Une réunion sur le renforcement des capacités en matière de propriété intellectuelle cible les femmes chefs d’entreprise en République-Unie de Tanzanie

26 octobre 2017

Une réunion intitulée Harnessing Intellectual Property for the Benefit of Women’s Entrepreneurship (Exploiter la propriété intellectuelle au profit de l’esprit d’entreprise des femmes), qui s’est tenu à Dar es-Salaam, Tanzanie, les 28 et 29 août 2017, avait pour thème principal la sensibilisation aux avantages de l’utilisation d’outils de propriété intellectuelle tels que les marques, les indications géographiques et les brevets pour les femmes chefs d’entreprise.

Les participantes, toutes des femmes propriétaires d’entreprises, ont appris comment la propriété intellectuelle, agissant ainsi comme moteur du développement et de l’émancipation économiques, peut servir à créer, maintenir et maximiser la valeur des biens et services qu’elles produisent.

Cette réunion de deux jours a rassemblé 32 participantes, qui sont toutes propriétaires de petites entreprises dans des domaines comme la production de miel, la transformation des fruits, les produits cosmétiques ou la création de bijoux.

Photo of meeting entitled Harnessing Intellectual Property for the Benefit of Women’s Entrepreneurship
La réunion était organisée par le Gender Centre (Centre pour la promotion de l’égalité entre hommes et femmes) de l’Université de Dar es-Salaam, en coopération avec la Division pour les pays les moins avancés de l’OMPI, l’Office de l’enregistrement des sociétés et de l’octroi des licences (BRELA), l’Office suédois des brevets et de l’enregistrement et l’Agence suédoise de coopération au développement international (Photo : OMPI).

Questions concrètes de propriété intellectuelle

Chacune des 32 participantes a eu la possibilité de présenter son entreprise, de mettre en avant ses produits et de les décrire en indiquant comment les différents types de droits de propriété intellectuelle pouvaient s’appliquer à chaque produit.

Les discussions ont également porté sur les aspects pratiques de l’utilisation de la propriété intellectuelle, et des conseils ont été donnés aux femmes chefs d’entreprise sur la façon dont l’OMPI et les institutions nationales pouvaient les aider dans leurs démarches concernant l’enregistrement, la gestion et l’application des droits de propriété intellectuelle.

Les participantes ont exprimé le souhait d’obtenir au moins 32 enregistrements de droits de propriété intellectuelle (un enregistrement par participante) d’ici l’année prochaine.


Mutualisation des besoins et des expériences

La réunion a permis aux femmes chefs d’entreprise d’évaluer et de définir leurs besoins en matière de propriété intellectuelle (par exemple, dans le domaine des marques et de la création de marques de produits, ainsi que de l’utilisation du système des brevets pour déterminer les technologies requises).

Elle a aussi offert un précieux espace pour l’échange de données d’expériences entre femmes chefs d’entreprise.


Disparités entre les sexes en matière de propriété intellectuelle : le rôle de l’OMPI

Les actuelles disparités entre les sexes au niveau mondial dans différents domaines et secteurs ont également fait l’objet de discussions au cours de la réunion.  L’OMPI a notamment mis en évidence la nécessité de promouvoir la protection, l’utilisation et l’application de la propriété intellectuelle par les femmes.

Une référence a été faite en particulier à la récente étude de l’OMPI intitulée “Déterminer la parité hommes-femmes dans les inventions selon le PCT” (en anglais uniquement), qui montre qu’il existe aussi des disparités entre hommes et femmes en termes d’innovation : la part des demandes internationales de brevet présentées par des femmes inventeurs atteignait en effet seulement 29% en 2015.

Au vu de ces statistiques, l’utilisation du système de la propriété intellectuelle pourrait jouer un rôle important en comblant ces écarts et en garantissant des conditions égales pour les femmes et pour les hommes.

Il serait souhaitable que la Division pour les pays les moins avancés de l’OMPI, en coopération avec l’Office suédois des brevets et de l’enregistrement et l’Agence suédoise de coopération au développement international continue de mener des activités visant expressément à remédier aux inégalités hommes-femmes dans les pays les moins avancés, notamment en ce qui concerne la sensibilisation à la propriété intellectuelle et le renforcement des capacités techniques dans ce domaine.

Pour en savoir plus