Partenariat stratégique et politique de propriété intellectuelle pour se mesurer aux géants pharmaceutiques

Nom:Nycomed GmbH
Pays / Territoire:Norvège, Suisse
Droit(s) de P.I.:Brevets, Marques
Date de publication:3 septembre 2010
Dernière mise à jour:16 septembre 2015

Généralités


Le logo de Nycomed est protégé sur le plan international en vertu du système de Madrid.
(Photo : Madrid Express)

En 1874, un pharmacien norvégien nommé Morten Nyegaard fonde Nyegaard & Co., une petite société pharmaceutique intervenant initialement dans la représentation de produits de sociétés étrangères. Cette société finira par commercialiser 900 produits norvégiens dans les autres pays scandinaves et établira un centre de recherche pharmaceutique afin de produire de nouveaux médicaments. Rebaptisée Nycomed®, cette compagnie privée est devenue l’un des géants pharmaceutiques mondiaux très présent en Europe, dans les marchés émergents de Russie et du Commonwealth des États indépendants, d’Asie et d’Amérique latine.

Recherche et développement


Formule d’un composé nouveau utilisée pour la fabrication de médicaments contre les troubles gastro-intestinaux, présentée dans la demande PCT PCT/EP2007/062327 (service de recherche PATENTSCOPE®)

La société a une stratégie de recherche et de développement qui est guidée par la recherche de débouchés à tous les stades du développement et de la découverte d’un produit. Son savoir-faire s’appuie en interne sur un programme souple de recherche-développement qui s’étend de la découverte, aux stades précliniques, aux phases de recherche clinique et à l’enregistrement auprès des autorités compétentes. Ses principaux produits sont des médicaments contre l’ostéoporose et les troubles gastro-intestinaux, des médicaments pour accélérer la guérison des blessures et un anticoagulant utilisé en cardiologie. Les programmes de recherche-développement de Nycomed sont mis en œuvre par trois sites en Europe et un en Inde. De nouveaux produits sont inventés par la société elle-même et par ses partenaires extérieurs.

Partenariats et concession de licences

Contrairement à un grand nombre de ses concurrentes, la société Nycomed se consacre moins à la création de nouveaux produits qu’à la commercialisation et au développement de parts de marchés, notamment dans le cadre de licences concédées par d’autres entreprises. La pierre angulaire de la stratégie d’entreprise et de croissance de Nycomed est fondée sur la constitution de partenariats à long terme avec d’autres laboratoires de développement de médicaments. La société cherche à élargir son portefeuille de médicaments en concluant des accords de licence ou de partenariat avec des interlocuteurs extérieurs pour la mise au point de médicaments, et elle compte que, à l’avenir, la fabrication de ses produits sera, pour l’essentiel, externalisée. D’autres sociétés sont intéressées par une collaboration avec Nycomed en raison de sa puissance financière, de son implantation mondiale et de son grand savoir-faire en matière de recherche et de développement.

Les partenaires avec lesquels Nycomed conclut des accords de licence sont, dans la plupart des cas, des compagnies pharmaceutiques et des petites sociétés de biotechnologie, établies aux États-Unis d’Amérique qui auraient sans cela des difficultés à prendre pied sur les marchés européens caractérisés par leur complexité. Nycomed estime que cette stratégie est payante pour elle-même et pour ses partenaires; les sociétés étrangères profitent de l’occasion qui leur est offerte pour commercialiser leurs nouveaux produits sur de nouveaux marchés tandis que Nycomed tire parti des découvertes fort intéressantes des petites entreprises de biotechnologie.

Nycomed a aussi recours aux fusions et aux acquisitions chaque fois que de telles opérations offrent des perspectives commerciales. Ainsi, en 2007, la société a acheté Atlanta Pharma AG, une compagnie implantée en Allemagne. Suite à cette fusion, le nouveau groupe a poursuivi ses activités sous la raison sociale de Nycomed et il a établi son siège à Zurich (Suisse). La même année, il a également conclu un accord pour acquérir la société américaine Bradley Pharmaceuticals, Inc. L’acquisition a facilité la promotion des intérêts commerciaux de Nycomed aux États-Unis d’Amérique. En 2009, Nycomed a acheté dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale 20 produits génériques de marque aux sociétés Sanofi Aventis et Zentiva, ce qui a substantiellement renforcé sa position sur le marché, en particulier en République tchèque et en Slovaquie.

Pour ce qui concerne sa stratégie d’entreprise tournée vers la concession de licences, Nycomed offre à ses partenaires la possibilité de mettre au point, de fabriquer et de commercialiser un large éventail de technologies et de services de pointe. Un certain nombre de ses produits ont été concédés sous licence à plusieurs autres compagnies, notamment Forest Laboratories, Merck & Co., et Sepracor. Les transactions de concession de licences ont été bénéfiques pour Nycomed, parce qu’elles lui ont permis non seulement d’obtenir un paiement forfaitaire unique et ultérieurement des redevances, mais encore lui ont permis d’élargir le marché pour ses propres produits.

Commercialisation

La société Nycomed s’intéresse plus particulièrement aux produits ayant un potentiel de ventes supérieur à 150 millions d’euros (192 millions de dollars É.-U.). Elle a décidé qu’au lieu d’essayer d’affronter les grandes compagnies pharmaceutiques sur tous les fronts, il valait mieux le faire sur des marchés et avec des produits bien ciblés, et cette stratégie lui réussit. Son produit vedette, le CalciChew, (une combinaison de calcium et de vitamine D3), détient 40% du marché européen des suppléments de calcium. Le Pantoloc/Zurcale qu’elle commercialise sous licence, domine le marché des produits pour le traitement des troubles gastro-intestinaux en Autriche et occupe la seconde place aux Pays-Bas et en Belgique.

Brevets

La société Nycomed a, en matière de brevets, une stratégie clairement formulée et expressément approuvée par le bureau du PDG. Sa politique de brevets lui tient lieu d’énoncé de mission et la guide dans son processus décisionnel.

La société suit une démarche bien arrêtée en ce qui concerne la protection de ses nouveaux produits. Elle dépose d’abord un premier brevet auprès des offices nationaux de propriété intellectuelle, où les frais sont peu élevés et où les formalités lui sont bien connues. Cela lui donne un an pour décider si elle souhaite ou non étendre la portée du brevet. Dans l’affirmative, elle dépose généralement des brevets pour le Canada, la Chine, tous les pays européens, le Japon, la Russie et le Commonwealth des États indépendants, les États-Unis d’Amérique et certains autres pays. La société a souvent recours aux services du Traité de coopération en matière de brevets et, depuis 2010, elle a présenté plus de 400 demandes selon le PCT.


Dessin d’un filtre pour la nébulisation à gaz sec, inventé par Nycomed, tel que déposé dans la demande PCT PCT/EP2009/059361 (service de recherche PATENTSCOPE®)

Lorsqu’elle décide de ne pas déposer une demande de brevet pour un procédé particulier, Nycomed essaie de garder simplement le secret sur son procédé (tout en reconnaissant qu’il est difficile d’empêcher la divulgation lorsque des employés passent au service d’un concurrent). Dans d’autres cas, elle publie des informations relatives au procédé en question afin qu’il relève du domaine public et qu’il ne puisse donc pas être breveté par des tiers.

Marques

La société Nycomed met tout particulièrement l’accent sur la protection de la marque de ses produits. Tous les noms des produits de la société sont des marques enregistrées et ils sont protégés soit à l’échelle internationale soit dans les différents pays. Par exemple, CalciChew®, l’un des médicaments de la société les plus en vogue, bénéficie d’une protection internationale. Le logo de Nycomed est aussi protégé sur le plan international du fait de son enregistrement en vertu du système de Madrid.

Gestion de la propriété intellectuelle

Pour assurer le succès commercial d’un produit, il faut aussi protéger les droits de propriété intellectuelle de la société qui le fabrique. La société Nycomed estime qu’en 2003 les produits brevetés représentaient 46% de son chiffre d’affaires. En 2006, ce pourcentage se situait entre 55 et 60% et il devrait continuer d’augmenter car, désormais, les nouveaux produits commercialisés par la société sont brevetés.

Lorsque l’on détient un portefeuille d’environ 500 brevets et, pour se protéger jusqu’à un certain point contre les fabricants de produits génétiques après l’expiration des brevets, de près de 800 enregistrements de marque, la gestion des droits de propriété intellectuelle devient une affaire complexe et coûteuse. Le budget annuel de Nycomed pour le dépôt, la protection et l’exploitation de ses brevets est de 12,3 millions d’euros (15,7 millions de dollars É.-U.). Ce sont les procédures contentieuses qui coûtent le plus cher : approximativement 1,5 million d’euros (près de 2 millions de dollars É.-U.) pour une seule action dans un seul pays, et beaucoup plus si la procédure concerne plusieurs pays et si des décisions sont portées en appel. Mais Nycomed, qui n’a jamais perdu une seule poursuite, considère que c’est de l’argent bien dépensé.

La société procède chaque année à un examen complet de son portefeuille de droits de propriété intellectuelle. Si un brevet n’est plus rentable, elle examine la possibilité de le concéder en licence. S’il ne présente aucun potentiel à cet égard, elle peut l’abandonner ou le céder à une université. Les brevets des concurrents sont, eux aussi, passés au peigne fin, afin de vérifier s’ils ne portent pas atteinte aux brevets de Nycomed ou inversement. L’examen annuel de la propriété intellectuelle peut aussi mettre en lumière de nouvelles technologies ou des idées à explorer.

Atteinte aux droits de propriété intellectuelle et respect de ces derniers

Le Protonix®, l’un des produits de Nycomed les plus prisés dans le monde pour limiter ou empêcher la production d’acide gastrique, appartient à Nycomed (brevet américain n° 4 758 579) et sa licence a été concédée à Wyeth (une société pharmaceutique américaine, qui fait désormais partie de Pfizer Inc.). En 2007, les ventes de Protonix® ont atteint 1,9 milliard de dollars É.-U. Toutefois, elles ont fortement chuté lorsque deux autres sociétés pharmaceutiques, Teva Pharmaceuticals Ltd. et Sun Pharmaceuticals Ltd., ont commencé à vendre un produit générique qui a porté atteinte au brevet de Nycomed à la fin 2007 et au début 2088, respectivement. Les sociétés Nycomed et Wyeth ont engagé des poursuites contre Teva et Sun pour ces actes de violation.


Les produits protégés par brevet, tels que ce traitement pour la guérison des blessures et contre la douleur, représentent quelque soixante de pour cent du chiffre d’affaires annuel de Nycomed.

En juillet 2010, la Cour de district des États-Unis d’Amérique (United States District Court) a confirmé le verdict rendu en avril 2010 par le jury d’une juridiction inférieure en faveur de Nycomed et Pfizer, établissant la validité du brevet protégeant le Protonix® de Nycomed. Le verdict a débouté les défendeurs de leurs allégations selon lesquelles le brevet n’était pas valable en raison de son caractère évident et de l’existence d’un double brevet. Lorsque la validité du brevet aura été confirmée par la Cour de district, Nycomed engagera une poursuite en dommages et intérêts contre les sociétés Teva et Sun.

Résultats commerciaux

Toute petite entreprise privée, à l’origine, Nycomed a parcouru un long chemin avant de devenir l’une des sociétés – occupant actuellement le vingt-huitième rang mondial – qui domine le marché des produits pharmaceutiques. Sa stratégie commerciale pragmatique lui a permis d’obtenir des résultats remarquables dans le domaine des ventes. En 2009, son volume total de ventes a atteint 3,2 milliards d’euros et un excédent brut d’exploitation de 1,1 milliard d’euros. Nycomed est le seizième plus grand fournisseur de médicaments grand public vendus dans le monde.

La société compte 12 000 employés et ses produits sont vendus dans plus de 100 pays. Les autres sociétés du groupe sont implantées dans plus de 50 pays. Nycomed fabrique ses produits dans 16 sites. Les produits que la société commercialise dans le monde entier sont fabriqués dans cinq centres d’excellence en Europe. Nycomed possède 11 sites de production pour les produits régionaux commercialisés dans des marchés à croissance rapide tels que le Brésil et le Mexique. La Russie étant actuellement le marché le plus important de Nycomed, la société s’emploie actuellement à implanter une nouvelle usine de production de prestige en Russie.

Une stratégie de propriété intellectuelle bien formulée, clef du succès commercial

L’expérience de Nycomed montre combien une stratégie de propriété intellectuelle bien conçue et bien exécutée permet à une entreprise de rester compétitive dans un marché dominé par des concurrents beaucoup plus puissants. La société est consciente que les actifs de propriété intellectuelle sont tout aussi précieux que les actifs financiers, et la stratégie de Nycomed en matière de brevets est donc très corrélée à sa stratégie commerciale.