Grâce à l’impression 3D, dites adieu aux plâtres encombrants!

Raquel Serrano Lledó est la cofondatrice de FIIXIT Orthotic Lab, un fabricant espagnol d’attelles imprimées en 3D, personnalisables et confortables. L’entreprise FIIXIT Orthotic Lab, qui à l’origine était un projet de fin d’études à l’université, transforme désormais le secteur de l’orthèse et accélère la guérison des articulations blessées et des os brisés grâce à ses attelles imprimées en 3D et autres dispositifs médicaux.

Ingénieure de conception industrielle et cofondatrice de FIIXIT Orthotic Lab, Raquel Serrano Lledó s’est intéressée à la technologie 3D lorsqu’elle était à l’université. (Photo : avec l’aimable autorisation de FIIXIT Orthotic Lab)

Les technologies d’impression 3D révolutionnent le secteur de l’orthèse. Les plâtres imprimés peuvent ainsi se substituer aux plâtres traditionnels, si bien que les personnes souffrant de fractures n’ont plus à subir les désagréments qui leur sont associés (démangeaisons, lourdeur, inconfort). C’est dans cette optique que la jeune entrepreneure et cofondatrice de FIIXIT Orthotic Lab conçoit ses attelles imprimées en 3D.

L’idée lui est venue lors de ses études en ingénierie et conception industrielle. “L’idée m’est venue lors d’un dîner au restaurant, lorsque j’ai vu un enfant gratter l’intérieur de son plâtre avec un couteau”, raconte Mme Serrano Lledó lors d’une interview avec 101 Málaga TV.

Après en avoir discuté avec son ami orthopédiste Antonio Padilla, elle investit dans une imprimante 3D et cofonde avec ce même ami l’entreprise FIIXIT Orthotic Lab en 2015. “L’impression 3D nous permet de concevoir des orthèses de fractures étanches, lavables, légères et confortables”, explique-t-elle.

Les attelles imprimées en 3D pèsent environ 100 grammes et sont bien plus légères que les plâtres traditionnels. “Nos attelles imprimées en 3D sont utilisées pour les fractures des jambes, des bras, des mains et des doigts les plus fréquentes. Elles améliorent le quotidien des personnes blessées”, affirme Mme Serrano Lledó, en ajoutant que les attelles imprimées en 3D sont adaptées à l’anatomie et à la pathologie de la personne. “Les attelles imprimées en 3D sont également submersibles, les personnes blessées peuvent donc aller à la piscine ou à la plage pendant leurs vacances”, souligne-t-elle.


Vidéo : Le principal objectif de l’entreprise FIIXIT Orthotic Lab est de faciliter la guérison des fractures.

Appliquant la devise de sa cofondatrice “Aidons toutes les personnes qui en ont besoin”, l’entreprise FIIXIT Orthotic Lab a contribué aux soins de milliers de patients. Elle fournit aujourd’hui plus de 100 magasins orthopédiques en attelles imprimées en 3D. Elle est également la première entreprise espagnole autorisée à installer des points de production d’impression dans des cliniques orthopédiques.

“Le patient se rend à la clinique sur les conseils du médecin afin d’effectuer un scan du membre ou de la zone à protéger. L’attelle est conçue à partir de l’image numérisée et 48 heures plus tard, l’attelle imprimée en 3D est prête à remplacer l’attelle traditionnelle”, indique Mme Serrano Lledó.

L’entreprise FIIXIT Orthotic Lab fabrique des attelles
imprimées en 3D, sur mesure, biodégradables,
légères, étanches et confortables.
(Photo : avec l’aimable autorisation de FIIXIT
Orthotic Lab)

Les attelles imprimées en 3D de l’entreprise sont conçues à partir de matières biodégradables ou recyclables. “Nous utilisons 3 matières : de l’acide polylactique (PLA), une matière très facile à imprimer et respectueuse de l’environnement, issue de plantes comme le maïs; du polyuréthane thermoplastique (TPU), un polypropylène polyvalent, léger et recyclable dont la résistance mécanique et chimique est excellente, ce qui contribue à en faire l’un des matériaux les plus populaires dans le secteur de l’orthèse. Et enfin, des élastomères thermoplastiques (TPE), qui sont plus durs que les filaments souples traditionnels et qui sont résistants aux agents chimiques, tels que les acides et les solvants”, explique-t-elle

Les motifs géométriques des modèles d’attelles de FIIXIT Orthotic Lab offrent une plus grande surface d’aération afin d’exploiter au maximum les propriétés des différentes matières qui les composent. “Nous pouvons ainsi laisser guérir les blessures tout en immobilisant le membre. Le processus de rééducation par rapport à des attelles traditionnelles s’en trouve accéléré”, remarque Mme Serrano Lledó.

Les prix des dispositifs médicaux de FIIXIT Orthotic Lab varient de 100 à 250 euros. Bien que l’entreprise se concentre actuellement sur le marché espagnol, Mme Serrano Lledó espère conquérir les marchés étrangers dans un futur proche.

De la recherche au monde de l’entreprise

Forte des suggestions de plusieurs experts dans les domaines de la physiothérapie et de l’orthopédie, Mme Serrano Lledó s’est engagée dans plusieurs programmes d’entrepreneuriat et a rejoint plusieurs groupements d’entreprises afin d’accélérer l’innovation et de concrétiser son projet. “J’ai eu la chance que ma ville offre d’innombrables possibilités aux entrepreneurs, telles que Andalucía Open Future. Ainsi, j’ai pu m’immerger dans un environnement favorable à l’esprit d’entreprise, ce qui m’a encouragé à reprendre le sujet de mon travail d’étude et à le transposer dans le monde des affaires”, a-t-elle déclaré à 101 TV Málaga.

Mme Serrano Lledó a obtenu un financement de l’entreprise Fundalogy, fondée par Unicaja Banking Foundation afin de faire grandir et de développer “une entreprise qui n’était encore qu’un rêve il y a quelques années”. En 2016, elle remporte le “M de Málaga”, un prix décerné par le gouvernement de la province de Málaga, et en 2019, elle reçoit la Médaille du mérite civil pour son esprit d’entreprise et d’innovation.

En 2019, Mme Serrano Lledó est décorée de la Médaille du mérite civil par Sa Majesté le Roi Felipe VI d’Espagne pour son parcours entrepreneurial. (Photo : © Casa de S.M. el Rey)

Améliorer les orthèses grâce à la recherche et au développement

FIIXIT Orthotic Lab détient une autorisation de fabrication de l’administration régionale de la Junta de Andalucía (Espagne) ainsi qu’une autorisation de fabrication en série (CE) de l’Agence espagnole des médicaments et produits de santé.

Selon Mme Serrano Lledó, les années d’expérience et de savoir-faire de son entreprise sont ses actifs de propriété intellectuelle les plus précieux. “Notre objectif principal est le perfectionnement des nouvelles technologies. Pour cela il est indispensable de bien connaître le secteur auquel nous appartenons et d’améliorer la R-D dans le domaine de l’orthopédie”, fait-elle remarquer.

FIIXIT Orthotic Lab possède un certain nombre de marques afin de protéger sa marque dans le domaine de l’impression 3D. L’entreprise tente actuellement d’obtenir un brevet. “Nous souhaitons breveter nos attelles ST, des attelles en 2D qui se transforment en attelles en 3D lorsqu’elles sont chauffées. Une demande de brevet pour cette technologie et ce modèle a été déposée”, ajoute-t-elle.

Articles connexes :