Saluer le rôle des femmes autochtones dans l’innovation et la créativité

8 mars 2021

La Journée internationale des femmes instaurée par l’Organisation des Nations Unies (ONU) est l’occasion de saluer les immenses réalisations des femmes à travers le monde.  C’est aussi l’occasion de donner davantage de pouvoir aux femmes dans le monde entier pour dessiner un avenir plus pérenne et plus égalitaire.  La Division des savoirs traditionnels de l’OMPI s’efforce de concevoir des programmes de renforcement des capacités à la fois novateurs et stimulants pour que le potentiel de création et d’innovation des femmes autochtones du monde entier puisse s’exprimer.

Journée internationale des femmes – 8 mars (Photo : Shutterstock.com/Hanfi Latif).

Dans tous les secteurs, toutes les communautés et toutes les sociétés, la présence de femmes aux postes de responsabilité a des effets positifs.  Pour autant, il ressort d’un rapport du Secrétaire général de l’ONU, que les femmes demeurent sous-représentées dans la vie publique et dans les fonctions de décision.  Les femmes autochtones sont encore plus marginalisées que les autres et ont encore plus de mal à faire entendre leur voix.

À l’approche du Forum Génération égalité, l’édition 2021 de la Journée internationale des femmes a pour thème “Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19”.  Conformément au thème retenu cette année, nous aimerions vous faire part de certaines des actions que mène la Division des savoirs traditionnels pour permettre aux femmes autochtones de décider de leur avenir.

Accompagner les entrepreneuses autochtones

En 2019, la Division des savoirs traditionnels a lancé un programme de formation pratique et de mentorat à l’intention des entrepreneuses autochtones qui avaient des projets fondés sur les savoirs traditionnels et les expressions culturelles traditionnelles.  Le Programme de formation et de mentorat de l’OMPI à l’intention des femmes chefs d’entreprise originaires de peuples autochtones soutient les entrepreneuses autochtones grâce à des activités de renforcement des capacités destinées à leur permettre d’utiliser les droits de propriété intellectuelle de manière stratégique et efficace. 

Des centaines de femmes ont postulé pour participer à la première phase du programme.  Au total, 24 entrepreneuses autochtones ont été retenues, parmi lesquelles des artisanes, des conceptrices, des artistes interprètes ou exécutantes, des chercheuses, des guérisseuses et de petites agricultrices.

Une vingtaine d’entrepreneuses autochtones ont participé à une formation en présentiel à Genève en 2019 (Photo : OMPI/Berrod).

Si le but du programme est que les entrepreneuses autochtones apprennent à appliquer les droits de propriété intellectuelle dans leurs projets, les avantages à long terme sont encore plus grands.  En effet, le fait que la formation proprement dite se déroule en groupe permet aux participantes de tisser des liens durables et de confronter leurs expériences respectives pour s’aider mutuellement.

Mettre à profit les compétences de nos boursiers autochtones

Lancé en 2009, le Programme de bourses pour les autochtones de l’OMPI s’inscrit dans une série d’initiatives destinées à associer les peuples autochtones et les communautés locales aux travaux de l’Organisation sur des sujets qui présentent un intérêt pour eux.  Les lauréats aident l’OMPI à développer les connaissances et les compétences juridiques de ces populations.

Anna Sinkevich, la boursière de l’OMPI pour l’année 2020-2021, profite de sa bourse pour favoriser le renforcement des capacités des peuples autochtones et des communautés locales en matière de propriété intellectuelle dans le monde entier.  Anna est une Evenk de Krasnoïarsk (Fédération de Russie) qui fait partie du mouvement des jeunes autochtones de son pays.  Pour elle, le renforcement des capacités des jeunes autochtones et la protection des savoirs traditionnels, d’une part, et la promotion des droits de l’homme, d’autre part, sont indissociables.

Les jeunes sont l’avenir de notre peuple.  Si nous sommes unis et connectés, nous pouvons aller de l’avant et transmettre nos cultures et nos traditions respectives aux générations futures.

Anna Sinkevich

Anna mène des activités qui ont trait à la coopération de l’OMPI, notamment avec l’Instance permanente de l’ONU sur les questions autochtones et le Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones. 

En tant que jeune femme autochtone, Anna est un atout pour le Programme de bourses de l’OMPI pour les autochtones.  Lorsqu’il s’agit de renforcer la participation des peuples autochtones et des communautés locales à notre action, l’éclairage que peuvent apporter des boursiers et boursières comme Anna a en effet une valeur inestimable.

(Photo reproduite avec l’aimable autorisation d’Anna Sinkevich)
.

Vous souhaitez en savoir plus sur les activités de l’OMPI?