De 10 minutes à cinq secondes : une invention qui sauve l’industrie horlogère vieillissante

Nom:Tefco Aomori Co. Ltd.
Pays / Territoire:Japon
Droit(s) de P.I.:Brevets
Date de publication:9 septembre 2010
Dernière mise à jour:16 septembre 2015

Généralités

M. Nakayama, inventeur
et fondateur de Tefco
Aomori, raconte son
expérience dans le
domaine de la propriété
intellectuelle (Vidéo: OMPI)
M. Nakayama, inventeur et fondateur de Tefco Aomori, raconte son expérience dans le domaine de la propriété intellectuelle (Vidéo: OMPI), new window Vidéo

M. Hiroo Nakayama a passé les 10 premières années de sa carrière au sein de la division étrangère du commerce de l’acier d’une grande shosha (compagnie de commerce) japonaise. Il a ensuite travaillé dans une société de galvanoplastie, où il a été formé à cette technologie. À la fin des années 80, l’industrie horlogère japonaise souffrait du vieillissement des professionnels spécialisés dans la fixation d’aiguilles de montres et du bouleversement technologique au profit d’autres pays. Cette situation a poussé l’un des clients de M. Nakayama à lui demander s’il existait une solution possible à cette pénurie de jeunes professionnels spécialisés dans la fabrication de cadran de montres.

En général, la fixation des aiguilles d’une montre était une opération très technique et longue, qui nécessitait toute l’attention d’un travailleur compétent pendant 10 minutes pour fixer les chiffres sur le cadran d’une seule montre. M. Nakayama s’est inspiré de cette question pour se lancer à la recherche d’une nouvelle technique de placage. L’idée lui est alors venue de créer le placage d’inscriptions “amovibles”. Cependant, malgré son désir de poursuivre ses efforts, ses recherches ont malheureusement été interrompues par la société, la priorité ayant été accordée à d’autres activités importantes. En 1988, il a donc décidé de créer sa propre entreprise, Tefco Aomori.

Brevets


“Méthode de fixation de très petits articles” (demande de brevet PCT n° PCT/JP1998/003196, recherche effectuée dans PATENTSCOPE®)

Les travaux de recherche de M. Nakayama ont porté leurs fruits en 1994, lorsque Tefco Aomori a déposé deux demandes de brevet pour des techniques de galvanoplastie servant à former et décalquer des inscriptions métalliques “autocollantes”. Ces “autocollants”, nommés “Tefco Mirror”, sont utilisés afin de fixer des caractères sur de petits objets, tels que des cadrans de montres, ainsi que des logos de marques de produits de qualité. Ces demandes de brevet ont été déposées en Chine, en Allemagne, au Japon, en République de Corée, en Suisse, à Taïwan (province de Chine) et aux États-Unis d’Amérique. En 1998, la société a déposé une demande internationale, conjointement avec une grande entreprise horlogère japonaise, CITIZEN, en vertu du système du Traité de coopération en matière de brevets (PCT). “Tefco Mirror” a rapidement acquis la réputation d’invention révolutionnaire dans l’industrie horlogère, car elle permettait de réduire la durée de production de cadrans de montres de plus 10 minutes à seulement cinq secondes.

La société a continué de déposer des demandes de brevet visant à protéger de nouvelles inventions, et détenait au total 14 brevets (y compris par le biais de demandes conjointes) en mai 2010. M. Nakayama affirme que les brevets sont essentiels pour permettre aux petites et moyennes entreprises (PME) de traiter avec des entreprises de portée mondiale sur un pied d’égalité. La société fait appel aux services d’un cabinet de conseil en brevets pour l’aider à déposer des demandes de brevet, à négocier avec des clients étrangers et à résoudre des problèmes liés à la contrefaçon à l’étranger.

Financement et recherche-développement

Au cours des cinq premières années d’existence (1988-1992) de Tefco Aomori, pas moins de 90% de sa production était défectueuse, et la société a cruellement souffert d’un déficit qui se chiffrait à 240 millions de yens (soit environ 2,8 millions de francs suisses). La société a surmonté cette période difficile grâce à des fonds de recherche alloués par CITIZEN, fabricant de montres japonais. Pendant les cinq années suivantes, la société a commencé à recevoir des commandes d’entreprises horlogères, à la suite de l’enregistrement réussi de ses brevets et de la reconnaissance accrue dont elle jouissait dans le secteur.

La situation financière de la société s’est temporairement améliorée, jusqu’au moment où elle a été confrontée à une chute vertigineuse des demandes émanant des entreprises horlogères, imputable au changement de comportement des consommateurs qui se servaient de plus en plus de la fonction horloge de leur téléphone portable, qui avait entraîné la réduction de l’achat de montres à partir des années 90 à ce jour. Ce changement a incité M. Nakayama à investir 10 millions de yens (environ 118 000 francs suisses) dans la recherche-développement, en vue de créer des “Tefco S Mirror” extrêmement plats en acier inoxydable, et ce malgré les difficultés financières persistantes auxquelles la société était confrontée. En 2002, avec le nouveau “Tefco S Mirror”, la société a élargi avec succès sa clientèle au-delà de l’industrie horlogère (dont les commandes étaient en baisse en raison du déclin du marché de l’horlogerie) et à attirer des clients dans les industries électrique et automobile.

Résultats commerciaux


Fixation traditionnelle des aiguilles d’une montre (à gauche) et “autocollants” métalliques de Tefco Aomori pour cadrans de montres (à droite) : cette invention a réduit la durée de fabrication de cadrans de 10 minutes à cinq secondes. (Photos : OMPI/Sola)

Fixation traditionnelle des aiguilles d’une montre (à gauche) et “autocollants” métalliques de Tefco Aomori pour cadrans de montres (à droite) : cette invention a réduit la durée de fabrication de cadrans de 10 minutes à cinq secondes. (Photos : OMPI/Sola)

La technologie brevetée de la société est utilisée pour les cadrans de montres de qualité supérieure (par exemple, BVLGARI et ROLEX), ainsi que pour fixer des logos de marques sur des produits de renommée mondiale (comme APPLE, JAGUAR, SHARP et SONY). Selon la société, chaque année, environ six millions d’articles sont produits pour l’industrie horlogère, sept millions pour les appareils électriques et un million pour l’industrie automobile. Tefco Aomori compte 53 employés (depuis mai 2010) et entretien des relations avec environ 30% des acteurs du marché mondial des montres haut de gamme. Le montant des ventes annuelles a atteint 544,3 millions de yens (environ 6,4 millions de francs suisses) en mars 2010.

Tefco Aomori a obtenu un prix du Ministère japonais de l’économie, du commerce et de l’industrie (METI) en 2006 et 2007. M. Nakayama a également remporté le prix du chef d’entreprise de l’année, dans la catégorie Tohoku du prix Ernst & Young Entrepreneur of the Year (EOY) de 2008 au Japon. Tefco Aomori a obtenu les certifications ISO 9001 :2000 et ISO 14001 :2004 en 2006. M. Nakayama déclare que ces certifications sont essentielles pour créer une entreprise et continuer de faire des affaires avec des entreprises étrangères.

Réussir à percer sur les marchés mondiaux des produits haut de gamme grâce à l’innovation

Les facteurs ayant favorisé la réussite de Tefco Aomori résident dans la passion indéfectible de son fondateur pour la recherche-développement et dans ses techniques et produits exclusifs protégés par des brevets dans les pays où se trouvent ses partenaires commerciaux. Malgré plusieurs périodes difficiles, le fondateur de la société n’a pas cessé d’investir dans l’innovation, et a remis son entreprise sur les rails après de longues années de difficultés financières. Ses produits et techniques brevetés ont accéléré le procédé de fabrication de cadrans de montre et en ont réduit les coûts, tout en maintenant l’aspect luxueux des produits, très prisés sur les marchés des produits haut de gamme.