World Intellectual Property Organization

L’artisanat omanais : un véritable trésor

Décembre 2010

Une exposition fascinante, organisée conjointement par l’Autorité publique pour l’industrie artisanale (APIA) du Sultanat d’Oman et l’OMPI, était également présentée en marge des assemblées annuelles de l’OMPI. Cette exposition marquait en outre le 40e anniversaire de la fête nationale du pays.

Oman, l’un des endroits les plus chauds et arides de la planète, présente des paysages spectaculaires ainsi qu’un patrimoine culturel riche et exceptionnel. À l’origine, son artisanat provient de savoir‑faire indispensables pour survivre dans les rudes conditions du désert. Aujourd’hui, sous l’impulsion de Sa Majesté le Sultan Qaboos Ben Said, “une politique clairvoyante de développement adapté… a été mise en œuvre afin de protéger et soutenir les traditions omanaises, notamment le patrimoine artisanal qui a permis à la société omanaise de perdurer pendant des millénaires”.

À propos du caractère unique du patrimoine omanais, Mme Aiysha Bint Khalfan Al‑Siyabiya, présidente de l’APIA, a déclaré : “Pendant des siècles, les Omanais ont utilisé leur créativité pour mettre au point des techniques artisanales faisant bon usage de leurs ressources naturelles”.

Établie par décret royal en mars 2003, l’APIA a pour rôle de promouvoir le secteur artisanal omanais et de faire en sorte que les savoir‑faire traditionnels survivent et fournissent des emplois aux nouvelles générations d’artisans. Elle propose des formations, soutient les artisans et les aide à identifier de nouveaux marchés pour leurs produits. Elle est également chargée d’enregistrer, documenter et conserver les arts des différentes régions ainsi que de recenser les besoins des artisans.

Dans le catalogue de l’exposition, M. Francis Gurry, directeur général de l’OMPI, a attiré l’attention sur la “multitude de branches artisanales créées au fil des générations grâce à l’ingéniosité et à la créativité du peuple omanais”, et applaudi le travail inlassable accompli par le gouvernement d’Oman pour permettre au secteur de continuer à se développer et prospérer.

Cette exposition colorée et saisissante présentait un large éventail de savoir‑faire artisanaux traditionnels, notamment le travail des métaux précieux, des étoffes fines, le tressage des feuilles de palmiers et la poterie. Les délégués ont ainsi eu la possibilité de voir des artisans véritablement à l’œuvre. En dépit de la mondialisation et des techniques modernes de production, le secteur omanais de l’artisanat traditionnel est florissant.

Poterie et céramiques


Photos: Autorisation d'Omani Crafts

La poterie est l’un des secteurs traditionnels les plus actifs du commerce d’Oman. Les potiers omanais sont en effet réputés pour les magnifiques dessins de leurs poteries tournées à la main.

“La beauté classique des poteries d’Oman réside dans la grâce géométrique intemporelle de leur forme qui en fait des objets très prisés par les architectes d’intérieur”.

Vannerie

La vannerie est toujours largement pratiquée. Les fibres naturelles comme celles du palmier dattier et du ghadaf, une plante du désert, sont tissées, pliées, enroulées, tressées, cousues et entrelacées afin de réaliser une grande variété d’objets. Les techniques varient d’une région à l’autre, mais aucune partie de la plante n’est gâchée.

Orfèvrerie

“L’argent symbolise la pureté dans la tradition omanaise, et on lui attribue les vertus d’un talisman : chance et protection contre le mal. Le Sultanat est renommé pour son orfèvrerie traditionnelle, dont les artisans sont connus pour leur travail de très grande qualité, en particulier dans la fabrication du khanjar, un poignard orné qui reste un élément de la tenue masculine lors des grandes occasions.

Le khanjar représente l’identité, la masculinité, la fierté et le patrimoine omanais. Le savoir‑faire et la précision nécessaires pour créer ces œuvres très travaillées sont un témoignage de la connaissance des orfèvres omanais. Le khanjar se porte sur une ceinture de cuir richement ornée, décorée de fils d’argent.

Quant à la bijouterie omanaise en argent (bracelets à pointes, bagues ornées de pierres précieuses (al khatim), mafraq (un type de coiffe), boucles d’oreille, pendentifs, broches, etc.), elle est un élément important de la tenue des femmes omanaises et joue un rôle dans les danses traditionnelles.

Textiles

Le Sultanat est réputé pour ses étoffes de coton et de laine tissées à la main et pour ses pièces en cuir.

Charpenterie et ébénisterie

Nation à la riche histoire maritime, Oman a donc aussi une solide tradition de construction navale. L’exposition présentait des modèles de bateaux de pêche et de commerce dont certains sont toujours utilisés aujourd’hui. On trouve à Oman des traces de construction navale remontant à 4500 ans.

Mandous

Ces commodes décorées, de taille variable, sont des pièces de collection. Elles sont faites traditionnellement en bois de rose, en noyer ou d’autres bois précieux et sont incrustées de bronze, d’or ou d’argent et de pierres précieuses.

Jerz (hache)

Datant de l’âge de bronze, le jerz est un symbole caractéristique de la région de Musandam. Fait de bois indigène finement sculpté, il présente une petite tête en forme de hache, en acier ciselé incrusté de bronze.

Distillation de fleurs

Les célèbres jardins de roses de Jabel al Akhdar sont à l’origine de la production traditionnelle d’eau de rose. En signe de respect, il est de coutume d’en asperger les invités. Elle est aussi largement utilisée pour parfumer le thé, le café, ainsi qu’en cuisine, dans un certain nombre de plats dont l’halwa, symbole de l’hospitalité omanaise.

Oliban

“Environnées de la brume des légendes… les précieuses perles de sève cristallisée valaient autrefois leur poids en or”.

L’oliban, parfum prisé par les Omanais, est au cœur d’une industrie artisanale florissante. Présent partout dans la culture omanaise, il sert à manifester son hospitalité aux invités. Cette fragrance mystique est tirée du boswellia, l’arbre à encens qui borde l’aride désert Nejd et les grandes étendues sèches de la région du Dhofar. Lorsque son tronc est incisé, un liquide blanc perlé s’écoule et durcit pour donner des perles semi‑opaques. L’oliban présente un certain nombre de vertus thérapeutiques, et il est largement utilisé en parfumerie et cosmétique.

Explorez l'OMPI