Salle de presse 2008

Le congrès mondial encourage les responsables gouvernementaux à s’engager dans la lutte contre la contrefaçon et le piratage (PR/2008/533)

De hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprise et de hauts responsables chargés de l’application du droit ont exhorté aujourd’hui les dirigeants politiques nationaux et internationaux à s’engager dans la bataille contre la contrefaçon et le piratage. Cette invitation à redoubler d’efforts a été lancée à l’occasion de la clôture du quatrième Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage, qui s’est tenu à Dubaï du 3 au 5 février 2008. Cette manifestation internationale, qui a réuni 1200 délégués en provenance de 90 pays, s’est tenue sous les auspices du cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, vice président et premier ministre des Émirats arabes unis (EAU) et gouverneur de Dubaï. La réunion était accueillie par les autorités douanières de Dubaï et l’Organisation mondiale des douanes (OMD).

Le quatrième Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage s’ouvre à Dubaï (PR/2008/532)

Plus de 500 hauts responsables en provenance de 70 pays se sont réunis aujourd’hui à Dubaï dans le but de proposer des solutions au problème mondial croissant de la contrefaçon des produits et du piratage de la propriété intellectuelle et de mettre un terme à leurs effets néfastes sur la santé et la sécurité des consommateurs, les ressources et les recettes de l’État, l’innovation et les investissements étrangers.

Le Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage va se tenir à Dubaï (MA/2008/38)

Le quatrième Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage va se tenir à Dubaï du 3 au 5 février 2008 sous les auspices de Son Altesse le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, vice président et premier ministre des Émirats arabes unis (EAU) et gouverneur de Dubaï. De hauts fonctionnaires de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) et des représentants d’autres organisations internationales intergouvernementales, de gouvernements, d’organismes d’application des droits aux niveaux régional et national et des milieux d’affaires participeront au congrès en vue de trouver des solutions aux problèmes grandissants posés par la contrefaçon et le piratage. C’est la première fois que ce congrès se tient hors d’Europe.