World Intellectual Property Organization

Journée mondiale de la propriété intellectuelle - 26 avril

Juin 2009


“L’ingéniosité humaine nous permet de nourrir le formidable espoir de parvenir à rétablir le délicat équilibre entre nous-mêmes et notre environnement. Il s’agit là de notre meilleur atout dans la recherche de solutions à apporter à ce défi mondial, qui nous permettront de passer des technologies grises à base de carbone du passé, à l’innovation verte sans émission de carbone du futur.” - Message de M. Francis Gurry, directeur général de l’OMPI, à l’occasion de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle

Le thème de l’“Innovation verte” choisi cette année pour la Journée mondiale de la propriété intellectuelle a trouvé autant d’écho chez les parties prenantes de la propriété intellectuelle que dans un auditoire plus large. Le message d’espoir formulé par M. Francis Gurry, directeur général de l’OMPI, en ce qui concerne l’ingéniosité humaine a porté juste auprès d’un public déprimé par des prévisions économiques peu encourageantes et préoccupé par les problèmes de l’environnement.

Après l’annonce du thème de l’”Innovation verte” pour la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, M. Gurry a également lancé, en février, le projet Neutralité carbone de l’OMPI (voir encadré). Les travaux concrets sur ce projet ont débuté au mois d’avril.

Le numéro spécial sur l’innovation verte du Magazine de l’OMPI est venu renforcer le message de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle par des articles mettant en évidence les liens entre les différents types d’innovation et avec le système de la propriété intellectuelle. Ce numéro spécial a connu un grand succès marqué, notamment, par une réimpression, et a suscité un plus grand nombre de lettres et de réactions que toutes les autres éditions. L’idée de permettre - conformément au thème de la manifestation - le téléchargement de la documentation relative à la Journée mondiale de la propriété intellectuelle a également été bien reçue.

États membres et observateurs ont fait preuve d’une créativité sans précédent dans les affiches qu’ils ont envoyées pour exposition dans la galerie virtuelle de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. Au moment de mettre sous presse, l’OMPI avait reçu des comptes rendus d’activités d’une soixantaine de pays et organisations. Plusieurs pays ont tenu cette année des manifestations multiples, organisées conjointement ou individuellement par leurs ministères, offices de propriété industrielle, universités, entreprises du secteur privé et autres parties prenantes. De plus, 12 Prix de l’OMPI ont été décernés à des inventeurs, créateurs et entreprises de la Fédération de Russie, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la Lituanie, de la Mongolie et de la Slovaquie.

Comptes rendus d’activités

2009_03_art5_2
Université de Guadalajara, Mexique; MAWHIBA, Arabie Saoudite; Office de la propriété intellectuelle du Royaume-Uni; Asociación Argentina de Intérpretes; Office national des brevets de l’Ouzbékistan

Afrique

En Algérie et au Maroc, les administrations chargées du droit d’auteur ont organisé toutes deux des séminaires nationaux. Le séminaire algérien portait sur la protection des programmes d’ordinateurs, tandis que celui du Maroc avait pour thème “Le droit d’auteur et les droits connexes : pratiques, mesures et procédures de protection”.

Au Bénin, une campagne d’information sur la propriété intellectuelle et sur l’innovation verte a été organisée par l’Institut de la Francophonie pour l’Entrepreneuriat (dont le siège est à Maurice). Au Kenya, le Rand Institute for Policy and Education a fait coïncider les célébrations de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle avec celles de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur pour organiser la semaine nationale de l’innovation.

En Zambie, l’Office d’enregistrement des brevets et des entreprises et le Ministère des services d’information et de radiodiffusion ont organisé une marche réunissant des parties prenantes de la propriété intellectuelle et animée par un orchestre, du centre-ville de Lusaka au lieu où se tenaient les célébrations de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, animées par des spectacles d’artistes locaux.

Amérique Latine

La Journée mondiale de la propriété intellectuelle a été soulignée par de nombreuses activités en Amérique latine, comme en témoignent les rapports reçus de l’Argentine, du Brésil, de la Colombie, d’El Salvador, du Guatemala, du Mexique, du Nicaragua, de la République dominicaine et de l’Uruguay. Le Brésil a organisé une campagne sur la lutte contre le piratage. La République d’El Salvador a mené de nombreuses activités tout au long du mois d’avril. Elle a notamment diffusé des annonces à la radio, dans la presse et sur le Web ainsi qu’une grande quantité de matériel promotionnel, organisé des séminaires et tenu une cérémonie de remise de prix. Au Nicaragua, l’Office de la propriété intellectuelle a reçu dans ses locaux une exposition portant sur des projets universitaires ainsi que des produits nationaux et des activités culturelles.

Au Mexique, l’université UNIVER Zacatecas (Universidad de la Vera-Cruz) a tenu un atelier visant à sensibiliser les jeunes, les entreprises et la communauté scientifique aux questions de propriété intellectuelle. Une conférence a été organisée à l’attention des petites entreprises sous le titre “Les enjeux de la propriété intellectuelle face au changement climatique”. Le Registre de la propriété intellectuelle du Guatemala s’est associé à plusieurs partenaires dont l’université del Valle pour des projets destinés à informer les étudiants, chercheurs et enseignants en ce qui concerne les questions de propriété intellectuelle qui les touchent.

Asie

C’est en Asie que la participation a été la plus forte, des activités ayant été organisées en Arabie saoudite, en Chine, aux Émirats arabes unis, en Inde, en Iran (République islamique d’), au Kazakhstan, au Kirghizistan, aux Maldives, au Myanmar, aux Philippines, à Singapour, en Thaïlande, en Turquie, au Viet Nam et au Yémen.

En Arabie saoudite, la Fondation du roi Abdulaziz et de ses compagnons pour l’encouragement du talent et de la créativité (MAWHIBA) et la Cité “roi Abdulaziz” de la science et de la technologie (KACST) ont organisé diverses activités, dont notamment des séminaires sur la propriété intellectuelle, la conception d’une page Web, d’affiches et de cartes à exposer dans les écoles et les centres commerciaux, un envoi massif de courrier électronique et de messages SMS pour promouvoir l’événement, ainsi que la publication de divers articles dans les journaux.

La Thaïlande a organisé la projection en avant-première d’un court-métrage intitulé “Challenges in Film Making”, la projection du film d’animation “Kan-Klauy”, ainsi qu’un forum sur la propriété intellectuelle et les industries de création.

La Turquie a mis l’accent sur les tendances actuelles de l’innovation verte et les avantages concurrentiels et économiques qu’elle apporte aux entreprises. Des représentants d’éminentes universités, entreprises et ONG ont échangé leurs vues et leurs données d’expérience dans le cadre d’un séminaire sur l’innovation verte et la propriété intellectuelle.

Au Yémen, la Trust Intellectual Property Company a invité des experts et des professionnels internationaux et nationaux à un forum sur la propriété intellectuelle sous les auspices du Ministère de l’industrie et du commerce.

Europe

La Journée mondiale de la propriété intellectuelle a également attiré beaucoup d’attention en Europe, où des entreprises privées se sont jointes aux offices de propriété intellectuelle pour organiser des manifestations à l’intention de leurs employés et parties prenantes. Électricité de France (EDF), fournisseur d’électricité majeur en Europe et utilisateur de technologies vertes dans la production d’énergie propre, a fait participer ses ingénieurs, afin de les sensibiliser à la nécessité de protéger les droits de propriété intellectuelle, à un jeu-questionnaire sur ce thème ainsi que celui des énergies renouvelables, notamment d’origine éolienne, marine, photovoltaïque, géothermique et biomassique.

En Italie, Machiavelli Music International, une société spécialisée dans les licences et autorisations d’utilisation d’œuvres musicales, a diffusé un bulletin électronique musical contenant une sélection offerte par de jeunes créateurs qu’elle représente.

Au Bélarus, le Centre national de la propriété intellectuelle a organisé des réunions pour les auteurs, un séminaire sur la gestion collective des droits et un autre sur les brevets, des conférences de presse, un concours de propriété intellectuelle pour les jeunes, une exposition sur le développement durable et bon nombre d’autres activités encore.

L’Office de la propriété intellectuelle du Royaume-Uni a notamment fait participer les jeunes à ses activités. Les lauréats du concours “Cracking Ideas”, de l’école primaire Eveswell, se sont vus offrir un voyage avec tous les honneurs à l’exposition “Wallace and Gromit’s World of Cracking Ideas” du Musée des sciences de Londres.

Adapter les thèmes

Suivant en cela une suggestion de la circulaire annonçant la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, la Jamaïque a adapté le thème de ses activités. C’est ainsi que la semaine de célébrations qu’elle a organisées pour l’occasion s’est déroulée sous le titre “Créativité : protégez-la, collectez-la, respectez-la!” Parallèlement, l’Éthiopie choisissait pour thème “Valorisation et exploitation des actifs de propriété intellectuelle” et tenait un atelier de formation de deux jours intitulé “Élargissement de l’initiative éthiopienne en matière de cafés fins”.

La Finlande, qui avait déclaré la Journée mondiale de la propriété intellectuelle Journée des inventeurs finlandais, a choisi le thème tout à fait approprié compte tenu de la situation économique actuelle de “La reprise par l’innovation”. L’Ouzbékistan, pour sa part, a mis l’accent sur les marques, avec une conférence sur le thème “Les marques et leur importance dans une économie en développement” et un concours destiné à encourager les organisations à créer leurs propres marques.

Se faire une idée

Le Magazine de l’OMPI encourage ses lecteurs à se faire une idée plus complète de ces activités en consultant le site de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. États membres et observateurs ont fait preuve de beaucoup de créativité et d’initiative dans les manifestations qu’ils ont organisées pour sensibiliser un public aussi large que varié, et cela malgré le ralentissement économique. L’OMPI salue leur participation et leurs efforts, et compte sur eux pour que les célébrations prennent encore plus d’ampleur l’année prochaine.

Sylvie Castonguay, La Rédaction, Magazine de l'OMPI, Division des communications

 ____________________ 

Vers une OMPI plus verte

L’engagement de l’OMPI à l’égard des questions environnementales a encore progressé en février, lorsque M. Francis Gurry, directeur général, a annoncé le lancement du projet Neutralité carbone de l’OMPI et son objectif de réduction de l’empreinte carbone de l’Organisation. M. Gurry a fait part de son attachement personnel à cette initiative, qui a également reçu un accueil favorable de la part des employés de l’OMPI. “En tant que membres de la famille des Nations Unies, nous avons le devoir de faire tout ce que nous pouvons pour que l’incidence des activités de l’Organisation sur l’environnement soit aussi réduite que possible” a-t-il ajouté.

Comme l’explique Mlle Boutillon, qui en assure la supervision, le projet a pour principal objectif de coordonner et promouvoir des initiatives qui conduiront à des avantages sur le plan écologique dans le cadre d’un plan stratégique quinquennal. “Les problèmes de changement climatique et de dégradation de l’environnement, souligne-t-elle, n’appartiennent pas à quelqu’un d’autre; ils nous concernent tous. Nous comptons sur la participation active de tous nos collègues de l’OMPI, car c’est seulement ainsi que nous pourrons véritablement améliorer la carte de visite écologique de l’Organisation. Il s’agit là d’une entreprise de longue haleine, ajoute-t-elle, qui nécessitera de la patience et de la détermination. Mais je suis certaine que si tout le monde y met du sien, nous pourrons faire avancer les choses d’une manière non négligeable.”

Cette initiative est aussi l’occasion de réviser les opérations de l’OMPI. De nombreuses économies peuvent être réalisées si l’on encourage une utilisation des ressources plus judicieuse et plus soucieuse de l’environnement. Le simple fait d’éteindre les lumières et les ordinateurs à la fin de la journée, par exemple, peut avoir un effet très net sur les factures d’électricité, tandis que celui de limiter le nombre de photocopies et d’utiliser des bacs de recyclage peut réduire la consommation de papier et d’autres fournitures de bureau de l’Organisation.

La réalité démontre qu’il est indispensable d’agir. Une publication du programme des Nations Unies pour l’environnement intitulée “Kick the Habit” nous apprend qu’il faut 100 m2 de forêt pour séquestrer 3500 kg de dioxyde de carbone par an, mais que le terrien moyen en produit chaque année la quantité prodigieuse de 4080 kg. Cette même publication explique que nos appareils électriques génèrent des millions de tonnes de dioxyde de carbone par an, simplement en étant en mode veille.

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki Moon, a déclaré récemment : “Nous prêcherons par l’exemple, en utilisant des sources d’énergie sans émission nette de carbone”, confirmant ainsi l’engagement de l’ensemble des organismes, fonds et programmes du système des Nations Unies à l’égard de cet objectif. “Le changement climatique est tout autant une chance qu’une menace. Une chance d’instaurer une nouvelle ère, celle de l’économie ‘verte’ et d’un développement réellement durable.” a ajouté le premier fonctionnaire des Nations Unies.

Cathy Jewell, Section des relations avec les médias

 

Explorez l'OMPI