World Intellectual Property Organization

Lancement de l’indice mondial 2012 de l’innovation : La Suisse conserve la tête du classement dans le domaine de l’innovation

Abou Dhabi, Fontainebleau, Genève et Singapour, 3 juillet 2012
PR/2012/715

Conférence de presse Vidéo, Conférence de presse Vidéo | Magazine de l'OMPI

Publié conjointement par l'OMPI, l'INSEAD et ses experts partenaires pour l'édition 2012 de l'indice mondial de l'innovation : Alcatel-Lucent, Booz & Company, la Confédération des industries indiennes (CII).


L'indice mondial 2012 de
l'innovation
PDF, Indice mondial 2012 de l'innovation

Pour la deuxième année consécutive, la Suisse, la Suède et Singapour enregistrent les meilleurs résultats globaux en matière d’innovation, comme en témoigne l’indice mondial 2012 de l’innovation (GII), qui s’intéresse au renforcement des liens dans le processus d’innovation pour la croissance mondiale. Cet indice est publié par l’INSEAD, école de commerce internationale de premier plan et par l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), une institution spécialisée des Nations Unies.

Le rapport donne le classement de 141 pays ou économies en termes de capacités d’innovation et de résultats. Il bénéficie de la contribution des experts partenaires que sont Alcatel-Lucent, Booz & Company et la Confédération de l’industrie indienne (CII), ainsi que de celle d’un comité consultatif composé de onze experts internationaux.

L’étude montre que l’évolution de l’innovation continue d’être influencée par l’apparition de nouveaux innovateurs, comme le prouvent les résultats des vingt premiers pays au classement, répartis sur plusieurs continents, et ceux de pays émergents comme la Lettonie, la Malaisie, la Chine, le Monténégro, la Serbie, la République de Moldova, la Jordanie, l’Ukraine, l’Inde, la Mongolie, l’Arménie, la Géorgie, la Namibie, le Viet Nam, le Swaziland, le Paraguay, le Ghana, le Sénégal et les pays à faible revenus que sont le Kenya et le Zimbabwe.

“En cette période de crise, le GII nous rappelle le rôle essentiel que jouent les politiques en faveur de l’innovation dans le débat sur la relance d’une croissance économique durable” a déclaré Francis Gurry, Directeur général de l’OMPI. “Il faut résister à la pression à la baisse qu’exerce la crise actuelle sur l’investissement dans le domaine de l’innovation. Dans le cas contraire, les capacités de production de nos pays risquent de subir des dommages durables. Le moment est venu de mettre en œuvre des politiques tournées vers l’avenir qui jetteront les bases de la prospérité.”

Classement global - les 10 pays les mieux classés selon l’indice mondial 2012 de l’innovation

Au classement global, la liste des 10 premiers pays selon le GII a peu changé depuis l’année dernière. La Suisse, la Suède et Singapour sont suivis dans ce classement par la Finlande, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, Hong Kong (Chine), l’Irlande, et les États-Unis d’Amérique. Le Canada est le seul pays à ne plus figurer au classement des 10 pays les plus innovants cette année, ce qui reflète un affaiblissement des principaux moyens dont il dispose pour l’innovation et des principaux résultats obtenus. Le rapport indique que les États-Unis d’Amérique restent des leaders en matière d’innovation, mais il fait état de quelques lacunes dans des domaines tels que l’enseignement, les ressources humaines et les résultats de l’innovation, qui expliquent leur baisse dans le classement.


En un clin d'œil: l'indice mondial 2012 de l'innovation PDF, infographie indice mondial 2012 de l'innovation

Les dix premiers pays selon l’indice mondial de l’innovation

  1. Suisse
  2. Suède
  3. Singapour
  4. Finlande
  5. Royaume-Uni
  6. Pays-Bas
  7. Danemark
  8. Hong Kong (Chine)
  9. Irlande
  10. États-Unis d’Amérique

Les leaders régionaux dans le classement général et les pays BRIC

Les pays les plus innovants dans leur région sont : la Suisse pour l’Europe, les États Unis d’Amérique pour l’Amérique du Nord, Singapour pour l’Asie du Sud Est et l’Océanie, Israël pour l’Afrique du Nord et l’Asie occidentale, le Chili pour l’Amérique latine et les Caraïbes, l’Inde pour l’Asie centrale et du Sud et Maurice pour l’Afrique subsaharienne. Parmi les économies à faibles revenus, la première position est occupée par le Kenya.

Soumitra Dutta, professeur titulaire de la chaire Roland Berger “Affaires et Technologie” à l’INSEAD et fondateur du GII a déclaré : “L’objectif du GII est d’actualiser et d’améliorer la manière dont nous mesurons l’innovation. Les définitions actuelles doivent faire état d’un environnement donné en tenant compte de certaines variables telles que le contexte, les problèmes recensés et une approche interdisciplinaire. Les critères de 2012 ont été élargis afin de refléter au mieux l’innovation telle qu’elle se présente aujourd’hui.”

Le rapport souligne la nécessité, pour les pays BRIC (Brésil, Fédération de Russie, Inde et Chine), d’investir davantage dans leurs capacités d’innovation pour atteindre leur potentiel. Pour ce qui est des résultats relatifs aux connaissances et à la technologie, la Chine est devancée uniquement par la Suisse, la Suède, Singapour et la Finlande. Le rapport indique néanmoins que la Chine et l’Inde présentent des faiblesses dans leur infrastructure et leur environnement en matière d’innovation. Le rapport indique également que le Brésil est celui des quatre pays BRIC qui a connu la plus forte chute dans le classement.

“L’innovation devient le fer de lance de la concurrence – au niveau régional, au niveau national et pour les entreprises” a déclaré Ben Verwaayen, PDG d’Alcatel Lucent. “Notre façon de gérer cet enjeu déterminera l’évolution de la compétitivité pour tous les intervenants.”

Les 10 pays les mieux classés selon l’indice mondial 2012 de l’efficacité de l’innovation

En complément du classement global, l’indice mondial de l’efficacité de l’innovation montre quels pays parviennent le mieux à transformer les moyens dont ils disposent en résultats. Les pays qui produisent de bons résultats malgré un environnement et des moyens moins propices à l’innovation devraient bien se classer selon cet indice de “l’efficacité”.

Selon l’indice mondial de l’efficacité de l’innovation, la Chine et l’Inde sont en tête du classement des 10 premiers pays. Quatre des 10 premiers pays selon l’indice de l’efficacité sont des pays dont les revenus se situent dans la tranche inférieure de la catégorie des revenus moyens.

Les dix premiers pays selon l’indice mondial de l’efficacité de l'innovation

  1. Chine
  2. Inde
  3. République de Moldova
  4. Malte
  5. Suisse
  6. Paraguay
  7. Serbie
  8. Estonie
  9. Pays-Bas
  10. Sri Lanka

“Les économies développées doivent continuer de renforcer et de développer les liens entre les parties prenantes dans le domaine de l’innovation afin de rester en tête dans les secteurs stratégiques” a déclaré Per-Ola Karlsson, associé principal, directeur général Europe chez Booz & Company. “De même, les économies en développement doivent mettre en place un modèle national permettant d’établir des liens cohérents dans leurs systèmes d’innovation. Ainsi, grâce à une harmonisation des politiques intersectorielles et à une coordination des efforts de toutes les parties prenantes, il sera possible de stimuler le processus d’innovation.”

Chandrajit Banerjee, directeur général de la CII, a déclaré : “Chaque pays peut aspirer à devenir une économie fondée sur l’innovation. Plus les ressources d’un pays seront limitées, plus ce pays sera susceptible de devenir innovant. Il est important de constater que l’innovation est liée à des actes qui permettent d’améliorer nos vies quotidiennes et qu’elle ouvre la voie à une croissance plus rapide, durable et globale”

Des écarts importants subsistent entre pays et régions


L'indice fait ressortir trois groupes de pays: les pays les plus innovants, les apprentis
dans le domaine de l’innovation, et les mauvais élèves de l’innovation - graphique PDF, groupes de pays de l'indice mondial 2012 de l'innovation

L’indice mondial 2012 de l’innovation montre qu’une nouvelle dynamique se fait jour dans le domaine de l’innovation, indépendamment des profonds écarts qui subsistent entre pays et régions. Les principaux écarts sont observés entre des pays à différents stades de développement. En moyenne, les pays à revenus élevés devancent largement les pays dont les revenus par habitant sont plus faibles pour tous les indicateurs de résultats. Des écarts importants existent également entre régions géographiques, notamment si l’on compare les résultats moyens des pays à revenus élevés avec ceux d’autres régions, comme l’Afrique, de grandes parties de l’Asie et l’Amérique latine.

Le rapport fait état d’une Europe à plusieurs vitesses, les pays les plus innovants étant situés en Europe du Nord et de l’Ouest, tandis que l’Europe de l’Est et les pays de la Baltique rattrapent leur retard et que l’Europe méridionale enregistre les résultats les plus faibles.

En se fondant sur une comparaison entre les scores globaux du GII et le PIB par habitant, le rapport fait ressortir trois groupes de pays. Parmi les “pays les plus innovants” figurent des pays à revenus élevés comme la Suisse, les pays nordiques, Singapour, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, Hong Kong (Chine), l’Irlande, les États-Unis d’Amérique, le Luxembourg, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, Malte, Israël, l’Estonie, la Belgique, la République de Corée, la France, le Japon, la Slovénie, la République tchèque et la Hongrie, qui sont parvenus à créer des écosystèmes de l’innovation dans lesquels l’investissement dans le capital humain a abouti à une infrastructure féconde et stable qui favorise les connaissances, la technologie et la créativité.

Le groupe des “apprentis dans le domaine de l’innovation” – des pays à revenus moyens – comprend la Lettonie, la Malaisie, la Chine, le Monténégro, la Serbie, la République de Moldova, la Jordanie, l’Ukraine, l’Inde, la Mongolie, l’Arménie, la Géorgie, la Namibie, le Viet Nam, le Swaziland, le Paraguay, le Ghana et le Sénégal. Parmi les pays à faibles revenus figurent le Kenya et le Zimbabwe.

Ces pays à revenus moyens ou faibles enregistrent des résultats en hausse dans le domaine de l’innovation grâce aux améliorations apportées à leur cadre institutionnel, à leur main d’œuvre qualifiée, à une infrastructure de meilleure qualité, à une intégration plus marquée au sein des marchés financiers mondiaux et à un environnement commercial moderne – même si les progrès dans ces domaines ne sont pas homogènes à tous les niveaux.

“Les mauvais élèves de l’innovation” sont des pays dont le système d’innovation présente des faiblesses. Il s’agit parfois de pays à revenus élevés ou moyens, comme l’indique le graphique ci-dessus .

Le thème du rapport de cette année, à savoir “Le renforcement des liens dans le processus d’innovation pour la croissance mondiale” souligne l’importance des interactions entre les divers acteurs de l’innovation – entreprises, secteur public, milieux universitaires et la société – dans les écosystèmes d’innovation modernes.

Télécharger le rapport dans son intégralité PDF,  Global Innovation Index 2012 ou consulter des parties de ce rapport, les profils des divers pays et les classements.

L’indice mondial 2012 de l’innovation


Les premiers pays/économies pour une sélection d'indicateurs
de l'indice mondial 2012 de l'innovation
PDF, infographie 2 indice mondial 2012 de l'innovation

Pour contribuer au débat sur l’innovation dans le monde, orienter les politiques et mettre en lumière les pratiques recommandées, des indicateurs sont employés pour évaluer l’innovation et les résultats obtenus dans ce domaine. L’indice mondial de l’innovation (GII) permet de créer un environnement dans lequel les facteurs de l’innovation sont évalués en permanence, et il constitue un outil précieux et une base de données comprenant des indicateurs détaillés qui permettront d’affiner les politiques dans le domaine de l’innovation.

L’édition de 2012 constitue la cinquième publication annuelle de l’indice, qui est édité pour la première fois conjointement par l’INSEAD et l’OMPI. Le projet d’indice mondial de l’innovation a été lancé par l’INSEAD en 2007 afin de définir des indicateurs et des méthodes destinés à mieux saisir la richesse de l’innovation au sein de la société, en dépassant les indicateurs traditionnellement utilisés pour jauger l’innovation comme le nombre d’articles de recherche publiés et le niveau des dépenses en recherche développement.

Le GII de 2012 représente la moyenne de deux sous indices, et l’indice de l’efficacité de l’innovation correspond à un ratio entre ces deux sous indices. Ainsi, le sous indice des moyens mis en œuvre en matière d’innovation permet d’évaluer des éléments de l’économie nationale favorisant des activités innovantes autour de cinq piliers : 1) les institutions, 2) le capital humain et la recherche, 3) l’infrastructure, 4) le perfectionnement des marchés et 5) le perfectionnement des entreprises. Le sous indice des résultats rend compte des preuves manifestes de l’innovation en s’appuyant sur deux piliers : 6) les résultats en matière de connaissances et de technologie et 7) les résultats créatifs.

Cette année, le GII innove à deux égards : tout d’abord, il comprend pour la première fois une analyse détaillée des facteurs sous-jacents qui influent sur le classement annuel. Ensuite, les forces et faiblesses de chaque pays sont indiquées dans les profils par pays.

Par ailleurs, si le rapport constitue une évaluation des résultats année après année, son objectif est d’actualiser et d’améliorer la façon dont l’innovation est mesurée. Par exemple, le pilier concernant l’infrastructure a été réorganisé cette année, de manière à ce qu’il soit possible d’isoler la viabilité écologique au sein d’un nouveau sous pilier. En outre, la créativité en ligne a été ajoutée au classement, avec des données concernant les domaines génériques de premier niveau et les noms de domaine qui sont des codes de pays, ou encore des données issues de Wikipedia et de YouTube.

Le rapport comprend dix chapitres analytiques rédigés par les experts partenaires, les membres du comité consultatif et Google (sur invitation), qui présentent les tendances mondiales récentes en matière d’innovation qu’il serait difficile de restituer en employant des indicateurs traditionnels. Quatre de ces chapitres sont des études de cas portant sur le Conseil de coopération du Golfe, l’Arabie saoudite, l’Inde et la Fédération de Russie.

Contacts presse

INSEAD - Campus Europe
Boulevard de Constance
77305 Fontainebleau Cedex, France
Tél. : +33 (0)1 60 72 40 00
Tlcp. : +33 (0)1 60 74 55 13

Sophie Badré
Directrice associée relations médias
Tél. : +33 (0)1 60 71 26 91
Tél. portable : +33 (0)6 86 07 33 75
Courrier électronique : sophie.badre@insead.edu

INSEAD - Campus Asie
1 Ayer Rajah Avenue, Singapour 138676
Tél. : +65 6799 5388
Tlcp. : +65 6799 5399

Janet Loh
Tél. : +65 6799 5490
Courrier électronique : janet.loh@insead.edu

INSEAD - Campus d’Abou Dhabi
Muroor Road – Street No. 4,
P.O. Box 48049
Abou Dhabi (Émirats arabes unis)
Tél. : +971 2 651 5200
Tlcp. : +971 2 443 9428

Joe Chedid
Tél. +971 2 651 5329
Courrier électronique : joe.chedid@insead.edu

États-Unis d’Amérique
Rosalind Welsh Joseph
Roz Joseph Group, New York LLC.
Courrier électronique : Roz@Rozjosephgroup.com
Tél. : +1 (718) 710 5181
Messagerie téléphonique : (917) 727 5801

Contact presse à l’OMPI
Samar Shamoon
Tél. : +41 22 338 8161
Courrier électronique

 

À propos de l’INSEAD, l’école de commerce de renommée internationale

L’INSEAD, l’une des écoles supérieures de commerce les plus grandes et les plus renommées à l’échelle mondiale, rassemble des personnes, des cultures et des idées du monde entier pour changer des vies et transformer des organisations. Nos 141 éminents professeurs d’université originaires de 35 pays inspirent chaque année plus d’un millier de participants de nos programmes de MBA (maîtrise en administration des affaires), de MBA pour cadres et de doctorat. En outre, plus de 6 000 cadres suivent chaque année les programmes de perfectionnement des cadres de l’INSEAD.

L’INSEAD poursuit des travaux de recherche de pointe et innove dans tous ses programmes pour fournir aux dirigeants du monde des affaires les connaissances et le jugement nécessaires pour travailler dans n’importe quel contexte.

À propos de l’OMPI

L'OMPI est le principal forum mondial chargé de promouvoir la propriété intellectuelle comme levier de l'innovation et de la créativité pour un changement positif.

En tant qu’institution spécialisée de l’Organisation des Nations Unies, l’OMPI aide ses 185 États membres à établir un cadre juridique international équilibré au sein des systèmes de propriété intellectuelle adaptée à l'évolution des besoins de notre société. Elle offre des services aux entreprises qui souhaitent obtenir des droits de propriété intellectuelle dans plusieurs pays ou qui souhaitent régler des litiges. Elle propose des programmes de développement des compétences afin d'aider les pays en voie de développement à tirer parti de la propriété intellectuelle. Enfin, elle permet d'accéder gratuitement à des banques de données uniques d'informations sur la propriété intellectuelle.

Liens

Pour plus de renseignements, on peut s’adresser à la Section des relations avec les médias (OMPI) :
  • Tél: (+41 22) - 338 81 61 / 338 72 24
  • Tlcp: (+41 22) - 338 81 40
  • Mél

Explorez l'OMPI