Indice mondial de l’innovation 2017 : dégager des crédits pour les petites exploitations agricoles en Afrique

10 novembre 2017

Dans les pays en développement, très souvent, les petits exploitants agricoles en quête d’expansion ne disposent pas des documents officiels, tels que titres fonciers ou bilans comptables, demandés par de nombreuses banques de prêt.

Cela ne signifie pas pour autant que ces agriculteurs, qui sont la colonne vertébrale de l’agriculture en Afrique, ne soient pas solvables : les prêteurs doivent simplement s’appuyer sur d’autres critères qui tiennent mieux compte des moyens de subsistance des agriculteurs.

C’est le constat de deux jeunes femmes kényennes issues de familles d’agriculteurs, qui ont lancé une nouvelle application pour téléphone mobile basée sur les SMS visant à mettre les agriculteurs africains en relation avec des prêteurs qui s’appuient sur un ensemble de facteurs, notamment les données météorologiques et les données récoltées par des drones.

Vidéo: FarmDrive a essentiellement pour objectif de remédier à l’impossibilité pour les petits exploitants agricoles d’avoir accès au credit. (Photo: OMPI/Glatz)

Cette nouvelle technologie est essentielle car elle devrait permettre d’accroître rapidement la productivité agricole, dont la croissance n’est pas suffisamment rapide pour répondre à une demande qui, d’après l’"Indice mondial de l’innovation 2017 : l’innovation pour nourrir le monde" devrait augmenter d’au moins 60% entre 2006 et 2050.

Autres articles connexes

Indice mondial de l’innovation 2017

En un coup d’œil – les pays les plus innovants du monde.

(Photo: iStock.com/© stevanovicigor)

Relancer l’agriculture par l’innovation

L’agriculture est la pierre angulaire de nombreuses économies; aussi, exploiter pleinement les possibilités qu’elle offre grâce à l’innovation ouvre une voie prometteuse au développement économique. (Magazine de l'OMPI)

Une image de marque pour valoriser le clou de girofle de Zanzibar

Zanzibar utilise les outils de la propriété intellectuelle pour faire connaître son clou de girofle à l’étranger en vue d’accroître les revenus des cultivateurs sur l’île.