Francis Gurry a dirigé l’OMPI en qualité de Directeur général du 1er octobre 2008 au 30 septembre 2020.

Message du Directeur général à l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones (le 9 août 2020)

7 août 2020

C’est avec une vive satisfaction que je me joins à vous aujourd’hui pour célébrer la Journée internationale des peuples autochtones.

Francis Gurry, Directeur général
(Photo: WIPO/Berrod).

Alors que le monde se mobilise pour faire face à une pandémie sans précédent qui touche gravement l’ensemble des populations dans le monde, y compris les populations autochtones, nous devons nous rappeler le rôle que jouent les savoirs traditionnels pour préserver la santé, les moyens de subsistance, la sécurité et le bien-être des communautés autochtones.

Les savoirs traditionnels des peuples autochtones sont une partie fondamentale de l’identité culturelle de ces peuples et ils constituent une base solide pour la continuité de leur bien-être et de leur développement autonome, en particulier en temps de crise. Par savoirs traditionnels on entend le savoir-faire, les compétences et les pratiques qui sont développées, préservées et transmises de génération en génération au sein d’une communauté.

Les savoirs traditionnels sont un réel atout pour les peuples autochtones, favorisant leur résilience face aux crises et aux difficultés. Par exemple, les systèmes de production alimentaire traditionnels peuvent participer l’autosuffisance. Le système et les pratiques de gouvernance traditionnelle articulés autour de la communauté renforcent une solidarité indispensable tandis que les modes de vie traditionnels sont essentiels en tant que source de revenus et de bien être.

C’est avec fierté que je peux dire que l’Organisation collabore depuis plusieurs années avec les peuples autochtones, au titre d’un large éventail d’activités portant sur des questions présentant un intérêt particulier pour ces peuples.

Le Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore de l’OMPI (IGC) mène actuellement des négociations afin de parvenir à un accord sur le texte d’un ou plusieurs instruments juridiques internationaux relatifs à la propriété intellectuelle, susceptible d’assurer une protection équilibrée et effective des ressources génétiques, des savoirs traditionnels et des expressions culturelles traditionnelles.

La participation et la contribution à titre d’experts des peuples autochtones à l’IGC demeurent un aspect crucial des activités du comité, contribuant à sa crédibilité et à sa pertinence. L’OMPI a pris des mesures résolues pour assurer et renforcer la participation pleine et effective des peuples autochtones au sein de l’IGC.

La collaboration de l’Organisation avec les peuples autochtones et les communautés locales a pris une ampleur considérable ces dernières années. Nous proposons des ateliers de renforcement de capacités, des formations à distance gratuites pour les membres des peuples autochtones ainsi qu’une bourse à leur intention. Depuis 2015, six bourses destinées à des représentants de peuples autochtones ont été attribuées pour soutenir leur participation aux cours d’été de l’OMPI.

L’un des aspects importants des activités de programme de l’OMPI relatives aux savoirs traditionnels et aux expressions culturelles traditionnelles vise à permettre aux peuples autochtones qui le souhaitent d’utiliser au mieux les outils de propriété intellectuelle existants dans leurs activités entrepreneuriales.

Le Programme de formation et de mentorat sur la propriété intellectuelle sur la base de projets à l’intention des femmes chefs d’entreprises, lancé l’année dernière, vise à renforcer les capacités des dirigeantes d’entreprises issues de peuples autochtones et de communautés locales en matière d’utilisation stratégique les droits de propriété intellectuelle aux fins de la durabilité économique. L’Organisation reconnaît en particulier le rôle essentiel que les femmes autochtones jouent en termes de préservation des moyens de subsistance traditionnels et de création de revenus au sein de leurs communautés.

Durant la pandémie de COVID 19, nous avons poursuivi notre action au sein du système et des mécanismes pertinents des Nations Unies, au titre notamment de la coopération et du dialogue entre le Secrétariat de l’OMPI et l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones (Instance permanente), source d’inspiration indispensable pour orienter notre action en faveur des peuples autochtones.

L’année dernière, l’Instance permanente a émis deux recommandations visant à renforcer la participation des peuples autochtones à l’IGC, à savoir organiser un atelier d’experts autochtones durant l’exercice biennal en cours et demander à des experts autochtones une mise à jour de l’étude technique des principales questions pertinentes pour les négociations au sein du comité. Le Secrétariat de l’OMPI assure actuellement le suivi d’une décision de l’IGC entérinant les recommandations faites par l’Instance permanente.

Les savoirs traditionnels peuvent aider à relever les défis mondiaux. L’Accord de Paris de 2015 sur la mise en œuvre de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a reconnu cette contribution dans son volet d’action pour l’adaptation. Le Secrétariat de l’OMPI apporte ses compétences spécialisées sur les questions de propriété intellectuelle que l’utilisation et l’inventaire des savoir traditionnels peuvent soulever dans le cadre de la création de la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones de la CCNUCC.

Tous ces activités se déroulent en ligne pendant la pandémie.

Nous nous réjouissons de la poursuite de notre collaboration avec les peuples autochtones afin de soutenir leurs intérêts, leurs besoins et leur bien être.