World Intellectual Property Organization

L’innovation au Botswana : Le Centre technologique du Botswana

Juillet 2005

Le bâtiment de son siège témoigne de la compétence avec le BOTEC conçoit des bâtiments économes en énergie.
Le bâtiment de son siège témoigne de la compétence avec le BOTEC conçoit des bâtiments économes en énergie.

Une prothèse auditive utilisant l’énergie solaire, une méthode d’agglomération du sable du désert du Kgalagadi pour fabriquer des blocs de construction, un contrôleur de charge photovoltaïque, une lampe Masa, ce sont là quelques-unes unes des innovations que l’on doit au Centre technologique du Botswana (BOTEC) de Gaborone.

Créé en 1979 et financé par le gouvernement du Botswana, le BOTEC est un organisme de recherche et de développement qui se consacre à la recherche de solutions technologiques novatrices contribuant au développement social, économique et industriel du pays. Aujourd’hui, le BOTEC est le principal centre national de développement et de diffusion des recherches. Les 150 personnes qui y travaillent s’emploient à identifier les besoins technologiques et à utiliser leurs compétences pour y répondre. Le BOTEC s’efforce pour cela d’aider les novateurs du Botswana à surmonter les difficultés auxquelles ils se heurtent, telles que l’exiguïté du marché local; le manque de capital-risque pour aider à appliquer concrètement des idées, et enfin, la protection limitée qu’accorde le système national de propriété intellectuelle aux idées novatrices.

Solar Aid

Une des premières initiatives du BOTEC a abouti à une innovation fructueuse dans le domaine des produits utilisant l’énergie solaire et destinés aux sourds. Environ 167 millions d’habitants des pays en développement sont atteints de surdité ou d’une déficience auditive invalidante1, ce qui limite leurs possibilités d’éducation et d’emploi. Lorsqu’elles sont disponibles, les prothèses auditives bon marché ne sont pas adaptées aux besoins des communautés déshéritées, où les piles sont rares et coûteuses. Pour remédier à ce problème; le BOTEC a conçu en 1992 un projet collaboratif avec Motse Wa Badiri Camphill, ONG caritative dispensant des services de formation, d’emploi et de réhabilitation à des invalides au Botswana. Il s’agissait de concevoir, fabriquer et distribuer une prothèse auditive peu coûteuse alimentée uniquement à l’énergie solaire. Le BOTEC a produit un prototype initial de prothèse auditive fonctionnant à l’énergie solaire. L’équipe de Motse Wa Badiri Camphill a effectué des essais sur le terrain, levé des fonds pour améliorer les prototypes, donné à l’appareil la marque SolarAid et l’a lancé sur le marché. La prothèse auditive a gagné le Prix de la conception pour le développement du Bureau des normes sud-africain en 1998, avant d’être reconnue au plan international lors du Concours de l’énergie renouvelable qui s’est tenu en 2002 en Autriche.

La prothèse auditive solaire rechargeable fixée sur le corps a suscité un intérêt considérable et a été utilisée dans de nombreux pays en développement. Le niveau des ventes n’a cependant pas été suffisant pour que sa fabrication puisse être poursuivie. Motse Wa Badiri Camphill a donc créé une organisation distincte, le Godisa2 Technologies Trust, afin d’attirer les compétences nécessaires pour qu’un projet pilote prometteur débouche sur un produit qui soit un véritable succès. S’inspirant de l’expérience passée, une équipe Godisa de jeunes concepteurs et techniciens a mis au point un rechargeur autonome de pile solaire pour des prothèses auditives qui se portent derrière l’oreille. Maintenant fabriqué avec succès sous la marque SolarAid, ce rechargeur n’a besoin que de 6 à 8 heures de soleil pour rester en pleine charge pendant une semaine. Il a reçu un prix de l’OMPI en 2005 lors du Concours national Botswana de conception pour le développement organisé par le BOTEC.

Solutions durables

Conformément à la stratégie générale du gouvernement, le BOTEC travaille principalement sur les énergies renouvelables. Neuf ingénieurs y effectuent des recherches et réalisent des projets dans ce domaine. En 1998, le BOTEC a créé une centrale électrique solaire (photovoltaïque) centralisée qui assure l’éclairage public et alimente en électricité un dispensaire, une école primaire et quatorze ménages du village de Motshegaletau. Ce projet a amélioré la qualité de vie des habitants et facilité le développement des entreprises locales. Le BOTEC est actuellement en pourparlers avec la Botswana Power Corporation au sujet d’une stratégie nationale concernant les centrales électriques solaires.

Le Centre est fier des technologies à énergie renouvelable mises au point par son personnel, telles que le contrôleur de charge photovoltaïque, qui assure la charge optimale des piles solaires, et la lampe Masa, lampe PV qui fonctionne avec n’importe quelle source d’énergie produisant de 10 à 16 volts. Ces technologies et d’autres antérieures ont été transférées avec succès à des entrepreneurs locaux.

L’architecture durable est un autre domaine d’expertise pour lequel le BOTEC s’est fait connaître. Le bâtiment où il est installé, achevé en 2001, est lui-même conçu comme un projet de démonstration comportant des caractéristiques adaptées au climat et économes en énergie telles qu’un système de refroidissement par évaporation, un atrium réticulé, des cheminées solaires ainsi qu’un système de collecte des eaux de pluie et de recyclage des eaux usées. Le Centre fait également des recherches sur de nouvelles méthodes de production de blocs de construction avec le sable disponible en abondance dans le désert du Kgalagadi. Il s’agit de permettre aux communautés vivant dans les zones sableuses du Botswana de construire des maisons modernes selon un meilleur rapport coût-efficacité en utilisant des briques et des blocs durables et d’un coût abordable.

Propriété intellectuelle

La Loi du Botswana sur les droits de propriété industrielle (1996) a fourni un cadre juridique aux novateurs du pays pour protéger leur propriété intellectuelle. Mais l’application de cette loi a été lente, et l’office de la propriété industrielle a souffert du manque de personnel qualifié ainsi que du niveau élevé des frais administratifs, par exemple pour rechercher des informations sur les brevets. Le BOTEC facilite les évolutions en cours en présidant la Commission des savoirs autochtones, qui a été chargée de rédiger le texte de la section sur les savoirs autochtones de la Loi sur les droits de propriété industrielle afin d’aider ceux qui utilisent ces savoirs au Botswana à bénéficier de leur propriété intellectuelle.

Une stratégie intégrée pour édifier une nation innovante

Le BOTEC a pour mission de jouer un rôle de pointe pour tirer parti des sciences et technologies novatrices et faire du Botswana un pays compétitif au plan international. À cette fin, ses activités sont alignées sur le plan de développement national. Le BOTEC est considéré comme un acteur clé dans le cadre national de l’innovation, créé par le nouveau Ministère des communications, de la science et de la technologie. En intégrant les talents intellectuels, créatifs et entrepreneuriaux du pays dans la stratégie de développement national, le gouvernement s’efforce de réaliser l’objectif de Vision 2016 : ‘édifier un pays prospère, productif et innovant.’

_____________________
1.  Estimations de l’Organisation mondiale de la santé (2002)
2.  Godisa signifie en gros “aider les autres à progresser”.

Explorez l'OMPI