Un groupe de jeunes inventeurs vietnamiens contribue à sauver le monde grâce à un casque

25 novembre 2021

Tandis que la pandémie de COVID-19 se propageait à travers le monde au début de l’année 2020, un groupe d’amis qui dînait à Hanoi, au Viet Nam, a émis l’idée d’un casque de protection capable de pallier les insuffisances des mesures de lutte contre le virus.  L’idée de NGUYEN Dinh Nam, l’inventeur et ingénieur à l’origine de ce concept, a été accueillie avec enthousiasme par les enfants présents à table ce soir-là.  Il s’est donc associé à eux pour mettre au point un casque portatif isolant doté d’un système de ventilation pour les personnes ayant besoin d’être pleinement et durablement protégées contre la COVID-19.  Ils espéraient ainsi faciliter la vie du personnel médical de première ligne et des travailleurs essentiels dans tous les secteurs, compte tenu de la situation mondiale.

Faire face ensemble

Ensemble, avec l’appui de leurs familles et amis, DO Trong Minh Duc, âgé de 18 ans, et TRAN Nguyen Khanh An, âgée de 15 ans, ont conçu un casque offrant une protection complète de la tête et du visage, et doté d’un respirateur à épuration d’air motorisé pour l’apport d’air pur.  Le casque, dénommé VIHELM, est équipé de capteurs et se contrôle à distance via Bluetooth.  Duc en a supervisé la conception et An a étudié les produits similaires existants.

academynews-an-duc-phuc-845
De gauche à droite : Phuc, An et Duc dans l’atelier de VIHELM (2021) (Photo : VIHELM)

Nous voulions faire quelque chose qui puisse aider le monde à faire face à la COVID-19, et nous espérons que le casque VIHELM pourra être utilisé par celles et ceux qui en ont besoin, dans l’intérêt général.

DO Trong Minh Duc, coinventeur du casque VIHELM et chef d’équipe.

Au départ, le nouveau produit, jugé trop lourd, a fait l’objet de quelques critiques.  Pour y répondre, NGUYEN Hoang Phuc, âgé de 14 ans, a été invité à en mettre au point une version améliorée.

Il est parfois bon d’accepter les critiques… elles peuvent vous aider à grandir.

TRAN Nguyen Khanh An, coinventrice du casque VIHELM.

Phuc a donc créé un casque plus simple et plus souple avec des parties en tissu, une visière avec gants intégrés, des poches latérales, des compartiments destinés à recevoir les effets personnels et des ouvertures permettant de se gratter, offrant ainsi aux utilisateurs davantage de confort et de mobilité.  Le produit modifié s’appelle VIHOOD.  La contribution innovante de Phuc a permis à l’équipe d’améliorer le prototype et de proposer aux clients une alternative plus abordable.

Je suis vraiment heureux que le projet sur lequel je travaille depuis si longtemps soit devenu réalité.  C’est un sentiment formidable que de voir ses idées se concrétiser, même si l’on est jeune et que l’on doit affronter des personnes qui doutent de nos idées.

NGUYEN Hoang Phuc, coinventeur de VIHELM.
academynews-nioeh-845
Le VIHOOD, une version améliorée du casque VIHELM conçu grâce aux propositions novatrices de Phuc (Photo : VIHELM)

Le prototype a été achevé en juillet 2020 et, en août 2020, le casque VIHELM a été présenté au concours iCan, organisé par la Toronto International Society of Innovation & Advanced Skills (TISIAS).  L’équipe a remporté une médaille d’or et s’est classée parmi les cinq premiers du concours.  Son invention, qui propose une solution pratique, légère et efficace pour les appareils respiratoires à ventilation assistée, a attiré l’attention des médias internationaux et lui a valu pléthore de clients dans le monde entier, avec près de 10 000 casques vendus à ce jour.

L’importance de la propriété intellectuelle

Sous la tutelle de Nam, titulaire de plusieurs brevets, le groupe a été sensibilisé à l’importance de la protection de ses actifs de propriété intellectuelle.  En 2021, Nam a aidé l’équipe, notamment BUI Phuong Nam, cofondatrice de VIHELM et coinventrice du casque, à déposer sa demande internationale de brevet selon le Traité de coopération en matière de brevets (PCT), et l’a guidée dans le processus de demande d’enregistrement de marque pour l’entreprise.

Il était important de déposer une demande d’enregistrement de marque pour VIHELM, car nous faisons tout notre possible pour créer une marque solide et fiable.  Nous souhaitons distinguer notre produit des autres respirateurs sur le marché, et la marque est un élément important de ce processus.  C’est le cas non seulement en termes de revenus et de réputation, mais aussi dans l’intérêt de nos chers clients et de la communauté.

BUI Phuong Nam, cofondatrice de VIHELM.

Le casque VIHELM est disponible gratuitement sous la licence Creative Commons Paternité/Pas de modification (CC BY-ND), une licence libre, et ses trois premières versions peuvent être téléchargées sur le site Web de VIHELM.  Il s’agit d’un choix délibéré de l’équipe, visant à rendre le produit accessible à celles et ceux qui souhaitent le fabriquer de manière indépendante, dans l’intérêt général.  L’équipe lance un appel pour que davantage de technologies soient accessibles sous la licence CC BY-ND.

De gauche à droite : le Directeur général de l’OMPI, Daren Tang, Tran Nguyen Khanh An, Do Trong Minh Duc, Nguyen Hoang Phuc, Son Excellence Mme l’Ambassadrice Le Thi Tuyet Mai, de la Mission permanente de la République socialiste du Viet Nam auprès de l’Office des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève, le Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc, et le directeur de la Division pour l’Asie et le Pacifique, Andrew Ong (Photo : OMPI/Berrod)

Duc, An et Phuc ont été sélectionnés pour devenir ambassadeurs de la propriété intellectuelle auprès de la jeunesse pour le Viet Nam, grâce à leur innovation capable de sauver des vies, qui contribue à la relance sanitaire et économique dans le cadre de la pandémie de COVID-19. Le vice-directeur général de l’OMPI, Hasan Kleib, a remis aux membres du groupe le titre d’ambassadeurs de la propriété intellectuelle de l’OMPI auprès de la jeunesse en présence du Directeur général de l’OMPI, M. Daren Tang, et du Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc, le 29 novembre 2021, au siège de l’OMPI à Genève (Suisse).  Ils sont les premiers ambassadeurs de la propriété intellectuelle auprès de la jeunesse à représenter la région Asie-Pacifique.

L’initiative des ambassadeurs de la propriété intellectuelle de l’OMPI auprès de la jeunesse fait partie du service IP4Youth&Teachers, conçu et lancé par l’Académie de l’OMPI en 2018.  Son objectif principal est d’inciter les jeunes créateurs à tirer parti de la propriété intellectuelle en faveur de leur communauté et, conjointement avec les autorités nationales, à promouvoir l’utilisation de la propriété intellectuelle auprès des jeunes.  En tant qu’ambassadeurs de la propriété intellectuelle auprès de la jeunesse, Duc, An et Phuc feront partie d’un réseau pionnier visant à promouvoir l’importance de la propriété intellectuelle auprès d’autres jeunes innovateurs et créateurs de leur région.  Ils bénéficieront également d’une formation sur mesure en matière de propriété intellectuelle, dispensée par le service IP4Youth&Teachers.

Le trio espère continuer d’améliorer son produit et d’en concevoir des versions plus abordables pour répondre aux besoins des clients à faibles revenus dans un avenir proche.