Ehang : le ciel pour seule limite

Guangzhou EHang Intelligent Technology Co., Ltd. est l’un des principaux concepteurs mondiaux de véhicules aériens autonomes. Connue sous le nom de “EHang”, cette société technologique conçoit des produits et des formules commerciales pour véhicules aériens autonomes, notamment des services de transport aérien (transport de passagers et logistique) et de gestion de villes intelligentes et des technologies pour médias aériens. Sa mission : mettre la mobilité aérienne à la portée de tous par des moyens sûrs, autonomes et respectueux de l’environnement. EHang nous explique l’importance de la gestion de la propriété intellectuelle pour son activité, les problèmes de propriété intellectuelle auxquels elle s’est heurtée lorsqu’elle a voulu commercialiser ses idées et comment elle envisage l’avenir.

EHang conçoit des produits et formules commerciales pour véhicules aériens autonomes, notamment des services de transport aérien (transport de passagers et logistique) et de gestion de villes intelligentes et des technologies pour médias aériens. (© Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Guangzhou EHang Intelligent Technology Co., Ltd.)

Parlez-nous de votre entreprise et de vos produits

EHang est une entreprise qui conçoit des aéronefs intelligents de haute technicité et qui intègre pour ce faire recherche et développement, production, vente et service. Nos véhicules aériens autonomes électriques adaptés pour transporter des passagers présentent cinq caractéristiques principales : système auxiliaire de sécurité complet, pilotage automatique, alimentation 100% électrique, traitement groupé et communication en temps réel. Notre véhicule aérien autonome pour le transport de passagers, EH216, peut transporter deux passagers; il est équipé de 16 moteurs et a près de 25 minutes d’autonomie de vol. Une fois l’appareil mis sous tension, les passagers pourront décoller d’un simple clic sur un bouton après avoir choisi leur aérodrome d’arrivée sur une tablette. L’appareil est contrôlé à distance par ordinateur.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées lorsque vous avez décidé de commercialiser votre idée?

Pour pouvoir mettre nos aéronefs à pilotage automatique sur le marché, nous devons attendre que les autorités chinoises aient instauré un système de contrôle du trafic aérien approprié, qu’elles aient solidement établi le système de trafic aérien urbain et qu’elles aient créé les infrastructures voulues, à savoir des plateformes de commande et d’aiguillage, et des aérodromes. Voilà les principaux obstacles auxquels nous sommes confrontés à l’heure actuelle. EHang devrait toutefois obtenir les autorisations de vol pour son EH216 en 2021, après quoi elle pourra commencer à fournir des services commerciaux.

Le véhicule aérien autonome tout électrique pour le transport de passagers EH216 peut transporter deux passagers; il est équipé de 16 moteurs et peut voler près de 25 minutes sans pilote embarqué. (© Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Guangzhou EHang Intelligent Technology Co., Ltd.)

À quel moment avez-vous compris que la propriété intellectuelle pouvait être un atout pour votre activité?

Lorsque nous avons fondé EHang en 2015, nous n’avions aucune pratique de la propriété intellectuelle. Certains de nos concurrents étaient dotés de systèmes de gestion de la propriété intellectuelle très perfectionnés et avaient déjà déposé des brevets dans des domaines dans lesquels nous étions en train de concevoir des produits. Ainsi, si nous avions commercialisé nos produits à ce moment-là, nous aurions risqué de porter atteinte aux droits de propriété intellectuelle de ces mêmes concurrents. Nous avons donc dû renoncer à certaines de nos premières réalisations. Cette expérience nous a fait prendre pleinement conscience que nous devions protéger les technologies centrales de l’entreprise et créer notre marque.

Comment utilisez-vous les droits de propriété intellectuelle et qu’apportent-ils a votre entreprise?

EHang a déposé 318 demandes de brevet en Chine, 43 à l’étranger et 76 demandes internationales de brevets selon le Traité de coopération en matière de brevets (PCT). Le brevet que nous avons obtenu pour notre méthode de contrôle d’aéronefs basée sur un terminal intelligent (brevet ZL20150990563.4) nous a valu de remporter la sixième édition du prix des brevets de la province de Guangdong en 2019. Nous avons aussi déposé plus de 450 demandes d’enregistrement de marques, dont 381 ont d’ores et déjà été validées, notamment en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis d’Amérique, en Fédération de Russie, en Nouvelle-Zélande et dans l’Union européenne. En quelques années seulement, nous avons nettement renforcé nos compétences en matière d’acquisition, de gestion et de protection des droits de propriété intellectuelle. Nous avons ainsi pu nous doter d’une stratégie de propriété intellectuelle de premier ordre et mettre au point un système de gestion qui concoure à la réalisation de nos objectifs de développement commercial.

A-t-il été facile de vous procurer les informations dont vous aviez besoin?

La recherche d’informations concernant les services de propriété intellectuelle et les politiques en vigueur dans ce domaine a été simplifiée par les bases de données mondiales de l’OMPI sur les marques, les dessins et modèles et les brevets. Grâce à ces bases de données, nous avons pu trouver les informations concernant les brevets, les marques et les dessins et modèles dont nous avions besoin et également nous informer sur la législation relative à la propriété intellectuelle en vigueur dans différents pays. Ces bases de données sont assorties de fonctions de recherche multilingue, d’analyse graphique, de traduction automatique et d’autres fonctions secondaires, ce qui facilite énormément l’accès à l’information.

EHang a déposé 318 demandes de brevet en Chine, 43 à l’étranger et 76 demandes selon le PCT pour sa technologie. (© Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Guangzhou EHang Intelligent Technology Co., Ltd.)

Quels sont les principaux enseignements que vous avez tirés de la commercialisation de vos idées?

Nous avons appris qu’il était indispensable d’être attentifs à la réglementation internationale relative aux droits de propriété intellectuelle et d’établir des stratégies de propriété intellectuelle à l’étranger pour améliorer notre compétitivité internationale. Outre le dépôt de brevets, il est important de faire enregistrer ses marques et de défendre ses droits. Ce sont là des éléments dont il faut absolument tenir compte, car ils permettent de valoriser la marque et contribuent au développement de l’activité.

Nous avons aussi appris qu’il valait mieux se doter d’un dispositif efficace pour suivre régulièrement les brevets de la concurrence. L’information sur les brevets nous permet en effet d’en savoir davantage sur les marchés dans lesquels évoluent nos concurrents, leurs technologies et le cadre juridique applicable.

Pourquoi est-il important que les pme se soucient de la propriété intellectuelle?

Pour les petites et moyennes entreprises (PME), la propriété intellectuelle est la clé pour survivre et prospérer. Pour pouvoir s’implanter sur le marché, les PME se doivent d’avoir leur propre marque; et la propriété intellectuelle est le bien incorporel sur lequel repose la marque. C’est pourquoi il est indispensable que les PME protègent leurs droits de propriété intellectuelle tout comme elles protègent leur matériel, leur personnel et leurs produits. En renforçant la protection de leurs droits de propriété intellectuelle, elles peuvent à terme développer leurs actifs et gagner en compétitivité.

D’une certaine manière, les PME sont devenues le moteur de l’innovation technologique et de l’élaboration de nouveaux produits et applications susceptibles d’être brevetés grâce à leur capacité d’initiative dans ce domaine. La réalisation des stratégies nationales de propriété intellectuelle est directement liée à l’aptitude des PME à protéger leurs actifs de propriété intellectuelle. Aussi est-il essentiel que celles-ci protègent leurs droits de propriété intellectuelle.

Quels conseils donneriez-vous aux autres pme en matière de propriété intellectuelle?

Les PME devraient élaborer leur propre stratégie de protection de la propriété intellectuelle et s’employer à défendre leurs droits lorsqu’elles sont en proie à des atteintes, mais aussi savoir s’adapter. Face aux atteintes à la propriété intellectuelle, certaines PME ne sont pas à même de faire valoir leurs droits. Mais elles ne sont pas forcées d’attaquer frontalement. Elles peuvent opter pour d’autres méthodes de règlement contentieux plus souples.

Comment aimeriez-vous voir évoluer le système de propriété intellectuelle? Avec l’actuel système de propriété intellectuelle, la Chine a réussi à instaurer une stratégie de développement portée par l’innovation, elle a favorisé l’intensification de l’innovation scientifique et technologique, ainsi que de la protection de la propriété intellectuelle, et mis en place des politiques appropriées. À l’avenir, nous aimerions que les autorités s’intéressent davantage aux sanctions, de façon que les auteurs d’atteintes à la propriété intellectuelle aient à répondre de leurs actes.

Quels sont vos projets?

En tant que précurseur des technologies de vol autonomes et de solutions commerciales dans le secteur mondial de la mobilité aérienne urbaine, EHang s’est dotée d’une stratégie de propriété intellectuelle sur le long terme. Elle entend cultiver une série de brevets à haute valeur commerciale, de manière à constituer un solide portefeuille de brevets et de disposer d’une base sûre pour protéger ses technologies. Ces deux dernières années, l’Allemagne, les États-Unis d’Amérique et d’autres pays ont peu à peu augmenté leurs investissements dans l’industrie mondiale de la mobilité aérienne urbaine. Chez EHang, nous entendons poursuivre la diffusion de nos technologies de base à l’étranger afin de développer notre part de marché. Nous comptons aussi participer activement à l’élaboration de normes et intégrer nos technologies de pointe protégées par brevet dans des normes sectorielles, voire nationales et internationales afin que ces brevets soient reconnus comme essentiels à ces normes.