World Intellectual Property Organization

Pleins feux sur un pays - Apprendre la propriété intellectuelle au Bélarus

Septembre 2006

La nouvelle Bibliothèque nationale du Bélarus est le symbole de la volonté d’innovation du pays en matière d’enseignement, de création industrielle et de technologie.
La nouvelle Bibliothèque nationale du Bélarus est le symbole de la volonté d’innovation du pays en matière d’enseignement, de création industrielle et de technologie.

"Les statistiques démontrent qu’au cours des dernières années, jusqu’à 80% de l’augmentation du produit intérieur brut des pays développés était attribuable à l’innovation et à l’utilisation efficace de la propriété intellectuelle". Cette déclaration de M. Leonid Voronetsky, directeur général du Centre national de la propriété intellectuelle (NCIP) du Bélarus, s’inscrit dans le droit fil des initiatives entreprises dans ce pays pour favoriser l’augmentation des retombées économiques de la recherche fondée sur l’innovation en faisant mieux connaître la propriété intellectuelle.

Des études du Ministère de l’éducation ont permis de constater, pour les cinq dernières années, une augmentation régulière de la recherche universitaire dans les établissements financés par l’État. Les universités du Bélarus produisent chaque année de 700 à 800 innovations technologiques dans tous les grands secteurs de l’économie et sont maintenant à l’origine d’une demande nationale de brevet ou de modèle d’utilité sur quatre. Ces chiffres cachent toutefois un problème, à savoir que l’entreprise privée est loin de faire preuve d’une vigueur comparable en matière d’innovation.

Une étude menée dans les centres de recherche et les installations de production du Bélarus a démontré que l’érosion des avantages concurrentiels des entreprises du pays était due à des difficultés de protection juridique et de gestion des droits de propriété intellectuelle. Le gouvernement en a conclu qu’il était essentiel de former les ressources humaines aux questions de propriété intellectuelle pour stimuler l’innovation, et a donc orienté son action en conséquence.

Ouverture d’un centre de formation

Créé en 2004 par ordre du président de la République au sein du NCIP, le Centre de formation à la propriété intellectuelle entretient depuis une étroite collaboration avec l’Académie mondiale de l’OMPI. Un Protocole sur la coopération, signé en novembre 2004 par M. Philippe Petit, vice directeur général de l’OMPI, et M. Leonid Voronetsky, directeur général du NCIP, prévoit une assistance technique de la part de l’OMPI, et notamment la fourniture de matériel informatique et de logiciels modernes ainsi de matériel pédagogique et de méthodes de formation à la propriété intellectuelle, et l’accès gratuit à des cours d’enseignement à distance.

Les cours, séminaires et ateliers offerts par le centre de formation ont attiré environ 2000 personnes au cours de la seule année 2005. Face à une demande croissante pour des cours plus spécialisés, un service de consultation auprès duquel les déposants peuvent recevoir des informations et des conseils de spécialistes a été créé dans le cadre du centre. Également utilisé par les déposants de pays voisins tels que la Lettonie, la Pologne, la Russie et l’Ukraine, ce service connaît un tel succès que le NCIP vient d’en ouvrir un second dans les locaux de la bibliothèque scientifique et technique et envisage d’établir, au cours des prochaines années, un réseau complet dans toutes les grandes régions du Bélarus.

Devant les problèmes posés aux entreprises par la gestion des droits de propriété intellectuelle, il a été décidé d’ajouter, à compter de l’année 2006-2007, au programme des établissements d’enseignement supérieur et de certains établissements d’enseignement secondaire spécialisé un cours intitulé "Principes fondamentaux de la gestion de la propriété intellectuelle". Ce dernier, qui vise à compléter les aptitudes professionnelles des étudiants, aborde des questions d’ordre théorique et pratique telles que la législation nationale et internationale en matière de propriété intellectuelle, la manière d’obtenir des droits de propriété intellectuelle au Bélarus et ailleurs dans le monde, l’information en matière de brevets et les méthodes de recherche, la violation et l’application des droits de propriété intellectuelle, l’évaluation des actifs de propriété intellectuelle et la concession de licences.

Coordination des efforts des divers secteurs

Le Gouvernement du Bélarus a créé, en 2005, un comité consultatif mixte sur l’enseignement de la propriété intellectuelle chargée de coordonner les efforts en vue de l’amélioration de la formation dispensée dans ce domaine. Ce groupe se compose de représentants d’un certain nombre d’organismes étatiques et d’établissements d’enseignement ainsi que de chercheurs et de professionnels reconnus en matière de propriété intellectuelle. Le comité consultatif a principalement pour tâches l’amélioration du cours sur les "Principes fondamentaux de la gestion de la propriété intellectuelle" et des méthodes et du matériel didactique utilisé pour enseigner la propriété intellectuelle, ainsi que la coordination des activités de toutes les parties intéressées à la résolution des problèmes posés par l’enseignement et la formation dans ce domaine.

Nouvel élan

La Conférence internationale sur l’enseignement et la formation en matière de propriété intellectuelle organisée à Minsk au mois de mai par l’OMPI et l’Office eurasien des brevets a apporté un nouvel élan aux programmes de formation conjoints de l’OMPI et du NCIP. Les sujets abordés au cours de cette manifestation, qui a attiré 300 participants de plus de 20 pays, étaient le développement des ressources humaines comme moyen de stimuler l’innovation et la situation actuelle de l’enseignement et de la formation en matière de propriété intellectuelle. La conférence a permis de définir de nouvelles normes destinées à garantir la qualité, l’accessibilité et l’efficacité de l’enseignement et de la formation. Elle a en outre mis en évidence la nécessité de populariser la propriété intellectuelle par des activités de sensibilisation telles que les concours nationaux destinés aux jeunes. Elle a aussi été l’occasion de prendre des mesures visant à renforcer la coopération entre le NCIP et l’Institut d’État russe d’enseignement de la propriété intellectuelle sous la coordination de l’Académie mondiale de l’OMPI, dans le but de créer un centre régional de formation à la propriété intellectuelle au Bélarus.

Un intérêt croissant est manifesté au Bélarus pour des programmes de formation en propriété intellectuelle bien ciblés, susceptibles de permettre tant aux entreprises qu’au monde universitaire de suivre l’évolution du marché et de l’activité économique mondiale. Le centre de formation du NCIP va donc élaborer, en collaboration avec le comité consultatif mixte, un plus grand nombre de cours et de séminaires s’adressant expressément à certains groupes, ainsi que de nouveaux services à l’intention des divers acteurs de la propriété intellectuelle.

Intéresser les jeunes à la recherche scientifique

Le Bélarus a lancé, au milieu des années 1990, un programme destiné à attirer les jeunes vers la recherche scientifique. L’un des bénéficiaires de ce dernier, un jeune passionné d’astronomie de la ville de Minsk nommé Alexey Kolos, a eu ainsi la possibilité de travailler pendant plusieurs années avec l’astronome Evgeniy Tchaykovky sur un nouveau concept de télescope auquel il pensait depuis sa quatrième année de scolarité.

Dans un télescope ordinaire, la partie optique ne représente que 5% de l’instrument. Le reste, c’est-à-dire le tube et la barre de levage, sert à effectuer les réglages fins qui sont nécessaires pour observer des objets spatiaux. Alexey a découvert un miroir dont les caractéristiques, jusqu’alors inconnues, lui permettent de remplir simultanément les fonctions du télescope et du cœlostat, un instrument qui suit le mouvement d’un corps céleste et en renvoie la lumière dans un télescope.

Le résultat de cette collaboration est le télescope-cœlostat Kolos-Tchaykovky, un instrument 100 fois plus léger qu’un télescope conventionnel de même puissance, qui n’a besoin ni de tube ni de barre de levage et peut servir à observer des objets astronomiques et terrestres sous n’importe quelle latitude géographique. Une demande de brevet a été déposée au Bélarus sous le numéro (BY20030032). Selon les experts de l’observatoire de Pulkovo, en Russie, qui ont essayé le nouvel instrument, la découverte d’Alexey permettra de créer une gamme de télescopes simples, polyvalents et peu coûteux, qui satisferont tout autant les besoins des scientifiques que ceux des amateurs.

Bélarus
Superficie: 207,600 km2
Capitale: Minsk
Population: 10.3 millions
Langues: Biélorusse et russe
Principales industries: machinerie lourde et outillage, motocyclettes, téléviseurs, fibres chimiques, textiles

 

Le Bélarus est une république indépendante, sans accès à la mer, d’Europe de l’Est. Son économie a enregistré en 2005 une croissance de 8%, et son gouvernement a pu améliorer son taux d’inflation au cours des dernières années. Des négociations sont en cours entre le Bélarus et son principal partenaire commercial, la Russie, en vue de l’intégration économique des deux pays.

(Source www.wikipedia.com)

Explorez l'OMPI