L’engagement du Grana Padano en faveur de l’environnement

Grana Padano est l’une des indications géographiques les plus connues dans le monde. Originaire de la plaine du Pô (Pianura Padana), dans le nord de l’Italie, ce fromage à pâte dure et friable est fabriqué à partir de lait de vache non pasteurisé et demi-écrémé selon un processus naturel d’écrémage. L’origine du Grana Padano remonte au XIIe siècle. À l’époque, les moines de l’abbaye de Chiaravalle cherchaient un moyen de conserver l’excédent de lait.

Le Grana Padano a officiellement reçu le titre d’appellation d’origine (sous-catégorie de l’indication géographique) en Italie, en 1955, sur décret présidentiel. En 1996, ce fromage a obtenu le statut d’appellation d’origine protégée (AOP) au sein de l’Union européenne. (Photo: avec l’aimable autorisation de Grana Padano)

En 1954, les producteurs de Grana Padano ont constitué le Consortium pour la protection du Grana Padano, une organisation à but non lucratif chargée de protéger, de promouvoir et de valoriser le produit, ainsi que de favoriser la recherche scientifique et commerciale afin d’améliorer les méthodes de production du Grana Padano. L’année suivante le Grana Padano recevait officiellement en Italie l’appellation d’origine (sous-catégorie de l’indication géographique) par décret présidentiel. En 1996, il obtenait le statut d’appellation d’origine protégée (AOP) au sein de l’Union européenne.

Dans l’accomplissement de sa mission, le Consortium a rapidement pris conscience du réchauffement de la planète et de la nécessité de protéger l’environnement.

Avec l’accroissement de la population mondiale – celle-ci devrait atteindre les 9,8 milliards de personnes à l’horizon 2050 – la demande de denrées alimentaires devrait elle aussi augmenter. Or, sans mesures concrètes, il en ira de même des émissions de gaz à effet de serre résultant de la production agricole et de l’industrie des produits laitiers en particulier puisque la fermentation entérique chez les ruminants est responsable de près de 40% des émissions mondiales. C’est pourquoi en 2017 le Consortium pour la protection du Grana Padano a décidé de lancer son projet LIFE – Les durs passent à l’action (l’adjectif dur faisant ici référence aux fromages à pâte dure et mi-dure sur lesquels porte le projet).


En 2017, avec ses partenaires, le Consortium pour la protection du Grana Padano qui est chargé de protéger et de promouvoir l’indication géographique Grana Padano a décidé de lancer le projet LIFE – Les durs passent à l’action (l’adjectif dur faisant ici référence aux fromages à pâte dure et mi-dure sur lesquels porte le projet). Ce projet a pour but de réduire l’empreinte écologique et d’améliorer les qualités de la production européenne de fromages de vache à pâte dure et mi-dure visés par une appellation d’origine protégée sur le plan environnemental, dans une optique de durabilité. (Photo: avec l’aimable autorisation de Grana Padano)

Financé en partie par la Commission européenne, ce projet a été mis sur pied en collaboration avec les producteurs de Comté, plusieurs universités, de jeunes entreprises et des organisations non gouvernementales. Il a pour but de réduire l’empreinte écologique et d’améliorer les qualités de la production européenne de fromages de vache à pâte dure et mi-dure visés par une appellation d’origine protégée sur le plan environnemental, dans une optique de durabilité.

Le cas du Grana Padano illustre bien l’effet qu’une
indication géographique peut avoir sur
l’environnement de la zone, de la région ou du pays
dont elle est originaire lorsqu’elle fait une priorité de
la préservation de l’environnement.
(Photo: avec l’aimable autorisation de Grana Padano)

Dans le cadre de ce projet, un logiciel appelé outil d’aide aux décisions environnementales est en cours d’élaboration pour accompagner les producteurs dans leurs décisions relatives à l’environnement. Ce logiciel leur permettra d’évaluer l’empreinte environnementale de leurs produits et d’adopter des techniques et autres solutions pour l’améliorer. Une fois prêt, il constituera pour les producteurs un outil fiable reposant sur des méthodes éprouvées. Il sera également mis à la disposition d’autres consortiums européens d’appellations d’origine protégée afin de les encourager à devenir eux aussi des références en matière d’innovation environnementale et de production de qualité.

“Les durs passent à l’action” permettra de recueillir des données utiles auprès d’exploitations agricoles, de laiteries et de fabricants d’emballages qui seront utilisées pour répondre à des questions importantes, à savoir: que faire des effluents d’élevage, comment améliorer le rendement des usines laitières, ou encore comment réduire les pertes et le gaspillage alimentaire. Grâce à ce travail de collecte de données, le Grana Padano et le Comté pourront définir des critères de durabilité et trouver des solutions novatrices pour rationaliser leur chaîne de production.

Le but du projet est d’améliorer les performances environnementales mais aussi économiques des acteurs participant à la production de ces fromages à pâte dure et friable et de transmettre ce savoir-faire à d’autres AOP et IGP (indications géographiques protégées) européennes, tout en sensibilisant les producteurs et les consommateurs aux questions environnementales.

Le cas du Grana Padano est un exemple parfait de l’effet qu’une indication géographique peut avoir sur l’environnement de la zone, de la région ou du pays dont elle est originaire lorsqu’elle adopte des politiques de durabilité, compte tenu des liens particuliers qui lient tous les intervenants de la chaîne de production.