est une nécessité.

Dans un récent article pour la plateforme en ligne Managing IP, Robert Reading souligne l’accélération rapide du déploiement de l’infrastructure chinoise en matière de propriété intellectuelle. En 1981, la Chine a reçu 26000 demandes d’enregistrement de marques, 8000 de moins que l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique (USPTO). En 2010, le service d’enregistrement chinois des marques était le premier à recevoir un million de demandes de marques au cours d’une seule année. En 2020, 9,348 millions de demandes d’enregistrement de marques ont été déposées auprès de l’Administration nationale chinoise de la propriété intellectuelle (CNIPA), dont plus de 97,5% provenaient d’entreprises du pays. Le service d’enregistrement des marques de la Chine est de loin le plus imposant dans le monde. Selon le rapport annuel 2020 de la CNIPA pdf, il existe 30,173 millions de marques enregistrées en Chine.

À la poursuite du lapin blanc

Matrice en cuivre gravée de la marque du lapin
blanc de la boutique Jinan Liu’s Fine Needles
Shop en Chine, dynastie Song (960-1127 EC).
(Photo : Wikimedia Foundation)

On aurait tort de penser que l’intérêt de la Chine pour la propriété intellectuelle est un phénomène nouveau. En Chine, la culture de la création et la longue tradition en matière d’administration suggèrent que la propriété intellectuelle a joué un rôle capital dans l’essor de la société chinoise.

Des poinçons sur les articles chinois en céramique, en porcelaine et en métal, fabriqués (et copiés) durant des milliers d’années, jusqu’aux innovations en matière de gestion de la propriété intellectuelle, l’économie chinoise de la création a toujours été indissociable de la propriété intellectuelle. Aujourd’hui, la Beijing Software and Information Services Exchange Co., Ltd. (société d’échange de services logiciels et d’informations de Beijing) nous livre une nouvelle approche du déploiement de la propriété intellectuelle. Son principal atout repose sur un service rapide, très bien structuré et à haute valeur ajoutée.

Faire fructifier les idées

La société Beijing Software and Information Services Exchange offre des conseils sur la création de valeur aux petites, moyennes et grandes entreprises dans la région de Beijing. Elle a pour objectif d’aider les concepteurs techniques de Beijing à optimiser la valeur de leurs actifs créatifs et techniques. Par la valorisation des actifs de propriété intellectuelle, la société a assuré des services financiers à hauteur de 8 milliards de yuans (plus de 1,1 milliard de dollars É.-U.) à plus de 600 entreprises, leur faisant ainsi économiser 55 millions de yuans (7,9 millions de dollars É.-U.).

La société aide les petites et moyennes entreprises à élaborer des stratégies efficaces en matière de propriété intellectuelle et leur offre un appui, par exemple, en matière de certification de la protection de logiciels par le droit d’auteur. Elle a aidé plus de 10000 petites et moyennes entreprises à déposer plus de 12000 demandes de droits de propriété intellectuelle. Cette approche permet aux entreprises du secteur technologique de créer un portefeuille de droits, comme moyen de garantie, leur donnant ainsi la possibilité de financer leurs innovations, de créer des sources de revenus et d’augmenter la valeur de leurs actifs de propriété intellectuelle.

La société élabore des produits financiers destinés aux emprunts hypothécaires de propriété intellectuelle pour les entreprises du secteur technologique à travers des partenariats avec des banques, des agences d’investissement, des sociétés de garantie. Un élément essentiel des services proposés par cette société repose sur sa volonté d’accompagner les petites et moyennes entreprises à chaque étape du processus, de la génération d’idées à l’enregistrement des droits de propriété intellectuelle, au moyen des marques, de la protection des logiciels par le droit d’auteur et du dépôt de brevet, jusqu’à la valorisation et l’investissement. L’ensemble de ces démarches est compris en un seul service.

Créée il y a 11 ans, la société Beijing Software and Information Services Exchange compte plus de 20 000 clients à son actif.

Le voyage

Le principal atout de la Beijing Software and Information Services Exchange réside peut-être dans sa vision globale. Ses liens étroits avec les autorités régionales telles que l’Office municipal de la propriété intellectuelle de Beijing permettent à cette société de connecter l’enregistrement de la propriété intellectuelle aux instructions financières et d’accompagner les petites et moyennes entreprises afin de relever les défis rencontrés lors de la mise sur le marché d’un produit. Ce service axé sur l’objectif visé (la mise sur le marché), sur le financement (le moyen d’y parvenir) et sur l’enregistrement et la délivrance de titres de propriété intellectuelle (le billet de train) peut expliquer pourquoi les services d’enregistrement de la Chine sont en si forte croissance et si rationalisés.

La société Beijing Software and Information Services Exchange est le train à grande vitesse des bonnes idées. Si vous êtes du voyage, montez donc à bord.