World Intellectual Property Organization

Une légende de la musique pop lance un appel à l’action

Décembre 2010

Photos: OMPI/E.Berrod
Photos: OMPI/E.Berrod

Les réunions des assemblées des États membres de l’OMPI ont été marquées cette année par la présence d’une légende de la musique pop, l’auteur‑compositeur‑interprète américain Stevie Wonder. Le célèbre musicien a lancé aux 184 États membres de l’Organisation un vibrant appel afin que soient prises des mesures permettant d’améliorer l’accès des déficients visuels aux œuvres publiées. Le pourcentage de ces œuvres qui est disponible dans un format accessible aux quelque 314 millions de personnes atteintes de ce type de handicap dans le monde est estimé à seulement 5%.

En sa qualité de Messager de la paix des Nations Unies, Stevie Wonder, qui a lui‑même perdu la vue à un jeune âge, a lancé une “déclaration de liberté pour les personnes atteintes d’un handicap” inspirée, a‑t‑il expliqué, par le désir d’apporter “l’espoir et la lumière aux millions de personnes dans le monde qui vivent avec des handicaps”, et en particulier, les aveugles ou déficients visuels. “Il s’agit… d’un plan visant à renforcer l’indépendance des personnes handicapées en leur fournissant les instruments nécessaires pour apprendre et progresser”, a‑t‑il ajouté.

“Vos efforts dans le domaine législatif peuvent créer des incitations pour que les aveugles et les déficients visuels accèdent à la promesse d’une vie meilleure” a dit Stevie Wonder aux délégués. Il leur a fait observer que l’accès aux “livres de science, médecine, histoire et philosophie “permettrait aux jeunes ayant un handicap “de bénéficier d’une éducation complète et de concrétiser un jour leur rêve de devenir premier ministre, médecin, écrivain ou enseignant.”

Il a appelé la communauté internationale à agir d’urgence, à “déclarer l’état d’urgence afin de mettre un terme à la privation d’informations qui maintient les déficients visuels dans l’obscurité”, ajoutant que “le génie inexploité de plus de 300 millions de personnes atteintes d’un handicap visuel a besoin de notre amour; aujourd’hui, pas demain, aujourd’hui même”.

Tout en reconnaissant l’importance que revêt le droit d’auteur pour les auteurs et les musiciens, Stevie Wonder a exhorté les décideurs à élaborer des solutions susceptibles de faciliter l’accès des personnes ayant des difficultés de lecture aux œuvres protégées. “Même si je sais qu’il est essentiel de ne pas agir au détriment des auteurs à qui l’on doit les grandes œuvres qui illuminent et nourrissent notre esprit, notre cœur et notre âme, nous devons adopter un protocole qui permette d’importer et d’exporter facilement les œuvres protégées par le droit d’auteur de sorte que les personnes ayant des difficultés de lecture puissent s’associer au monde de la culture, a‑t‑il dit. De nombreuses propositions visant à créer un mécanisme sûr qui permette l’échange et la traduction de livres sont sur la table. S’il vous plait, essayez de parvenir à un consensus.”

“Déliez ces œillères qui font obstacle à la traduction des livres dans des formats lisibles par des personnes ayant des difficultés de lecture; notre tâche n’est pas achevée” a déclaré le chanteur avec instance. Il a exhorté les décideurs à mettre leurs “différences idéologiques de côté et à trouver une solution pratique” pour donner aux personnes ayant des difficultés à lire “les outils pour sortir de la pauvreté et de l’obscurité qui se créent lorsque l’esprit n’a pas accès à quelque chose d’aussi simple et d’aussi puissant qu’un livre”.

“Je vous en prie : trouvez une solution. Sinon, je devrai écrire une chanson sur ce que vous n’avez pas fait” a plaisanté Stevie Wonder, avant d’ajouter plus sérieusement : “Ce sera notre legs et notre don au futur. Faisons‑le.”

Le charismatique chanteur s’est ensuite installé au clavier pour renforcer encore son message en interprétant des extraits de quelques‑uns de ses plus grands succès, comme “My Chérie Amour” et “I Just Called to Say I Love You”. “Les gens connaissent les chansons, a‑t‑il expliqué, parce qu’ils ont eu la possibilité de les entendre et de se les procurer; il y a des gens qui… ont probablement beaucoup plus à offrir que moi et qui sont enfermés dans une sorte de prison parce qu’ils n’ont pas accès à l’information.”

Après son allocution, l’artiste a raconté ses débuts de musicien, en tant qu’aveugle. “Sur le plan musical, ça n’a pas été trop difficile; j’ai vraiment appris à l’oreille… Ma mère avait une radio, ce qui fait que j’ai pu entendre et écouter de la musique, et me demander comment faisaient tous ces gens pour tenir dans un poste.” Il a également raconté comment il a pu bénéficier des “mesures affirmatives” mises en place aux États‑Unis d’Amérique “afin d’assurer à tous les Américains une égalité d’accès à une éducation de qualité”.

Stevie Wonder a parlé de sa ferme volonté de “délier… la conscience” et du fait que “ce n’est pas parce qu’on est une personne aveugle qu’on ne peut pas apprendre”. Un grand nombre de personnes ayant un handicap, a‑t‑il observé, ont “aussi des choses merveilleuses à offrir, donc nous ne pouvons pas permettre que l’autoroute de l’information bloque… les chances de qui que ce soit, ou y fasse obstacle”.

Au sujet des nouvelles technologies et des possibilités qu’elles offrent aux personnes handicapées face aux défis de la vie quotidienne, M. Wonder estime que “nous vivons une époque passionnante”. Des applications pour le Web et pour les téléphones intelligents destinées aux aveugles, comme le lecteur d’écran VoiceOver pour l’iPhone, font une réelle différence pour la qualité de vie des personnes vivant avec un handicap. “Quand les choses sont… rendues accessibles, cela nous donne à tous un sentiment d’indépendance et de liberté… mais il faut que les systèmes soient mis en place, et je sais qu’ils peuvent l’être” a‑t‑il observé.

Le chanteur travaille actuellement à la publication en braille des paroles de ses chansons, en collaboration avec la Société américaine des compositeurs, auteurs et éditeurs (ASCAP), car il souhaite que celles‑ci soient “accessibles à tous”. “Ce qu’il faut trouver, en fin de compte, dit‑il, c’est le moyen qui permettra à tout cela de se faire – ça ne peut pas être si difficile.”

Si les décideurs parviennent à progresser sur cette question et à trouver une solution au cours des 12 prochains mois, la star internationale leur a promis de revenir l’année prochaine avec toute sa voix pour leur donner un concert en direct.

Des propositions visant à mettre en place un environnement juridique favorable à un meilleur accès des personnes souffrant d’un handicap de lecture aux œuvres protégées par le droit d’auteur sont actuellement à l’étude par les États membres de l’OMPI, dans le cadre du Comité permanent du droit d’auteur et des droits connexes (SCCR).

Stevie Wonder
Stevie Wonder est un auteur‑compositeur‑interprète prolifique qui a vendu plus de 100 millions de disques, et dont 49 chansons ont figuré dans le top 40 et 32 singles ont été numéro 1 des ventes de disques. À une question concernant son inspiration, posée lors d’une entrevue que l’on peut voir sur le canal YouTube de l’OMPI, le chanteur a répondu : “C’est la vie elle‑même qui m’inspire; il y a toujours quelque chose de nouveau à y trouver.” À propos de l’importance du droit d’auteur pour les musiciens, il a déclaré : “Je ne veux pas imaginer un monde dans lequel il n’y aurait pas de protection par le droit d’auteur… C’est ce qui nous permet de vivre.” Quant à imaginer un monde sans musique, il a dit : “Je ne le peux pas, je ne le ferai pas et j’espère que cela n’arrivera jamais.”
L’initiative TIGAR

La plate‑forme des parties prenantes de l’OMPI1 a lancé, à l’occasion d’une réunion tenue en octobre 2010 à New Delhi (Inde), une initiative publique‑privée sans précédent qui promet d’améliorer l’accès aux œuvres publiées pour les 314 millions de déficients visuels que compte la planète. Sous le nom de TIGAR, (Trusted intermediary global accessible resources), ce projet permettra aux éditeurs de mettre leurs titres à la disposition d’“intermédiaires de confiance”, qui créeront et partageront des œuvres dans des formats accessibles pour les déficients visuels. TIGAR garantit aux personnes ayant une déficience visuelle, partout dans le monde, la possibilité de rechercher des contenus dans l’ensemble des collections des intermédiaires de confiance et de télécharger le titre de leur choix sur un dispositif local, dans le format qui leur conviendra.

TIGAR est un projet pilote d’une durée de trois ans, le fruit d’une étroite collaboration entre l’OMPI et des organisations représentant les auteurs, les éditeurs, la communauté des déficients visuels ainsi que des institutions de services aux personnes ayant des difficultés de lecture de textes imprimés. Figurent notamment parmi ces dernières l’Union mondiale des aveugles (UMA), l’Union internationale des éditeurs (IPA), la Fédération internationale des organismes gérant les droits de reproduction (IFRRO), la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques (FIAB) et le Daisy Consortium.

_____________________
1  Parties représentant les intérêts des titulaires de droit d’auteur et des déficients visuels en vue d’examiner leurs préoccupations et besoins concrets et de proposer des méthodes permettant de faciliter l’accès aux œuvres dans des formats utilisables par les personnes handicapées.

Explorez l'OMPI