Coup de projecteur sur les bénéficiaires du Fonds fiduciaire de l’Australie pour la propriété intellectuelle

7 mai 2018

Le Fonds fiduciaire de l’Australie pour la propriété intellectuelle contribue, dans le cadre de projets et de programmes de l’OMPI, ainsi qu’au travers d’institutions au niveau national, à appuyer l’octroi de bourses à des scientifiques, telles les deux bénéficiaires présentées ci-dessous, originaires de pays les moins avancés et de pays en développement, auprès d’instituts de recherche médicale de premier plan.  Le but est de favoriser le transfert de connaissances et l’utilisation de la propriété intellectuelle au service du renforcement des savoirs.

Le Dr Mohammad Shafiul Alam, du Centre international de recherche sur les maladies diarrhéiques au Bangladesh (ICDDR, B), a passé six mois au Griffith Institute for Drug Discovery aux côtés du Dr Katherine Andrews et du Pr Vicky Avery, où il a appris de nouvelles manières de rechercher et de mettre au point des composés antipaludiques à partir de produits naturels.

Le Dr Alam au travail dans son laboratoire (Photo : Russell Addison)

La bourse FIT2 constituait une excellente occasion d’acquérir de nouvelles compétences et l’expertise technique nécessaires pour poursuivre les recherches sur le développement à partir de produits naturels d’un médicament antipaludique dans une région où on en a le plus besoin.

Le Dr Mohammad Shafiul Alam

Mme Tahmina Ahmed, de l’International Center for Diarrheal Disease Research (ICDDR) au Bangladesh, a obtenu une bourse grâce au Fonds fiduciaire de l’Australie pour la propriété intellectuelle pour travailler à l’Université de Melbourne.  Encadrée par Mmes Leann Tilley et Natalie Jane Spillman, Mme Ahmed a étudié les comportements de deux composés inhibiteurs antipaludiques novateurs.

(Photo: Hedul Islam)

En me donnant accès à une plateforme internationale, la bourse offerte par le Fonds fiduciaire de l’Australie pour la propriété intellectuelle m’a permis de rencontrer d’autres scientifiques et de nouer de nouvelles collaborations. J’ai bon espoir d’avoir ma propre équipe de recherche à l’ICDDR au Bangladesh pour travailler sur les mécanismes de résistance aux médicaments.

Mme Tahmina Ahmed

Mme Dulcie Lautu du Papua New Guinea Institute of Medical Research (PNGIMR) a travaillé pendant cinq mois auprès du Dr. Alyssa Barry et de son équipe au sein du Walter & Eliza Hall Institute of Medical Research. Au titre de sa bourse, Mme Lautu a mené des recherches visant à améliorer la surveillance moléculaire et à élaborer des outils génomiques pouvant être utilisés dans les stratégies de contrôle et d’éradication du paludisme en Papouasie–Nouvelle-Guinée.

L’équipe du laboratoire du Dr. Barry (de gauche à droite) : Elijah Martin, Abebe Fola, Zarah Razook, Diga Ujah, Alyssa Barry, Dulcie Lautu. (Photo : Dr. Alyssa Barry, the Walter & Eliza Hall Institute)

Ce séjour sabbatique m’a permis d’apprendre beaucoup de choses en peu de temps. En tant que future scientifique d’un pays en développement, cette plateforme m’a donné accès à des technologies avancées en matière de recherche.

Mme Dulcie Lautu