Académie de l’OMPI : des formations à la propriété intellectuelle en phase avec le XXIe siècle

Août 2018

Francis Gurry, Directeur général de l’OMPI

Alors que l’Académie de l’OMPI, l’organe de formation de l’institution, fête ses vingt premières années d’existence, cet anniversaire est l’occasion idéale de se pencher plus avant sur l’utilité croissante des programmes de formation à la propriété intellectuelle.  Aujourd’hui, dans une économie mondiale fondée sur le savoir, les droits de propriété intellectuelle jouent un rôle essentiel : ils contribuent à stimuler l’innovation et la créativité, à tirer parti de la valeur économique de ces dernières et à les mettre au service du développement.  Permettre aux décideurs, aux entreprises, aux universitaires et aux étudiants de mieux comprendre le fonctionnement de ces droits et les avantages qui peuvent découler de leur utilisation stratégique est un élément essentiel des efforts déployés pour promouvoir une utilisation et un respect accrus des droits de propriété intellectuelle dans le monde.

Chaque année, les formations de plus en plus diversifiées offertes
par l’Académie de l’OMPI
attirent un nombre croissant de participants.

Depuis sa création en 1998, l’Académie de l’OMPI a joué un rôle de premier plan dans l’élargissement de la base mondiale de connaissances et dans le renforcement des compétences en matière de propriété intellectuelle des pays en développement et des pays les moins avancés.  Aujourd’hui, l’institution est un centre d’excellence mondial dans le domaine de la formation, de l’enseignement et du renforcement des capacités en propriété intellectuelle.  Chaque année, les formations de plus en plus diversifiées qu’elle propose attirent un nombre croissant de participants, dont des fonctionnaires, des juristes débutants et des étudiants de tous âges.  Parallèlement, l’évolution des besoins d’un vivier de compétences devenu mondial, la demande croissante en outils d’apprentissage interactifs de qualité et les progrès technologiques rapides incitent à concevoir de nouveaux programmes d’enseignement et à constamment proposer un large éventail de cours et de matériel de formation à la fois novateurs et abordables.

La transformation du paysage mondial de l’enseignement de la propriété intellectuelle

Ces 20 dernières années, l’Académie de l’OMPI a transformé le paysage mondial de l’enseignement de la propriété intellectuelle.  Les chiffres sont éloquents : sur cette période, près de 600 000 participants du monde entier ont bénéficié de programmes d’enseignement et de formation en propriété intellectuelle offerts par l’Académie.

Les progrès de l’intelligence artificielle laissent augurer d’un nouveau grand bond en avant dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, et ce dans toutes les disciplines, y compris la propriété intellectuelle.

Francis Gurry, Directeur général de l'OMPI

Quelque 5000 fonctionnaires de pays en développement, de pays parmi les moins avancés et de pays en transition ont participé à plus de 428 cours de perfectionnement professionnel spécialisés.  Organisés en étroite collaboration avec des États membres, des offices et des institutions de propriété intellectuelle, ces cours s’appuient sur des études de cas pour dispenser aux participants les connaissances techniques et la formation pratique dont ils ont besoin pour contribuer à l’élaboration et la mise en œuvre dans leur propre pays de politiques et de systèmes efficaces en matière de propriété intellectuelle.  

Plus de 1250 étudiants ont été diplômés dans le cadre des programmes conjoints de niveau master de l’OMPI, plus de la moitié d’entre eux ayant bénéficié d’une bourse de l’OMPI et étant rentrés dans leur pays.  Fin 2018, 10 grandes universités du monde entier proposeront des programmes de ce type, en réponse aux besoins croissants de spécialisation en matière d’enseignement supérieur de la propriété intellectuelle.

Quelque 3500 jeunes professionnels et étudiants ont également participé à une centaine de cours d’été organisés par l’OMPI en collaboration avec des partenaires du monde entier, signe encore une fois de l’intérêt croissant que suscite la propriété intellectuelle à l’échelle mondiale.  Aujourd’hui, les femmes représentent plus de 50% des participants à l’ensemble des cours de l’Académie.

Des programmes ciblés

En réponse aux besoins exprimés par les États membres de l’OMPI, l’Académie offre également des solutions en matière d’enseignement et de formation à la propriété intellectuelle par le biais de plusieurs projets ciblés.  Le projet de coopération avec les instituts de formation judiciaire propose par exemple une formation sur mesure à l’intention des membres du pouvoir judiciaire.  Récemment inauguré, le service IP4Youth&Teachers soutient quant à lui les activités visant à ce que l’enseignement de la propriété intellectuelle fasse partie des programmes scolaires.  Enfin, par l’intermédiaire des instituts nationaux de formation en propriété intellectuelle, l’Académie s’emploie aux côtés des États membres à soutenir activement les efforts déployés pour créer de nouveaux instituts nationaux de manière à renforcer encore davantage les capacités de formation à la propriété intellectuelle au niveau national.

À noter cependant que l’impact positif de l’Académie de l’OMPI sur le paysage mondial de l’enseignement de la propriété intellectuelle n’aurait pas été possible sans le concours actif de ses partenaires stratégiques, à savoir les États membres et les établissements universitaires.  Ces partenariats stratégiques et accords de coopération procurent à l’Académie une assise extrêmement solide à partir de laquelle elle peut dispenser ses programmes actuels et élargir son offre future.

Image showing timeline of the twenty years of IP education offered by the WIPO Academy
(Image: OMPI)

Télécharger

Une participation accrue grâce à l’enseignement à distance

Le programme d’enseignement à distance de l’Académie de l’OMPI a permis d’atteindre des taux de participation élevés aux différents cours.  Avec la mise en place de ce programme, qui rassemble l’essentiel des participants aux cours, la distance n’est plus un obstacle à l’enseignement de la propriété intellectuelle à un prix abordable.

Grâce aux investissements constants de l’OMPI dans l’infrastructure des techniques de l’information et de la communication de l’Académie, 190 pays peuvent désormais accéder aux cours à distance sur la propriété intellectuelle en se connectant à la plateforme électronique de l’Académie.  Actuellement, ces cours sont proposés en anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe, et certains le sont également en allemand, coréen, croate et japonais.  Des versions personnalisées des cours permettent de s’assurer que les étudiants bénéficient de modules de formation et de matériel pédagogique adaptés à leurs besoins, aussi bien sur le plan linguistique qu’en ce qui concerne la situation particulière de leur pays.  La demande en versions adaptées demeurant très importante, les activités de l’Académie en la matière devraient s’intensifier dans les années à venir.

Objectif : rendre l’enseignement à la propriété intellectuelle accessible à tous

L’accès généralisé aux techniques de l’information et de la communication (TIC) a fait de la transformation de l’enseignement et de la formation en matière de propriété intellectuelle une réalité.  Toute personne souhaitant en apprendre davantage sur la propriété intellectuelle et sur son rôle dans la commercialisation d’actifs est ainsi en mesure d’accéder aux ressources pédagogiques dont elle a besoin, de manière à la fois simple et financièrement abordable.

L’évolution rapide de ces technologies permet en outre d’améliorer constamment les moyens d’accès des étudiants aux multiples ressources pédagogiques mises à leur disposition : ils peuvent non seulement utiliser des appareils électroniques, qui font de “l’apprentissage nomade” une réalité, mais aussi entrer en contact avec des pairs et des spécialistes en propriété intellectuelle et accéder à une pléthore de contenus didactiques sur la propriété intellectuelle via l’Internet et des services d’informatique en nuage, des Webinaires et un nombre croissant de forums en ligne.

L’Académie de l’OMPI s’est appuyée sur ces technologies pour rendre l’enseignement de la propriété intellectuelle accessible dans le monde entier.  Nous avons conscience que certains pays en développement et d’autres pays parmi les moins avancés continuent de se heurter à des problèmes de connectivité et de bande passante et nous avons adapté notre offre en conséquence.  Nul doute cependant que plus la fracture numérique ira en s’amenuisant, plus les habitants des pays en développement et des pays les moins avancés seront nombreux à pouvoir tirer pleinement parti des possibilités d’enseignement de la propriété intellectuelle offertes par l’Académie de l’OMPI et ses partenaires.  Compte tenu des progrès fulgurants dans le domaine de l’intelligence artificielle, ce devrait bientôt être le cas.

Le rôle clé de l’intelligence artificielle dans l’enseignement de la propriété intellectuelle de demain

Les progrès de l’intelligence artificielle laissent augurer d’un nouveau grand bond en avant dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, et ce dans toutes les disciplines, y compris la propriété intellectuelle.  Son utilisation généralisée dans l’enseignement de la propriété intellectuelle ouvre des horizons fascinants.  Du point de vue des formateurs, corriger les copies, une tâche courante et plutôt fastidieuse, devrait bientôt relever de l’histoire ancienne.  Des solutions fondées sur l’intelligence artificielle devraient ainsi permettre aux enseignants de concevoir et de dispenser des cours adaptés aux besoins spécifiques des étudiants et des programmes de formation capables de leur transmettre des commentaires précis et détaillés sur leurs travaux.

Cela ne signifie pas pour autant que les enseignants se retrouveront subitement au chômage : ils auront juste plus de temps pour se concentrer sur les étudiants qui ont le plus besoin d’aide.  Les programmes assistés par intelligence artificielle contribueront à améliorer la qualité de l’enseignement, les échanges étudiants-enseignants et les résultats pédagogiques.  Et naturellement, les professeurs et maîtres de conférences auront plus de temps à consacrer à leurs travaux de recherche.

L’intelligence artificielle, gage d’une meilleure analyse de données

Recourir à l’intelligence artificielle et à d’autres TIC de pointe permettra également de collecter, gérer et analyser plus efficacement les données, ce qui sera extrêmement utile s’agissant de se tenir informé des résultats de projets de recherche universitaire.  La gestion pratique des cours en termes de conception, de paiement, d’inscription et de délivrance de certificats sera elle aussi facilitée.

D’un point de vue purement pratique, l’intérêt majeur de l’application des outils fondés sur l’intelligence artificielle à l’enseignement de la propriété intellectuelle réside sans doute dans leur capacité à améliorer la façon dont nous assurons le suivi et l’évaluation de l’impact de nos activités.  Dotés d’outils plus performants pour recueillir des informations sur la façon dont les participants appliquent les connaissances et les compétences acquises dans le cadre des programmes de l’Académie, nous pourrons davantage veiller à ce que les cours répondent à des besoins réels, à obtenir de meilleurs résultats pédagogiques et à mesurer l’incidence et la valeur des investissements que nous consentons.  Tournée vers l’avenir, l’Académie de l’OMPI étudie ainsi différents moyens de mettre l’intelligence artificielle au service de ses activités.

Concrètement, il s’agira de mettre en place un tuteur numérique pour chaque cours d’enseignement à distance.  Ce dispositif, conjugué à des projets de décentralisation de la gestion, de l’administration et de l’organisation des cours, permettra à l’Académie de répondre aux besoins en constante augmentation en matériel didactique personnalisé, d’accroître son rayonnement et de satisfaire une demande croissante en outils et services pédagogiques en matière de propriété intellectuelle adaptés, de qualité et faciles d’accès.

Un enseignement de la propriété intellectuelle à l’épreuve du temps

S’appuyer sur l’intelligence artificielle pour dispenser un enseignement à la propriété intellectuelle plus efficace et performant n’est que l’une des solutions envisagées pour relever le défi complexe consistant à proposer des services d’enseignement en phase avec le XXIe siècle.  Face à l’accélération constante du rythme de l’innovation technologique, les systèmes de propriété intellectuelle devront répondre à de nouvelles préoccupations et s’adapter à de nouveaux enjeux.  En découleront de nouveaux besoins en termes de connaissances sur la propriété intellectuelle;  il s’agira alors de réfléchir à des approches et solutions innovantes pour résoudre de nouvelles problématiques en matière de propriété intellectuelle de manière à définir le meilleur moyen de concevoir des systèmes de propriété intellectuelle nationaux et internationaux “à l’épreuve du temps”.  Comme c’est le cas depuis la création du système international de propriété intellectuelle dans les années 1880, les cadres de propriété intellectuelle doivent rester en phase avec l’évolution rapide des technologies.  Pour s’adapter efficacement à ces changements, il est essentiel que les décideurs aient accès à des travaux de recherche universitaire rigoureux dans le domaine de la propriété intellectuelle, et il est crucial que tous les acteurs de l’enseignement de la propriété intellectuelle dotent les générations futures des connaissances en propriété intellectuelle dont elles ont besoin pour relever les défis de demain.

Depuis sa création en 1998, l’Académie de l’OMPI a transformé le paysage mondial de l’enseignement de la propriété intellectuelle.  En l’espace de 20 ans, elle a formé près de 600 000 étudiants du monde entier (photo: OMPI/Berrod).

À l’avenir, il est donc important de se pencher non seulement sur nos méthodes d’enseignement mais aussi sur le contenu de nos programmes d’enseignement.  Les débats actuels sur la chaîne de blocs, l’intelligence artificielle, la médecine personnalisée, le génie génétique, l’agriculture de précision, la nécessité d’adopter des technologies vertes permettant de s’adapter et d’atténuer les effets du changement climatique, et les préoccupations concernant la propriété et la gestion des contenus numériques sont autant de thèmes qui occuperont l’esprit des décideurs dans les prochaines années.

Il est difficile d’imaginer à quoi ressemblera le monde de la propriété intellectuelle et de la technologie lors du quarantième anniversaire de l’Académie de l’OMPI.  Ce périple désormais entamé, l’Académie n’aura de cesse de concevoir et de dispenser des programmes d’enseignement tournés vers l’avenir et adaptés aux besoins en constante évolution des étudiants et des professionnels de la propriété intellectuelle du monde entier.  Ce faisant, elle continuera d’intégrer les nouvelles connaissances issues de la recherche universitaire de pointe dans tous les domaines de la propriété intellectuelle et où que ce soit sur la planète.

S’il est possible que les enseignements que nous dispensons aujourd’hui n’apportent pas de réponse à toutes les questions qui pourront se poser dans le futur, ils doivent à tout le moins nous servir de tremplin en nous donnant les moyens de comprendre les répercussions possibles de ces questions et de trouver des solutions efficaces capables de produire des résultats satisfaisants.  Dans le même ordre d’idées, il importe que les travaux de recherche entrepris par les universitaires et les chercheurs en propriété intellectuelle anticipent les types d’enjeux et de difficultés qui pourraient accompagner l’apparition de nouvelles technologies révolutionnaires, celles-ci générant de nouvelles possibilités de refonte du paysage mondial de l’innovation et des droits de propriété intellectuelle qui l’étayent.

Le Magazine de l’OMPI vise à faciliter la compréhension de la propriété intellectuelle et de l’action de l’OMPI parmi le grand public et n’est pas un document officiel de l’OMPI. Les désignations employées et la présentation des données qui figurent dans cette publication n’impliquent de la part de l’OMPI aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires ou zones concernés ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites territoriales. Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles des États membres ou du Secrétariat de l’OMPI. La mention d’entreprises particulières ou de produits de certains fabricants n’implique pas que l’OMPI les approuve ou les recommande de préférence à d’autres entreprises ou produits analogues qui ne sont pas mentionnés.