About Intellectual Property IP Training IP Outreach IP for… IP and... IP in... Patent & Technology Information Trademark Information Industrial Design Information Geographical Indication Information Plant Variety Information (UPOV) IP Laws, Treaties & Judgements IP Resources IP Reports Patent Protection Trademark Protection Industrial Design Protection Geographical Indication Protection Plant Variety Protection (UPOV) IP Dispute Resolution IP Office Business Solutions Paying for IP Services Negotiation & Decision-Making Development Cooperation Innovation Support Public-Private Partnerships The Organization Working with WIPO Accountability Patents Trademarks Industrial Designs Geographical Indications Copyright Trade Secrets WIPO Academy Workshops & Seminars World IP Day WIPO Magazine Raising Awareness Case Studies & Success Stories IP News WIPO Awards Business Universities Indigenous Peoples Judiciaries Genetic Resources, Traditional Knowledge and Traditional Cultural Expressions Economics Gender Equality Global Health Climate Change Competition Policy Sustainable Development Goals Enforcement Frontier Technologies Mobile Applications Sports Tourism PATENTSCOPE Patent Analytics International Patent Classification ARDI – Research for Innovation ASPI – Specialized Patent Information Global Brand Database Madrid Monitor Article 6ter Express Database Nice Classification Vienna Classification Global Design Database International Designs Bulletin Hague Express Database Locarno Classification Lisbon Express Database Global Brand Database for GIs PLUTO Plant Variety Database GENIE Database WIPO-Administered Treaties WIPO Lex - IP Laws, Treaties & Judgments WIPO Standards IP Statistics WIPO Pearl (Terminology) WIPO Publications Country IP Profiles WIPO Knowledge Center WIPO Technology Trends Global Innovation Index World Intellectual Property Report PCT – The International Patent System ePCT Budapest – The International Microorganism Deposit System Madrid – The International Trademark System eMadrid Article 6ter (armorial bearings, flags, state emblems) Hague – The International Design System eHague Lisbon – The International System of Appellations of Origin and Geographical Indications eLisbon UPOV PRISMA Mediation Arbitration Expert Determination Domain Name Disputes Centralized Access to Search and Examination (CASE) Digital Access Service (DAS) WIPO Pay Current Account at WIPO WIPO Assemblies Standing Committees Calendar of Meetings WIPO Official Documents Development Agenda Technical Assistance IP Training Institutions COVID-19 Support National IP Strategies Policy & Legislative Advice Cooperation Hub Technology and Innovation Support Centers (TISC) Technology Transfer Inventor Assistance Program WIPO GREEN WIPO's Pat-INFORMED Accessible Books Consortium WIPO for Creators WIPO ALERT Member States Observers Director General Activities by Unit External Offices Job Vacancies Procurement Results & Budget Financial Reporting Oversight
Arabic English Spanish French Russian Chinese
Laws Treaties Judgments Browse By Jurisdiction

Côte d'Ivoire

CI014-j

Back

Tribunal de commerce d’Abidjan, Jugement du 19 décembre 2017, N°3556/17

Tribunal de commerce d’Abidjan

Jugement du 19 décembre 2017, N°3556/17

MADAME AMISSAH MARIELLE LINDA

c/

1.          SOUMAHORO MAURY FERE

2.          MGROUP

3.          MTN COTE D’IVOIRE

4.          LE BUREAU IVOIRIEN DU DROIT D’AUTEUR

Le Tribunal,

  Suivant exploit d'huissier en date du 27 septembre 2017, Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay a assigné Monsieur SOUMAHORO Maury FERE dit le Molare, la société MGROUP et la société MTN Cote d'ivoire pour s’entendre :

- dire et juger que l'auteur de l'œuvre « LES AWARDS DU COUPE DECALE » est Madame AMISSAH Marielle Linda ;

- constater la représentation de l'œuvre « Les AWARDS DU COUPE DECALE » sans le consentement de madame AMISSAH Marielle Linda ;

- condamner solidairement le GROUPE MTN et Monsieur SOUMAHORO Maury Féré au paiement de la somme de … pour le préjudice financier et la somme de … pour le préjudice moral ;

Au soutien de son action, Madame AMISSAH Marielle Linda explique qu’en juillet 2010, elle a connu et réalisé au Palais de la Culture de Treichville un jeu-concours de récompense des acteurs du monde du « COUPE DECALE », courant musicale auquel elle appartient ;

Que ce jeu-concours intitulé « LES AWARDS DU COUPE DECALE » s'est déroulé en partenariat avec la Radiotélévision ivoirienne dite RTI, le Bureau ivoirien des droits d'auteurs dit BURIDA et d'autres sponsors ;

Que cette première édition a récompensé plusieurs artistes et organisateurs de spectacles dont Monsieur SOUMAHORO Maury Féré dit le Molare ;

Qu'en raison de la crise post-électorale de 2011, elle n'a pas pu organiser immédiatement la deuxième édition ;

Qu’au moment où elle s’apprêtait en 2016 à organiser la deuxième édition du concours en France, elle a été surprise de constater que Monsieur SOUMAHORO Maury Féré dit le Molare entreprenait d'organiser la première édition des « AWARDS DU COUPE DECALE » ;

Qu’elle a vainement appelé l’attention de Monsieur SOUMAHORO Maury Féré dit le Molare sur les droits dont elle disposait sur l'organisation de ce jeu-concours ;

Que celui-ci a tout de même organisé la manifestation ;

Que l'article 5 de la loi n°2016-555 relative au droit d'auteur et aux droits voisins dispose que : « L’œuvre est réputée créée indépendamment de la qualité de l’auteur, de toute divulgation et de toute fixation matérielle, du seul fait de la réalisation, même inachevée, de la conception de l'auteur. L'œuvre est protégée quels qu'en soient le genre, la valeur, la destination, le mode ou la forme d'expression. ».

Qu'en vertu de ce texte, les œuvres premières, les œuvres dérivées, les recueils et les titres des œuvres sont protégés ;

Qu'il est indéniable que l'œuvre « LES AWARDS DU COUPE DECALE » a été créée par la demanderesse depuis 2010 ;

Qu'elle bénéficie donc d'un droit de propriété incorporelle sur cette œuvre conformément aux dispositions de l’article 11 de la loi précitée qui dispose que : « L'auteur de toute œuvre originale jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle, exclusif et opposable à tous » ;

Que l'œuvre « LES AWARDS DU COUPE DECALE » est une œuvre originale en raison de ce qu'elle est empreinte de la personnalité de son auteur, et est différente des œuvres antérieures existantes ;

Qu'il s'agit d'un jeu-concours connu et formalisé par la demanderesse ;

Que l'association des mots n’existant nulle part, il a fallu l'effort de réflexion de sa part pour créer les différentes catégories de trophées à décerner ;

Qu'il s'agit du meilleur artiste, du meilleur groupe, du meilleur artiste de la sous-région, du meilleur featuring, du meilleur arrangeur, du meilleur artiste COUPE DECALE, du meilleur artiste de la diaspora, du meilleur concept, de la révélation féminine, de la révélation masculine, du meilleur manager, du meilleur producteur, du meilleur clip, du meilleur organisateur de spectacle et enfin du prix spécial « Décalé Diamond » ;

Qu'il a fallu réfléchir sur le mode de désignation des vainqueurs en combinant le vote du public avec celui du jury, le tout avec un déroulé qui intègre un défilé, une diffusion vidéo, un hommage DOUK SAGA et au final un concert-live des artistes du COUPE DECALE ;

Qu'une telle œuvre révèle la personnalité de la demanderesse et donc l'originalité de l'œuvre ;

Que le Tribunal notera que « LES AWARDS OU COUPE DECALE » organisé par les défendeurs ne sont que la représentation et la reproduction servile du jeu-concours tel que connu et réalisé par Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay ;

Que la dénomination du jeu, le mode de choix des vainqueurs, le numéro d’appel, les catégories prévues et le déroulement de la cérémonie étaient identiques ;

Que le dépôt fait au BURIDA par la société MGROUP ne peut donc lui conférer un quelconque droit sur l'œuvre querellée ;

Qu'en effet, ce dépôt est frauduleux puisque ce n’est qu’après la revendication de la paternité de cette œuvre par Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay par courrier en date des 6 et 7 septembre 2017 que la société MGROUP s'est empressée d'effectuer son dépôt au BURIDA ;

Qu'aux termes de l'article 146 de la loi n°2016-555 relative au droit d'auteur et aux droits voisins, « Les personnes mentionnées à l'article 136 de la présente loi dont un droit reconnu a été violé ont le droit d'obtenir le paiement par l'auteur de la violation, de dommages-intérêts en réparation du préjudice subi par elles en conséquence de l'acte de violation, ainsi que le paiement des frais occasionnés par l’acte de violation, y compris les frais de justice » ; Qu'elle sollicite par conséquent dans ses conclusions du 30 octobre 2017, la condamnation solidaire des défendeurs à lui payer la somme totale de … au titre de dommages et intérêts pour le préjudice financier et matériel ;

Que si par extraordinaire le Tribunal estimait que Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay ne bénéficiait pas de la protection au titre du droit d’auteur et rejetait sa demande en dommages et intérêts pour contrefaçon, il est prié de lui allouer des dommages et intérêts sur la base des mêmes faits pour concurrence déloyale et parasitisme au titre de l'œuvre « LES AWARDS DU COUPE DECALE » ;

Qu'en effet, contrairement à l'action en contrefaçon qui n'est réservée qu’au titulaire d’un droit d’auteur, le parasitisme, parce qu’il a par nature vocation à protéger l'idée en tant que fruit d'un travail intellectuel, permet de défendre toute œuvre intellectuelle non protégée par un droit spécifique ;

Qu'elle demande par conséquent que les défendeurs soient condamnés à lui payer la somme de … en guise de réparation du préjudice financier et moral subi.

En réplique, Monsieur SOUMAHORO Maury Féré soutient : […] ;

Que les prétentions de la demanderesse ne peuvent prospérer tant au regard du droit communautaire qu'en considération de la loi ivoirienne de 2016 ;

Qu'en effet, l'article 33 alinéa 1 de l'Annexe VII de la Convention de Bangui révisé sur la propriété littéraire et artistique prescrit que pour que l'auteur d'une œuvre soit, en l'absence de preuve contraire, considéré comme tel et, par conséquent soit en droit d'intenter des procès, il suffit que son nom apparaisse sur l’œuvre d'une manière usuelle ;

Qu'en l'espèce, la demanderesse est dans l'incapacité de fournir des éléments objectifs attestant que son nom est apparu d'une manière usuelle sur l'œuvre scénique « LES AWARDS DU COUPE DECALE » ;

Qu'elle ne produit aucun justificatif d'un enregistrement auprès de l'OAPl et ne précise même pas sur quelle base légale ses prétentions peuvent prospérer ;

Que relativement à la loi ivoirienne sur le droit d'auteur, celle-ci dispose en son article 10 que : « La protection prévue par la présente loi ne s'étend pas aux idées, méthodes, procédures, concepts ou informations en tant que tels » ;

Que par ailleurs, l'article 148 alinéa 1 de la même loi prescrit que l'inscription dans le registre du BURIDA donne date certaine au sens de l'article 1328 du code civil ;

Qu'en l'espèce, la demanderesse ne rapporte pas la preuve d'un tel enregistrement auprès du BURIDA si bien qu'elle ne peut opposer aux tiers un quelconque droit sur l'œuvre « LES AWARDS DU COUPE DECALE » ;

Qu'elle ne produit pas non plus des pièces établissant qu'elle a développé un format de représentation scénique qui porterait son empreinte propre ;

Que sur la concurrence déloyale alléguée par la demanderesse, le format de la manifestation culturelle organisée par les défendeurs, qui un festival gratuit de musique « COUPE DECALE » sur trois jours suivi d'une soirée de récompense des artistes, est différent du jeu-concours de Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay ;

Qu'au total, l'action de Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay est abusive en ce sens qu'elle n'ignore pas que les défendeurs ont bien effectué un enregistrement à leur profit du concept critiqué et que dans une procédure précédente devant la juridiction présidentielle de céans statuant en matière d'urgence, des justificatifs lui ont été produits ;

Que la demanderesse aurait dû épuiser ses recours auprès de l'OAPI et se garder de toute démarche de dénigrement auprès de la société MTN, le sponsor officiel ;

Qu'en conséquence, les défendeurs sollicitent reconventionnellement la condamnation de la demanderesse leur payer la somme de … au titre de dommage et intérêts en réparation du préjudice moral et financier résultant de la faute commise par celle-ci ;

La société MTN et le BURIDA n'ont pas conclu ;

SUR CE […]

AU FOND

Sur la demande principale en paiement de dommages et intérêts

Sur le moyen tiré de la violation de la propriété incorporelle

Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay soutient que le jeu-concours dénommé « LES AWARDS DU COUPE DECALE » qu'elle a créé en 2010 est une œuvre originale sur laquelle elle jouit d'un droit de propriété incorporelle. Elle fait valoir que ce jeu-concours fait l'objet d'une représentation par Monsieur SOUMAHORO Maury Féré dit Le Molare, la société MGROUP et la société MTN Cote d'ivoire sans son consentement, de sorte qu'il s'agit d'une contrefaçon. Elle demande par conséquent, sur le fondement des dispositions des articles 5, 11 et 146 de la loi n°2016-555 relative au droit d'auteur et aux droits voisins, de condamner solidairement les défendeurs à lui payer la somme de … en réparation du préjudice financier et moral subi.

Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP résistent à cette prétention. Ils font valoir que la demanderesse est dans l'incapacité de fournir des éléments objectifs attestant que son nom est apparu d'une manière usuelle sur l'œuvre scénique « LES AWARDS DU COUPE DECALE » et qu'elle a développé un format de représentation scénique qui porterait son empreinte propre. Ils ajoutent que la protection du droit d'auteur ne s'étend pas aux idées, méthodes, procédures, concepts ou informations en tant que tels et qu'en tout état de cause, la demanderesse ne rapporte pas la preuve d'un enregistrement auprès du BURIDA si bien qu'elle ne peut opposer aux tiers un quelconque droit sur l'œuvre « LES AWARDS DU COUPE DECALE ».

L'article 4 de lAnnexe VII de I ‘Accord de Bangui révisé instituant une Organisation Africaine de la Propriété intellectuelle (OAPI) dispose que : « L'auteur de toute œuvre originale de l'esprit, littéraire et artistique jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création d'un droit de propriété incorporelle, exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre moral ainsi que des attributs d'ordre patrimonial qui sont déterminés par la présente Annexe ».

L'article 5 de la loi n°2016-555 du 26 juillet 2016, relative au droit d'auteur et aux droits voisins reprend les termes de l'article précité.

Il est constant que le droit d'auteur s'acquiert sans formalités, du fait même de la création de l'œuvre. Sur cette œuvre, l'auteur bénéficie de droits moraux qui recouvrent le droit à la paternité, le droit de divulgation, le droit de retrait et le droit d'accès ainsi que des droits patrimoniaux qui lui permettent notamment d'interdire ou d'autoriser l’utilisation de son œuvre ».

Toutefois, l'originalité est la condition légale de la protection des œuvres de l'esprit, littéraire ou artistique. En clair, le droit de propriété incorporelle ne porte que sur une œuvre originale c'est-à-dire « une œuvre qui constitue une création intellectuelle propre à son auteur » suivant les dispositions de l'article 1 de la loi n°2016-555 du 26 juillet 2016 précitée.

L'article 10 de cette loi précise cependant que la protection par le droit d'auteur « ne s'étend pas : -aux idées, méthodes, procédures, concepts ou informations en tant que tels -aux textes officiels de nature législative, administrative ou judiciaire, ni à leurs traductions officielles ; -aux simples données et faits, considérés en tant que tels. ».

En l'espèce, il se pose le problème de savoir si le jeu-concours « LES AWARDS DU COUPE DECALE », dont Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay revendique la paternité, est protégé par le droit d'auteur pour que celle-ci puisse invoquer la contrefaçon de cette œuvre.

Sur ce point, il est de jurisprudence constante que la règle d'un concours constitue un simple concept, une simple idée qui n'est pas protégée par le droit d'auteur conformément aux dispositions de l'article 10 de la loi n°2016-555 du 26 juillet 2016 sus indiquée. Pour que cette création intellectuelle soit protégée par la propriété littéraire et artistique, elle doit être exprimée sous une forme ou une représentation originale.

L'exigence de la forme dans laquelle la création doit être coulée est liée à la possibilité de communiquer l’œuvre et donc de la percevoir par les sens qui sont susceptibles d'assurer la réception de ladite œuvre par leur destinataire.

Ainsi, indépendamment de la forme ou de la présentation originale qui ont pu leur être données, les règles d'un jeu-concours ne peuvent constituer en elles-mêmes une œuvre de l'esprit protégée par le droit d'auteur.

En l'espèce, pour Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay, le jeu-concours « LES AWARDS OU COUPE DECALE » doit être protégé car elle est le fruit d'un travail intellectuel qui provient d'un certain nombre de choix arbitraires mettant en exergue l'originalité de ce jeu : le classement des artistes par catégories, la définition du mode de désignation des vainqueurs, le déroulement de manifestation qui intègre un défilé, une diffusion vidéo, un hommage à DOUK Saga et au final un concert live des artistes du COUPE DECALE.

Toutefois, la demanderesse n'établit pas la forme ou la présentation originale sous lesquelles les idées sus indiquées sont exprimées ; cette forme pouvant notamment consister en l'élaboration d'un texte matérialisant le jeu-concours. Dans un tel cas, ce texte est alors protégé par le droit d'auteur, de sorte que la reprise par un tiers sans autorisation du texte sera une contrefaçon.

Il suit de tout ce qui précède que Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay n'ayant pas rapporté la preuve d'une réalisation de forme en plus de l'activité intellectuelle de création en ce qui concerne le jeu-concours « LES AWARDS DU COUPE DECALE », celui-ci n'est pas protégé par le droit d'auteur, de sorte qu'elle ne peut solliciter la condamnation des défendeurs au paiement de dommages et intérêts pour contrefaçon de ce jeu.

Il convient de la déclarer mal fondée en ce chef de demande et de l'en débouter.

Sur le moyen tiré de la concurrence parasitaire

Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay relève que les défendeurs ont repris l'organisation du jeu concours « LES AWARDS DU COUPE DECALE » alors qu'ils étaient présents à la première édition de ce jeu au cours duquel Monsieur SOUMAHORO Maury Féré dit le MOLARE a été primé. Elle ajoute que le jeu organisé par les défendeurs traduit une proximité de réalisation telle qu'elle évoque nécessairement dans l'esprit du public, le jeu-concours « LES AWARDS DU COUPE DECALE » créé par elle. Elle estime par conséquent qu'il y a parasitisme artistique.

Le parasitisme constitue un procédé de concurrence déloyale. Il est défini comme l'ensemble des comportements par lesquels un agent économique s'immisce dans le sillage d'un autre, afin de tirer profit, sans rien dépenser, de ses efforts et de son savoir.

En l'espèce, il ressort du dossier qu'en 2010, Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay a organisé la première édition du jeu-concours « LES AWARDS DU COUPE DECALE. Au cours de cette manifestation, Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare a été primé.

II est constant qu'en 2016, Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP ont repris de manière servile ce jeu-concours sous la même appellation « LES AWARDS DU COUPE DECALE ».

Il en résulte que ceux-ci se sont immiscés dans le sillage de Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay, pour tirer profit, sans bourse délier de la création intellectuelle de celle-ci.

II en résulte que les faits de parasitisme allégués par la demanderesse sont caractérisés.

Cette faute commise par Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP a causé un préjudice certain à la demanderesse qui a perdu son investissement intellectuel. En effet, elle peut difficilement reprendre l'organisation du jeu-concours litigieux qui est désormais rattaché à la personne de Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare dont la notoriété dans l'univers musical du COUPE DECALE est solidement établie.

Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay est donc en droit de solliciter la réparation de ce préjudice.  Toutefois, la somme de …… réclamée en réparation de ce préjudice est excessive en son quantum. En tenant compte des pièces du dossier et des circonstances de la cause, il y a lieu de la réduire à …et de condamner solidairement Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP à payer cette somme à Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay au titre de dommages et intérêts, toutes causes de préjudices confondues, en application des dispositions de l'article 1382 du code civil.

En ce qui concerne la société MTN, sponsor de la manifestation organisée par Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP, elle n'a commis aucun acte de parasitisme. Il convient par conséquent de la mettre hors de cause.

Sur la demande reconventionnelle

Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP sollicitent à titre reconventionnel, la condamnation de Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay au paiement de la somme de … à titre de dommages et intérêts pour procédure abusive.

Or, il a été sus jugé que la demanderesse est partiellement fondée en son action. Il en résulte que cette action n'est pas abusive ni vexatoire. Il convient par conséquent de débouter les défendeurs de leur demande reconventionnelle.

Sur les dépens

Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP succombent à l'instance. II y a lieu de les condamner aux dépens.

PAR CES MOTIFS

Statuant publiquement, contradictoirement, et en premier ressort ;

Déclare Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda De Lindsay recevable en son action ;

Reçoit Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP en leur demande reconventionnelle ;

Dit Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay partiellement fondée en son action ;

Met hors de cause la société MTN ;

Condamne solidairement Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP à payer à Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay la somme de… au titre de dommages et intérêts, toutes causes de préjudices confondues ;

Déboute Madame AMISSAH Marielle Linda dite Linda de Lindsay du surplus de sa demande ;

Déboute Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP de leur demande reconventionnelle ;

Condamne Monsieur SOUAMHORO Maury Féré dit Le Molare et la société MGROUP aux dépens.