Science, technologie et innovation en Arabie saoudite

Septembre 2013

Par Sami Alsodais, directeur général de l’Office saoudien des brevets, Cité du Roi Abdulaziz pour la science et la technologie (KACST), Arabie saoudite

Chacun s’accorde à reconnaître que la propriété intellectuelle est un puissant moteur de créativité et d’innovation dans le monde. En encourageant la concurrence loyale, la mise au point de produits et procédés innovants et la création littéraire, elle exerce un effet positif sur l’économie mondiale.

Dans le cadre du NSTIP, le secteur privé soutient la recherche de pointe dans plusieurs domaines clés. La compagnie pétrolière saoudienne ARAMCO coopère par exemple avec la KACST pour faire progresser la recherche dans les technologies liées au gaz et au pétrole, notamment en ce qui concerne la production de carburants propres. De même, SABIC, l’un des plus grands fabricants de produits pétrochimiques au monde, participe à un projet de transfert et d’ancrage local de technologies relatives à ce type de produits dans plusieurs communautés du royaume. (Photos: KACST)

En Arabie saoudite, la législation relative à la propriété intellectuelle fait l’objet de révisions et de mises à jour régulières de façon à s’assurer de l’existence d’un cadre juridique efficace tant pour encourager l’innovation et la créativité que pour faire appliquer les droits de propriété intellectuelle. Cette démarche a permis de créer un terrain propice à la créativité et à l’innovation et d’attirer des niveaux plus élevés d’investissement dans ces domaines.

L’innovation et le progrès technique font partie intégrante de la vision à long terme de l’Arabie saoudite telle qu’énoncée dans son Plan national pour la science, la technologie et l’innovation (NSTIP) (voir encadré).

Vers une économie fondée sur le savoir

L’objectif du NSTIP est de bâtir une économie fondée sur le savoir grâce au développement des capacités en ressources humaines du pays, à un soutien en faveur des activités de recherche et d’innovation dans les universités et les instituts de recherche, au financement de techniques novatrices, au transfert de technologies, à un appui au progrès technique au niveau local et à un renforcement des cadres législatif et institutionnel pour stimuler la créativité et l’innovation.

La mise en œuvre du NSTIP incombe à la Cité du Roi Abdulaziz pour la science et la technologie (KACST) et à différentes institutions en charge de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) dont 17 ministères, 10 universités et 13 agences et commissions nationales. Le secteur privé joue lui aussi un rôle important et participe à plusieurs projets. La compagnie pétrolière saoudienne ARAMCO coopère par exemple avec la KACST pour faire progresser la recherche dans les technologies liées au gaz et au pétrole, notamment en ce qui concerne la production de carburants propres. De même, SABIC, l’un des plus grands fabricants de produits pétrochimiques au monde, participe à un projet de transfert et d’ancrage local de technologies relatives à ce type de produits dans plusieurs communautés du pays.

Cibler des domaines stratégiques

Plusieurs programmes ont été mis en place au titre du NSTIP; tous sont axés sur des domaines stratégiques dont les technologies de l’eau, la biotechnologie, les matériaux de pointe, la nanotechnologie, les techniques de l’information, l’électronique, les communications, le pétrole et le gaz, les technologies relatives aux produits pétrochimiques, la médecine et la santé, l’espace, l’énergie, l’environnement, l’agriculture ou la construction. Les mathématiques et la physique font également l’objet d’une attention particulière afin de permettre le développement des autres technologies visées à partir d’une assise solide.

Des instituts de recherche spécialisés au sein des universités du pays et d’autres organismes gouvernementaux compétents offrent un système intégré efficace pour le transfert de technologies et l’ancrage technique au niveau local et jouent un rôle important en ce qui concerne l’appui aux activités des pépinières technologiques, des parcs scientifiques et des centres de développement technologiques.

Pour stimuler les capacités d’innovation du pays, le gouvernement s’attache à recruter des universitaires spécialisés en sciences et en techniques dans tous les domaines technologiques stratégiques. Plusieurs accords de coopération scientifique et technique ont également été conclus avec des institutions internationales de renom afin d’accumuler expérience et savoir-faire.

Encourager la sensibilisation à la propriété intellectuelle

Pour faire mieux connaître le système de propriété intellectuelle et favoriser son utilisation par les Saoudiens, le gouvernement a lancé toute une série d’initiatives dont les suivantes :


Figure 1 - Pourcentage des projets financés dans différents domaines technologiques
Source : (Rapport annuel du NSTIP : 2012)

  • un forum annuel destiné à promouvoir les échanges et à faire mieux comprendre la propriété intellectuelle et ses enjeux dans les milieux universitaire et des affaires;
  • un site Web hébergé par l’Office saoudien des brevets à la KACST où trouver des informations et des services utiles pour les inventeurs, les innovateurs et d’autres acteurs intéressés par les droits de propriété intellectuelle;
  • un film d’animation sur les inventions et l’importance que revêt leur protection;
  • une série d’ateliers de sensibilisation à la propriété intellectuelle à l’intention des universités, des instituts de recherche et du secteur industriel, avec le soutien de l’OMPI.

Soutenir les inventeurs saoudiens

Plusieurs projets ont également été entrepris pour soutenir et encourager les inventeurs saoudiens, notamment le King’s Award, un prix qui récompense d’éminents inventeurs et d’autres individus talentueux. Ce prix vise à encourager l’esprit de créativité et d’innovation au sein de la communauté et, ce faisant, à contribuer au progrès de la science et de la technique en Arabie saoudite au fur et à mesure de sa transformation en une société fondée sur le savoir. En 2012, les inventions récompensées relevaient de plusieurs domaines dont la biotechnologie, la médecine et la santé, les matériaux de pointe et les technologies liées aux produits pétrochimiques.

La Fondation du Roi Abdulaziz et de ses compagnons pour l’encouragement du talent et de la créativité (MAWHIBA) soutient également les innovateurs de talent en présentant leur travail lors de salons internationaux comme l’iEna de Nuremberg (Allemagne), le Salon international des inventions de Genève (Suisse) ou le Salon international des inventions du Moyen-Orient (Koweït). De même, en Arabie saoudite, le salon IBTIKAR organisé par la MAWHIBA donne aux inventeurs l’occasion de faire découvrir leurs travaux et de trouver des ressources financières nécessaires à leur développement.

Dernières nouveautés

Pour stimuler un plus grand intérêt envers l’innovation et favoriser la recherche scientifique en Arabie saoudite, la revue scientifique internationale Nature paraît désormais en langue arabe, tout comme la revue française Science & Vie Junior.

Depuis sa création en 1982, l’Office saoudien des brevets a reçu plus de 18 670 demandes de brevet. En 2012, il a délivré 213 brevets et 605 certificats de dessins ou modèles industriels. Il a également reçu 1041 demandes de brevet, dont 404 demandes nationales, liées à des travaux de recherche en cours.

En mai 2013, l’Arabie saoudite a adhéré au Traité de coopération en matière de brevets (PCT). Cette avancée significative devrait donner un nouvel élan à l’innovation dans notre pays et lui permettre de prendre définitivement sa place sur l’échiquier mondial des brevets. Bien qu’il reste encore beaucoup à accomplir, la détermination de l’Arabie saoudite à stimuler l’innovation et le progrès technique sert de catalyseur aux efforts déployés pour transformer le pays, dans les prochaines années, en une véritable économie fondée sur le savoir.

Le NSTIP

Le NSTIP est une stratégie globale qui a pour objet de stimuler l’innovation. Elle comprend toute une palette d’activités, dont :

Le programme de renforcement des capacités en faveur de la recherche scientifique et du développement technologique qui vise à établir des instituts de recherche aux travaux axés sur des domaines hautement prioritaires du développement comme le pétrole et le gaz, l’environnement, l’agriculture, la médecine et la santé.

Le programme de transfert et d’ancrage de technologies au niveau local chargé d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies pour soutenir l’innovation et le développement technologique et de déceler des pôles pour le développement de technologies industrielles de pointe. De nombreuses initiatives sont déployées dans le cadre de ce programme aux fins de créer :

  • un centre de développement de PME;
  • cinq pépinières technologiques; et
  • une ville consacrée au développement et à l’ancrage technique au niveau local pour fournir l’infrastructure nécessaire au secteur technique.

À l’image de l’initiative du Roi Abdullah pour le dessalement de l’eau grâce à l’énergie solaire, mise en œuvre en collaboration avec IBM, toute une série de projets sont lancés en Arabie saoudite pour assurer la sécurité des ressources en eau du royaume au moyen de solutions techniques de pointe respectueuses de l’environnement.

Le programme des ressources humaines en STI, chargé de :

  • créer des centres d’innovation scientifique et de soutenir la créativité;
  • octroyer des bourses d’enseignement supérieur en faveur du développement de technologies stratégiques;
  • concevoir un programme axé sur les méthodes de recherche, la créativité et l’innovation dans l’enseignement public; et de
  • rendre hommage aux inventeurs saoudiens et à d’éminents chercheurs dans le domaine scientifique.

Le programme sur la société du savoir qui traite d’un large éventail de projets, dont :

  • la publication de revues scientifiques relatives aux technologies stratégiques;
  • la création de bases de données nationales sur les indicateurs de STI;
  • la mise en place d’une base de données sur les services informatiques, commerciaux et industriels; et
  • la promotion d’activités de sensibilisation à la culture dans les écoles et les universités.

Le programme sur la législation en matière de STI, chargé de fournir une aide en ce qui concerne :

  • la rédaction de projets de lois pour les organismes compétents; et
  • la rédaction de projets de réglementation sur la propriété intellectuelle dans le cadre des programmes de recherche nationaux.

Le programme sur la structure organisationnelle en matière de STI : il est chargé des questions de gestion et d’investissement dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation et s’attache à créer des sections techniques et scientifiques dans les universités et les établissements participant à la mise en œuvre du NSTIP.

Le programme sur la diversification des sources de financement en faveur de la science, de la technologie et de l’innovation, chargé de :

  • créer un fonds en faveur du développement technologique;
  • concevoir des politiques d’autofinancement pour les instituts de recherche-développement; et de
  • créer des produits financiers afin de financer les activités dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation.

TAQNIA, l’entreprise publique de développement et d’investissement technologiques spécifiquement créée pour exploiter les résultats des activités de recherche menées en Arabie saoudite (tant sur le plan commercial qu’industriel), témoigne également de la détermination du pays à favoriser l’innovation et l’évolution technique. 

Le Magazine de l’OMPI vise à faciliter la compréhension de la propriété intellectuelle et de l’action de l’OMPI parmi le grand public et n’est pas un document officiel de l’OMPI. Les désignations employées et la présentation des données qui figurent dans cette publication n’impliquent de la part de l’OMPI aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires ou zones concernés ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites territoriales. Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles des États membres ou du Secrétariat de l’OMPI. La mention d’entreprises particulières ou de produits de certains fabricants n’implique pas que l’OMPI les approuve ou les recommande de préférence à d’autres entreprises ou produits analogues qui ne sont pas mentionnés.