À propos de la propriété intellectuelle Formation en propriété intellectuelle Respect de la propriété intellectuelle Sensibilisation à la propriété intellectuelle La propriété intellectuelle pour… Propriété intellectuelle et… Propriété intellectuelle et… Information relative aux brevets et à la technologie Information en matière de marques Information en matière de dessins et modèles industriels Information en matière d’indications géographiques Information en matière de protection des obtentions végétales (UPOV) Lois, traités et jugements dans le domaine de la propriété intellectuelle Ressources relatives à la propriété intellectuelle Rapports sur la propriété intellectuelle Protection des brevets Protection des marques Protection des dessins et modèles industriels Protection des indications géographiques Protection des obtentions végétales (UPOV) Règlement extrajudiciaire des litiges Solutions opérationnelles à l’intention des offices de propriété intellectuelle Paiement de services de propriété intellectuelle Décisions et négociations Coopération en matière de développement Appui à l’innovation Partenariats public-privé Outils et services en matière d’intelligence artificielle L’Organisation Travailler avec nous Responsabilité Brevets Marques Dessins et modèles industriels Indications géographiques Droit d’auteur Secrets d’affaires Académie de l’OMPI Ateliers et séminaires Application des droits de propriété intellectuelle WIPO ALERT Sensibilisation Journée mondiale de la propriété intellectuelle Magazine de l’OMPI Études de cas et exemples de réussite Actualités dans le domaine de la propriété intellectuelle Prix de l’OMPI Entreprises Universités Peuples autochtones Instances judiciaires Ressources génétiques, savoirs traditionnels et expressions culturelles traditionnelles Économie Égalité des genres Santé mondiale Changement climatique Politique en matière de concurrence Objectifs de développement durable Technologies de pointe Applications mobiles Sport Tourisme PATENTSCOPE Analyse de brevets Classification internationale des brevets Programme ARDI – Recherche pour l’innovation Programme ASPI – Information spécialisée en matière de brevets Base de données mondiale sur les marques Madrid Monitor Base de données Article 6ter Express Classification de Nice Classification de Vienne Base de données mondiale sur les dessins et modèles Bulletin des dessins et modèles internationaux Base de données Hague Express Classification de Locarno Base de données Lisbon Express Base de données mondiale sur les marques relative aux indications géographiques Base de données PLUTO sur les variétés végétales Base de données GENIE Traités administrés par l’OMPI WIPO Lex – lois, traités et jugements en matière de propriété intellectuelle Normes de l’OMPI Statistiques de propriété intellectuelle WIPO Pearl (Terminologie) Publications de l’OMPI Profils nationaux Centre de connaissances de l’OMPI Série de rapports de l’OMPI consacrés aux tendances technologiques Indice mondial de l’innovation Rapport sur la propriété intellectuelle dans le monde PCT – Le système international des brevets ePCT Budapest – Le système international de dépôt des micro-organismes Madrid – Le système international des marques eMadrid Article 6ter (armoiries, drapeaux, emblèmes nationaux) La Haye – Le système international des dessins et modèles industriels eHague Lisbonne – Le système d’enregistrement international des indications géographiques eLisbon UPOV PRISMA UPOV e-PVP Administration UPOV e-PVP DUS Exchange Médiation Arbitrage Procédure d’expertise Litiges relatifs aux noms de domaine Accès centralisé aux résultats de la recherche et de l’examen (WIPO CASE) Service d’accès numérique aux documents de priorité (DAS) WIPO Pay Compte courant auprès de l’OMPI Assemblées de l’OMPI Comités permanents Calendrier des réunions WIPO Webcast Documents officiels de l’OMPI Plan d’action de l’OMPI pour le développement Assistance technique Institutions de formation en matière de propriété intellectuelle Mesures d’appui concernant la COVID-19 Stratégies nationales de propriété intellectuelle Assistance en matière d’élaboration des politiques et de formulation de la législation Pôle de coopération Centres d’appui à la technologie et à l’innovation (CATI) Transfert de technologie Programme d’aide aux inventeurs WIPO GREEN Initiative PAT-INFORMED de l’OMPI Consortium pour des livres accessibles L’OMPI pour les créateurs WIPO Translate Speech-to-Text Assistant de classification États membres Observateurs Directeur général Activités par unité administrative Bureaux extérieurs Avis de vacance d’emploi Achats Résultats et budget Rapports financiers Audit et supervision
Arabic English Spanish French Russian Chinese
Lois Traités Jugements Recherche par ressort juridique

Loi n° 2121/1993 sur le droit d'auteur, les droits voisins et les questions culturelles (telle que modifiée par la loi n° 2435 du 2 août 1996), Grèce

Retour
Texte remplacé  Accéder à la dernière version dans WIPO Lex
Détails Détails Année de version 1996 Dates Entrée en vigueur: 4 mars 1993 Adopté/e: 3 mars 1993 Type de texte Principales lois de propriété intellectuelle Sujet Droit d'auteur, Mise en application des droits, Expressions culturelles traditionnelles, Organe de réglementation de la PI

Documents disponibles

Texte(s) principal(aux) Textes connexe(s)
Texte(s) princip(al)(aux) Texte(s) princip(al)(aux) Français Loi n° 2121/1993 sur le droit d'auteur, les droits voisins et les questions culturelles (telle que modifiée par la loi n° 2435 du 2 août 1996)         Anglais Law No. 2121/1993 on Copyright, Related Rights and Cultural Matters (as amended by Law No. 2435 of August 2, 1996)        

Copyright, Related Rights and Cultural Matters

(Law No. 2121/1993 as last amended by Law No. 2435 of August 2, 1996) *

TABLE OF CONTENTS **

Articles

Section I: Object and Content of Copyright

Copyright..................................................................................................... 1

Object of the Right...................................................................................... 2

Economic Rights.......................................................................................... 3

Moral Rights................................................................................................ 4

Droit de suite............................................................................................... 5

Section II: The Initial Subject of Copyright

The Initial Right Holder............................................................................... 6

Works of Joint Authorship, Collective and Composite Works.................... 7

Employee-Created Works............................................................................ 8

Audiovisual Works...................................................................................... 9

Presumptions............................................................................................... 10

Fictitious Initial Right Holders.................................................................... 11

Section III: Transfer, Exploitation and Exercise of Rights

Transfer........................................................................................................ 12

Exploitation Contracts and Licenses............................................................ 13

Form of Legal Acts...................................................................................... 14

Extent of Transfer and of Exploitation Contracts and Licenses................... 15

Consent of the Author as Exercise of the Moral Right................................ 16

Transfer of the Physical Carrier................................................................... 17

Section IV: Limitations on the Economic Right

Reproduction for Private Use...................................................................... 18

Quotation of Extracts................................................................................... 19

School Textbooks and Anthologies............................................................. 20

Reproduction for Teaching Purposes........................................................... 21

Reproduction by Libraries and Archives..................................................... 22

Reproduction of Cinematographic Works................................................... 23

Reproduction for Judicial or Administrative Purposes................................ 24

Reproduction for Information Purposes....................................................... 25

Use of Images of Works Sited in Public Places........................................... 26

Public Performance or Presentation on Special Occasions.......................... 27

Exhibition and Reproduction of Fine Art Works......................................... 28

Section V: Duration of Protection

Duration in General..................................................................................... 29

Works of Joint Authorship........................................................................... 30

Special Commencement of the Duration..................................................... 31

Section VI: Rules Relating to Exploitation Contracts and Licenses

Percentage Fee............................................................................................. 32

Rules Relating to Contracts for Printed Editions and Translators’ Rights........................................................................................................ 33

Rules Relating to Audiovisual Production Contracts................................... 34

Rules Relating to Broadcasting by Radio and Television............................ 35

Theatrical Performance Fee......................................................................... 36

Musical Accompaniment of Films............................................................... 37

Photographers’ Rights................................................................................. 38

Nullity of Contrary Agreements.................................................................. 39

Section VII: Special Provisions Concerning Computer Programs

Programs Created by Employees................................................................. 40

* Entry into force: March 4, 1993.

Source: English translation communicated by the Greek authorities.

** Added by the International Bureau of WIPO.

1 Not reproduced here because it does not concern copyright or related rights.

2 Not reproduced here because they do not concern copyright or related rights.

Exhaustion of a Right.................................................................................. 41

Restrictions.................................................................................................. 42

Decompilation............................................................................................. 43

Duration of Protection................................................................................. 44

Validity of Other Provisions and Agreements............................................. 45

Section VIII: Related Rights

License by Performers................................................................................. 46

License by Producers of Sound and Visual Recordings.............................. 47

License from Radio or Television Organizations........................................ 48

Right to Equitable Remuneration................................................................ 49

Moral Right................................................................................................. 50

Rights of Publishers..................................................................................... 51

Form of the License, Limitations and Duration of the Rights..................... 52

Protection of Copyright............................................................................... 53

Section IX: Administration by Collecting Societies

Assignation of Administration..................................................................... 54

The Competence of Collecting Societies..................................................... 55

Relations with Users.................................................................................... 56

Relations with Authors................................................................................ 57

Application to Related Rights...................................................................... 58

Section X: Measures to Prevent Infringements

Imposition of and Adherence to Specifications........................................... 59

Use of Control Systems............................................................................... 60

Control Labeling.......................................................................................... 61

Prohibition of Decoding.............................................................................. 62

Stopping an Infringement or its Continuation.............................................. 63

Section XI: Sanctions

Seizure......................................................................................................... 64

Civil Sanctions............................................................................................. 65

Criminal Sanctions...................................................................................... 66

Section XII: Final and Transitional Provisions

Applicable Legislation................................................................................. 67

Law Not Retroactive.................................................................................... 68

Establishment of the Copyright Organization.............................................. 69

Collecting Societies Already Functioning................................................... 70

Implementation of Directives of the European Community........................ 71

Repeal of Provisions and Regulation of Other Matters................................ 72

Section XIII: Cultural Matters and Other Arrangements................................................... 74

Section XIV: Entry into Force........................................................................................... 77

Section I Object and Content of Copyright

Copyright

Art. 1.–

(1) Authors shall have, with the creation of the work, the right of copyright in that work, which includes, as exclusive and absolute rights, the right to exploit the work (economic right) and the right to protect their personal connection with the work (moral right).

(2) The above-mentioned rights shall include the powers to authorize that are provided for in Articles 3 and 4 of this Law.

Object of the Right

Art. 2.–

(1) The term “work” shall designate any original intellectual literary, artistic or scientific creation, expressed in any form, notably written or oral texts, musical compositions with or without words, theatrical works accompanied or unaccompanied by music, choreographies and pantomimes, audiovisual works, works of fine art, including drawings, works of painting and sculpture, engravings and lithographs, works of architecture and photographs, works of applied art, illustrations, maps and three-dimensional works relative to geography, topography, architecture or science.

(2) The term “work” shall, in addition, designate translations, adaptations, arrangements and other alterations of works or of expressions of folklore, as well as collections of works or collections of expressions of folklore or of simple facts and data, such as encyclopedias, anthologies and databases, provided the selection or the arrangement of their contents is original. Protection afforded to the works listed in this paragraph shall in no way prejudice rights in the preexisting works, which were used as the object of the alterations or the collections.

(3) Without prejudice to the provisions of Section VII of this Law, computer programs and their preparatory design material shall be deemed to be literary works within the meaning of the provisions on copyright protection. Protection in accordance with this Law shall apply to the expression in any form of a computer program. Ideas and principles which underlie any element of a computer program, including those which underlie its interfaces, are not protected under this Law. A computer program shall be protected if it is original in the sense that it is the author’s personal intellectual creation.

(4) The protection afforded under this Law shall apply regardless of the value of the work and its destination and regardless of the fact that the work is possibly protected under other provisions.

(5) The protection afforded under this Law shall not apply to official texts expressive of the authority of the State, notably to legislative, administrative or judicial texts, nor shall it apply to expressions of folklore, news information or simple facts and data.

Economic Rights

Art. 3.–

(1) The economic rights shall confer upon the author notably the right to permit or prohibit:

(a) the fixation and reproduction of the work by any means, such as mechanical, photochemical or electronic means;

(b) the translation of the work;

(c) the arrangement, adaptation or other alteration of the work;

(d) the distribution of the original or copies of the work via a transfer of ownership, a rental arrangement or public lending, and, notably with reference to the use of copies, the imposition of limiting conditions on a transfer of ownership or a rental or public lending arrangement;

(e) the communication of the work to the public;

(f) the public performance of the work;

(g) the broadcasting or rebroadcasting of the work to the public by radio or television, by wireless means or by cable or by any kind of wire or by any other means, in parallel to the surface of the earth or by satellite;

(h) the import of copies of the work produced abroad without the creator’s consent or the import of copies from a country outside the European Community when the right over such imports had been retained by the author through contract.

(2) The use, performance or presentation of the work shall be deemed to be “public” when the work thereby becomes accessible to a circle of persons wider than the narrow circle of the family and the immediate social circle of the author, regardless of whether the persons of this wider circle are at the same or at different locations.

Moral Rights

Art. 4.–

(1) The moral rights shall confer upon the author notably the following rights:

(a) to decide on the time, place and manner in which the work shall be made accessible to the public (publication);

(b) to demand that his status as the author of the work be acknowledged and, in particular, to the extent that it is possible, that his name be indicated on the copies of his work and noted whenever his work is used publicly, or, on the contrary, if he so wishes, that his work be presented anonymously or under a pseudonym;

(c) to prohibit any distortion, mutilation or other modification of his work and any offense to the author due to the circumstances of the presentation of the work in public;

(d) to have access to his work, even when the economic right in the work or the physical embodiment of the work belongs to another person; in those latter cases, the access shall be effected with minimum possible nuisance to the right holder;

(e) in the case of a literary or scientific work, to rescind a contract transferring the economic right or an exploitation contract or license of which his work is the object, subject to payment of material damages to the other contracting party, for the pecuniary loss he has sustained, when the author considers such action to be necessary for the protection of his personality because of changes in his beliefs or in the circumstances.

(2) With reference to the last case of the preceding paragraph, the rescission takes effect after the payment of the damages. If, after the rescission, the author again decides to transfer the economic right, or to permit exploitation of the work or of a like work, he must give, in priority, the former other contracting party the opportunity to reconstitute the old contract with the same terms or with terms similar to those which were in force at the time of the rescission.

(3) The moral rights shall be independent from the economic rights and shall remain with the author even after the transfer of the economic rights.

Droit de suite

Art 5.–

(1) Whenever an original work of fine art is resold at a public auction or by an art dealer or through the mediation of an art dealer, the author of the work and his heirs shall have the right to demand a share of 5 percent of the selling price. This right shall not be transferable between living persons.

(2) The amount shall be rendered by the organizer of the public auction or by the art dealer.

(3) Each year, when requested, organizers of public auctions and art dealers are obliged to provide the Fine Arts Chamber of Greece and the fine arts collecting societies with exact information regarding the works sold by them, or through their intervention, and on the sale prices of such works, during the preceding calendar year.

Section II The Initial Subject of Copyright

The Initial Right Holder

Art. 6.–

(1) The initial holder of the economic right and the moral right in a work shall be the author of that work.

(2) The above-mentioned rights shall be vested in the author of a work without resort to any formality.

Works of Joint Authorship, Collective and Composite Works

Art. 7.–

(1) The term “work of joint authorship” shall designate any work which is the result of the direct collaboration of two or more authors. The initial right holders in respect of the economic and moral rights in a joint work shall be the coauthors of that work. Unless otherwise agreed, the rights shall be shared equally by the coauthors.

(2) The term “collective work” shall designate any work created through the independent contribution of several authors acting under the intellectual direction and coordination of one natural person. That natural person shall be the initial right holder of the economic right and the moral right in the collective work.

Each author of a contribution shall be the initial right holder of the economic right and the moral right in his own contribution, provided that that contribution is capable of separate exploitation.

(3) The term “composite work” shall designate a work which is composed of parts created separately. The authors of all of the parts shall be the initial co-right holders of the rights in the composite work, and each author shall be the exclusive initial holder of the rights of the part of the composite work that he has created, provided that that part is capable of separate exploitation.

Employee-Created Works

Art. 8. Where a work is created by an employee in the execution of an employment contract the initial holder of the economic and moral rights in the work shall be the author of the work. Unless provided otherwise by contract, only such economic rights as are necessary for the fulfillment of the purpose of the contract shall be transferred exclusively to the employer.

Audiovisual Works

Art. 9. The principal director of an audiovisual work shall be considered as its author.

Presumptions

Art. 10.–

(1) The person whose name appears on a copy of a work in the manner usually employed to indicate authorship, shall be presumed to be the author of that work. The same shall apply when the name that appears is a pseudonym, provided that the pseudonym leaves no doubt as to the person’s identity.

(2) In the case of collective works, computer programs or audiovisual works, the natural or legal person whose name or title appears on a copy of the work in the manner usually employed to indicate the right holder shall be presumed to be the right holder of the copyright in the particular work.

(3) The presumption referred to in paragraphs (1) and (2), above, may be rebutted by evidence to the contrary.

Fictitious Initial Right Holders

Art. 11.–

(1) Whoever publishes an anonymous or pseudonymous work is deemed, in relation to third parties, to be the initial holder of the economic and moral rights in that work. When the true author of the work reveals his identity, he acquires the above-mentioned rights in the condition they are in as a result of the actions of the fictitious right holder.

(2) Whoever possesses and publishes works of authors who are deceased and are no longer protected under copyright is deemed to be the initial holder of the economic and moral rights in those works.

(3) In the cases referred to in paragraphs (1) and (2), above, the moral rights shall belong to the fictitious right holder insofar as that is compatible with his status.

Section III Transfer, Exploitation and Exercise of Rights

Transfer

Art. 12.–

(1) The economic right may be transferred between living persons or mortis causa.

(2) The moral rights shall not be transferable between living persons. After the death of an author, the moral rights shall pass to his heirs, who shall exercise the rights in compliance with the author’s wishes, provided that such wishes have been explicitly expressed.

Exploitation Contracts and Licenses

Art. 13.–

(1) The author of the work may conclude contracts, by which he entrusts economic rights to the other contracting party (exploitation contracts). The other party to the contract undertakes the obligation to exercise the rights thus entrusted.

(2) The author of the work may authorize another person to exercise economic rights (exploitation licenses).

(3) Exploitation contracts and licenses may be exclusive or non-exclusive. Exclusive exploitation contracts and licenses shall empower the other contracting party to exercise the rights conferred by the contract or license excluding any third person. Non-exclusive exploitation contracts and licenses shall give the right to the other contracting party to exercise the rights conferred by the contract or license in parallel to the author and other contracting parties. In the absence of an agreement to the contrary, the other contracting party shall be entitled in his own name to seek legal protection against illegal infringements by third parties of the rights he exercises.

(4) Where doubt exists about the exclusivity of an exploitation contract or license the contract or license shall be deemed to be non-exclusive.

(5) The contract or license may in no circumstance confer any total right over the future works of the author, and shall never be deemed to refer also to forms of exploitation which were unknown on the date of the contract.

(6) The rights of a person who undertakes to carry out the exploitation of a work or who acquires the possibility of exploitation may not be transferred between living persons without the consent of the author.

Form of Legal Acts

Art. 14. Acts dealing with the transfer of economic rights, with the assignment or licensing of the right of exploitation and with the exercise of the moral right shall be null and void, unless they are concluded in writing. Nullity may be invoked only by the author.

Extent of Transfer and of Exploitation Contracts and Licenses

Art. 15.–

(1) The transfer of the economic right and exploitation contracts or contracts licensing the exploitation of that right may restrict the rights they confer, their scope and duration, the geographical application and the extent or the means of exploitation.

(2) If the duration of the transfer or of the exploitation contract or license is unspecified, its duration shall be deemed to be limited to five years, provided conventional mores do not indicate otherwise.

(3) If the geographical application of the transfer or of the exploitation contract or license is unspecified, the said legal acts shall be deemed to apply to the country in which they were concluded.

(4) If the extent and the means of exploitation which the transfer concerns or for which the exploitation or the exploitation license is agreed are unspecified, it shall be deemed that the said acts refer to the extent and the means that are necessary for the fulfillment of the purpose of the contract or license.

(5) In all cases involving the transfer of the economic right or the granting of an exclusive exploitation license, the person who acquires the right or the license shall ensure that within a reasonable period of time, the work is accessible to the public via an appropriate form of exploitation.

Consent of the Author as Exercise of the Moral Right

Art. 16. The granting of consent by an author for an action or an omission which would otherwise constitute an infringement of his moral right shall be deemed to be a form of exercise of his moral right, and shall be binding upon him.

Transfer of the Physical Carrier

Art. 17. Unless there exists prior agreement to the contrary, in writing, with the initial right holder of the economic right, the transfer of the ownership of the physical carrier into which the work has been incorporated, whether in the original form or in any form of copy, shall not constitute a transfer of the copyright or confer on the new owner any rights to exploit the work.

Section IV Limitations on the Economic Right

Reproduction for Private Use

Art. 18.–

(1) Without prejudice to the provisions laid down in the following paragraphs, it shall be permissible for a person to make a reproduction of a lawfully published work for his own private use, without the consent of the author and without payment. The term “private use” shall not include use by an enterprise, a service or an organization.

(2) The freedom to make a reproduction for private use shall not apply when the act of reproduction is likely to conflict with normal exploitation of the work or to prejudice the author’s legitimate interests, and notably:

(a) when the reproduction is an architectural work in the form of a building or similar construction;

(b) when technical means are used to reproduce a fine art work which circulates in a restricted number of copies, or when the reproduction is a graphical representation of a musical work.

(3) If for the free reproduction of the work technical means are used, such as visual or sound, or audiovisual recording equipment, magnetic tapes or other materials, suitable for the reproduction of sounds or images or of sounds and images, photocopying machines, photocopy paper or computers, an equitable remuneration shall be payable to the author of the work and to any holders of related rights. The remuneration shall be fixed at 6 percent of the value of visual or sound, or visual and sound, recording equipment and of magnetic tapes or other materials, at 4 percent of the value of photocopying machines and of photocopy paper and at 2 percent of the value of computers. In any case, the calculation shall be made at the time of the import, or of the distribution from the factory, or at the time of the wholesale or retail sale. The remuneration shall be paid by the manufacturers or the importers or the vendors of the objects herein specified and shall be noted on the invoice, and collected by the collecting societies, acting for all or part of the concerned category of right holders. The collecting societies shall collect the said remuneration and shall choose the debtor. The remuneration collected from the manufacture, import or sale of photocopying machines, photocopy paper and computers shall be shared equally between the authors and the publishers of printed matter. The remuneration collected from the manufacturer, importer or vendor of visual or sound or audiovisual recordings shall be distributed in the proportion of 55 percent to the authors, 25 percent to the performers and 20 percent to the producers of recorded magnetic tapes or other sound or visual or audiovisual recordings. The necessary details pertaining to the allocation and payment of monies to the various categories, or subcategories of the same category, of right holders can be determined through regulation by the Minister of Culture.

(4) Every collecting society is entitled to request at any time any debtor, by written notification, to declare the following by statutory statement of Law 1599/1986 to the Copyright Organization:

a) the total value of the sound or visual or audiovisual recording equipment, the sound or visual or audiovisual recordings, photocopier machines, photocopier paper, computers or other technical means used for the reproduction of sound which he imported or made available or sold and

b) that this is the real total value, without any omissions.

Within one month from the notification, the debtor is obliged to submit the said statutory statement to the Copyright Organization which should be signed by the debtor, if a personal enterprise, or the statutory representative, if a company.

(5) The collecting societies are not entitled to request the same debtor to submit a new statutory statement before the lapse of at least six months from the submission of the previous one.

(6) 1f the debtor does not comply with the obligation to submit the statutory statement referred to above, the one-member district court, by the procedure of injunction measures, may order the immediate submission of the statutory statement; in case of non compliance, a pecuniary fine of one to ten million drachmas may be imposed in favour of the applicant collecting society.

(7) 1f within twenty days from the publication of the said court order, the debtor does not comply with the obligation to submit the statutory statement, the time limit of six months is lifted regardless of any other sanction, and the collecting society is entitled to request the submission of a statutory statement every month. In this case, the provisions of the previous paragraph apply for every statutory statement.

(8) Every collecting society, at its own cost, is entitled to request the investigation of the accuracy of the contents of any statutory statement by a certified accountant appointed by the Copyright Organization. In case the debtor refuses to comply with the said investigation, the one-member district court may order it to in accordance with the above. The report of the certified accountant is submitted to the Copyright Organization and each collecting society is entitled to receive a copy. There cannot be carried out a new investigation for the same statement at the request of other collecting societies.

(9) All enterprises that import or produce or market or sell technical means and recordings that are subject to the fees of this article have the same rights the ones towards the others as the collecting societies referred to in the previous paragraphs. In case of investigation by a certified accountant, the expenses are incurred by the enterprise that requested the investigation.

(10) In the case that the importer is required to pay an equitable remuneration whether it concerns an import or inter-community acquisition of the sound or image or sound and image recordings or other technical means referred to in paragraph (3) of this Article, the remuneration is calculated on the value stated in the invoice of the foreign company, and the invoice note provided for by this article is made on the basis of the disposal invoice of the said recordings and technical means and simply states that the disposal price includes the fee calculated on the said value under paragraph (3) of this Article. The remuneration is payable three months after the import.

Quotation of Extracts

Art. 19. Quotation of short extracts of a lawfully published work by an author for the purpose of providing support for a case advanced by the person making the quotation or a critique of the position of the author shall be permissible without the consent of the author and without payment, provided that the quotation is compatible with fair practice and that the extent of the extracts does not exceed that justified by the purpose. The quotation of the extract must be accompanied by an indication of the source of the extract and of the names of the author and of the publisher, provided that the said names appear in the source.

School Textbooks and Anthologies

Art. 20.–

(1) The reproduction of lawfully published literary works of one or more writers in educational textbooks approved for use in primary and secondary education by the Ministry of National Education and Religions or another competent ministry, according to the official detailed syllabus, shall be permissible without the consent of the authors and without payment. The reproduction shall encompass only a small part of the total output of each of the writers.

(2) After the death of the author it shall be permissible to reproduce his works in a lawfully published anthology of literary works of more than one writer, without the consent of the right holders and without payment. The reproduction shall encompass only a small part of the total output of each of the writers.

(3) The reproduction, as specified in paragraphs (1) and (2), above, shall not conflict with the normal exploitation of the work from which the texts are taken and must be accompanied by an indication of the source and of the names of the author and the publisher, provided that the said names appear in the source.

Reproduction for Teaching Purposes

Art. 21. It shall be permissible, without the consent of the author and without payment, to reproduce articles lawfully published in a newspaper or periodical, short extracts of a work or parts of a short work or a lawfully published work of fine art work exclusively for teaching or examination purposes at an educational establishment, in such measure as is compatible with the aforementioned purpose, provided that the reproduction is effected in accordance with fair practice and does not conflict with the normal exploitation. The reproduction must be accompanied by an indication of the source and of the names of the author and the publisher, provided that the said names appear on the source.

Reproduction by Libraries and Archives

Art. 22. It shall be permissible, without the consent of the author and without payment, for a nonprofit-making library or archive to reproduce one additional copy from a copy of the work already in their permanent collection, for the purpose of retaining that additional copy or of transferring it to another nonprofit-making library or archive. The reproduction shall be permissible only if an additional copy cannot be obtained in the market promptly, and on reasonable terms.

Reproduction of Cinematographic Works

Art. 23. In cases where the holder of the economic right abusively withholds consent for the reproduction of a cinematographic work of special artistic value, for the purpose of preserving it in the National Cinematographic Archive, the reproduction shall be permissible without his consent and without payment, subject to a decision by the Minister of Culture, taken in conformity with the prior opinion of the Cinematography Advisory Council.

Reproduction for Judicial or Administrative Purposes

Art. 24. To the extent justified for a particular purpose, the reproduction of a work for use in judicial or administrative procedures shall be permitted without the consent of the author and without payment.

Reproduction for Information Purposes

Art. 25.–

(1) To the extent justified for the particular purpose, the following acts of reproduction shall be permissible without the consent of the author and without payment:

(a) for the purpose of reporting current events by the mass media, the reproduction and communication to the public of works seen or heard in the course of the event;

(b) for the purpose of giving information on current events, the reproduction and communication to the public by the mass media of political speeches, addresses, sermons, legal speeches or other works of the same nature, as well as of summaries or extracts of lectures, provided the said works are delivered in public.

(2) Wherever possible, the reproduction and communication to the public shall be accompanied by an indication of the source and of the name of the author.

Use of Images of Works Sited in Public Places

Art. 26. The occasional reproduction and communication by the mass media of images of architectural works, fine art works, photographs or works of applied art, which are sited permanently in a public place, shall be permissible, without the consent of the author and without payment.

Public Performance or Presentation on Special Occasions

Art. 27. The public performance or presentation of a work shall be permissible, without the consent of the author and without payment on the following occasions:

(a) at official ceremonies, to the extent compatible with the nature of the ceremonies;

(b) within the framework of staff and pupil or student activities at an educational establishment, provided that the audience is composed exclusively of the aforementioned persons, the parents of the pupils or students, persons responsible for the care of the pupils or students, or persons directly involved in the activities of the establishment.

Exhibition and Reproduction of Fine Art Works

Art. 28.–

(1) Museums which own the physical carriers into which works of fine art have been incorporated shall be entitled, without the consent of the author and without payment, to exhibit those works to the public on the museum premises, or during exhibitions organized in museums.

(2) The presentation of a fine art work to the public, and its reproduction in catalogs to the extent necessary to promote its sale, shall be permissible, without the consent of the author and without payment.

(3) In the cases dealt with in paragraphs (1) and (2), above, reproduction shall be permissible, provided such reproduction does not conflict with the normal exploitation of the work and does not unreasonably prejudice the legitimate interest of the author.

Section V Duration of Protection

Duration in General

Art. 29.–

(1) Copyright in a work shall last for the whole of the author’s lifetime and for 70 years after his death, computed from the end of the year of death.

(2) After the expiry of the period of copyright protection, the State, represented by the Minister of Culture, may exercise the rights relating to the acknowledgment of the author’s paternity and the rights relating to the protection of the integrity of the work deriving from the moral rights pursuant to Article 4(1)(b) and (1)(c) of this Law.

Works of Joint Authorship

Art. 30. Copyright in works of joint authorship shall last for the lifetime of the last surviving author and for 70 years after his death, computed from the end of the year of death.

Special Commencement of the Duration

Art. 31.–

(1) Copyright in works published anonymously or pseudonymously shall last for 70 years, computed from the end of the year in which the work was lawfully published for the first time, unless the author discloses his identity before the expiry of that period, in which case the general rules shall apply.

(2) Copyright in works published after the death of their authors by third persons possessing them, shall last for 70 years, computed from the end of the year in which the work was lawfully published for the first time.

Section VI Rules Relating to Exploitation Contracts and Licenses

Percentage Fee

Art. 32.–

(1) The fee payable to the author by the other contracting party to legal agreements relating to the transfer of all or part of the economic right, the granting of the exploitation or for the exploitation license shall be obligatorily determined as a percentage, agreed freely between the parties. The computation of the percentage shall be based on gross revenues without exception or the gross expenditure or on the combined gross revenues and expenditure realized from the activity of the other contracting party in the course of the exploitation of the work. By way of exception, in the following circumstances, the fee may be agreed as a lump sum:

(a) when it is practically impossible to establish the basis for the calculation of a percentage fee or when there are no means of monitoring the implementation of a percentage arrangement;

(b) when the expenditure required for the calculation and the monitoring is likely to be out of reasonable proportion to the fee to be collected;

(c) when the nature or the conditions of the exploitation make the implementation of a percentage impossible, notably when the author’s contribution is not an essential element in the intellectual creation as a whole, or when the use of the work is secondary in relation to the object of the exploitation.

(2) The obligatory percentage arrangement of the fee prescribed in paragraph (1), above, shall be implemented in all circumstances provided that this Law does not stipulate otherwise, and provided that it does not concern works created by employees in the execution of the employment contract, computer programs or advertisement in any form.

Rules Relating to Contracts for Printed Editions and Translators’ Rights

Art. 33.–

(1) The fee payable by the publisher of a printed edition to the author for the reproduction and putting into circulation of a work or of copies of a work shall be agreed as a particular percentage of the retail selling price of all of the copies sold. When the contract for a printed edition refers to a literary work, such as a short story, a short novel, a novel, a poem, an essay, a critical essay, a theatrical work, a travel book or a biography, which is being published in book form in its original language, excluding pocketbook editions, the fee payable to the author by the publisher after the sale of 1,000 copies cannot be less than 10 percent of the retail selling price of all the copies sold.

(2) By way of exception to the provision in paragraph (1), above, the fee payable to the author may be agreed as a lump sum when the work is any of the following:

(a) collective works;

(b) encyclopedias, dictionaries or anthologies of works of others;

(c) schoolbooks;

(d) albums, calendars, agendas, instructional books, printed games and educational items such as maps or atlases;

(e) prefaces, comments, introductions, presentations;

(f) illustrations or photographic material in printed editions;

(g) nonliterary picture books for children;

(h) luxury editions of a limited number of copies;

(i) magazines or newspapers.

(3) Where a work has more than one author, and in the absence of an agreement to the contrary, the percentage fee shall be distributed among the various authors proportionally according to the extent of their contributions. Where one or more of the authors are unprotected by the copyright provisions of the laws, those of the authors who do enjoy copyright protection shall be paid the percentage fee agreed or that percentage to which they would have been entitled under paragraph (1) of the present article, if all of them had been protected.

(4) Where copies of a work are the object of a rental or lending arrangement involving third parties, the fee payable for the granting of the necessary license shall be shared equally between the author and the publisher.

(5) In a case where the author’s fee is fixed as a percentage of retail sales, and unless some other method of monitoring is agreed, each of the copies to be sold shall be signed by the author. An alternative method of monitoring the number of copies sold shall be fixed in a presidential decree, to be promulgated within six months of the entry into force of this Law, on the recommendation of the Minister of Culture after consultation with the interested professional branches.

(6) The fee payable by the publisher of a printed edition to the translator of a work with respect to the translation, reproduction and distribution of the work shall be agreed as a percentage of the retail selling price of all the copies sold. The provisions of paragraphs (2), (4) and (5) of this Article shall apply mutatis mutandis.

(7) The translator’s name must be indicated on the main title page of the work. If the publisher agrees, the translator’s name may also be indicated on the outer cover of the work.

Rules Relating to Audiovisual Production Contracts

Art. 34.–

(1) A contract dealing with the creation of an audiovisual work between a producer and an author shall specify the economic rights which are to be transferred to the producer. If the aforementioned provision is not met, the contract shall be deemed to transfer to the producer all the economic rights which are necessary for the exploitation of the audiovisual work, pursuant to the purpose of the contract. When the master from which copies for exploitation are to be made, is approved by the author, the audiovisual work shall be deemed to be accomplished. No alteration, abridgment or other modification shall be made to the definitive form of the audiovisual work, as the latter has been approved by the author, without his prior consent. Authors of individual contributions to an audiovisual work may exercise their moral right only in relation to the definitive form of the work, as approved by the author.

(2) The contract between the producer of an audiovisual work and the creators of individual contributions incorporated in the work, shall specify the economic rights which are transferred to the producer. If the aforementioned provision is not met, the contract between the producer and the authors of individual contributions, other than the composers of music and writers of lyrics, shall be deemed to transfer to the producer those powers under the economic right which are necessary for the exploitation of the audiovisual work, pursuant to the purpose of the contract. Where the contributions to an audiovisual work are capable of separate use, the economic right in relation to other uses shall remain with their authors.

(3) The author of an audiovisual work shall retain the right to a separate fee for each form of exploitation of the work. The aforementioned fee shall be agreed as a percentage, specified in the relevant contract. The calculation of the percentage shall be based on gross revenues, without exception, or the gross expenditure or on the combined gross revenues and expenditure, realized in the course of the exploitation of the work. The producer of the audiovisual work is obliged once a year to give the author of the work all information concerning the exploitation of the work, in writing, showing him also all relevant documents. Short advertising films shall be exempt from the provisions of this paragraph.

(4) When visual or audiovisual recordings carrying a fixation of an audiovisual work are the object of a rental arrangement, the author shall in all cases retain the right to an equitable remuneration. This provision shall apply also in the case of a rental arrangement relating to sound recordings.

Rules Relating to Broadcasting by Radio and Television

Art. 35.–

(1) In the absence of an agreement to the contrary, the rebroadcasting of a work by radio or television shall require no consent from the author additional to that granted for the first broadcasting. However, when a broadcasting organization rebroadcasts a work it shall pay an additional fee to the author. For the first rebroadcast, the fee payable shall be at least 50 percent of the initial fee agreed for the first broadcast, and for each subsequent broadcast the additional fee shall be 20 percent of the initial fee. This provision shall not apply to the arrangements between collecting societies and users referred to in Article 56 of this Law.

(2) In the absence of an agreement to the contrary, the contract between an author and a broadcasting organization shall not empower the broadcasting organization to permit third parties to broadcast or rebroadcast to the public the work, which is the object of the contract, by wireless waves or by wire or by any other means, in parallel to the surface of the earth or by satellite.

(3) The broadcasting of a work via a satellite, offering reception over the whole of or a substantial part of Greece, shall be lawful only when the broadcasting organization, whence the uplink is released has acquired the power or has been granted the license to transmit broadcasts by radio and television in Greece.

Theatrical Performance Fee

Art. 36.–

(1) The rights of playwrights shall be determined as a percentage of gross receipts after deduction of the public entertainment tax.

(2) The fee shall be based on the gross receipts for the whole of the program of a performance of original works or translations or adaptations of ancient or more recent classical works, the minimum fee shall be 22 percent for performances in state theaters and 10 percent for performances in private theaters. For translations of modern works of the contemporary international repertory, the minimum fee shall be 5 percent. Where a program contains works by more than one playwright, the fee shall be shared among them in proportion to the duration of each playwright’s work.

Musical Accompaniment of Films

Art. 37. The minimum fee payable to the composers of musical and song accompaniment of films, shown to the public in cinema halls or other spaces, shall be 1 percent of gross receipts after deduction of the public entertainment tax.

Photographers’ Rights

Art. 38.–

(1) In the absence of an agreement to the contrary, a transfer of the economic right or exploitation contract or license dealing with the publication of a photograph in a newspaper, periodical or other mass media shall refer only to the publication of the photograph in the particular newspaper, periodical or mass media specified in the transfer or exploitation contract or license and to the archiving of the photograph. Every subsequent act of publication shall be subject to payment of a fee equal to half the current fee. The publication of a transferred photograph from the archive of a newspaper, periodical or other mass media shall be permitted only when accompanied by a reference to the title of the newspaper or of the periodical or to the name of the mass media, into whose archive the photograph was initially and lawfully placed.

(2) Where the publication of a photograph is facilitated by the surrender of the photographic negative, use shall be made of the negative, in the absence of an agreement to the contrary, only for the first publication of the photograph, after which the negative shall be returned to the photographer.

(3) The photographer shall retain the right to access and request the return to him of his photographs, which have been the object of an exploitation contract or license arrangement with a particular newspaper, periodical or other mass media and which have remained unpublished three months after the date of the exploitation contract or license.

(4) Each act of publication of a photograph shall be accompanied by a mentioning of the photographer’s name. This shall apply likewise when the archive of a newspaper or of a periodical or of another mass media is transferred.

(5) The owner of a newspaper or of a periodical shall not be entitled to publish a photograph created by a photographer, employed by him, in a book or album publication without the employee’s consent. This shall apply likewise to the lending of a photograph.

Nullity of Contrary Agreements

Art. 39. Except where provided for elsewhere in law, any agreement which lays down conditions contrary to the provisions of the articles of this Section, or which imposes a fee level lower than that prescribed in this Section, shall be null and void in respect of those of its clauses which are deleterious to the authors.

Section VII Special Provisions Concerning Computer Programs

Programs Created by Employees

Art. 40. The economic right in a computer program created by an employee in the execution of the employment contract or following instructions given by his employer, shall be transferred ipso jure to the employer, unless otherwise provided by contract.

Exhaustion of a Right

Art. 41. The first sale in the European Community of a copy of a program by the author or with his consent shall exhaust the distribution right within the Community of that copy, with the exception of the right to control further rental of the program or of a copy thereof.

Restrictions

Art. 42.–

(1) In the absence of an agreement to the contrary, the reproduction, translation, adaptation, arrangement or any other alteration of a computer program shall not require authorization by the author or necessitate payment of a fee, where the said acts are necessary for the use of the program by the lawful acquirer in accordance with its intended purpose, including correction of errors.

(2) Reproduction which is necessary for the purposes of loading, displaying, running, or storage of the computer program shall not fall under the restriction of the previous paragraph and shall be subject to authorization by the author.

(3) The making of a backup copy by a person having a right to use the computer program may not be prevented by contract insofar as it is necessary for the use of the program, and shall not necessitate an authorization by the author or the payment of a fee.

(4) The person having a right to use a copy of a computer program shall be entitled, without the authorization of the author and without payment of a fee, to observe, study or test the functioning of the program in order to determine the ideas and principles which underlie any element of the program, if he does so while performing any of the acts, which he is entitled to do. Any agreement to the contrary shall be prohibited.

(5) Reproduction of a computer program for private use other than in the circumstances specified in paragraphs (3) and (4), above, shall be prohibited.

Decompilation

Art. 43.–

(1) The person having the right to use a copy of a computer program shall be entitled to carry out the acts referred to in Article 42(1) and (2) without the authorization of the author and without the payment of a fee when such acts are indispensable to obtain the information necessary to achieve the interoperability of an independently created computer program with other programs, provided that the information necessary to achieve interoperability has not previously been easily and readily available to the person having the right to use the computer program, and provided that these acts are confined to the parts of the original program which are necessary to achieve the said interoperability.

(2) The provisions of paragraph (1) shall not permit the information obtained through its application:

(a) to be used for goals other than to achieve the interoperability of the independently created computer program;

(b) to be given to others, except when necessary for the interoperability of the independently created computer program; or

(c) to be used for the development, production or marketing of a computer program substantially similar in its expression to the initial program, or for any other act which infringes copyright.

(3) The provisions of this Article may not be interpreted in such a way as to allow its application to be used in a manner which would conflict with a normal exploitation of the computer program or would unreasonably prejudice the author’s legitimate interests.

Duration of Protection

Art. 44. Protection shall be granted for the life of the author of the computer program and for 50 years after his death, computed from the end of the year of the author’s death.

Validity of Other Provisions and Agreement

Art. 45.–

(1) The provisions of this Section shall be without prejudice to other legal provisions, relating notably to patent rights, trade marks, unfair competition, trade secrets, protection of semi-conductor products or the law of contract.

(2) Agreements contrary to the provisions of Article 42(3) and (4) and Article 43 of this Law shall be null and void.

Section VIII Related Rights

License by Performers

Art. 46.–

(1) The term “performers” shall designate persons who in any way act or perform works, such as actors, musicians, singers, chorus singers, dancers, puppeteers, shadow theater artists, variety performers or circus artists.

(2) Performers shall have the right to authorize or prohibit:

(a) fixations of their live performances on a visual or sound or audiovisual recording;

(b) the direct or indirect reproduction of fixations of their performances as well as the distribution of the recording via a transfer of ownership, a rental arrangement or public lending;

(c) the radio or television broadcasting by any means such as wireless waves, satellite or cable, as well as the public performance of a recording with an illegal fixation of their performances;

(d) the radio or television broadcasting by any means, such as wireless waves, satellite or cable of their live performances, except where the said broadcasting is a rebroadcasting of a lawful broadcasting;

(e) the communication to the public of their live performances by any means other than radio or television transmission.

(3) Subject to contractual clauses to the contrary, explicitly specifying which acts are authorized, the acts listed in paragraph (2), above, shall be presumed to have been authorized when a performer has entered into an employment contact, having as its object the operation of those particular acts, with a party who is doing such acts. The performer shall at all times retain the right to remuneration for each of the acts listed in paragraph (2), above, regardless of the form of exploitation of his performance. In particular, the performer shall retain an unwaivable right to equitable remuneration for rental, if he has authorized a producer of sound or visual, or audiovisual recordings, to rent out recordings carrying fixations of his performance.

(4) Where a performance is made by an ensemble, the performers making up the ensemble shall elect and appoint in writing one representative to exercise the rights listed in paragraph (2) above. This representation shall not encompass orchestral conductors, choir conductors, soloists, main role actors and principal directors. If the performers making up an ensemble fail to appoint a representative, the rights listed in paragraph (2), above, shall be exercised by the director of the ensemble.

(5) It is prohibited to transfer during the lifetime of the performer and to waive the rights referred to in paragraph (2), above. The administration and protection of the aforementioned rights may be entrusted to a collecting society pursuant to Articles 54 to 58 of this Law.

License by Producers of Sound and Visual Recordings

Art. 47.–

(1) Producers of sound or visual or sound and visual recordings shall have the right to authorize or prohibit the direct or indirect reproduction and the distribution through transfer of ownership, rental or public lending of their recordings. They shall also have the right to prohibit the import of recordings produced in a foreign country without their consent, or where the right to import has been retained through contract by the producer, the right to prohibit the import of recordings from any country outside the European Community.

(2) The term “producer of sound recordings” shall designate any natural or legal person who initiates and bears the responsibility for the realization of a first fixation of a series of sounds only. The term “producer of visual or sound and visual recordings” shall designate any natural or legal person who initiates and bears responsibility for the realization of a first fixation of a series of images with or without sound.

License from Radio or Television Organizations

Art. 48.–

(1) Radio or television organizations shall have the right to authorize or prohibit:

(a) the retransmission of their broadcasts by any means such as wireless waves, satellite or cable;

(b) the communication to the public of their broadcasts in places accessible to the public against payment of an entrance fee;

(c) the fixation of their broadcasts on sound or visual or sound and visual recordings regardless of whether the broadcasts are transmitted by wire or by the air, including by cable or satellite;

(d) the direct or indirect reproduction of fixations of their broadcasts as well as the distribution of recordings carrying the fixation of their broadcasts through transfer of ownership, rental or public lending.

(2) Radio or television organizations shall not have the right provided for in paragraph (1)(c), above, when they merely retransmit by cable the broadcasts of radio or television organizations.

Right to Equitable Remuneration

Art. 49.–

(1) When sound or visual or audiovisual recordings are used for a radio or television broadcast by any means, such as wireless waves, satellite or cable, or for communication to the public, the user shall pay a single and equitable remuneration to the performers whose performances are carried on the recordings and to the producers of the recordings. This remuneration shall be payable only to collecting societies. The said collecting societies shall be responsible for negotiating and agreeing the remuneration levels, raising the claims for the payment and collecting the remuneration from the users. Where there is a dispute between the users and the collecting societies, the level of the equitable remuneration and the terms of payment shall be determined by the single-member court of first instance pursuant to the cautionary measures procedure. The final judgment concerning the remuneration shall be rendered by the competent court.

(2) Without prejudice to the obligatory assignment of the administration of rights and the collection of the remuneration by collecting societies operating according to Articles 54 to 58 of the Law, the right of performers to the reasonable remuneration prescribed under paragraph (1), above, shall not be assignable.

(3) The collected remuneration shall be distributed in order of 50 percent to the performers and 50 percent to the producers of the recordings. The distribution of the collected remuneration among the various performers and among the various producers shall be effected pursuant to agreements among them, that are contained in the rules of each collecting society.

(4) Performers shall have the right to an equitable remuneration in respect of any radio or television rebroadcast of their performance transmitted by radio or television. Without prejudice to the possibility of assigning the administration of rights and the collection of remuneration to collecting societies according to the provisions of Articles 54 to 58 of this Law, an equitable remuneration prescribed in this paragraph shall not be assignable.

Moral Right

Art. 50.–

(1) During their lifetime, performers shall have the right to full acknowledgment and credit of their status as such in relation to their performances and to the right to prohibit any form of alteration of their performances.

(2) After the death of a performer that person’s moral right shall pass to his heirs.

(3) The provisions of Article 12(2) and Article 16 of this Law shall be applicable mutatis mutandis to the moral right of performers.

Rights of Publishers

Art. 51. Publishers of printed matter shall have the right to authorize or prohibit the reproduction by reprographic, electronic or any other means of the typesetting and pagination format of the works published by them, if the said reproduction is made for exploitation purposes.

Form of the License, Limitations and Duration of the Rights

Art. 52. The rights prescribed in Articles 46 to 51 of this Law shall be subject to the following rules:

(a) agreements concerning those rights shall be valid legal agreements only when concluded in writing;

(b) the limitations applicable to the economic right attaching to copyright shall apply mutatis mutandis;

(c) protection of the rights of performers prescribed in Articles 46 and 49 of this Law shall be granted for 50 years from the end of the year in which the performance took place, but shall in no case expire before the death of the performer;

(d) protection of the rights of producers of recordings, of radio or television organizations and of publishers prescribed in Articles 47 to 49 and Article 51 of this Law shall be granted for 50 years from the end of the year in which the recording was made or the first radio or television broadcast took place or in which the last edition of the work was published.

Protection of Copyright

Art. 53. The protection provided under Articles 46 to 52 of this Law shall leave intact and shall in no way affect the protection of copyright. In no circumstance shall any of the provisions of the aforementioned Articles be interpreted in such a manner as to lessen that protection. Where performers, producers of sound or visual or audiovisual recordings, radio or television organizations and publishers acquire the copyright in a work in addition to related rights, such rights shall apply in parallel with each other and shall confer the rights deriving therefrom.

Section IX Administration by Collecting Societies

Assignation of Administration

Art. 54.–

(1) Authors may assign the administration and/or protection of their rights to a collecting society established exclusively to engage in the functions of administering and protecting all or part of the economic rights. Likewise, collecting societies may perform those functions for a person to whom the author has granted a right as a gift, for a general proxy, for an heir or for a foundation set up by an author. A collecting society may have any form of company status. Where a collecting society is registered as an incorporated company all of its shares shall be nominal. All other matters pertaining to the company status of collecting societies shall be regulated pursuant to Article 24(2) and (4) of Law No. 1746/1988. The notification provided for under Article 24(4) of Law No. 1746/1988 shall be issued only by the Ministry of Culture. A collecting society may have the status of an urban cooperative pursuant to Law No. 1667/1986. Where a collecting society has the status of an urban cooperative the following provisions shall apply:

(a) wherever, in Law No. 1667/1986, competence is granted to the Ministry for the National Economy, that competence shall be transferred to the Ministry of Culture;

(b) by way of derogation from the principle of locality, the cooperative may be established and function on a nationwide basis;

(c) all members of the cooperative may be legal entities;

(d) the articles of association of these cooperatives may provide for the following:

aa) terms, internal procedures and bodies that will decide on the entry, withdrawal of exclusion of a partner, which depart from the terms, procedures and bodies provided for by paragraphs (4), (5), (6), (7) and (8) of Article 2 of Law 1667/1986,

bb) that, in the event of the withdrawal or exclusion of a partner or non acquisition of the capacity of a partner by the heirs, there is no claim by the partner or the heirs for the return of their cooperative shares of for payment of the value thereof, or that there is a claim for return of the par value of the shares only,

cc) the possibility to aquifer an unlimited number of elective shares by the partners,

dd) that cooperative shares cannot be transferred between living persons,

ee) categories of partners either without a voting right or with a number of votes per partner which is independent of the number of compulsory or elective shares of each partner,

ff) the restriction of the right of subparagraph (b) of paragraph (2), Article 4 of Law 1667/1986 for the protection of the lawful interests of the collecting societies,

gg) that, apart form the sum of their shares, the new partners have no obligation of payment and contribution proportional to the net assets of the cooperative or that they have such obligation for a limited time after the establishment of the cooperative.

e) these cooperatives are always of limited liability and the partners are not personally liable for the debts of the cooperative.

f) a presidential decree issued on suggestion of the Minister for Culture may regulate the matters of Articles 5, 6, 7, and 8 of Law 1667/1986, as well as all matters of internal relations of these cooperatives, in accordance with the provisions applicable in the member states of the European Union concerning the collective management of organizations operating in an identical or similar form.

(2) In cases of unaltered and unabridged secondary transmissions of radio and television programs by cable or other physical means, administration by collecting societies shall be obligatory for the rights of authors.

(3) The title (of a collecting society) may be established by a transfer of such economic rights for which protection is sought, or by grant of appropriate powers of attorney. The title shall be established in writing and shall be for a specified period which shall never be longer than three years. The agreement establishing the title shall specify precisely which of the author’s works are included under the title as suitable for exploitation. In case of ambiguity, it shall be presumed that the agreement embraces all the author’s works, including any works he may create during the term of agreement, which shall in no case be longer than three years.

(4) Before commencing operations, a collecting society which has undertaken or proposes to undertake the administration or protection of rights stemming from the economic right of authors shall lodge a statement to that effect with the Ministry of Culture together with a copy of its rules providing at least the following information:

(a) the amount of the society’s share capital:

(b) if the society has company status, its articles of association or deed of association;

(c) the name of the responsible spokesman of the society and the names of the persons responsible for its administration, all of whom shall be of proven professional repute and without convictions for felony or misdemeanor against ownership or property;

(d) the number of authors who have assigned to the society the administration of rights stemming from their economic right;

(e) the legal form through which the title of administration has been effected;

(f) in each case, duration of the title;

(g) the principles governing the distribution of remuneration to right holders and the proposed dates and manner of distribution;

(h) the level of management expenses as well as any element necessary to ensure the viability of the collecting society and the efficiency of its operations.

The Ministry of Culture shall check the statement and rules lodged by the collecting society and, provided that the information therein contained demonstrates compliance with the requirements of this Law, grant approval for the society’s operations. Any subsequent alteration of the collecting society’s rules shall be submitted to the Ministry of Culture for approval. No alteration to a society’s rules shall be valid without the approval of the Ministry of Culture, and in a case where such approval is either not sought or not granted the rules as initially approved shall continue to apply in their entirety.

(5) The Ministry of Culture shall monitor the operations of collecting societies to ensure that they comply with the provisions of this Law and with their rules. Each collecting society shall, when requested, surrender its accounts to the competent department of the Ministry of Culture for inspection and submit any other information that is necessary for the effective monitoring of its operations. Except when a collecting society is a nonprofit organization, its accounts shall be subject to inspection by sworn auditors regardless of its company status.

(6) Where a collecting society is found to have perpetrated a serious violation of the Law or of its rules, or continues to perpetrate such a violation despite being admonished by the Ministry of Culture to desist, the Minister of Culture may impose on the collecting society, without prejudice to the applicability of other penalties, an administrative fine of from 500,000 to 10 million drachmas. Matters pertaining to monitoring, the interviewing of alleged perpetrators of violations, the procedure for the imposition of fines and adjustments to the above financial amounts shall be determined by presidential decrees issued on the recommendation of the Minister of Culture.

(7) Wherever the term “rules” appears in this Law it shall have the meaning of the term as it is used in paragraph (4) of this Article.

The Competence of Collecting Societies

Art. 55.–

(1) Collecting societies shall have the competence to perform the following functions:

(a) concluding contracts with users specifying the terms of exploitation of works and the remuneration payable;

(b) securing for authors the percentage fee referred to in Article 32(1) of this Law;

(c) collecting remuneration and distributing it among authors as necessary;

(d) collecting and allocating among authors the remuneration referred to in Article 18(3) of this Law;

(e) effecting all administrative, judicial and extrajudicial tasks necessary to secure lawful protection of the rights of authors and other right holders, notably taking legal steps and court actions, lodging of complaints and serving writs, appearing as civil plaintiffs, seeking the prohibition of acts deemed to infringe rights whose protection is assigned to them and requesting seizure of unlawful copies pursuant to Article 64 of this Law;

(f) obtaining from users all information needed for the computation, collection and allocation of remuneration;

(g) carrying out, in collaboration with public authorities or pursuant to the procedure referred to in Article 64 of this Law, all necessary checks at outlets for the sale, rental and lending of copies of works under their protection, and at public performances of works, in order to protect against infringements of the rights of authors. The establishment act of the collecting society can limit its competence to only part of the above-mentioned.

(2) A collecting society shall be presumed to have the competence to administer and/or protect the rights in all of the works or in respect of all of the authors concerning which or whom a declaration of transfer to the society has been effected in writing, or for which it has been granted power of attorney. Regardless of whether its authorization rests on a transfer of rights or on power of attorney, a collecting society shall in all circumstances be entitled to initiate judicial or extrajudicial action in its own name and to exercise in full legitimacy all the rights transferred to it, or for which it holds power of attorney.

(3) When seeking the protection of the courts for works or authors under its protection a collecting society shall not be required to provide an exhaustive list of all of the works which have been the object of the unlicensed exploitation, and it may lodge only a sample list.

(4) If a right holder disputes a collecting society’s competence over a work which is assumed to be included under the declaration referred to in paragraph (2), above, and which has, accordingly, on the basis of that declaration, been included in a contract concluded by the collecting society with a user, the collecting society shall defend the case of the user and offer all possible assistance in any court action which may follow. If the collecting society is adjudged not to have competence over the work, it shall, in addition to any penalty imposed upon it, be liable for the payment of compensation to the user with which it signed the contract, the amount of which shall be determined pursuant to the special safeguarding measures.

Relations with Users

Art. 56.–

(1) When granting users the facility to make use of works assigned to it, a collecting society shall demand from the users payment of the percentage fee specified in Article 32(1) of this Law. The exceptions provided for in Article 32(2) of this Law with respect to the percentage fee shall not apply in these circumstances.

(2) A collecting society may not refuse to conclude a contract with a user, as referred to in Article 55(1)(a), without good reason. If an aspiring user is of the opinion that the remuneration demanded by a collecting society is clearly in excess of that usually payable in similar circumstances, the aspiring user shall pay to the collecting society, in advance of any use, either the remuneration demanded or an amount determined, upon request, by a court of first instance as being equal to the remuneration usually payable in similar circumstances, pursuant to the safeguarding measures. The final judgment concerning the remuneration shall be rendered by the competent court.

(3) Organizations representing users may, together with collecting societies, decide by written agreement to appoint an arbiter, specifically by name or position, to determine the amount of remuneration to be paid by a user before disagreement arises. Before finally deciding on the remuneration due the arbiter may order the user to lodge a down payment. An arbiter thus appointed shall have exclusive competence for the settling of disagreements. The decisions of an arbiter shall be equitable. The Minister of Culture may himself decide to appoint an arbiter. In such a case, recourse to that arbiter by the parties to a dispute shall be voluntary and by agreement. Collecting societies shall draw up lists of the remuneration payable by users (remuneration tariffs) and shall promulgate the said lists in not less than three daily journals, one of which shall be a financial journal. When drawing up and implementing their remuneration tariffs, collecting societies shall refrain from inconsistency and discrimination.

(4) In order to facilitate the actions referred to in circumstances (a), (b), (c) and (d) of Article 55(1), users shall without delay make available to collecting societies lists of the works of which they are producing, selling, renting or lending copies, together with the exact numbers of copies produced or distributed, and likewise lists of the works they are performing publicly, together with a statement of the frequency of such performances.

Relations with Authors

Art. 57.–

(1) A collecting society may not without good reason refuse to undertake for any particular author the administration and/or protection of the rights deriving from the economic rights of that author and the subject of the administration of the collecting society.

(2) A collecting society shall consult annually with the authors whose rights are transferred to it in order that the authors may express their views concerning the rules used to determine levels of remuneration, the methods used for the collection and distribution of remuneration and any other matter pertinent to the administration and/or protection of their rights. The collecting societies have to take into consideration these views during the processing of administrative procedures.

(3) Authors who transfer the administration and/or protection of their rights to a collecting society, together with the societies which represent them, shall be entitled to all relevant information concerning the activities of the collecting society.

(4) Where the author transfers all of his works to a collecting society for administration and/or protection, he shall give the society full information in writing about the publication of those works and shall inform the society whenever he publishes a new work after the date of the transfer of his rights.

(5) Collecting societies shall draw up rules for the distribution of remuneration to authors. Distribution shall be effected at least once annually and shall to the highest possible extent be proportionate to the actual use made of the works.

(6) For each general category of authors and each form of exploitation, collecting societies shall fix a percentage of the remunerations collected to cover their expenditures. Authors shall be informed of the relevant percentage before they transfer or grant power of attorney over their rights. The fixed percentage may be increased only with the consent of the author or after notice, served one year in advance.

(7) An author or a collecting society shall be entitled to abrogate the agreement transferring economic rights where irrefutably good grounds exist for such action. Provided not less than three months’ notice is given, the abrogation shall take effect from the end of the calendar year in which it is notified. If less than three months’ notice is given, the abrogation shall take effect from the end of the following calendar year.

Application to Related Rights

Art. 58. The provisions of Articles 54 to 57 shall be applicable mutatis mutandis to the administration and/or protection of the related rights regulated by the provisions of Section VIII of this Law.

Section X Measures to Prevent Infringements

Imposition of and Adherence to Specifications

Art. 59. Presidential decrees may be issued, on the recommendation of the Ministry of Culture, laying down specifications for the equipment and other materials used in the making of reproductions of works with a view to preventing or limiting the use of such equipment and materials for purposes which conflict with the normal exploitation of copyright and related rights.

Use of Control Systems

Art. 60. Presidential decrees may be issued on the recommendation of the Minister of Culture, making compulsory the use of equipment or systems which permit the designation of reproduced or used works and the extent and frequency of the reproduction or use, subject to such methods not causing unjustifiable harm to the lawful interests of users.

Control Labeling

Art. 61. Presidential decrees may be issued, on the recommendation of the Minister of Culture, stipulating that visual or sound or visual and sound recordings may circulate only when they carry on their outer casing or in another prominent position a special mark or control label of any type supplied by the competent collecting society, indicating that their distribution on the market or their circulation in some other manner, does not constitute an infringement of the rights of the author.

Prohibition of Decoding

Art. 62. The distribution, use, and the possession with intent to use or distribute, of decoding equipment shall be prohibited without the permission of the broadcasting organizations which transmit encrypted programs by wire or over the air, including by cable or satellite.

Stopping an Infringement or its Continuation

Art. 63.–

(1) Where a potential infringement of copyright is identified, such as where there is a clear intention to offer an unlawful public performance of a theatrical or cinematographic or a musical work, the competent local police authority shall prohibit the infringing act when requested to do so by the author or right holder. When requested, the prosecuting authorities shall grant the police authority any necessary mandate. The same shall apply when the pubic presentation of a work has been in progress for more than two days without payment of due remuneration.

(2) The granting of a police license permitting the use of musical instruments or certifying the suitability of premises, or of any other license required in law for the use of premises for the performance of musical or other works, whose administration is entrusted to a collecting society competent to authorize the public performance of works, shall be conditional on the deposition by the applicant of a written authorization for the performance, issued by that collecting society.

(3) Where there is reason to believe that an infringement of copyright is occurring or may occur, a single-member court of first instance shall be empowered to invoke the safeguarding measures and to issue a prohibition order without the necessity of specifically designating the works thereby protected.

(4) Paragraphs (1), (2), and (3) of this Article shall apply mutatis mutandis, to infringements of the related rights referred to in Articles 46, 47 and 48 of this Law.

Section XI Sanctions

Seizure

Art. 64. Where there is reason to believe that an infringement of copyright or of the related rights referred to in Articles 46 to 48 and 51 of the present Law is occurring or may occur, a single-member court of first instance shall order, as a cautionary measure, the conservatory seizure of any item in the possession of the defendant which is manifestly a means to the effecting of the infringement, or a product of or evidence of the infringement. Instead of conservatory seizure, the court may order that a detailed inventory and photographic record be made of the items. Each of the aforementioned actions shall be effected in accordance with Article 687(1) of the Civil Procedure Code and a provisional order shall be obligatorily issued pursuant to Article 691(2) of the Civil Procedure Code.

Civil Sanctions

Art. 65.–

(1) In all cases of infringement of copyright or of related rights the author or right holder shall be entitled to demand the recognition of his right, the suppression of the infringement and the omission of the infringement in the future.

(2) A person who by intent or negligence infringes copyright or a related right of another person shall indemnify that person for the moral damage caused, and be liable for the payment of damages of not less than twice the legally required or normally payable remuneration for the form of exploitation which the infringing party has effected without license.

(3) Instead of seeking damages, and regardless of whether the infringement was committed by intent or negligence, the author or the right holder of the related right may demand either the payment of the sum accrued by the infringing party from the unlicensed exploitation of a work, or of the object of a related right, pursuant to Articles 46 to 48 and 51 of this Law, or the profit gained by the infringing party from such an exploitation.

(4) For each act of omission contributing to an infringement, the court may impose a fine of from 300,000 to 1 million drachmas payable to the author or to the right holder of the related rights referred to Articles 46 to 48 and 51 of this Law and imprisonment of up to one year. The same shall apply when the conviction is effected pursuant to the procedure under the safeguarding measures. All other matters shall be regulated pursuant to Article 947 of the Civil Procedure Code.

Criminal Sanctions

Art. 66.–

(1) Any person who, in contravention of the provisions of this Law or of the provisions of lawfully ratified international conventions on the protection of copyright, unlawfully makes a fixation of a work or reproduces an original or a translation or an adaptation of a work, or distributes a work or possesses a work with the intent of distributing it, or infringes restrictions on the use of a work, or presents a work to the public, or performs a work in public, or broadcasts a work by radio or television, or in any way exploits a work which is the object of copyright, or who imports copies of a work or organizes a public performance of a work or acts against the right of the author to decide freely on the presentation of his work to the public without additions or deletions, shall be liable to imprisonment of not less than one year and to a fine of from 1 to 5 million drachmas.

(2) The sanctions listed in paragraph (1), above, shall be applicable to any person who, in contravention of this Law, as it refers to related rights, or of the provisions of lawfully ratified international conventions, as they refer to related rights:

(a) makes a fixation of a sound or visual or sound and visual recording, or broadcasts by any means or presents to the public a live performance without the consent of the performer;

(b) effects a rebroadcast of a radio or television broadcast by any means or makes a fixation of a radio or television broadcast or presents to the public, on payment of an admission fee, a radio television broadcast without the consent of the broadcasting organization which is the right holder in respect of the broadcast;

(c) reproduces or distributes, or possesses with intent to distribute a sound or visual recording bearing a fixation of a performance without the consent of the producer and of the performer;

(d) presents a performance to the public by any means other than by a radio or television transmission without the consent of the performer;

(e) reproduces, distributes or uses in any manner a fixation of a broadcast without the consent of the broadcasting organization which is the right holder;

(f) imports sound or visual recordings produced in a foreign country without the consent of the producer, or imports sound or visual recordings whose import is not permitted under the license. In circumstances (a), (e) and (f), the guilty person shall be convicted and if he ought to have known of the lack of the license.

(3) If the financial gain sought or the damage caused by the perpetration of an act listed in paragraphs (1) and (2), above, is particularly great, the sanction shall be not less than two years imprisonment and a fine of from 2 to 10 million drachmas. If the guilty party has perpetrated any of the aforementioned acts by way of standard practice or if the circumstances in connection with the perpetration of the act indicate that the guilty party poses a serious threat to the protection of copyright or related rights, the sanction shall be imprisonment of up to 10 years and a fine of from 5 to 10 million drachmas, together with the withdrawal of the trading license of the undertaking which has served as the vehicle for the act. The act shall be likewise deemed to have been perpetrated by way of standard practice if the guilty party has on a previous occasion been convicted of a contravention pursuant to the provisions of the Article or for a violation of the preceding copyright legislation and sentenced to a non-redeemable period of imprisonment.

(4) Any person who did not pay the remuneration provided for by Article 18, paragraph (3) hereof to a collecting society is punished with the sanction of paragraph (1), (2) and (3).

(5) The sanctions specified in paragraph (1), above, shall be applicable likewise to any person who:

(a) uses or distributes, or possesses with the intent to distribute, any system or means whose sole purpose is to facilitate the unpermitted removal or neutralization of a technical system used to protect a computer program;

(b) manufactures or imports or distributes, or possesses with intent to distribute, equipment and other materials utilizable for the reproduction of a work which do not conform to the specifications determined pursuant to Article 59 of this Law;

(c) manufactures or imports or distributes, or possesses with intent to distribute, objects which can thwart the efficacy of the above-mentioned specifications, or engages in an act which can have that result;

(d) reproduces or uses a work without utilizing the equipment or without applying the systems specified pursuant to Article 60 of this Law;

(e) distributes, or possesses with intent to distribute, a phonogram or film without the special mark or control label specified pursuant to Article 61 of this Law.

(6) Where a sentence of imprisonment is imposed with the option of redeemability, the sum payable for the redemption shall be 10 times the sum specified as per the case in the Penal Code.

(7) Where mitigating circumstances exist, the fine imposed shall not be less than half of the minimum fine imposable as per the case under this Law.

(8) In all cases of conviction the court may order the publication of an abstract of the verdict at the convicted person’s expense.

Section XII Final and Transitional Provisions

Applicable Legislation

Art. 67.–

(1) Copyright in a published work shall be governed by the legislation of the State in which the work is first made lawfully accessible to the public. Copyright in an unpublished work shall be governed by the legislation of the State in which the author is a national.

(2) Related rights shall be governed by the legislation of the State in which the performance is realized, or in which the sound or visual or sound and visual recording is produced, or in which the radio or television broadcast is transmitted or in which the printed publication is effected.

(3) In all cases, the determination of the subject, object, content, duration and limitations of the right shall be governed by the legislation applicable pursuant to paragraphs (1) and (2), above, with the exception of any exploitation license arrangement. The protection of a right shall be subject to the legislation of the State in which the protection is sought.

(4) Paragraphs (1), (2) and (3), above, shall apply except where they run contrary to any international convention ratified by Greece. In the case of States not conjoint with Greece through the ratification of an international convention, paragraphs (1), (2) and (3), above, shall be applicable as regards the protection of copyright or of any particular object of copyright or of any particular related right, provided that the legislation of the relevant state offers adequate copyright protection to works first made accessible to the public in Greece and to related rights stemming from acts effected in Greece.

Law Not Retroactive

Art. 68.–

(1) Works for which the duration of protection has expired prior to the entry into force of this Law shall remain without copyright protection.

(2) The protection prescribed under Article 2(3) and Articles 40 to 53 shall become applicable to computer programs created in the past and to related rights stemming from acts effected in the past from the date of the entry into force of this Law.

(3) Contracts concluded before the entry into force of this Law shall be governed by the preceding legislation for one year from the date of the entry into force of this Law.

Establishment of the Copyright Organization

Art. 69.–

(1) A legal entity in private law under the jurisdiction of the Ministry of Culture shall be established at a registered address in Athens under the title “The Copyright Organization.” The purpose of the Copyright Organization shall be the protection of authors and of holders of related rights, the supervision of the collecting societies, the implementation of this Law and of related international conventions, the preparation of legal studies on matters pertaining to copyright and related rights and the representation of Greece in dealings with all the competent international organizations and with the institutions of the European Community. The Copyright Organization may, in addition, convene seminars of any type for the purposes of providing information and training to judges, lawyers, administrators, authors, holders of related rights, students and other interested parties on matters pertaining to copyright and related rights. In no circumstance shall the Copyright Organization have as its purpose the administration of rights pursuant to Articles 54 to 58 of this Law.

(2) The Copyright Organization shall receive, by way of grant financing, a percentage, not greater than 5 percent, of the gross sums collected by the collecting societies. The exact percentage and the manner of its payment shall be determined by presidential decree issued on the recommendation of the Minister of Culture. The Copyright Organization may also receive grant financing from international organizations and the institutions of the European Community, gifts and bequests, grants from any third party and the revenues due to it for the rendering of services. As commencement finance the Copyright Organization shall receive a one-off grant of 20 million drachmas from the budget of the Ministry of Culture.

(3) Matters pertaining to the main focus and detailed field of competence of the Copyright Organization within the framework of its overall purpose, the exact manner of its overall purpose, the exact manner of its powers and the procedure relating to its exercise of them, its management and the supervision of its administration, its internal structure and personnel, the fees it charges for services which may, as required, be adjusted by decision of the Minister of Culture, the determination of its scientific, management and ancillary staffing requirement, its remuneration and every other detail shall be determined by presidential Decree issued on the joint recommendation of the Minister of Culture, the Minister to the Office of the Prime Minister and the Minister of Finance.

Collecting Societies Already Functioning

Art. 70.–

(1) Collecting societies which are already functioning at the date of the promulgation of this Law shall, within 12 months of the entry into force of this Law, lodge with the Ministry of Culture the statement and copy of their rules required under Article 54(4) of this Law and generally shall carry out all other actions necessary to comply with this Law.

(2) Societies of authors which at the date of the promulgation of this Law are carrying on the administrative activity referred to in Article 5 of Law No. 4301/1929 and Article 43 of Law No. 1597/1986 may continue to carry on that activity for 24 months from the date of the entry into force of this Law.

Implementation of Directives of the European Community

Art. 71.–

(1) Articles 2(3) and 40 to 45 of this Law shall constitute implementation of Council Directive 91/250/EEC of May 14, 1991, on legal protection of computer programs.

(2) Articles 3(1)(d), 9, 34, 46, 47, 48, 49, 52 and 53 of this Law shall constitute implementation of Council Directive 92/100/EEC of November 19, 1992, on rental right and lending right and on certain rights related to copyright in the field of intellectual property.

Repeal of Provisions and Regulation of Other Matters

Art. 72.–

(1) From the date of the entry into force of this Law every provision which runs counter to this Law or deals with matters which are regulated by this Law shall be repealed. Specifically, the following laws and parts of laws shall be repealed: GYPG/1909 and 2387/1920; Legislative Decree No. 12/15 of June 1926, Laws Nos. 4186/1929, 4301/1929 and 4489/1930, Article 2(1) of Legislative Decree 619/1941, Legislative Decree No. 2179/1943, Laws Nos. 763/1943, 1136/1944 and 56/1944, Article 12 of Law No. 3188/1995, Legislative Decree No. 4264/1962, Article 4 of Law No. 1064/1980, Articles 5 and 10 to 22 of Law No. 1075/1980, Article 19 of Law No. 1348/1983 and Articles 3, 40, 43 and 46 of Law No. 1597/1986.

(2) Law No. 988/1943 shall remain in force.

(3) Collecting societies established and functioning pursuant to Articles 54 to 58 of this Law shall have the right to organize conferences on matters pertaining to copyright and related rights and to participate in such conferences. Articles 54 to 58 of this Law shall not prevent the concluding of reciprocal contracts between collecting societies established in other countries and collecting societies established in Greece.

(4) Until July 1, 1994, paragraphs (1), (2) and (3) of Article 49 of this Law shall not be applicable to phonograms used for presentations to the public in cafes in communes with populations of less than 5,000 inhabitants.

(5) Article 38(4)(a) of this Law shall apply to the publication of any photograph whatsoever.

(6) From the entry into force of this law and until the beginning of operation of one year or more collection societies that can make decisions concerning the sum due, the provisions of paragraphs (1) and (2) of Article 5 of this law shall not be applied in the event that the person described in paragraph(2) of the same Article deposit at least part of the fees paid by the buyer, provided that:

a) for this sum, the applicable law at any time provides for an exemption from tax due,

b) the sum has been deposited in an account opened for this purpose by recipient of the sum at the Loans and Consignements Fund or at a bank lawfully operating in Greece, and

c) the receipt of the deposit includes:

aa) the particulars of the depositor and the recipient of the sum,

bb) the sum of the deposit,

cc) the date of the deposit and,

dd) the signature of the recipient of the deposit or his lawful representative.

Section XIII Cultural Matters and Other Arrangements

Art. 73. 1

Art. 74. The positions of managing director, director general, manager, chairman and vice-chairman of a nonprofit-making collecting society shall not be deemed out of keeping with the calling of lawyer and shall not be grounds for removing from a register of lawyers the name of any lawyer holding such a position or for downgrading the status of any such lawyer.

Art. 75. and Art. 76. 2

Section XIV Entry into Force

Art. 77. With the exception of Article 69, this Law shall enter into force from the date of its promulgation in the Official Journal. Article 69 of this Law shall enter into force six months after the date of the promulgation of this Law in the Official Journal.

We command the promulgation of this Law in the Official Journal and its implementation as a law of the State.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 1/30

Droit d’auteur, droits voisins et questions culturelles

(loi n° 2121/1993, modifiée en dernier lieu par la loi n° 2435 du 2 août 1996)*

TABLE DES MATIÈRES**

Article Section I : Objet et contenu du droit d’auteur

Droit d’auteur............................................................................................... 1er

Objet du droit ............................................................................................... 2 Droits patrimoniaux ..................................................................................... 3 Droit moral................................................................................................... 4 Droit de suite................................................................................................ 5

Section II : Sujet initial du droit d’auteur Titulaire initial des droits ............................................................................. 6 Œuvres de collaboration, œuvres collectives et œuvres composites ................................................................................... 7 Œuvres créées par des salariés ..................................................................... 8 Œuvres audiovisuelles.................................................................................. 9 Présomptions................................................................................................ 10 Titulaire initial fictif..................................................................................... 11

Section III : Transfert, exploitation et exercice des droits Transfert....................................................................................................... 12 Contrats et licences d’exploitation ............................................................... 13 Forme des actes juridiques ........................................................................... 14 Étendue du transfert et des contrats ou licences d’exploitation.................... 15 Consentement de l’auteur assimilé à l’exercice du droit moral.................... 16 Transfert du support matériel ....................................................................... 17

Section IV : Limitations des droits patrimoniaux Reproduction pour usage privé .................................................................... 18 Citation d’extraits......................................................................................... 19 Manuels scolaires et anthologies.................................................................. 20 Reproduction aux fins de l’enseignement .................................................... 21 Reproduction par les bibliothèques et les services d’archives ..................... 22 Reproduction des œuvres cinématographiques ............................................ 23 Reproduction à des fins judiciaires ou administratives ................................ 24 Reproduction à des fins d’information......................................................... 25 Utilisation d’images d’œuvres situées dans les lieux publics....................... 26 Représentation, exécution ou présentation publique dans des cas

particuliers ................................................................................................. 27 Exposition et reproduction d’œuvres des beaux-arts ................................... 28

Section V : Durée de la protection Durée en général .......................................................................................... 29 Œuvres de collaboration .............................................................................. 30 Point de départ de la protection : cas particuliers......................................... 31

Section VI : Règles relatives aux contrats et aux licences d’exploitation Rémunération en pourcentage...................................................................... 32 Règles relatives aux contrats portant sur les éditions imprimées et aux

droits des traducteurs ................................................................................. 33 Règles relatives aux contrats de production audiovisuelle ........................... 34 Règles relatives à la diffusion par radio et par télévision ............................. 35 Rémunération pour la représentation ou l’exécution d’œuvres

dramatiques ............................................................................................... 36 Compositions musicales accompagnant les films......................................... 37 Droits des photographes............................................................................... 38 Nullité des conventions contraires ............................................................... 39

Section VII : Dispositions spéciales concernant les programmes d’ordinateur

* Entrée en vigueur : 20 août 1996. ** Source : communication des autorités grecques. ** Note : traduction du Bureau international de l’OMPI. ** Ajoutée par le Bureau international de l’OMPI.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 2/30

Programmes créés par des salariés ............................................................... 40 Épuisement du droit ..................................................................................... 41 Restrictions .................................................................................................. 42 Décompilation.............................................................................................. 43 Durée de la protection .................................................................................. 44 Validité des autres dispositions et conventions ............................................ 45

Section VIII : Droits voisins Autorisation des artistes interprètes ou exécutants....................................... 46 Autorisation des producteurs d’enregistrements sonores et visuels ............. 47 Autorisation des organismes de radio et de télévision ................................. 48 Droit à une rémunération équitable .............................................................. 49 Droit moral................................................................................................... 50 Droit des éditeurs ......................................................................................... 51 Forme de l’autorisation, limitations et durée des droits ............................... 52 Protection du droit d’auteur ......................................................................... 53

Section IX : Gestion par les sociétés de perception Attribution de la gestion............................................................................... 54 Compétence des sociétés de perception ....................................................... 55 Relations avec les utilisateurs ...................................................................... 56 Relations avec les auteurs ............................................................................ 57 Application aux droits voisins...................................................................... 58

Section X : Mesures visant à prévenir les infractions Établissement de prescriptions et respect des prescriptions ......................... 59 Utilisation de systèmes de contrôle .............................................................. 60 Étiquette de contrôle .................................................................................... 61 Interdiction de décoder ................................................................................ 62 Mesures tendant à prévenir ou à faire cesser une violation .......................... 63

Section XI : Sanctions Saisie............................................................................................................ 64 Sanctions civiles........................................................................................... 65 Sanctions pénales ......................................................................................... 66

Section XII : Dispositions finales et transitoires Législation applicable .................................................................................. 67 Non-rétroactivité de la loi ............................................................................ 68 Création d’une organisation du droit d’auteur ............................................. 69 Sociétés de perception déjà en activité......................................................... 70 Mise en œuvre des directives de la Communauté européenne ..................... 71 Abrogation de dispositions et réglementation d’autres questions ................ 72

Section XIII : Questions culturelles et autres dispositions.................................................. 74 Section XIV : Entrée en vigueur ......................................................................................... 77

Section I Objet et contenu du droit d’auteur

Droit d’auteur

Art. premier. — 1) L’auteur jouit, du fait de la création de l’œuvre, du droit d’auteur sur celle -ci; ce droit lui confère, à

titre exclusif et absolu, le droit d’exploiter l’œuvre (droits patrimoniaux) et le droit de protéger le lien personnel qui l’unit à elle (droit moral).

2) Les droits susmentionnés comprennent les prérogatives prévues aux articles 3 et 4 de la présente loi.

Objet du droit

Art. 2. — 1) Le terme «œuvre» désigne toute création intellectuelle originale, de nature littéraire, artistique ou

scientifique, quelle qu’en soit la forme d’expression, telle que les textes écrits ou les œuvres orales, les compositions musicales avec ou sans paroles, les œuvres dramatiques avec ou sans musique, les

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 3/30

chorégraphies et les pantomimes, les œuvres audiovisuelles, les œuvres des beaux-arts, y compris les dessins, les œuvres de peinture et de sculpture, les gravures et les lithographies, les œuvres d’architecture et les photographies, les œuvres des arts appliqués, les illustrations, les cartes géographiques et les ouvrages plastiques relatifs à la géographie, à la topographie, à l’architecture ou aux sciences.

2) Le terme «œuvre» désigne aussi les traductions, les adaptations, les arrangements et autres transformations d’œuvres ou d’expressions du folklore ainsi que les recueils d’œuvres, les recueils d’expressions du folklore ou les recueils de simples faits ou données, tels que les encyclopédies, les anthologies et les bases de données, à condition que le choix ou la disposition des matières soient originaux. La protection dont bénéficient les œuvres énumérées dans le présent alinéa ne porte en aucun cas atteinte aux droits sur les œuvres préexistantes, qui ont fait l’objet de telles transformations ou ont servi à constituer ces recueils.

3) Sans préjudice des dispositions de la section VII de la présente loi, les programmes d’ordinateur et leur matériel de conception préparatoire sont considérés comme des œuvres littéraires au sens des dispositions relatives à la protection du droit d’auteur. La protection prévue par la présente loi s’applique à toute forme d’expression d’un programme d’ordinateur. Ne sont pas protégés par la présente loi les idées et les principes qui sont à la base de quelque élément que ce soit d’un programme d’ordinateur, y compris ceux qui sont à la base de ses interfaces. Un programme d’ordinateur est protégé s’il est original, en ce sens qu’il est la création intellectuelle propre à son auteur.

4) Les œuvres sont protégées par la présente loi quelles qu’en soient la valeur et la destination et indépendamment du fait qu’elles puissent être protégées par d’autres dispositions.

5) La protection conférée par la présente loi ne s’étend pas aux textes officiels qui expriment l’autorité de l’État, tels que les textes législatifs, administratifs ou judiciaires, pas plus qu’elle ne s’applique aux expressions du folklore, aux nouvelles ou aux simples faits et données.

Droits patrimoniaux

Art. 3. — 1) Les droits patrimoniaux confèrent à l’auteur, entre autres prérogatives, le droit d’autoriser ou

d’interdire a) la fixation et la reproduction de l’œuvre par tout procédé, qu’il soit mécanique, photochimique

ou électronique; b) la traduction de l’œuvre; c) l’arrangement, l’adaptation ou autre transformation de l’œuvre; d) la distribution de l’original ou de copies ou exemplaires de l’œuvre par transfert de propriété,

location ou prêt public, et, s’agissant notamment de l’utilisation des copies ou exemplaires, la subordination de tout transfert de propriété ou accord de location ou de prêt public à des conditions restrictives;

e) la communication de l’œuvre au public; f) la représentation ou exécution publique de l’œuvre; g) la diffusion ou la rediffusion de l’œuvre à l’intention du public par radio ou télévision, par un

procédé sans fil, par câble ou autre type de transmission par fil ou par tout autre procédé, parallèlement à la surface de la terre ou par satellite;

h) l’importation de copies ou exemplaires de l’œuvre produits à l’étranger sans le consentement de l’auteur ou l’importation de copies ou exemplaires provenant d’un pays qui n’appartient pas à la Communauté européenne lorsque l’auteur s’est réservé par contrat le droit de procéder à de telles importations.

2) L’utilisation, la représentation ou exécution ou la présentation de l’œuvre sont considérées comme «publiques» lorsque l’œuvre devient de ce fait accessible à un cercle de personnes plus large que le cercle restreint de la famille ou l’entourage immédiat de l’auteur, que ces personnes se trouvent au même endroit ou en des lieux différents.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 4/30

Droit moral

Art. 4. — 1) Le droit moral confère notamment à l’auteur les droits suivants : a) décider quand, où et comment rendre l’œuvre accessible au public (publication); b) exiger que sa qualité d’auteur de l’œuvre soit reconnue et, en particulier, dans la mesure du

possible, que son nom apparaisse sur les copies ou exemplaires de l’œuvre et soit indiqué chaque fois que son œuvre est utilisée en public ou, au contraire, s’il le souhaite, demander que son œuvre soit présentée sous forme anonyme ou pseudonyme;

c) s’opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de son œuvre et à toute atteinte à sa personne découlant de la présentation de l’œuvre au public;

d) avoir accès à son œuvre même si les droits patrimoniaux ou le support matériel de l’œuvre appartiennent à un tiers; dans ces deux cas, l’auteur aura accès à l’œuvre en occasionnant le moins de gêne possible au titulaire des droits;

e) dans le cas d’une œuvre littéraire ou scientifique, résilier un contrat de cession des droits patrimoniaux ou encore un contrat ou une licence d’exploitation portant sur son œuvre, à charge de verser des dommages et intérêts au cocontractant pour la perte pécuniaire causée, lorsque l’auteur considère cet acte nécessaire pour protéger sa personnalité du fait que ses convictions ont changé ou que les circonstances ont évolué.

2) S’agissant du dernier cas envisagé à l’alinéa précédent, la résiliation prend effet après versement des dommages et intérêts. Si, après la résiliation, l’auteur décide à nouveau de céder ses droits patrimoniaux ou d’autoriser l’exploitation de l’œuvre ou d’une œuvre similaire, il doit offrir en priorité à l’ancien cocontractant la possibilité de rétablir dans un contrat des conditions identiques ou similaires à celles qui étaient en vigueur au moment de la résiliation.

3) Le droit moral est indépendant des droits patrimoniaux et subsiste au bénéfice de l’auteur même après cession des droits patrimoniaux.

Droit de suite

Art 5. — 1) En cas de revente, aux enchères publiques, par un négociant en œuvres d’art ou par son

intermédiaire, de l’original d’une œuvre des beaux-arts, l’auteur de l’œuvre et ses héritiers sont en droit d’exiger une part égale à cinq pour cent du prix de vente. Ce droit n’est pas transmissible entre vifs.

2) La somme est versée par l’organisateur de la vente aux enchères ou par le négociant en œuvres d’art.

3) Chaque année, les organisateurs de ventes aux enchères publiques et les négociants en œuvres d’art sont tenus de communiquer, sur demande, à la Chambre grecque des beaux-arts et aux sociétés de perception des beaux-arts, des renseignements exacts sur les œuvres vendues par eux ou par leur intermédiaire au cours de la précédente année civile ainsi que sur le prix de vente de ces œuvres.

Section II Sujet initial du droit d’auteur

Titulaire initial des droits

Art. 6. — 1) L’auteur d’une œuvre est le titulaire initial des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à

cette œuvre. 2) L’auteur de l’œuvre est investi des droits susmentionnés en l’absence de toute formalité.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 5/30

Œuvres de collaboration, œuvres collectives et œuvres composites

Art. 7. — 1) Le terme «œuvre de collaboration» désigne toute œuvre qui résulte de la collaboration directe de

deux auteurs ou plus. Les titulaires initiaux des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à une œuvre de collaboration sont les coauteurs de cette œuvre. Sauf convention contraire, les coauteurs jouissent de ces droits à parts égales.

2) Le terme «œuvre collective» désigne toute œuvre qui résulte de la participation indépendante de plusieurs auteurs agissant sous la direction et la coordination intellectuelles d’une seule personne physique. Cette dernière est le titulaire initial des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à l’œuvre collective. Chaque auteur est initialement titulaire des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à sa propre contribution, à condition que celle-ci puisse être exploitée séparément.

3) Le terme «œuvre composite» désigne une œuvre constituée de plusieurs parties créées séparément. Tous les auteurs sont les cotitulaires initiaux des droits attachés à l’œuvre composite et chacun d’eux est titulaire à titre exclusif des droits sur la partie de l’œuvre composite dont il est le créateur, à condition que cette partie puisse être exploitée séparément.

Œuvres créées par des salariés

Art. 8. Lorsqu’une œuvre est créée par un salarié en exécution de son contrat de travail, l’auteur de l’œuvre est le titulaire initial des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à celle -ci. Sauf stipulation contraire, seuls les droits patrimoniaux qui sont nécessaires à la réalisation de l’objet du contrat sont transmis à titre exclusif à l’employeur.

Œuvres audiovisuelles

Art. 9. Est considéré comme auteur de l’œuvre audiovisuelle le réalisateur principal de celle-ci.

Présomptions

Art. 10. — 1) La personne dont le nom figure sur une copie ou un exemplaire d’une œuvre de la manière usuelle

pour indiquer la qualité d’auteur est présumée être l’auteur de cette œuvre. Il en est de même lorsque le nom figurant sur la copie ou l’exemplaire est un pseudonyme, à condition que ce pseudonyme ne laisse aucun doute sur l’identité de la personne.

2) S’agissant d’une œuvre collective, d’un programme d’ordinateur ou d’une œuvre audiovisuelle, la personne physique ou morale dont le nom ou la dénomination figure sur une copie ou un exemplaire de l’œuvre de la manière usuelle pour indiquer la qualité de titulaire des droits est présumée être le titulaire du droit d’auteur sur l’œuvre en question.

3) Les présomptions établies aux alinéas 1) et 2) sont réfragables.

Titulaire initial fictif

Art. 11. — 1) Quiconque publie une œuvre anonyme ou pseudonyme est considéré, vis-à-vis des tiers, comme le

titulaire initial des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à cette œuvre. Lorsque le véritable auteur de l’œuvre révèle son identité, il acquiert les droits précités en l’état où ils se trouvent conséquemment aux actes accomplis par le titulaire fictif.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 6/30

2) Quiconque possède et publie des œuvres d’auteurs qui sont décédés et ne bénéficient plus de la protection du droit d’auteur est considéré comme le titulaire initial des droits patrimoniaux et du droit moral attachés à ces œuvres.

3) Dans les cas visés aux alinéas 1) et 2), le droit moral est exercé par le titulaire fictif des droits dans la mesure où cela est compatible avec sa qualité.

Section III Transfert, exploitation et exercice des droits

Transfert

Art. 12. — 1) Les droits patrimoniaux peuvent être transmis entre vifs ou à cause de mort. 2) Le droit moral n’est pas transmissible entre vifs. Au décès de l’auteur, le droit moral échoit à ses

héritiers, qui l’exercent conformément aux vœux de l’auteur, à condition que ceux-ci aient été explicitement exprimés.

Contrats et licences d’exploitation

Art. 13. — 1) L’auteur de l’œuvre a la faculté de conclure des contrats par lesquels il confie des droits

patrimoniaux au cocontractant (contrats d’exploitation). Ce dernier s’engage à exercer les droits ainsi confiés.

2) L’auteur de l’œuvre peut autoriser un tiers à exercer des droits patrimoniaux (licences d’exploitation).

3) Les contrats et les licences d’exploitation peuvent être de nature exclusive ou non exclusive. Les contrats et les licences d’exploitation exclusifs autorisent le cocontractant, à l’exclusion de toute autre personne, à exercer les droits conférés. Les contrats et les licences d’exploitation non exclusifs autorisent le cocontractant à exercer les droits conférés concurremment à l’auteur et à d’autres parties contractantes. En l’absence de convention contraire, le cocontractant peut demander, en son nom propre, une protection juridique contre toute atteinte, par des tiers, aux droits qu’il exerce.

4) En cas de doute sur l’exclusivité d’un contrat ou d’une licence d’exploitation, le contrat ou la licence est réputé être de nature non exclusive.

5) Le contrat ou la licence ne peuvent en aucun cas conférer un droit global sur les œuvres futures de l’auteur et ne sauraient à aucun moment être considérés comme renvoyant à des modes d’exploitation qui étaient inconnus au moment de la conclusion de ces actes.

6) Les droits d’une personne qui s’engage à exploiter une œuvre ou acquiert la possibilité de l’exploiter ne peuvent être transmis entre vifs sans le consentement de l’auteur.

Forme des actes juridiques

Art. 14. Les actes relatifs au transfert des droits patrimoniaux, à la cession du droit d’exploitation, à la concession d’une licence d’exploitation et à l’exercice du droit moral sont nuls et non avenus s’ils ne sont pas conclus par écrit. Seul l’auteur peut invoquer la nullité.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 7/30

Étendue du transfert et des contrats ou licences d’exploitation

Art. 15. — 1) Les actes de transfert des droits patrimoniaux et les contrats ou licences d’exploitation de ces droits

peuvent restreindre les droits conférés et limiter leur portée, leur durée et leur champ d’application géographique ainsi que l’étendue ou les modalités de l’exploitation.

2) Lorsque la durée du transfert, du contrat ou de la licence d’exploitation n’est pas précisée, elle est réputée être limitée à cinq ans, à moins que les usages en matière contractuelle ne diffèrent sur ce point.

3) Lorsque le champ d’application géographique du transfert, du contrat ou de la licence d’exploitation n’est pas précisé, les actes juridiques en question sont réputés s’appliquer dans le pays où ils ont été conclus.

4) Lorsque l’étendue et les modalités de l’exploitation qui fait l’objet du transfert, du contrat ou de la licence ne sont pas précisées, ceux-ci sont réputés être limités aux actes d’exploitation nécessaires à la réalisation de l’objet du contrat ou de la licence.

5) Dans tous les cas de transfert des droits patrimoniaux ou de concession d’une licence d’exploitation exclusive, le cessionnaire des droits ou le preneur de la licence veille à ce que l’œuvre soit rendue accessible au public dans un délai raisonnable par un mode d’exploitation approprié.

Consentement de l’auteur assimilé à l’exercice du droit moral

Art. 16. En consentant à un acte ou à une omission qui normalement constituerait une atteinte à son droit moral, l’auteur est réputé exercer son droit moral, et son consentement lui est opposable.

Transfert du support matériel

Art. 17. Sauf convention contraire préalablement conclue par écrit avec le titulaire initial des droits patrimoniaux, le transfert de propriété de l’original ou d’une copie du support matériel dans lequel l’œuvre est incorporée n’emporte pas transfert du droit d’auteur et n’autorise aucunement le nouveau propriétaire à exploiter l’œuvre en question.

Section IV Limitations des droits patrimoniaux

Reproduction pour usage privé

Art. 18. — 1) Sans préjudice des dispositions des alinéas suivants, la reproduction pour usage privé d’une œuvre

licitement publiée est autorisée sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération. Le terme «usage privé» ne s’étend pas à l’usage fait par une entreprise, un service ou une organisation.

2) La faculté de reproduire une œuvre pour usage privé ne s’étend pas aux actes de reproduction qui risquent de porter atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre ou de causer un préjudice aux intérêts légitimes de l’auteur, à savoir :

a) lorsqu’il s’agit de la reproduction d’une œuvre d’architecture revêtant la forme d’un édifice ou d’une construction similaire;

b) lorsque des moyens techniques sont utilisés pour reproduire une œuvre des beaux-arts dont des copies circulent en nombre limité, ou lorsqu’il s’agit de la reproduction de la représentation graphique d’une œuvre musicale.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 8/30

3) Lorsque, pour reproduire librement l’œuvre, des moyens techniques sont utilisés, tels que du matériel d’enregistrement sonore, visuel ou audiovisuel, des bandes magnétiques ou d’autres équipements servant à reproduire les sons ou les images ou les sons et les images, des photocopieuses, du papier à photocopier ou des ordinateurs, une rémunération équitable est due à l’auteur de l’œuvre ainsi qu’à tout titulaire de droits voisins. Cette rémunération est fixée à six pour cent de la valeur du matériel d’enregistrement sonore ou visuel ou sonore et visuel, ou des bandes magnétiques ou autres équipements, à quatre pour cent de la valeur des photocopieuses et du papier à photocopier et à deux pour cent de la valeur des ordinateurs. Dans tous les cas, la rémunération est calculée au moment de l’importation ou de la distribution depuis l’usine ou au moment de la vente en gros ou au détail. Les fabricants, les importateurs ou les distributeurs des objets précités versent cette rémunération, dont le montant est porté sur la facture, aux sociétés de perception qui agissent pour le compte de tout ou partie de la catégorie de titulaires de droits en cause. Les sociétés de perception sont chargées de percevoir ladite rémunération et de choisir les débiteurs. La rémunération perçue au titre de la fabrication, de l’importation ou de la vente de photocopieuses, de papier à photocopier et d’ordinateurs est répartie à parts égales entre les auteurs et les éditeurs d’œuvres imprimées. La rémunération versée par le fabricant, l’importateur ou le distributeur de matériel d’enregistrement sonore, visuel ou audiovisuel est répartie à raison de 55 % pour les auteurs, 25 % pour les artistes interprètes ou exécutants et 20 % pour les producteurs d’enregistrements sur bande magnétique ou d’autres enregistrements sonores, visuels ou audiovisuels. En cas de besoin, le ministre de la culture peut fixer, par voie réglementaire, les modalités d’attribution et de versement des sommes aux différentes catégories et sous-catégories de titulaires de droits.

4) Chaque société de perception peut à tout moment demander à tout débiteur, par notification écrite, d’adresser à l’Organisation du droit d’auteur une déclaration au sens de la loi n° 1599/1986 attestant

a) la valeur totale du matériel d’enregistrement sonore, visuel ou audiovisuel, des enregistrements sonores, visuels ou audiovisuels, des photocopieuses, du papier à photocopier et des ordinateurs ou autres moyens techniques utilisés pour la reproduction de sons qu’il a importés, mis à disposition ou vendus et

b) qu’il s’agit de la valeur totale réelle de l’ensemble de ces éléments, sans omission aucune.

Le débiteur dispose d’un délai d’un mois à compter de la notification pour présenter à l’Organisation du droit d’auteur la déclaration en question, qui doit être signée de sa main, s’il s’agit d’une personne physique, ou de la main du représentant légal, s’il s’agit d’une société.

5) Les sociétés de perception ne sont pas autorisées à demander à un même débiteur de remettre une nouvelle déclaration avant l’expiration d’un délai de six mois au moins à compter de la remise de la déclaration précédente.

6) Si le débiteur ne se conforme pas à l’obligation de remettre la déclaration susmentionnée, le tribunal de première instance à juge unique, statuant en référé, en ordonne la remise immédiate; à défaut, une amende de un à 10 millions de drachmes peut être infligée au profit de la société de perception requérante.

7) Si, dans les 20 jours suivant la publication de l’ordonnance du tribunal, le débiteur ne se conforme pas à l’obligation de remettre la déclaration, le délai de six mois est suspendu, indépendamment de toute autre sanction, et la société de perception est autorisée à demander qu’une déclaration lui soit remise chaque mois. Dans ce cas, les dispositions de l’alinéa précédent sont applicables à chaque déclaration de cette nature.

8) Toute société de perception peut demander la vérification, à ses frais, de l’exactitude du contenu de toute déclaration par un expert comptable désigné par l’Organisation du droit d’auteur. Si le débiteur refuse de se soumettre à cette vérification, le tribunal de première instance à juge unique ordonne celle -ci selon la procédure susmentionnée. Le rapport de l’expert comptable est remis à l’Organisation du droit d’auteur et chaque société de perception a le droit d’en recevoir copie. Il ne peut être procédé à une nouvelle vérification de la même déclaration à la demande d’autres sociétés de perception.

9) Les entreprises qui importent, produisent, commercialisent ou vendent des moyens techniques et des enregistrements donnant lieu au paiement des redevances prévues dans le présent article ont, les unes à l’égard des autres, les mêmes droits que ceux qui sont reconnus aux sociétés de perception en vertu des alinéas précédents.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 9/30

10) Au cas où il incombe à l’importateur de payer une rémunération équitable, au titre de l’importation ou de l’acquisition intra-communautaire d’enregistrements sonores, visuels ou audiovisuels ou d’autres moyens techniques visés à l’alinéa 3) de l’article 18 de la loi n° 2121/1993, la rémunération est calculée d’après la valeur indiquée sur la facture de la société étrangère, et la facture prévue dans le présent article est établie d’après le prix de vente de ces enregistrements et autres moyens techniques et précise simplement que ce prix englobe la rémunération calculée en fonction de cette valeur conformément à l’alinéa 3) de l’article 18 de la loi n° 2121/1993.

Citation d’extraits

Art. 19. La citation de courts extraits tirés d’une œuvre licitement publiée par un auteur dans le but d’étayer un argument avancé par le citateur ou une critique du point de vue de l’auteur est autorisée sans le consentement de ce dernier et sans donner lieu à rémunération, à condition que cette citation soit conforme aux bons usages et que la longueur des extraits ne dépasse pas la mesure justifiée par le but à atteindre. La citation doit être accompagnée d’une indication de la source ainsi que du nom de l’auteur et de celui de l’éditeur, si ces noms figurent dans la source.

Manuels scolaires et anthologies

Art. 20. — 1) Les œuvres littéraires d’un ou plusieurs auteurs licitement publiées peuvent être reproduites, sans

le consentement des auteurs et sans donner lieu à rémunération, dans des manuels scolaires dont le Ministère de l’éducation nationale et des religions, ou un autre ministère compétent, a approuvé l’utilisation dans l’enseignement primaire et secondaire conformément au programme officiel des cours. Seul peut être reproduit un court fragment de la production totale de chacun des écrivains.

2) Après le décès de l’auteur, il est permis de reproduire les œuvres de celui-ci dans une anthologie, licitement publiée et regroupant les œuvres littéraires de plusieurs écrivains, sans le consentement des titulaires des droits et sans versement de rémunération. Seul peut être reproduit un court fragment de la production totale de chacun des écrivains.

3) La reproduction visée aux alinéas 1) et 2) ne doit pas porter atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre d’où sont tirés les textes et doit s’accompagner d’une indication de la source ainsi que du nom de l’auteur et de celui de l’éditeur, à condition que ces noms figurent dans la source.

Reproduction aux fins de l’enseignement

Art. 21. Est autorisée, sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération, la reproduction, exclusivement à des fins d’enseignement ou d’examen dans un établissement scolaire, d’articles licitement publiés dans un journal ou un périodique, de courts extraits d’une œuvre ou de parties d’une œuvre courte ou d’une œuvre des beaux-arts licitement publiée, dans la mesure où cette reproduction est compatible avec les buts précités et sous réserve qu’elle soit conforme aux bons usages et ne porte pas atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre. La reproduction doit s’accompagner d’une indication de la source ainsi que du nom de l’auteur et de celui de l’éditeur, à condition que ces noms figurent dans la source.

Reproduction par les bibliothèques et les services d’archives

Art. 22. Les bibliothèques ou les services d’archives dont l’activité est non lucrative sont autorisés à reproduire en un seul exemplaire, sans le consentement de l’auteur et sans verser de rémunération, une œuvre qui figure déjà dans leur collection permanente, en vue de conserver cet exemplaire supplémentaire ou de le céder à une autre bibliothèque ou à un autre service d’archives à but non lucratif. La reproduction

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 10/30

est licite uniquement si un exemplaire supplémentaire ne peut être obtenu rapidement sur le marché, à des conditions acceptables.

Reproduction des œuvres cinématographiques

Art. 23. Lorsque le titulaire des droits patrimoniaux s’oppose abusivement à la reproduction, en vue de sa conservation au Service national des archives cinématographiques, d’une œuvre cinématographique présentant une valeur artistique particulière, la reproduction de l’œuvre est autorisée, sans le consentement du titulaire et sans donner lieu à rémunération, sous réserve d’une décision prise par le ministre de la culture conformément à l’avis préalable du Conseil consultatif de la cinématographie.

Reproduction à des fins judiciaires ou administratives

Art. 24. Dans la mesure justifiée par un but particulier à atteindre, la reproduction d’une œuvre en vue de son utilisation dans une procédure judiciaire ou administrative est autorisée sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération.

Reproduction à des fins d’information

Art. 25. — 1) Dans la mesure justifiée par le but particulier à atteindre, les actes de reproduction suivants sont

autorisés, sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération : a) s’agissant pour les médias de rendre compte d’événements d’actualité, la reproduction et la

communication au public d’œuvres vues ou entendues au cours de ces événements; b) s’agissant d’informer sur des événements d’actualité, la reproduction et la communication au

public, par les médias, de discours politiques, d’allocutions, de sermons, de discours prononcés à l’occasion de débats judiciaires ou d’autres œuvres de même nature, ainsi que de résumés ou d’extraits de conférences, à condition que ces œuvres soient prononcées en public.

2) Dans la mesure du possible, la reproduction et la communication au public doivent s’accompagner d’une indication de la source et du nom de l’auteur.

Utilisation d’images d’œuvres situées dans les lieux publics

Art. 26. La reproduction et la communication par les médias, à titre occasionnel, d’images d’œuvres d’architecture, d’œuvres des beaux-arts, de photographies ou d’œuvres des arts appliqués situées en permanence dans un lieu public sont autorisées, sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération.

Représentation, exécution ou présentation publique dans des cas particuliers

Art. 27. La représentation, l’exécution ou la présentation publique d’une œuvre est autorisée, sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération, dans les cas suivants :

a) lors de cérémonies officielles, dans la mesure compatible avec la nature de ces cérémonies; b) dans le cadre des activités menées par le personnel et les élèves ou étudiants d’un établissement

d’enseignement dans le cadre de cet établissement, à condition que le public se compose exclusivement des personnes susmentionnées, des parents des élèves ou des étudiants, des

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 11/30

personnes s’occupant des élèves ou des étudiants ou des personnes participant directement aux activités de l’établissement.

Exposition et reproduction d’œuvres des beaux-arts

Art. 28. — 1) Les musées qui possèdent les supports matériels dans lesquels des œuvres des beaux-arts sont

incorporées sont habilités, sans le consentement de l’auteur et sans verser de rémunération, à exposer ces œuvres en public dans leurs locaux ou lors d’expositions organisées en leur sein.

2) La présentation d’une œuvre des beaux-arts au public et sa reproduction dans des catalogues dans la mesure nécessaire pour en promouvoir la vente est autorisée, sans le consentement de l’auteur et sans donner lieu à rémunération.

3) Dans les cas susvisés aux alinéas 1) et 2), la reproduction est autorisée dans la mesure où elle ne porte pas atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre ni ne cause un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l’auteur.

Section V Durée de la protection

Durée en général

Art. 29. — 1) Le droit d’auteur attaché à une œuvre est protégé pendant toute la vie de l’auteur et pendant 70 ans

après sa mort, à compter de la fin de l’année du décès. 2) Après l’expiration de la protection du droit d’auteur, l’État, représenté par le ministre de la culture,

est habilité à exercer les droits relatifs à la reconnaissance de la paternité de l’auteur ainsi que les droits relatifs au respect de l’intégrité de l’œuvre, lesquels découlent du droit moral conformément à l’article 4.1)b) et c) de la présente loi.

Œuvres de collaboration

Art. 30. Le droit d’auteur attaché aux œuvres de collaboration est protégé pendant la vie du dernier auteur survivant et pendant 70 ans après sa mort, à compter de la fin de l’année du décès.

Point de départ de la protection : cas particuliers

Art. 31. — 1) Le droit d’auteur attaché aux œuvres anonymes ou pseudonymes est protégé pendant 70 ans, à

compter de la fin de l’année au cours de laquelle l’œuvre a été licitement publiée pour la première fois, à moins que l’auteur ne révèle son identité avant l’expiration de cette période, auquel cas les règles générales s’appliquent.

2) Le droit d’auteur attaché aux œuvres publiées, après le décès de leur auteur, par des tiers qui détiennent ces œuvres est protégé pendant 70 ans, à compter de la fin de l’année au cours de laquelle l’œuvre a été licitement publiée pour la première fois.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 12/30

Section VI Règles relatives aux contrats et aux licences d’exploitation

Rémunération en pourcentage

Art. 32. — 1) La rémunération due à l’auteur par l’autre partie contractante, dans le cadre d’un acte juridique

visant à transférer tout ou partie des droits patrimoniaux, à conférer le droit d’exploitation ou à concéder une licence d’exploitation est obligatoirement exprimée sous forme d’un pourcentage, sur lequel s’entendent librement les parties. Ce pourcentage est calculé en fonction de toutes les recettes brutes sans exception ou des dépenses brutes ou en fonction de la somme des recettes et des dépenses brutes liées aux activités que mène le cocontractant dans le cadre de l’exploitation de l’œuvre. À titre exceptionnel, la rémunération peut être fixée forfaitairement dans les cas suivants :

a) lorsqu’il est pratiquement impossible de déterminer la base de calcul d’une rémunération en pourcentage ou lorsque les moyens de contrôler l’application d’un pourcentage font défaut;

b) lorsque les frais des opérations de calcul et de contrôle sont hors de proportion avec la rémunération à percevoir;

c) lorsque la nature ou les conditions de l’exploitation rendent impossible l’application d’un pourcentage, soit que la contribution de l’auteur ne constitue pas un élément essentiel de la création intellectuelle tout entière, soit que l’utilisation de l’œuvre présente un caractère accessoire par rapport à l’objet exploité.

2) L’obligation faite à l’alinéa 1) d’exprimer la rémunération sous forme de pourcentage vaut pour tous les cas, sauf disposition contraire de la présente loi et dans la mesure où il ne s’agit pas d’œuvres créées par des salariés en exécution de leur contrat de travail ni de programmes d’ordinateur ou de publicité d’aucune forme.

Règles relatives aux contrats portant sur les éditions imprimées

et aux droits des traducteurs

Art. 33. — 1) La rémunération due à l’auteur par l’éditeur d’une édition imprimée au titre de la reproduction et

de la mise en circulation d’une œuvre ou d’exemplaires d’une œuvre est fixée sous la forme d’un pourcentage donné du prix de vente au détail de tous les exemplaires vendus. Lorsque le contrat d’édition porte sur une œuvre littéraire, telle qu’un conte, une nouvelle, un roman, un poème, un essai, un essai critique, une œuvre dramatique, un récit de voyage ou une biographie, publiée sous forme de livre dans sa langue originale, à l’exception des éditions de poche, la rémunération due à l’auteur par l’éditeur après la vente de 1000 exemplaires ne peut être inférieure à 10 % du prix de vente au détail de tous les exemplaires vendus.

2) Font exception aux dispositions de l’alinéa 1) les œuvres suivantes, pour lesquelles la rémunération due à l’auteur peut être fixée forfaitairement :

a) les œuvres collectives; b) les encyclopédies, les dictionnaires ou les anthologies d’œuvres d’autres auteurs; c) les manuels scolaires; d) les albums, calendriers, agendas, manuels d’utilisation, jeux imprimés et autres ouvrages

pédagogiques tels que les cartes ou les atlas géographiques; e) les préfaces, commentaires, introductions, présentations; f) les illustrations ou les photographies dans les éditions imprimées; g) les livres d’images sans texte pour enfants; h) les éditions de luxe à tirage limité;

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 13/30

i) les magazines ou les journaux. 3) Lorsqu’une œuvre a plus d’un auteur, et en l’absence de convention contraire, la rémunération en

pourcentage est répartie entre les différents auteurs proportionnellement à leurs contributions respectives. Lorsqu’un ou plusieurs auteurs ne sont pas protégés par les dispositions législatives en matière de droit d’auteur, les auteurs bénéficiant effectivement d’une protection perçoivent la rémunération en pourcentage fixée ou le pourcentage auquel ils auraient eu droit conformément à l’alinéa 1) du présent article si tous les auteurs avaient bénéficié d’une protection.

4) Lorsque des exemplaires d’une œuvre font l’objet d’un accord de location ou de prêt concernant des tiers, la rémunération due pour obtenir la licence nécessaire est répartie à parts égales entre l’auteur et l’éditeur.

5) Lorsque la rémunération due à l’auteur correspond à un pourcentage des ventes au détail, et si aucune autre méthode de contrôle n’a été déterminée, chaque exemplaire mis en vente doit être signé par l’auteur. Une autre méthode de contrôle du nombre d’exemplaires vendus sera déterminée par décret présidentiel devant être pris dans les six mois qui suivent l’entrée en vigueur de la présente loi, sur recommandation du ministre de la culture et après consultation des catégories professionnelles intéressées.

6) La rémunération due par l’éditeur d’une édition imprimée au traducteur d’une œuvre, au titre de la traduction, de la reproduction et de la distribution de cette œuvre, est fixée en pourcentage du prix de vente au détail de tous les exemplaires vendus. Les dispositions des alinéas 2), 4) et 5) du présent article sont applicables par analogie.

7) Le nom du traducteur doit figurer sur la principale page de titre de l’œuvre. Si l’éditeur y consent, il peut aussi figurer sur la couverture.

Règles relatives aux contrats de production audiovisuelle

Art. 34. — 1) Un contrat de création d’une œuvre audiovisuelle conclu entre un producteur et un auteur doit

préciser les droits patrimoniaux devant être cédés au producteur. À défaut, le contrat est réputé transférer au producteur tous les droits patrimoniaux nécessaires à l’exploitation de l’œuvre audiovisuelle, conformément aux objectifs fixés dans le contrat. L’œuvre audiovisuelle est réputée achevée lorsque l’auteur a approuvé la matrice à partir de laquelle seront tirés des exemplaires aux fins de l’exploitation. La version définitive de l’œuvre audiovisuelle, approuvée par l’auteur, ne peut faire l’objet d’aucune transformation, réduction ou autre modification sans l’accord préalable de celui-ci. Les auteurs ayant apporté leur propre contribution à une œuvre audiovisuelle sont habilités à exercer leur droit moral uniquement en rapport avec la version définitive de l’œuvre, approuvée par l’auteur.

2) Le contrat qui lie le producteur d’une œuvre audiovisuelle aux auteurs dont la contribution est incorporée dans l’œuvre doit préciser les droits patrimoniaux devant être cédés au producteur. À défaut, le contrat conclu entre le producteur et les auteurs, autres que les compositeurs et les paroliers, est réputé transférer au producteur les prérogatives des droits patrimoniaux qui sont nécessaires à l’exploitation de l’œuvre audiovisuelle, conformément aux objectifs fixés dans le contrat. Lorsque les différentes contributions à une œuvre audiovisuelle peuvent être utilisées séparément, leurs auteurs demeurent investis des droits patrimoniaux liés aux autres utilisations.

3) L’auteur d’une œuvre audiovisuelle a droit à une rémunération distincte pour chaque mode d’exploitation de l’œuvre. Cette rémunération est fixée sous la forme d’un pourcentage indiqué dans le contrat correspondant. Ce pourcentage est calculé en fonction de la totalité des recettes brutes sans exception ou des dépenses brutes ou en fonction de la somme des recettes et des dépenses brutes liées à l’exploitation de l’œuvre. Le producteur d’une œuvre audiovisuelle est tenu de communiquer à l’auteur de l’œuvre, une fois par an et par écrit, toutes les informations concernant l’exploitation de celle -ci, auxquelles il doit joindre tous les documents pertinents. Les présentes dispositions ne s’appliquent pas aux courts films publicitaires.

4) Lorsque des enregistrements visuels ou audiovisuels contenant la fixation d’une œuvre audiovisuelle font l’objet d’un accord de location, l’auteur a droit, dans tous les cas, à une rémunération

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 14/30

équitable. La présente disposition s’applique aussi aux accords de location portant sur des enregistrements sonores.

Règles relatives à la diffusion par radio et par télévision

Art. 35. — 1) En l’absence de convention contraire, la rediffusion d’une œuvre par radio ou par télévision

n’exige aucune autorisation de l’auteur en plus de celle donnée pour la première diffusion. Toutefois, lorsqu’un organisme de radiodiffusion rediffuse une œuvre, il est tenu de verser une rémunération supplémentaire à l’auteur. La rémunération due est égale à au moins 50 % de la rémunération initialement fixée pour la première diffusion lorsqu’il s’agit d’une première rediffusion, puis à 20 % pour chaque diffusion supplémentaire. La présente disposition n’est pas applicable aux accords conclus entre les sociétés de perception et les utilisateurs visés à l’article 56 de la présente loi.

2) En l’absence de convention contraire, le contrat qui lie un auteur à un organisme de radiodiffusion ne confère pas à ce dernier le droit d’autoriser des tiers à diffuser ou à rediffuser à l’intention du public, par ondes électromagnétiques, par fil ou par tout autre procédé, parallèlement à la surface de la terre ou par satellite, l’œuvre visée dans le contrat.

3) La radiodiffusion d’une œuvre par satellite en vue de sa réception sur l’ensemble ou une grande partie du territoire grec n’est licite que si l’organisme de radiodiffusion qui émet le signal ascendant est habilité ou autorisé à diffuser des émissions par radio et par télévision en Grèce.

Rémunération pour la représentation ou l’exécution d’œuvres dramatiques

Art. 36. — 1) Les droits des auteurs dramatiques sont fixés sous la forme d’un pourcentage des recettes brutes

après déduction de la taxe sur les spectacles publics. 2) La rémunération est calculée en fonction des recettes brutes réalisées sur l’ensemble du programme

consistant en l’interprétation ou exécution d’œuvres originales ou de traductions ou adaptations d’œuvres classiques anciennes ou plus récentes, la rémunération minimale s’élevant à 22 % pour les représentations ou exécutions dans les théâtres publics et à 10 % pour les représentations ou exécutions dans les théâtres privés. S’agissant de traductions d’œuvres modernes appartenant au répertoire international contemporain, la rémunération minimale est égale à cinq pour cent. Lorsque plusieurs auteurs dramatiques figurent au programme, la rémunération est répartie entre eux proportionnellement à la longueur de leurs pièces respectives.

Compositions musicales accompagnant les films

Art. 37. La rémunération minimale due aux auteurs de la musique ou des chansons accompagnant les films projetés au public dans les salles de cinéma ou dans d’autres lieux s’élève à un pour cent des recettes brutes après déduction de la taxe sur les spectacles publics.

Droits des photographes

Art. 38. — 1) Sauf convention contraire, un transfert des droits patrimoniaux, ou un contrat ou une licence

d’exploitation, concernant la publication d’une photographie dans un journal, un périodique ou un autre média porte exclusivement sur la publication de cette photographie dans le journal, le périodique ou le média mentionné dans l’acte de transfert ou dans le contrat ou la licence d’exploitation, ainsi que sur

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 15/30

l’archivage de ladite photographie. Toute nouvelle publication exige le versement d’une rémunération égale à la moitié de la rémunération initialement fixée. La publication d’une photographie provenant des archives d’un journal, d’un périodique ou d’un autre média n’est autorisée que si elle s’accompagne de l’indication du titre du journal ou du périodique ou du nom du média dans les archives duquel la photographie avait été initialement et licitement placée.

2) Lorsqu’une photographie est publiée à partir d’un négatif, celui-ci, en l’absence de convention contraire, ne doit être utilisé que pour la première publication de la photographie, après quoi il est restitué au photographe.

3) Le photographe se réserve le droit d’accès à ses photographies ayant fait l’objet d’un contrat ou d’une licence d’exploitation conclu avec un journal, un périodique ou un autre média, et le droit d’en demander la restitution lorsqu’elles n’ont pas été publiées dans les trois mois suivant la conclusion du contrat ou de la licence.

4) Toute publication d’une photographie doit s’accompagner de la mention du nom du photographe. La présente disposition est aussi applicable en cas de transfert des archives appartenant à un journal, à un périodique ou à un autre média.

5) Le propriétaire d’un journal ou d’un périodique n’est pas autorisé à publier, dans un livre ou dans un album, une photographie prise par un photographe employé par lui sans le consentement de ce dernier. Il en est de même pour le prêt d’une photographie.

Nullité des conventions contraires

Art. 39. Sauf disposition législative contraire, toute convention fixant des conditions contraires aux dispositions des articles de la présente section ou imposant un niveau de rémunération inférieur à celui qui est prescrit dans la présente section est nulle et non avenue en ce qui concerne les clauses préjudiciables aux auteurs.

Section VII Dispositions spéciales

concernant les programmes d’ordinateur

Programmes créés par des salariés

Art. 40. Sauf stipulation contraire, les droits patrimoniaux attachés à un programme d’ordinateur créé par un salarié en exécution de son contrat de travail ou conformément aux instructions données par son employeur sont transférés ipso jure à cet employeur.

Épuisement du droit

Art. 41. La première vente dans la Communauté européenne d’un exemplaire d’un programme, par l’auteur ou avec son consentement, emporte épuisement du droit de distribuer cet exemplaire à l’intérieur du territoire communautaire, à l’exception du droit de contrôler la location ultérieure du programme ou d’un exemplaire de celui-ci.

Restrictions

Art. 42. — 1) Sauf convention contraire, la reproduction, la traduction, l’adaptation, l’arrangement ou toute autre

modification d’un programme d’ordinateur ne sont pas soumis à l’autorisation de l’auteur et ne donnent pas lieu à rémunération, lorsque ces actes sont nécessaires pour permettre à l’acquéreur légitime d’utiliser le programme d’une manière conforme à sa destination, y compris pour corriger des erreurs.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 16/30

2) La restriction prévue à l’alinéa précédent ne s’étend pas aux actes de reproduction nécessaires au chargement, à l’affichage, au passage ou au stockage du programme d’ordinateur, lesquels actes sont soumis à l’autorisation de l’auteur.

3) Une personne ayant le droit d’utiliser le programme d’ordinateur ne peut être empêchée par contrat d’en faire une copie de sauvegarde dans la mesure où celle-ci est nécessaire à l’utilisation du programme. La réalisation de cette copie n’est pas soumise à l’autorisation de l’auteur et ne donne pas lieu à rémunération.

4) La personne habilitée à utiliser une copie d’un programme d’ordinateur peut, sans l’autorisation de l’auteur et sans verser de rémunération, observer, étudier ou tester le fonctionnement de ce programme afin de déterminer les idées et les principes qui sont à la base de l’un quelconque des éléments du programme, à condition de le faire en accomplissant tout acte qu’elle est en droit d’accomplir. Toute convention contraire est illicite.

5) Est interdite la reproduction d’un programme d’ordinateur pour usage privé autrement que dans les cas envisagés aux alinéas 3) et 4).

Décompilation

Art. 43. — 1) La personne ayant le droit d’utiliser une copie d’un programme d’ordinateur est habilitée à

accomplir les actes visés à l’article 42.1) et 2) sans l’autorisation de l’auteur et sans verser de rémunération, lorsque ces actes sont indispensables pour obtenir les informations nécessaires à l’interfonctionnement d’un programme d’ordinateur créé de façon indépendante avec d’autres programmes, à condition que les informations nécessaires à l’interfonctionnement n’aient pas déjà été facilement et rapidement accessibles à la personne susvisée et dans la mesure où ces actes se limitent aux parties du programme d’origine nécessaires à cet interfonctionnement.

2) Les dispositions de l’alinéa 1) ne peuvent justifier que les informations obtenues en vertu de son application

a) soient utilisées à des fins autres que la réalisation de l’interfonctionnement du programme d’ordinateur créé de façon indépendante;

b) soient communiquées à des tiers, sauf si cela s’avère nécessaire à l’interfonctionnement du programme créé de façon indépendante; ou

c) soient utilisées pour mettre au point, produire ou commercialiser un programme d’ordinateur dont l’expression est fondamentalement similaire au programme d’origine ou pour tout autre acte portant atteinte au droit d’auteur.

3) Les dispositions du présent article ne sauraient être interprétées de manière à ce que leur application puisse porter atteinte à l’exploitation normale du programme d’ordinateur ou puisse causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l’auteur.

Durée de la protection

Art. 44. La protection est assurée pendant la vie de l’auteur du programme d’ordinateur et pendant 50 ans après sa mort, à compter de la fin de l’année de son décès.

Validité des autres dispositions et conventions

Art. 45. — 1) Les dispositions de la présente section sont sans préjudice des autres dispositions juridiques

concernant notamment les droits afférents aux brevets, les marques, la concurrence déloyale, les secrets d’affaires, la protection des produits semi-conducteurs ou le droit des contrats.

2) Toute convention contraire aux dispositions de l’article 42.3) et 4) et de l’article 43 de la présente loi est nulle et non avenue.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 17/30

Section VIII Droits voisins

Autorisation des artistes interprètes ou exécutants

Art. 46. — 1) Le terme «artistes interprètes ou exécutants» désigne les personnes qui jouent, représentent,

interprètent ou exécutent d’une quelconque manière des œuvres, telles que les acteurs, les musiciens, les chanteurs, les choristes, les danseurs, les marionnettistes, les artistes du théâtre d’ombres, les artistes de variété ou les artistes de cirque.

2) Les artistes interprètes ou exécutants sont en droit d’autoriser ou d’interdire a) la fixation de leur interprétation ou exécution publique sur un enregistrement visuel, sonore ou

audiovisuel; b) la reproduction directe ou indirecte d’une fixation de leur interprétation ou exécution ainsi que

la distribution de l’enregistrement par transfert de propriété, location ou prêt public; c) la diffusion par radio ou par télévision, par un quelconque procédé, tel que les ondes

électromagnétiques, le satellite ou le câble, ainsi que la diffusion en public d’un enregistrement contenant une fixation illicite de leur interprétation ou exécution;

d) la diffusion par radio ou par télévision, par un quelconque procédé, tel que les ondes électromagnétiques, le satellite ou le câble, de leur interprétation ou exécution publique, excepté s’il s’agit de la rediffusion d’une émission de radiodiffusion licite;

e) la communication au public de leur interprétation ou exécution publique par un procédé autre que la transmission par radio ou par télévision.

3) Sous réserve de dispositions contractuelles contraires indiquant expressément les actes autorisés, les actes énumérés à l’alinéa 2) sont présumés être autorisés lorsque l’artiste interprète ou exécutant a conclu un contrat de travail ayant pour objet l’accomplissement de ces actes avec une personne qui les accomplit. L’artiste interprète ou exécutant a droit, à tout moment, à une rémunération pour chacun des actes mentionnés à l’alinéa 2), quel que soit le mode d’exploitation de son interprétation ou exécution. En particulier, l’artiste interprète ou exécutant jouit d’un droit inaliénable à une rémunération équitable en cas de location, s’il a autorisé un producteur d’enregistrements sonores, visuels ou audiovisuels à louer des enregistrements contenant une fixation de son interprétation ou exécution.

4) Lorsqu’une œuvre est interprétée ou exécutée par un ensemble, les artistes interprètes ou exécutants constituant cet ensemble choisissent et désignent par écrit un représentant chargé d’exercer les droits énumérés à l’alinéa 2). Cette représentation ne concerne pas les chefs d’orchestre, les chefs de chœur, les solistes, les acteurs protagonistes ainsi que les principaux metteurs en scène. En l’absence de désignation d’un représentant, les droits énumérés à l’alinéa 2) sont exercés par le directeur de l’ensemble.

5) Les droits mentionnés à l’alinéa 2) ne peuvent faire l’objet d’aucune cession pendant la vie de l’artiste interprète ou exécutant ni d’aucune renonciation. La gestion et la défense des droits susmentionnés peut être confiée à une société de perception conformément aux articles 54 à 58 de la présente loi.

Autorisation des producteurs d’enregistrements sonores et visuels

Art. 47. — 1) Les producteurs d’enregistrements sonores, visuels ou sonores et visuels sont en droit d’autoriser

ou d’interdire la reproduction directe ou indirecte ainsi que la distribution, par transfert de propriété, location ou prêt public, de leurs enregistrements. Ils peuvent aussi interdire l’importation d’enregistrements produits à l’étranger sans leur consentement ou, lorsqu’ils se sont réservé par contrat le droit d’importer, l’importation d’enregistrements provenant d’un pays n’appartenant pas à la Communauté européenne.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 18/30

2) Le terme «producteur d’enregistrements sonores» désigne toute personne physique ou morale qui a l’initiative et la responsabilité de la première fixation d’une séquence de sons uniquement. Le terme «producteur d’enregistrements visuels ou sonores et visuels» désigne toute personne physique ou morale qui a l’initiative et la responsabilité de la première fixation d’une séquence d’images sonorisées ou non.

Autorisation des organismes de radio et de télévision

Art. 48. — 1) Les organismes de radio ou de télévision sont en droit d’autoriser ou d’interdire a) la retransmission de leurs émissions par un quelconque procédé, tel que les ondes

électromagnétiques, le satellite ou le câble; b) la communication au public de leurs émissions dans des lieux accessibles au public moyennant

paiement d’un droit d’entrée; c) la fixation de leurs émissions sur des enregistrements sonores, visuels ou sonores et visuels, que

ces émissions soient diffusées par fil ou sans fil, y compris par câble ou par satellite; d) la reproduction directe ou indirecte de fixations de leurs émissions ainsi que la distribution, par

transfert de propriété, location ou prêt public, d’enregistrements contenant une fixation de leurs émissions.

2) Les organismes de radio ou de télévision ne jouissent pas du droit prévu à l’alinéa 1)c) lorsqu’ils retransmettent simplement par câble des émissions d’autres organismes de radio ou de télévision.

Droit à une rémunération équitable

Art. 49. — 1) Lorsque des enregistrements sonores, visuels ou audiovisuels sont utilisés aux fins de leur diffusion

à la radio ou à la télévision par un quelconque procédé, tel que les ondes électromagnétiques, le satellite ou le câble, ou aux fins de leur communication au public, l’utilisateur verse une rémunération unique et équitable aux artistes interprètes ou exécutants dont l’interprétation ou exécution figure sur les enregistrements ainsi qu’aux producteurs de ces enregistrements. La rémunération est versée uniquement aux sociétés de perception. Celles-ci sont chargées de négocier et de fixer le montant de la rémunération, d’en réclamer le paiement et de percevoir celle-ci auprès des utilisateurs. En cas de litige entre les utilisateurs et les sociétés de perception, le montant de la rémunération équitable ainsi que les conditions de paiement sont déterminés par un tribunal de première instance à juge unique statuant en référé. La décision finale concernant la rémunération est rendue par le tribunal compétent.

2) Sans préjudice de l’assignation obligatoire, aux sociétés de perception fonctionnant conformément aux articles 54 à 58 de la présente loi, des tâches de gestion des droits et de recouvrement des rémunérations, le droit des artistes interprètes ou exécutants à la rémunération prescrite à l’alinéa 1) est inaliénable.

3) La rémunération perçue est répartie à parts égales entre les artistes interprètes ou exécutants et les producteurs d’enregistrements. La répartition de la rémunération perçue entre les différents artistes interprètes ou exécutants et entre les différents producteurs est réalisée conformément aux conventions conclues entre eux, qui figurent dans le règlement de chaque société de perception.

4) Les artistes interprètes ou exécutants ont droit à une rémunération équitable pour toute rediffusion par radio ou par télévision d’une interprétation ou exécution transmise par radio ou par télévision. Sans préjudice de la possibilité de confier la gestion des droits et le recouvrement des rémunérations aux sociétés de perception conformément aux dispositions des articles 54 à 58 de la présente loi, le droit à une rémunération équitable prévu dans le présent alinéa est inaliénable.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 19/30

Droit moral

Art. 50. — 1) Leur vie durant, les artistes interprètes ou exécutants ont droit à la reconnaissance pleine et entière

de cette qualité en relation avec leurs interprétations ou exécutions, et sont habilités à interdire toute transformation de leurs interprétations ou exécutions.

2) Après le décès de l’artiste interprète ou exécutant, le droit moral se transmet aux héritiers de celui-ci.

3) Les dispositions de l’article 12.2) et de l’article 16 de la présente loi sont applicables par analogie au droit moral des artistes interprètes ou exécutants.

Droits des éditeurs

Art. 51. Les éditeurs d’ouvrages imprimés sont en droit d’autoriser ou d’interdire la reproduction par procédé reprographique, électronique ou autre de la composition et de la mise en page des œuvres publiées par eux, si la reproduction est réalisée à des fins d’exploitation.

Forme de l’autorisation, limitations et durée des droits

Art. 52. Les droits prévus aux articles 46 à 51 de la présente loi sont soumis aux règles suivantes : a) les conventions relatives à ces droits ne sont juridiquement valables que si elles sont conclues

par écrit; b) les limitations prévues pour les droits patrimoniaux inhérents au droit d’auteur sont applicables

par analogie; c) les droits des artistes interprètes ou exécutants prévus aux articles 46 et 49 de la présente loi

sont conférés pour une durée de 50 ans à compter de la fin de l’année au cours de laquelle l’interprétation ou exécution a eu lieu et ne peuvent en aucun cas s’éteindre avant le décès de l’artiste interprète ou exécutant;

d) les droits des producteurs d’enregistrements, des organismes de radio ou de télévision et des éditeurs, prévus aux articles 47 à 49 et 51 de la présente loi, sont conférés pour une durée de 50 ans à compter de la fin de l’année de l’enregistrement ou de la première diffusion par radio ou par télévision ou de la publication de la dernière édition de l’œuvre.

Protection du droit d’auteur

Art. 53. La protection prévue aux articles 46 à 52 de la présente loi ne modifie en rien la protection du droit d’auteur et ne lui porte nullement préjudice. Les dispositions des articles précités ne sauraient en aucun cas être interprétées de manière à diminuer cette protection. Lorsque les artistes interprètes ou exécutants, les producteurs d’enregistrements sonores, visuels ou audiovisuels, les organismes de radio ou de télévision et les éditeurs jouissent sur une œuvre du droit d’auteur en plus des droits voisins, ces droits s’appliquent concurremment et confèrent les prérogatives qui en découlent.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 20/30

Section IX Gestion par les sociétés de perception

Attribution de la gestion

Art. 54. — 1) Les auteurs peuvent confier la gestion ou la défense de leurs droits à une société de perception

créée exclusivement pour gérer et défendre, en tout ou en partie, les droits patrimoniaux. De la même manière, les sociétés de perception peuvent accomplir ces tâches pour le compte d’une personne à qui l’auteur a cédé un droit à titre gratuit ou pour le compte d’un mandataire, d’un héritier ou d’une fondation créée par un auteur. Une société de perception peut revêtir n’importe quelle forme de société commerciale. Lorsqu’elle est constituée en société anonyme, toutes ses actions doivent être nominatives. Les autres questions relatives au statut commercial des sociétés de perception sont réglementées conformément à l’article 24.2) et 4) de la loi n° 1746/1988. La notification prévue à l’article 24.4) de cette même loi ne peut être publiée que par le Ministère de la culture. Une société de perception peut revêtir la forme d’une coopérative urbaine conformément à la loi n° 1667/1986. Si tel est le cas, les dispositions suivantes sont applicables :

a) chaque fois que, dans la loi n° 1667/1986, la compétence est attribuée au Ministère de l’économie nationale, celle-ci est transférée au Ministère de la culture;

b) par dérogation au principe de la compétence locale, une coopérative peut être constituée et opérer à l’échelon national;

c) tous les membres de la coopérative peuvent être des personnes morales; d) les statuts des coopératives en question peuvent contenir des dispositions sur les points suivants

ou dans le sens indiqué ci-après : aa) les conditions, les procédures et les organes internes dont peut dépendre l’adhésion, le

retrait ou l’exclusion de membres, qui dérogent aux dispositions relatives aux conditions, procédures et organes énoncées à l’article 2.4), 5), 6), 7) et 8) de la loi n° 1167/1986;

bb) en cas de retrait ou d’exclusion d’un membre ou si ses héritiers n’acquièrent pas le statut de membre, le membre ou ses héritiers s’engagent à ne pas réclamer la restitution de leurs parts dans la coopérative ou le paiement de la valeur de ces parts ou à ne revendiquer que la restitution de ces parts à leur valeur nominale;

cc) les membres peuvent acquérir un nombre illimité de parts donnant droit de vote; dd) les parts de la coopérative ne peuvent pas être transmises entre vifs; ee) les catégories de membres qui n’ont aucun droit de vote ou dont le nombre individuel de

voix est indépendant du nombre de parts obligatoires ou donnant droit de vote détenues par chaque membre;

ff) restriction des droits conférés en vertu de l’article 4.2)b) de la loi n° 1167/1986 en vue de protéger les droits légitimes des sociétés de perception;

gg) les nouveaux membres ne sont pas tenus, hormis le paiement de leurs parts, de payer une somme ou une contribution proportionnelle aux avoirs nets de la coopérative ou ne sont soumis à une obligation de ce genre que pendant une période limitée après la création de la coopérative;

e) de telles coopératives sont toujours à responsabilité limitée et les membres ne sont pas personnellement responsables des dettes des coopératives;

f) un décret présidentiel, promulgué sur proposition du ministre de la culture, peut régler les points visés aux articles 5, 6, 7 et 8 de la loi n° 1667/1986 et tous points relatifs à la procédure interne des coopératives conformément aux dispositions applicables dans les États membres de l’Union européenne en ce qui concerne les sociétés de gestion collective opérant d’une façon identique ou similaire.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 21/30

2) En cas de transmission secondaire et sans changement, par câble ou par un autre moyen matériel, de programmes de radio ou de télévision, les droits des auteurs doivent obligatoirement être gérés par les sociétés de perception.

3) Le mandat (d’une société de perception) peut être établi par cession des droits patrimoniaux dont la protection est demandée ou par délégation de pouvoirs appropriée. Il est délivré par écrit pour une période déterminée n’excédant pas trois ans. L’accord établissant le mandat doit indiquer avec précision les œuvres de l’auteur dont l’exploitation est couverte par ce mandat. En cas d’ambiguïté, l’accord est présumé s’appliquer à toutes les œuvres de l’auteur, y compris les œuvres que celui-ci sera amené à créer pendant la durée de l’accord, lequel ne doit en aucun cas excéder trois ans.

4) Avant de commencer ses opérations, une société de perception qui s’engage à gérer ou à défendre les prérogatives découlant des droits patrimoniaux des auteurs ou se propose de s’engager dans cette activité doit déposer auprès du Ministère de la culture une déclaration en ce sens, accompagnée d’une copie de son règlement, où doivent figurer au moins les éléments d’information suivants :

a) le montant du capital social dont elle dispose; b) s’agissant d’une société commerciale, ses statuts; c) le nom du responsable de la société ainsi que le nom des gestionnaires, étant entendu que toutes

ces personnes jouissent d’une réputation professionnelle établie et n’ont pas été reconnues coupables d’atteintes à la propriété ou aux biens;

d) le nombre d’auteurs lui ayant confié la gestion des droits découlant de leurs droits patrimoniaux;

e) la forme juridique du mandat de gestion; f) dans chaque cas, la durée du mandat; g) les principes régissant la répartition de la rémunération entre les titulaires de droits ainsi que les

dates et les modalités de répartition envisagées; h) le montant des frais de gestion ainsi que tout élément nécessaire permettant de s’assurer de la

viabilité de la société et de l’efficacité de ses opérations. Le Ministère de la culture examine la déclaration et le règlement communiqués par la société de

perception et, dans la mesure où les informations ainsi fournies s’avèrent conformes aux exigences de la présente loi, autorise la société à entrer en activité. Toute modification ultérieure du règlement de la société de perception est soumise à l’approbation du Ministère de la culture. Aucune modification du règlement de la société n’est valable sans l’accord du Ministère de la culture et, lorsqu’aucune autorisation n’a été demandée ou accordée, le règlement initialement approuvé continue de s’appliquer dans son intégralité.

5) Le Ministère de la culture surveille les opérations des sociétés de perception pour s’assurer que celles-ci appliquent les dispositions de la présente loi ainsi que leur règlement. Chaque société de perception doit communiquer, sur demande, un état des comptes au service compétent du Ministère de la culture, pour inspection, ainsi que tout autre élément d’information nécessaire au contrôle effectif de ses opérations. À l’exception de celles qui n’ont pas un but lucratif, les sociétés de perception soumettent leurs comptes à l’inspection de commissaires aux comptes assermentés, quelle que soit leur forme juridique.

6) Lorsqu’une société de perception est reconnue coupable d’infraction grave aux dispositions de la loi ou de son règlement ou persiste à enfreindre ces dispositions malgré les injonctions du Ministère de la culture tendant à faire cesser ces agissements, le ministre de la culture peut lui infliger, sans préjudice des autres sanctions susceptibles d’être appliquées, une amende administrative d’un montant allant de 500 000 drachmes à 10 millions de drachmes. Les questions relatives à la surveillance, à l’interrogatoire des contrevenants présumés et à la procédure d’application des amendes et de règlement des sommes susmentionnées sont réglées par décret présidentiel pris sur recommandation du ministre de la culture.

7) Chaque fois qu’il figure dans la présente loi, le terme «règlement» s’entend dans le sens donné à l’alinéa 4) du présent article.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 22/30

Compétence des sociétés de perception

Art. 55. — 1) Les sociétés de perception ont compétence pour accomplir les tâches suivantes : a) conclure avec des utilisateurs des contrats stipulant les conditions d’exploitation des œuvres

ainsi que la rémunération due; b) assurer aux auteurs la rémunération en pourcentage mentionnée à l’article 32.1) de la présente

loi; c) percevoir la rémunération et la répartir entre les auteurs selon les besoins; d) percevoir et répartir entre les auteurs la rémunération visée à l’article 18.3) de la présente loi; e) accomplir toutes les tâches administratives, judiciaires et extrajudiciaires nécessaires pour

assurer la protection légale des droits des auteurs et autres titulaires de droits, et notamment engager des procédures juridiques et ester en justice, déposer des plaintes et délivrer des assignations, se porter partie civile, demander l’interdiction des actes supposés porter atteinte aux droits dont la défense leur a été confiée et demander la saisie des copies ou exemplaires illicites conformément à l’article 64 de la présente loi;

f) recueillir auprès des utilisateurs toutes les informations nécessaires au calcul, à la perception et à la répartition de la rémunération;

g) procéder, en collaboration avec les pouvoirs publics ou conformément à la procédure visée à l’article 64 de la présente loi, à tous les contrôles nécessaires concernant la vente, la location ou le prêt des copies ou exemplaires d’œuvres placées sous leur protection, et les représentations ou exécutions publiques d’œuvres, afin de parer à toute atteinte aux droits des auteurs. L’acte constitutif d’une société de perception peut limiter les attributions de celle -ci à quelques fonctions seulement parmi celles mentionnées ci-dessus.

2) Une société de perception est présumée compétente pour gérer ou défendre les droits concernant toutes les œuvres ou tous les auteurs pour lesquels un acte de cession a été établi par écrit à son profit ou toutes les œuvres pour lesquelles une procuration lui a été donnée. Que son mandat repose sur un transfert des droits ou sur une procuration, une société de perception est en tout temps habilitée à engager des actions judiciaires ou extrajudiciaires en son propre nom et à exercer en toute légitimité tous les droits qui lui ont été transmis ou pour lesquels elle détient une procuration.

3) Lorsqu’elle demande une protection judiciaire pour des œuvres ou des auteurs qu’elle est chargée de défendre, une société de perception n’est pas tenue de communiquer une liste exhaustive de toutes les œuvres ayant fait l’objet de l’exploitation illicite mais peut en fournir un simple échantillon.

4) Lorsqu’un titulaire de droits conteste la compétence d’une société de perception sur une œuvre que l’acte mentionné à l’alinéa 2) est supposé couvrir et qui en conséquence, conformément à cet acte, a été intégrée dans un contrat conclu par cette société avec un utilisateur, cette même société prend fait et cause pour l’utilisateur et collabore dans toute la mesure du possible à toute action judiciaire pouvant s’ensuivre. Si la société de perception est déclarée incompétente sur cette œuvre, elle est tenue, en sus des autres peines pouvant lui être infligées, de verser à l’utilisateur avec lequel elle a conclu le contrat des dommages et intérêts dont le montant est fixé conformément à la procédure de référé.

Relations avec les utilisateurs

Art. 56. — 1) Lorsqu’elle autorise des utilisateurs à faire usage des œuvres qui lui ont été confiées, une société de

perception demande à ceux-ci d’acquitter la rémunération en pourcentage visée à l’article 32.1) de la présente loi. Les exceptions prévues à l’article 32.2) de la présente loi en ce qui concerne cette redevance ne s’appliquent pas dans le cas présent.

2) Une société de perception ne peut refuser de conclure un contrat avec un utilisateur, conformément à l’article 51.1)a), sans juste motif. Si un utilisateur souhaitant conclure un contrat juge que la rémunération demandée par une société de perception est de toute évidence supérieure à celle qui est généralement due

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 23/30

dans des circonstances similaires, il verse à cette société, avant toute utilisation, soit la rémunération demandée soit une somme, égale à la rémunération généralement due dans des cas similaires, fixée, sur demande, par un tribunal de première instance statuant en référé. La décision finale concernant la rémunération est rendue par le tribunal compétent.

3) Les organisations représentant les utilisateurs et les sociétés de perception peuvent désigner, dans un accord conclu par écrit, un arbitre, dont le nom ou les qualités doivent être précisées, qui sera chargé de fixer le montant de la rémunération due par un utilisateur avant que ne surgisse un litige. Avant de se prononcer définitivement sur la rémunération due, l’arbitre peut ordonner à l’utilisateur de verser une provision. L’arbitre ainsi désigné a compétence exclusive pour régler les différends. Il statut en équité. Le ministre de la culture peut lui-même désigner un arbitre. Dans ce cas, le recours à cet arbitre est laissé à la discrétion des parties en cause et subordonné à la conclusion d’un accord entre elles. Les sociétés de perception dressent une liste des rémunérations dues par les utilisateurs (barèmes de rémunération) qu’elles publient dans au moins trois quotidiens, dont un journal financier. En établissant et en appliquant leurs barèmes de rémunération, elles doivent s’abstenir de toute incohérence et de toute discrimination.

4) Pour faciliter l’accomplissement des tâches prévues à l’article 55.1)a), b), c) et d), les utilisateurs communiquent dans les plus brefs délais aux sociétés de perception une liste des œuvres dont ils produisent, vendent, louent ou prêtent des copies ou exemplaires, avec mention du nombre exact de copies ou exemplaires produits ou distribués, ou une liste des œuvres qui sont représentées ou exécutées en public, avec mention de la fréquence de telles représentations ou exécutions.

Relations avec les auteurs

Art. 57. — 1) Une société de perception ne peut sans juste motif refuser de gérer et ou de défendre, pour le

compte d’un auteur donné, les prérogatives inhérentes aux droits patrimoniaux de cet auteur qui sont normalement gérés par elle.

2) Une société de perception consulte tous les ans les auteurs dont les droits lui ont été cédés, afin que ceux-ci puissent exprimer leur point de vue sur les règles appliquées pour fixer le montant des rémunérations, le mode de recouvrement et de répartition de ces rémunérations et toute autre question relative à la gestion ou à la défense de leurs droits. Les sociétés de perception sont tenues de prendre ces vues en considération lors de l’élaboration de leurs méthodes de gestion.

3) Les auteurs qui confient la gestion ou la défense de leurs droits à une société de perception, ainsi que les organismes chargés de les représenter, ont droit à toutes les informations pertinentes sur les activités menées par cette société.

4) Lorsque l’auteur confie la gestion ou la défense de toutes ses œuvres à une société de perception, il doit communiquer à celle-ci, par écrit, toutes informations utiles sur la publication de ces œuvres et doit l’informer de toute nouvelle publication réalisée après la date de cession de ses droits.

5) Les sociétés de perception sont tenues d’élaborer des règles de répartition des rémunérations entre les auteurs. Les rémunérations doivent être réparties au moins une fois par an et, dans la mesure du possible, être proportionnelles à l’utilisation effective qui est faite des œuvres.

6) Pour chaque catégorie générale d’auteurs et pour chaque mode d’exploitation, les sociétés de perception fixent un pourcentage des rémunérations perçues qui servira à couvrir leurs frais. Les auteurs doivent être informés du pourcentage ainsi fixé avant de céder leurs droits ou de déléguer des pouvoirs sur leurs droits. Ce pourcentage ne peut être augmenté qu’avec le consentement de l’auteur ou moyennant avis donné un an à l’avance.

7) Un auteur ou une société de perception a la faculté de résilier un contrat de cession des droits patrimoniaux lorsque les raisons pour ce faire sont indiscutablement fondées. Dans la mesure où elle est notifiée au moins trois mois à l’avance, la résiliation prend effet à compter de la fin de l’année civile pendant laquelle elle a été notifiée. En cas de notification moins de trois mois à l’avance, elle prend effet à compter de la fin de l’année civile suivante.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 24/30

Application aux droits voisins

Art. 58. Les dispositions des articles 54 à 57 sont applicables par analogie à la gestion et à la défense des droits voisins réglementés par les dispositions de la section VIII de la présente loi.

Section X Mesures visant à prévenir les infractions

Établissement de prescriptions et respect des prescriptions

Art. 59. Des décrets présidentiels peuvent être pris sur recommandation du Ministère de la culture en vue de fixer des prescriptions concernant les équipements et autres matériels servant à reproduire des œuvres, pour en empêcher ou limiter l’utilisation à des fins portant atteinte à l’exploitation normale du droit d’auteur et des droits voisins.

Utilisation de systèmes de contrôle

Art. 60. Des décrets présidentiels peuvent être pris sur recommandation du ministre de la culture en vue d’imposer l’utilisation d’équipements ou de systèmes permettant d’identifier les œuvres reproduites ou utilisées et de connaître l’ampleur et la fréquence de la reproduction ou de l’utilisation, sous réserve que ces méthodes ne causent pas un préjudice injustifié aux intérêts légitimes des utilisateurs.

Étiquette de contrôle

Art. 61. Des décrets présidentiels peuvent être pris sur recommandation du ministre de la culture en vue de préciser que la mise en circulation d’enregistrements visuels, sonores ou visuels et sonores n’est autorisée que si la société de perception compétente appose, sur le boîtier de ces enregistrements ou à un autre endroit visible, un signe spécial ou une étiquette de contrôle de quelque nature que ce soit indiquant que la distribution commerciale ou la mise en circulation de toute autre manière de ces produits ne constitue pas une atteinte aux droits de l’auteur.

Interdiction de décoder

Art. 62. Il est interdit de distribuer, d’utiliser ou de posséder avec l’intention d’utiliser ou de distribuer du matériel de décodage sans l’autorisation des organismes de radiodiffusion qui transmettent des programmes cryptés par fil ou par ondes, et notamment par câble ou par satellite.

Mesures tendant à prévenir ou à faire cesser une violation

Art. 63. — 1) Lorsqu’une atteinte potentielle au droit d’auteur est constatée, notamment lorsqu’il y a intention

évidente de représenter, exécuter ou projeter en public une œuvre dramatique, cinématographique ou musicale sans autorisation, l’autorité de police compétente à l’échelon local interdit l’acte délictueux à la demande de l’auteur ou du titulaire des droits. Le ministère public délivre, sur demande, tout mandat nécessaire à l’autorité de police. Les mêmes dispositions sont applicables lorsqu’une œuvre est présentée en public depuis plus de deux jours sans que la rémunération due ait été acquittée.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 25/30

2) Une autorisation de police permettant l’utilisation d’instruments de musique ou certifiant la conformité des locaux, ou toute autre licence requise par la loi pour l’utilisation de locaux en vue de la représentation ou exécution d’une œuvre musicale ou autre, dont la gestion a été confiée à une société de perception habilitée à autoriser la représentation ou l’exécution publique d’œuvres, ne peut être délivrée que sur présentation par l’intéressé de l’autorisation écrite de représentation ou d’exécution, délivrée par cette société.

3) Lorsqu’il y a lieu de croire qu’une atteinte au droit d’auteur est effective ou imminente, un tribunal de première instance à juge unique est habilité à prendre des mesures conservatoires et à rendre une ordonnance interdisant la violation sans qu’il lui soit nécessaire de désigner de façon précise les œuvres bénéficiant d’une protection.

4) Les alinéas 1), 2) et 3) du présent article sont applicables par analogie aux actes commis en infraction aux droits voisins visés aux articles 46, 47 et 48 de la présente loi.

Section XI Sanctions

Saisie

Art. 64. Lorsqu’il y a lieu de croire qu’une atteinte au droit d’auteur ou aux droits voisins visés aux articles 46 à 48 et 51 de la présente loi est effective ou imminente, un tribunal de première instance à juge unique ordonne, à titre de mesure d’urgence, la saisie conservatoire de tout objet en possession du défendeur qui constitue manifestement un moyen de commettre l’infraction, ou encore de tout produit ou tout élément de preuve de la violation. En lieu et place de la saisie conservatoire, le tribunal peut ordonner que les objets soient minutieusement inventoriés et photographiés. Chacune de ces mesures est prise conformément à l’article 687.1) du Code de procédure civile et les ordonnances provisoires sont obligatoirement rendues conformément à l’article 691.2) de ce même code.

Sanctions civiles

Art. 65. — 1) En cas d’atteinte au droit d’auteur ou aux droits voisins, l’auteur ou le titulaire des droits a la

faculté de demander la reconnaissance de ses droits, la cessation de l’infraction et son interdiction pour l’avenir.

2) Quiconque, à dessein ou par négligence, porte atteinte au droit d’auteur ou aux droits voisins d’un tiers est tenu de réparer le préjudice moral causé et doit verser des dommages et intérêts dont le montant est égal à au moins deux fois la rémunération requise par la loi ou normalement due pour le mode d’exploitation que le contrevenant a utilisé sans autorisation.

3) En lieu et place de dommages et intérêts, et que l’infraction ait été commise à dessein ou par négligence, l’auteur ou le titulaire des droits voisins peut demander la restitution soit des sommes que le contrevenant a perçues du fait de l’exploitation illicite d’une œuvre ou de l’objet de droits voisins, conformément aux articles 46 à 48 et 51 de la présente loi, soit des bénéfices qu’il a tirés de cette exploitation.

4) Pour toute omission concourant à une infraction, le tribunal peut infliger une amende de 300 000 drachmes à un million de drachmes, payable à l’auteur ou au titulaire des droits voisins visés aux articles 46 à 48 et 51 de la présente loi, ainsi qu’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an. Les mêmes dispositions sont applicables en cas de condamnation dans le cadre de la procédure de référé. Toutes les autres questions sont réglementées conformément à l’article 947 du Code de procédure civile.

5) Les sanctions civiles prévues dans le présent article sont aussi applicables au cas où le débiteur n’a pas versé à une société de perception la rémunération prévue à l’alinéa 3) de l’article 18 de la présente loi.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 26/30

Sanctions pénales

Art. 66. — 1) Quiconque, en infraction à la présente loi ou aux conventions internationales sur la protection du

droit d’auteur légalement ratifiées, fixe une œuvre, reproduit un original, une traduction ou une adaptation d’œuvre, distribue une œuvre ou a en sa possession une œuvre dans l’intention de la distribuer, enfreint les dispositions restreignant l’utilisation d’une œuvre, présente une œuvre au public, interprète ou exécute une œuvre en public, diffuse une œuvre par radio ou par télévision ou exploite de toute autre manière une œuvre protégée par le droit d’auteur sans aucune autorisation, ou encore importe des copies ou exemplaires d’une œuvre, organise une représentation ou exécution publique d’une œuvre ou porte atteinte au droit de l’auteur de décider en toute liberté de présenter son œuvre au public sans aucune adjonction ou suppression est passible d’une peine d’emprisonnement d’au moins un an et d’une amende de un à cinq millions de drachmes.

2) Les sanctions prévues à l’alinéa 1) sont applicables à quiconque, en infraction aux dispositions de la présente loi ou des conventions internationales légalement ratifiées en matière de droits voisins

a) réalise un enregistrement sonore, visuel ou sonore et visuel ou diffuse par un quelconque procédé ou présente au public une interprétation ou exécution publique sans le consentement de l’artiste interprète ou exécutant;

b) retransmet une émission de radio ou de télévision par un quelconque procédé, fixe une émission de radio ou de télévision ou présente au public, moyennant le paiement d’un droit d’entrée, une émission de radio ou de télévision sans le consentement de l’organisme de radiodiffusion titulaire des droits y relatifs;

c) reproduit ou distribue, ou a en sa possession dans l’intention de distribuer, un enregistrement sonore ou visuel contenant la fixation d’une interprétation ou exécution sans le consentement du producteur ou de l’artiste interprète ou exécutant;

d) présente au public une interprétation ou exécution par un procédé autre que la transmission par radio ou par télévision sans le consentement de l’artiste interprète ou exécutant;

e) reproduit, distribue ou utilise de toute autre façon la fixation d’une émission sans le consentement de l’organisme de radiodiffusion titulaire des droits;

f) importe des enregistrements sonores ou visuels produits à l’étranger sans le consentement du producteur ou importe des enregistrements sonores ou visuels pour lesquels la licence interdit l’importation. Dans les cas visés aux points a), e) et f), le contrevenant est condamné s’il est censé avoir eu connaissance de l’absence d’autorisation.

3) Si les gains réalisés ou le préjudice causé en conséquence de l’un des actes énumérés aux alinéas 1) et 2) sont particulièrement importants, il sera infligé une peine d’emprisonnement d’au moins deux ans et une amende de deux à 10 millions de drachmes. Si le contrevenant commet l’un des actes susmentionnés de manière habituelle ou s’il apparaît, lors de la perpétration de cet acte, qu’il constitue une grave menace pour la protection du droit d’auteur ou des droits voisins, l’intéressé est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans et d’une amende de cinq à 10 millions de drachmes, l’entreprise ayant servi à perpétrer l’acte en question se voyant en même temps retirer sa licence commerciale. De même, l’acte est réputé perpétré de manière habituelle lorsque le contrevenant a précédemment été reconnu coupable d’une infraction selon les dispositions du présent article ou d’une infraction à la précédente loi sur le droit d’auteur et a été condamné à une peine d’emprisonnement ne pouvant être commuée.

4) Toute personne qui n’a pas versé à une société de perception la rémunération prévue à l’alinéa 3) de l’article 18 de la présente loi est passible des sanctions prévues aux alinéas 1), 2) et 3).

5) Les sanctions prévues à l’alinéa 1) s’appliquent de la même manière à quiconque a) utilise ou distribue, ou a en sa possession dans l’intention de distribuer, un système ou procédé

ayant pour seul but de faciliter la suppression ou la neutralisation illicite du dispositif technique mis en place pour protéger un programme d’ordinateur;

b) fabrique, importe ou distribue, ou a en sa possession dans l’intention de distribuer, des équipements et autres matériels servant à reproduire une œuvre, qui ne sont pas conformes aux prescriptions édictées conformément à l’article 59 de la présente loi;

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 27/30

c) fabrique, importe ou distribue, ou a en sa possession dans l’intention de distribuer, des objets pouvant rendre inopérantes ces prescriptions ou accomplit un acte aboutissant à ce résultat;

d) reproduit ou utilise une œuvre sans avoir recours aux équipements ou aux systèmes prescrits conformément à l’article 60 de la présente loi;

e) distribue, ou a en sa possession dans l’intention de distribuer, un phonogramme ou un film ne comportant pas le signe spécial ou l’étiquette de contrôle prescrits conformément à l’article 61 de la présente loi.

6) Lorsque la peine d’emprisonnement infligée peut être commuée, la somme due pour ce faire est égale à 10 fois la somme fixée dans le Code pénal pour le cas considéré.

7) En cas de circonstances atténuantes, l’amende infligée ne peut être inférieure à la moitié de l’amende minimale prévue par la présente loi pour le cas considéré.

8) Pour toute condamnation, le tribunal peut ordonner la publication d’un résumé de la décision aux frais du condamné.

Section XII Dispositions finales et transitoires

Législation applicable

Art. 67. — 1) Le droit d’auteur sur une œuvre publiée est régi par la législation de l’État dans lequel l’œuvre a été

licitement rendue accessible au public pour la première fois. Le droit d’auteur sur une œuvre non publiée est régi par la législation de l’État dont l’auteur est ressortissant.

2) Les droits voisins sont régis par la législation de l’État dans lequel l’interprétation ou exécution a lieu ou dans lequel l’enregistrement sonore, visuel ou sonore et visuel est produit ou dans lequel l’œuvre est diffusée par radio ou par télévision ou encore dans lequel l’œuvre est publiée sous forme imprimée.

3) Dans tous les cas, la détermination du sujet, de l’objet, du contenu, de la durée et des limitations des droits est régie par la législation applicable conformément aux alinéas 1) et 2), à l’exception de tout accord portant sur une licence d’exploitation. La protection des droits est soumise à la législation de l’État dans lequel elle est demandée.

4) Les alinéas 1), 2) et 3) ne sont pas applicables lorsqu’ils sont contraires aux conventions internationales ratifiées par la Grèce. S’agissant d’États qui ne sont pas parties aux conventions internationales ratifiées par la Grèce, les alinéas 1), 2) et 3) s’appliquent en ce qui concerne la protection du droit d’auteur ou de tout objet du droit d’auteur ou d’un quelconque droit voisin, à condition que la législation de l’État considéré protège de manière adéquate le droit d’auteur attaché aux œuvres rendues accessibles au public pour la première fois en Grèce et les droits voisins découlant des actes accomplis dans ce pays.

Non-rétroactivité de la loi

Art. 68. — 1) Les œuvres dont la durée de protection a expiré avant l’entrée en vigueur de la présente loi ne

bénéficient d’aucune protection par le droit d’auteur. 2) La protection prévue à l’article 2.3) et aux articles 40 à 53 s’étend dès la date d’entrée en vigueur

de la présente loi aux programmes d’ordinateur créés antérieurement ainsi qu’aux droits voisins découlant d’actes accomplis antérieurement.

3) Les contrats conclus avant l’entrée en vigueur de la présente loi sont régis par la législation précédente pendant une année à compter de la date d’entrée en vigueur de la présente loi.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 28/30

Création d’une organisation du droit d’auteur

Art. 69. — 1) Est constituée sous le nom d’«Organisation du droit d’auteur» une personne morale de droit privé,

placée sous l’autorité du Ministère de la culture et ayant son siège à Athènes. Cette organisation est chargée de défendre les auteurs et les titulaires de droits voisins, de surveiller les sociétés de perception, de faire appliquer la présente loi ainsi que les conventions internationales en la matière, de réaliser des études juridiques sur des questions relatives au droit d’auteur et aux droits voisins et de représenter la Grèce dans ses relations avec toutes les organisations internationales compétentes et les institutions de la Communauté européenne. L’Organisation du droit d’auteur peut en outre organiser des séminaires en tout genre en vue d’informer et de former les magistrats, les avocats, les administrateurs, les auteurs, les titulaires de droits voisins, les étudiants et autres personnes intéressées par les questions relatives au droit d’auteur et aux droits voisins. En aucun cas cette organisation n’a pour tâche de gérer les droits conformément aux articles 54 à 58 de la présente loi.

2) L’Organisation du droit d’auteur perçoit, à titre de subvention, cinq pour cent au plus des sommes brutes recouvrées par les sociétés de perception. Le pourcentage exact ainsi que les modalités de versement de la somme correspondante sont déterminés par décret présidentiel pris sur recommandation du ministre de la culture. L’Organisation du droit d’auteur peut en outre recevoir des subventions des organisations internationales et des institutions de la Communauté européenne, des dons et des legs ainsi que des subventions versées par des tiers et peut tirer un revenu des services qu’elle offre. À titre de capital initial, l’Organisation du droit d’auteur recevra une subvention unique de 20 millions de drachmes alloués par le Ministère de la culture.

3) S’agissant des principaux objectifs et des domaines spécifiques de compétence de l’Organisation du droit d’auteur dans le cadre de ses tâches générales, de la définition exacte de ses buts, de ses pouvoirs spécifiques et des modalités d’exercice de ceux-ci, de sa gestion et de la surveillance de ses opérations, de sa structure interne et de son personnel, de la tarification de ses services, qui au besoin peut être modifiée par décision du ministre de la culture, de ses besoins en personnel scientifique, en personnel d’encadrement et en personnel auxiliaire, de ses revenus ainsi que d’autres questions, des décrets présidentiels seront pris sur recommandation conjointe du ministre de la culture, du secrétaire d’État au cabinet du premier ministre et du ministre des finances.

Sociétés de perception déjà en activité

Art. 70. — 1) Les sociétés qui sont déjà en activité à la date de la publication de la présente loi disposent d’un

délai de 12 mois à compter de la date d’entrée en vigueur de celle-ci pour remettre au Ministère de la culture la déclaration et la copie de leur règlement exigés à l’article 54.4) de la présente loi et pour prendre en général toutes les autres mesures nécessaires pour se conformer à la présente loi.

2) Les sociétés d’auteurs qui, à la date de la publication de la présente loi, s’acquittent des tâches administratives visées à l’article 5 de la loi n° 4301/1929 et à l’article 43 de la loi n° 1597/1986 sont autorisées à poursuivre cette activité pendant 24 mois à compter de la date d’entrée en vigueur de la présente loi.

Mise en œuvre des directives de la Communauté européenne

Art. 71. — 1) Les articles 2.3) et 40 à 45 de la présente loi portent application de la Directive 91/250/CEE du

Conseil, du 14 mai 1991, concernant la protection juridique des programmes d’ordinateur. 2) Les articles 3.1)d), 9, 34, 46, 47, 48, 49, 52 et 53 de la présente loi portent application de la

Directive 92/100/CEE du Conseil, du 19 novembre 1992, relative au droit de location et de prêt et à certains droits voisins du droit d’auteur dans le domaine de la propriété intellectuelle.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 29/30

Abrogation de dispositions et réglementation d’autres questions

Art. 72. — 1) À compter de la date d’entrée en vigueur de la présente loi, toute disposition contraire à celle -ci ou

relative à des questions réglementées par celle-ci est abrogée. En particulier, sont abrogées les lois ou parties de lois suivantes : GYPG/1909 et 2387/1920; décret-loi n° 12/15 de juin 1926; lois nos 4186/1929, 4301/1929 et 4489/1930; article 2.1) du décret-loi n° 619/1941; décret-loi n° 2179/1943; lois nos 763/1943, 1136/1944 et 56/1944; article 12 de la loi n°3188/1995; décret-loi n° 4264/1962; article 4 de la loi n° 1064/1980; articles 5 et 10 à 22 de la loi n° 1075/1980; article 19 de la loi n° 1348/1983 et articles 3, 40, 43 et 46 de la loi n° 1597/1986.

2) La loi n° 988/1943 reste en vigueur. 3) Les sociétés de perception qui sont constituées et fonctionnent conformément aux articles 54 à 58

de la présente loi sont autorisées à organiser des conférences sur des questions relatives au droit d’auteur et aux droits voisins et à participer de telles conférences. Les articles 54 à 58 de la présente loi n’interdisent pas la conclusion d’accords de réciprocité entre les sociétés de perception établies à l’étranger et celles qui sont établies en Grèce.

4) Jusqu’au 1er juillet 1994, les alinéas 1), 2) et 3) de l’article 49 de la présente loi ne sont pas applicables aux phonogrammes présentés au public dans les cafés de communes comptant moins de 5000 habitants.

5) L’article 38.4)a) de la présente loi est applicable à la publication de toute photographie quelle qu’elle soit.

6) Une fois la présente loi entrée en vigueur et tant qu’une ou plusieurs sociétés de perception compétentes pour prendre des décisions en matière de donations n’auront pas commencé leurs opérations, l’article 5.1) et 2) de la présente loi ne sera pas applicable lorsque les personnes visées à l’alinéa 2) de cet article font don au moins d’une partie du montant payé par l’acheteur à condition que

a) la loi applicable à une donation de ce genre prévoit une exonération de l’impôt sur les donations,

b) le montant de la donation ait été déposé sur un compte ouvert à cet effet par le donataire auprès de la Caisse des prêts et des consignations ou d’une banque opérant légalement en Grèce et

c) le reçu attestant le dépôt contienne aa) les renseignements permettant d’identifier le donateur et le donataire, bb) le montant de la donation, cc) la date du dépôt et dd) la signature du donataire ou de son mandataire.

Section XIII Questions culturelles et autres dispositions

Art. 73.1

Art. 74. La fonction de président-directeur général, d’administrateur général, de directeur, de président ou de vice-président d’une société de perception à but non lucratif ne doit pas être jugée incompatible avec la profession d’avocat et ne doit pas servir de prétexte pour rayer du barreau un avocat exerçant cette fonction ou pour abaisser son statut.

Art. 75. et Art. 76.2

1 Le présent article n’est pas reproduit ici car il ne concerne pas le droit d’auteur ni les droits voisins. 2 Ces articles ne sont pas reproduits ici car ils ne concernent pas le droit d’auteur ni les droits voisins.

GRÈCEBase de données de l’OMPI sur les textes législatifs de propriété intellectuelle

GR212FR page 30/30

Section XIV Entrée en vigueur

Art. 77. À l’exception de l’article 69, la présente loi entrera en vigueur à compter de la date de sa publication au Journal officiel. L’article 69 entrera en vigueur six mois après la date de publication de la présente loi au Journal officiel.

Nous ordonnons la publication de la présente loi au Journal officiel et sa mise en œuvre en tant que loi de l’État.


Législation Remplace (1 texte(s)) Remplace (1 texte(s)) Est remplacé(e) par (5 texte(s)) Est remplacé(e) par (5 texte(s))
Aucune donnée disponible

N° WIPO Lex GR212