L’heure est venue pour les jeunes de passer en mode propriété intellectuelle

Mars 2022

Nadine Hakizimana et Edward Kwakwa, Secteur des enjeux et des partenariats mondiaux de l’OMPI

À bien y réfléchir, la propriété intellectuelle est partout. On la trouve même dans les paroles du rappeur Quavo : “Do it for the culture, they gon’ bite like vultures” (Fais-le pour la culture, ils vont te copier comme des raclures), extraites de la chanson T-Shirt, du groupe Migos. Dans cette chanson, le trio de rappeurs composé de Quavo, Offset et Takeoff, rend hommage à “la culture”, à savoir la culture hip-hop, véritable outil d’émancipation des Afro-américains, devenue un mouvement planétaire qui trouve désormais son expression dans la mode, le langage, les graffitis, le breakdance, la poésie performative et plus encore. Écrire de la musique “pour la culture”, cela revient à repousser les limites de la créativité en produisant de nouveaux sons pour le plaisir de tous, partout dans le monde. Le sens communautaire en est l’un des principes fondamentaux. Migos fait également référence au mépris tacite envers le “biting”, une pratique qui consiste à s’approprier les samples d’un autre artiste sans lui en reconnaître la paternité. Ce dédain pour le “biting” provient de l’importance qu’accordent les musiciens de hip-hop au caractère original de leurs créations et de leur volonté de défendre et de perfectionner leur art. Or, c’est précisément d’originalité que traite la propriété intellectuelle : on ne “bite” (copie) pas. Comme diraient les amateurs de hip-hop, la propriété intellectuelle, “it’s lit!” (ça tue!).

La phrase “Do it for the culture, they gon’ bite like vultures”, (Fais-le pour la culture, ils vont te copier comme des raclures) renvoie à l’objectif premier de tout système de propriété intellectuelle équilibré : favoriser l’innovation et la créativité pour servir les intérêts de tous. Elle peut aussi servir de point de départ judicieux pour engager un dialogue avec les jeunes sur le thème de la propriété intellectuelle. (Photo : Gonzales Photo/Alamy Stock Photo)

Les paroles de Quavo renvoient à l’objectif premier de tout système de propriété intellectuelle équilibré : favoriser l’innovation et la créativité dans l’intérêt de tous. En reconnaissant et en récompensant les créateurs et les inventeurs pour leurs œuvres et en veillant à ce que le grand public ait accès au fruit de leurs travaux, le système mondial de la propriété intellectuelle aide à faire progresser la société sur les plans économique, social et culturel, dans l’intérêt de tous. Les paroles de Quavo constituent ainsi un point de départ judicieux pour expliquer aux jeunes comment le système de propriété intellectuelle peut les aider à réaliser leurs ambitions.

La propriété intellectuelle au service des jeunes

L’interconnexion croissante qui caractérise notre époque ouvre de formidables perspectives en matière d’expression créative, permettant ainsi aux jeunes de consommer et de créer de la propriété intellectuelle en toute simplicité.

En s’intéressant à la propriété intellectuelle, les jeunes peuvent découvrir comment préserver leurs propres intérêts et éviter de porter atteinte aux droits de tiers. Le système de la propriété intellectuelle et les droits qu’il confère permettent aux jeunes (découvrir le Programme de l’OMPI pour la jeunesse) de transformer leurs idées et leur talent en actifs économiques de grande valeur. En d’autres termes, ils peuvent tirer un revenu de leurs idées et continuer à consacrer leur temps et leur énergie à perfectionner leur talent. Ils peuvent même mettre à profit leur ingéniosité pour fonder une entreprise et créer des emplois, contribuant ainsi à faire progresser leur communauté locale et la croissance économique nationale.

Aujourd’hui, à l’échelle mondiale, 90% de la valeur des entreprises proviennent d’actifs incorporels, selon les spécialistes en finance d’Ocean Tomo. C’est ce qui explique pourquoi de nombreux pays, notamment les pays en développement, s’efforcent de stimuler la croissance économique en encourageant le développement d’industries du savoir, à forte valeur ajoutée. Les droits de propriété intellectuelle permettant de protéger et de tirer parti de la valeur des actifs incorporels qui sous-tendent les économies fondées sur la connaissance, la propriété intellectuelle est amenée à occuper une place de plus importante dans la vie des jeunes.

Le Programme de l’OMPI pour la jeunesse

En 2021, Daren Tang, Directeur général de l’OMPI, a présenté aux États membres de l’organisation le Plan stratégique à moyen terme de l’OMPI 2022–2026, lequel met l’accent sur le rôle de la jeunesse.

“Les jeunes feront également l’objet de toute notre attention. Ils sont nos innovateurs, créateurs et entrepreneurs du futur, et représentent un pourcentage important de la population dans de nombreux pays en développement. Nous devons leur faire comprendre combien la propriété intellectuelle est pertinente et importante pour eux et comment elle peut les aider à réaliser leurs aspirations, qu’il s’agisse de tirer un revenu de l’innovation et de la créativité ou de relever des défis mondiaux.”

En février 2022, l’OMPI a accueilli sa première promotion de jeunes professionnels dans le cadre de son Programme pour les jeunes experts. Destinés à former la prochaine génération de dirigeants mondiaux dans le domaine de la propriété intellectuelle, ils passeront deux ans au siège de l’OMPI à Genève pour approfondir leurs connaissances en la matière.

L’OMPI offre également aux jeunes spécialistes de la propriété intellectuelle la possibilité de réseauter avec plus de 600 membres de même sensibilité et de bénéficier de formations sur la propriété intellectuelle et les méthodes extrajudiciaires de règlement des litiges dans le cadre de son Programme sur les jeunes experts, WIPO ADR Young.

En février 2022, l’OMPI a accueilli sa première promotion de 11 jeunes professionnels dans le cadre de son Programme pour les jeunes experts. (Photo : OMPI/Berrod)

Les jeunes en quelques chiffres

Avec 70% de sa population âgée de moins de 25 ans, l’Afrique est le continent le plus jeune au monde. S’il faut y voir pour les pays africains une formidable occasion de construire un avenir meilleur, cette situation est également source de défis majeurs pour les responsables politiques. Les taux chômage de plus en plus élevés chez les jeunes – selon l’Organisation internationale du Travail, sur trois milliards de jeunes dans le monde, près de 73 millions seraient sans emploi ̶ de même que la migration économique et la fuite des cerveaux qui l’accompagne, sont des défis politiques majeurs aux profondes répercussions sur les plans économique et social. Canaliser l’ingéniosité et l’énergie de la jeunesse pour relever des défis locaux et favoriser la croissance économique nationale permettra de créer des emplois de meilleure qualité et de meilleures perspectives pour les jeunes.

L’heure est venue de libérer le potentiel de la jeunesse

Les jeunes d’aujourd’hui sont une source inépuisable et largement inexploitée d’ingéniosité et de créativité. Leur regard neuf, leur énergie, leur curiosité, leur conviction que “tout est possible” et leur soif d’un avenir meilleur modifient déjà les approches traditionnelles et incitent à l’innovation et au changement.

Nées avec le numérique, les jeunes générations d’aujourd’hui sont sans doute les plus entreprenantes, innovantes et créatives que l’on ait jamais connues. Nombre de jeunes privilégient la quête de sens plutôt que le profit et créent des entreprises pour faire face aux grands enjeux de notre époque : changement climatique, accès à la santé, sécurité alimentaire, éducation, chômage, etc. Pour autant, créer une entreprise viable est un parcours qui est loin d’être dénué d’embûches. Une solide connaissance de la propriété intellectuelle peut aider les jeunes à surmonter ces obstacles en leur donnant les moyens de protéger leurs actifs de propriété intellectuelle (c’est-à-dire leurs innovations et leurs créations), d’en tirer parti et d’en amplifier les effets.

Consciente de ces difficultés, l’OMPI travaille en collaboration avec les États membres à la mise en place au plan national d’écosystèmes de propriété intellectuelle et d’innovation qui permettront aux inventeurs et aux créateurs de réussir, par exemple en donnant aux entreprises les moyens de tirer le meilleur parti de leur potentiel grâce à la propriété intellectuelle.

De remarquables efforts sont déployés pour rendre les systèmes et services nationaux de propriété intellectuelle abordables et accessibles. Pour autant, sensibiliser à la manière dont la propriété intellectuelle peut aider les jeunes reste un défi. C’est la raison pour laquelle la campagne de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle 2022 a pour thème La propriété intellectuelle et les jeunes : innover pour un avenir meilleur.

Cette campagne est l’occasion pour les jeunes du monde entier de découvrir comment les droits de propriété intellectuelle peuvent les aider à concrétiser leurs idées, à en vivre, à créer des emplois et à bâtir un avenir meilleur. Grâce aux droits de propriété intellectuelle, les jeunes ont accès à certains des outils indispensables pour atteindre leurs objectifs.

L’OMPI est consciente que les jeunes sont de véritables acteurs du changement et qu’ils peuvent aider à résoudre une partie des problèmes actuels et à établir des partenariats mondiaux efficaces pour façonner notre avenir. C’est pourquoi l’Organisation accorde une place de premier plan à la participation des jeunes à ses travaux. Grâce à nos nouvelles activités en faveur de la mobilisation de la jeunesse, nous ferons participer les jeunes à des débats internationaux sur la propriété intellectuelle et leur montrerons comment celle-ci peut les aider dans les efforts qu’ils déploient pour façonner le monde auquel ils aspirent.

Comment le système de la propriété intellectuelle favorise l’innovation et la créativité

À chaque type d’actif de propriété intellectuelle – inventions, dessins et modèles, œuvres de création, etc. – correspond un type de droit particulier. En règle générale, ces droits ont un objectif précis : encourager l’innovation et la créativité en veillant à ce que les inventeurs et les créateurs obtiennent une rémunération équitable pour leur travail et puissent en vivre.

Grâce à la protection qu’ils confèrent, les droits de propriété intellectuelle permettent à leurs titulaires d’empêcher des tiers de copier ou d’utiliser leurs actifs sans leur autorisation. Les titulaires de droits sont ainsi en mesure d’appliquer un tarif raisonnable en échange de l’utilisation d’un actif qui présente un intérêt sur le plan économique. La perspective d’une rémunération encourage les particuliers et les entreprises à investir dans la mise au point d’innovations et de créations utiles.

La plupart des droits de propriété intellectuelle ont une durée limitée et ne peuvent être acquis que lorsque certaines conditions sont remplies. Il existe également des règles qui autorisent l’utilisation, dans des circonstances très précises, de différents types de droits de propriété intellectuelle sans avoir à obtenir l’autorisation de leur titulaire. Ces dispositions permettent de concilier les intérêts des inventeurs et des créateurs et ceux du grand public, afin que tous puissent bénéficier de la propriété intellectuelle.

Les jeunes créateurs font bouger les lignes

Thato Khatlanye, du township de Mogwase de Rustenburg,
en Afrique du Sud, a mis au point un cartable en plastique recyclé
équipé d’un chargeur solaire qui permet aux élèves d’étudier
une fois la nuit tombée.
(Photo : avec l’aimable autorisation du prix Anzisha)

On ne compte plus les jeunes qui, dans toutes les régions du monde, alimentent déjà l’écosystème de l’innovation de manière insolite. Prenons par exemple le cas de Thato Khatlanye, originaire du township de Mogwase de Rustenburg, en Afrique du Sud. À 18 ans à peine, elle a trouvé au niveau local un moyen innovant de relever les défis mondiaux que sont la pénurie d’énergie et l’inégalité d’accès à l’éducation due à la pauvreté. À l’aide de plastique de récupération, elle a mis au point un cartable durable équipé d’un chargeur solaire. Les élèves disposent ainsi d’une sacoche plus solide où ranger leurs livres et, surtout, ils ont accès à un éclairage à énergie solaire à domicile pour pouvoir étudier sans risque à la nuit tombée. L’innovation de Thato lui a valu le prix Anzisha, “la plus prestigieuse récompense d’Afrique pour les jeunes entrepreneurs innovants”.

À Hong Kong, deux jeunes étudiants, Sun Ming Wong et Kin Pong Li, ont créé une poignée de porte autonettoyante. Celle-ci prend la forme d’un tube de verre muni d’un éclairage LED intégré et recouvert d’une couche d’oxyde de titane. L’éclairage LED active un composé de l’oxyde de titane qui élimine 99,8% des bactéries. Cette poignée est économe en énergie puisqu’elle exploite l’énergie cinétique générée par le mouvement de la porte. Inspirée à l’origine par l’épidémie de SRAS dans les années 2000, cette invention a connu un regain d’intérêt dans le cadre de la pandémie actuelle de COVID-19, ce qui a valu à ses inventeurs le prix James Dyson en 2019.

De manière analogue, début 2020, poussés par l’urgence de renforcer les capacités en soins aigus des hôpitaux kényans, un groupe d’étudiants en ingénierie et en médecine de l’Université Kenyatta de Nairobi a fabriqué le tout premier ventilateur du pays. D’un prix abordable, le dispositif est conforme aux normes internationales et désormais, c’est une centaine de ventilateurs qui sont produits tous les mois. Avec l’aide du barreau du Kenya, les étudiants ont déposé une demande de brevet auprès de l’Institut de la propriété industrielle du Kenya.

En 2020, dans le but de renforcer les capacités en soins aigus des hôpitaux kényans, un groupe d’étudiants en ingénierie et en médecine de l’Université Kenyatta de Nairobi a fabriqué le tout premier ventilateur du pays. (Photo : David Kinuthia, Université de Kenyatta, Nairobi (Kenya))

Xóchitl Guadalupe Cruz López, une jeune prodige de huit ans originaire du Mexique, a inventé un chauffe-eau à énergie solaire à partir de matériaux recyclés. D’un coût unitaire d’environ 13 dollars des États-Unis d’Amérique, son Bain chaud offre à la population rurale aux faibles ressources de San Cristóbal de las Casas, où elle vit, un moyen abordable d’obtenir de l’eau chaude. Le Bain chaud offre une alternative écologique au bois de chauffage, dont la combustion crée de graves problèmes respiratoires aux habitants de la région. En 2018, Xóchitl est devenue la première enfant à remporter le prestigieux prix “Reconocimiento ICN a la Mujer” de l’Institut des sciences nucléaires de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM) pour son travail hors du commun.

Ce ne sont là que quelques-uns des innombrables exemples de jeunes qui se mobilisent pour relever les énormes défis auxquels sont confrontées leurs communautés et notre planète. Il est essentiel de les soutenir et de donner aux jeunes les moyens de mettre à profit leur ingéniosité et leur créativité pour bâtir un avenir meilleur. C’est pourquoi il importe que les responsables politiques du monde entier soient à l’écoute de leurs préoccupations et élaborent des politiques et des programmes qui les encouragent et les stimulent.

Xóchitl Guadalupe Cruz López, originaire du Mexique, a inventé un chauffe-eau à énergie solaire à partir de matériaux recyclés qui offre à la population locale une source d’eau chaude durable à un prix abordable. (Photo : avec l’aimable autorisation de l’UNAM (Mexique))

Les défis à venir

Pour réussir à mettre l’énorme potentiel des jeunes du monde entier au service de la construction d’un avenir meilleur, il importe de répondre à des questions complexes et de mettre en place des mesures concrètes. Pourquoi certains pays sont-ils incapables d’offrir aux jeunes la possibilité de devenir des citoyens économiquement actifs? Comment leur permettre de mener une vie indépendante et créative qui contribue au développement économique et communautaire? Par quels moyens les doter des connaissances et des compétences nécessaires pour les métiers de demain?

Aujourd’hui comme hier, les jeunes témoignent de leur capacité à se mobiliser en faveur du changement et à l’encourager. Du mouvement “Me Too” à celui de “Black Lives Matter”, ils font bouger les choses en matière d’action climatique, de pollution et d’autres enjeux sociaux brûlants. Les jeunes sont résolus à se battre pour un monde meilleur et beaucoup consacrent du temps et de l’énergie à inventer et à innover pour mettre au point des produits de pointe qui façonneront notre avenir.

Ce qui nous ramène aux paroles de Quavo et au parallèle que nous avons établi avec le système de la propriété intellectuelle, ce dernier visant à encourager davantage d’innovation et de créativité en veillant à ce que les inventeurs et les créateurs obtiennent une rémunération équitable pour leur travail et puissent en vivre.

Résumé

Le potentiel d’innovation des jeunes du monde entier est une ressource largement inexploitée qui peut contribuer à susciter les changements dont nous avons besoin pour nous inscrire dans une logique de développement plus durable. Il est temps pour les jeunes de passer en mode propriété intellectuelle et de découvrir comment les droits de propriété intellectuelle peuvent leur permettre de donner corps à leurs idées. De même, le moment est venu pour les responsables politiques du monde entier de soutenir les jeunes inventeurs et créateurs et de veiller à ce qu’ils disposent des outils et des connaissances en matière de propriété intellectuelle dont ils ont besoin pour faire de leur vision du futur une réalité. Notre avenir en dépend.

Les jeunes d’aujourd’hui incarnent notre plus grand espoir d’un avenir meilleur. Comme l’indiquait Amanda Gorman, la jeune Américaine lauréate du titre de meilleur jeune poète du pays dans son poème La colline que nous gravissons, déclamé à l’occasion de l’investiture du Président Joe Biden en 2021 : “Il y a toujours de la lumière, pourvu que nous soyons assez courageux pour la voir, pourvu que nous soyons assez courageux pour l’incarner”.

Le Magazine de l’OMPI vise à faciliter la compréhension de la propriété intellectuelle et de l’action de l’OMPI parmi le grand public et n’est pas un document officiel de l’OMPI. Les désignations employées et la présentation des données qui figurent dans cette publication n’impliquent de la part de l’OMPI aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires ou zones concernés ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites territoriales. Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles des États membres ou du Secrétariat de l’OMPI. La mention d’entreprises particulières ou de produits de certains fabricants n’implique pas que l’OMPI les approuve ou les recommande de préférence à d’autres entreprises ou produits analogues qui ne sont pas mentionnés.