World Intellectual Property Organization

Paradis des surfeurs, havre de paix des requins

Aperçu

Nom: Shark Shield Pty Ltd Objet de la protection: Inventions
Type d'institution: Chef d'entreprise, Entreprise commerciale Instrument de protection: Brevets, Marques
Industrie: Équipement électronique et électrique, Matériel et équipement technologique Domaine: Commercialisation, Concession de licences, Identification de la marque, Partenariats, Recherche développement
Pays/Territoire: Afrique du Sud, Australie Défis mondiaux: Environnement, Santé publique

Généralités


Marque du dispositif antirequin (photo : Shark Shield Pty Ltd)

Shark Shield Pty Ltd (Shark SHIELD) est une entreprise créée en 2006 au sud de l’Australie. Son activité principale consiste à créer et à commercialiser des technologies pour éloigner les requins. Utilisée par des nageurs, des plongeurs, des maîtres nageurs, les forces spéciales et des triathlètes olympiques, cette technologie se présente sous la forme d’un dispositif antirequin éprouvé et inoffensif.

Depuis sa création, la technologie Shark SHIELD suscite un intérêt immense, depuis les côtes australiennes jusqu’aux rives de la République sud africaine (Afrique du Sud).

Invention

La technologie Shark SHIELD est fondée sur une invention faite dans les années 90 par le Gouvernement sud africain grâce au Kwazulu Natal Sharks Board (KZN) – centre de tourisme et de recherche situé sur la côte sud du pays qui établit des mesures de sécurité destinées à protéger les baigneurs et les plages sud africaines.

Pendant plus de 10 ans, le KZN a testé l’utilisation de champs électriques pour éloigner les requins. En 1996, le KZN a créé et commercialisé une forme particulière de dispositif électrique antirequin – le Shark Protective Oceanic Device (Shark POD) (dispositif océanique de protection des requins) – par l’intermédiaire d’une société dérivée, la POD Holdings Ltd. Commercialisé sous le nom de Shark POD Diver Unit, le dispositif était constitué de trois principales composantes reliées entre elles au moyen de câbles. La pièce principale contenait une pile de 12 volts et une électrode en acier inoxydable fixée sur la bouteille d’oxygène du plongeur. Une autre électrode – au niveau des pieds du plongeur – était fixée sur les palmes du plongeur. Séparées d’environ 1,5 mètre, les deux électrodes créaient un champ électrique autour du plongeur de façon à éloigner les requins en perturbant ses récepteurs sensoriels et son système neuromusculaire. En outre, le dispositif était doté d’un bouton d’activation et d’un témoin d’avertissement de pile faible situés sur l’épaule du plongeur et facilement accessibles. Le dispositif Shark POD était conçu pour être immédiatement activé au moment où le plongeur pénétrait dans l’eau, et désactivé, à la sortie de l’eau.

Le dispositif a réussi toutes les épreuves de contrôle sur le terrain, en éloignant les requins (en particulier le prédateur connu sous le nom de grand requin blanc) qui s’aventuraient à un mètre du plongeur. Les essais effectués contre d’autres types de requins (les requins tigres et les requins taureaux par exemple) étaient rares, mais ont eu des résultats positifs. Les résultats variaient en fonction de l’espèce du requin; certains requins – comme le requin nourrice qui est inoffensif – réagissaient peu au dispositif. Malgré les nombreuses applications possibles de cette technologie, celle ci était principalement destinée à une clientèle limitée (par exemple, des plongeurs professionnels souhaitant éloigner les requins plutôt que de les observer comme le font les plongeurs amateurs), compte tenu notamment de sa taille et de son poids considérables, ainsi que de son prix élevé. Par conséquent, la distribution du Shark POD s’est interrompue en 2001.


Dispositif anti requins Shark Shield Freedom 7
(Photo : Shark Shield Pty Ltd)

Recherche développement et partenariats

Ayant reconnu le potentiel inhérent à cette technologie, M. Mike Wescombe Down, plongeur et entrepreneur australien, a conclu un accord de licence mondiale exclusif avec KZN lui permettant de poursuivre les activités de recherche développement relatives au dispositif Shark POD.

Ayant perdu son partenaire de plongée à la suite d’une attaque de requin, M. Wescombe Down était déterminé à utiliser son savoir faire de plongeur et son expérience en matière de dessins et modèles industriels afin de créer une version modifiée et commercialement viable du Shark POD. En collaboration avec des spécialistes de la biologie marine, l’entrepreneur a effectué des essais supplémentaires dans le cadre de ses travaux de recherche développement contre de grands requins blancs, à la fois au sud de l’Australie et à Jeffries Bay en Afrique du Sud.

En 1999, animé par une volonté de développer cette nouvelle technologie et de trouver de nouvelles possibilités commerciales pour le dispositif, M. Wescombe Down a été cofondateur de la société Sea Change Technology (Sea Change) en Australie. En 2000, les premiers prototypes du nouveau dispositif ont été utilisés pour protéger des triathlètes, pendant les Jeux olympiques d’été qui se sont déroulés à Sydney (Australie).

En collaboration avec des partenaires, tels que Gerard Corporation (détaillant de produits électriques), Playford Capital (société d’investissement visant les jeunes entreprises) et Nippon Kaiyo (fournisseur d’équipements marins), Sea Change a lancé, en 2002, un nouveau dispositif qu’elle a nommé Shark SHIELD. Ce dispositif compact, qui se fixe sur la jambe du nageur ou se glisse dans une poche du plongeur professionnel, consiste en deux électrodes qui génèrent un champ électrique tridimensionnel de huit mètres autour de l’utilisateur.

En s’attaquant aux ampoules de Loranzini du requin (organes sensoriels ou électrorécepteurs situés sur le museau du requin), les ondes électriques transmises par le dispositif Shark SHIELD gênent l’animal (pendant une durée courte), l’éloignant ainsi du nageur et protégeant ce dernier contre une éventuelle attaque. Selon Sea Change, “les requins ont une influence significative sur le taux de participation de l’ensemble des secteurs des activités en mer. Cette technologie contribuera à renforcer les activités et permettra aux nageurs de se baigner sans crainte. Nous espérons que Shark SHIELD changera la façon dont les gens travaillent et se divertissent dans le milieu marin.”

Création de marques et commercialisation

Pour compléter les études et les essais effectués sur le terrain, Sea Change a procédé à des études de marché en vue de se constituer une clientèle solide. En recueillant l’opinion de plus de 100 plongeurs, l’entreprise a réuni des informations détaillées sur les prix et les attentes relatives à son nouveau dispositif. Sur la base des chiffres solides qu’elle a obtenus grâce à ses études de consommateurs, l’entreprise a estimé avec prudence que sa part de marché atteindrait environ 30% pendant les cinq premières années.

Misant sur son nouveau produit et sur les consommateurs prêts à se le procurer, Sea Change s’est lancée dans la production d’une vaste gamme de nouveaux produits de protection contre les requins prédateurs de toutes espèces, y compris les grands requins blancs, les requins tigres, les requins taureau, les requins taupes bleus et les requins cuivres.


Le champ magnétique créé par Shark Shield éloignant un requin qui s’était approché d’un plongeur en apnée (Photo : Shark Shield Pty Ltd)

En 2006, Sea Change a adopté un nouveau nom de société aligné sur sa marque la plus célèbre. Sea Change est donc devenue Shark Shield Pty Ltd. En une année, la nouvelle société a lancé une nouvelle génération de dispositifs Shark SHIELD, moins encombrants (de la taille d’un téléphone portable), plus légers (environ 453 grammes) et d’une plus grande autonomie.

Shark SHIELD et les marques associées visent actuellement un vaste éventail de consommateurs, notamment des nageurs, plongeurs, surfeurs, plongeurs en apnée, pêcheurs et kayakistes tant professionnels qu’amateurs. Compte tenu de l’augmentation de sa clientèle, l’entreprise continue d’adapter et de diversifier son portefeuille de marques et de moderniser son image pour répondre aux besoins des consommateurs.

L’entreprise a notamment créé les marques suivantes : Shark Shield Surf (pour surf, kayak, canoë et planche kayak); Shark Shield Freedom 7 (pour la nage, la plongée en apnée et le surf); et Shark Shield Scuba.

Afin de présenter ses marques à de nouveaux consommateurs et clients, la société emploie différentes stratégies, notamment en participant à des salons internationaux, tels que le Pacific International Maritime Exposition tenu à Sydney en 2010, et en faisant appel à des réseaux de distribution comme Nuvair (fournisseurs de biens dans les domaines de la santé et de la sécurité) aux États Unis d’Amérique.

En veillant constamment à développer son image de marque, la société Shark SHIELD vise à conserver sa clientèle, à rester compétitive et à attirer de nouveaux consommateurs et clients.

Marques, brevets et concession de licences

Ayant consacré beaucoup de temps et d’efforts à la création de son invention et de ses marques, Shark SHIELD tient à commercialiser ses produits tout en garantissant le respect de ses droits de propriété intellectuelle.

À cette fin, la société a déposé en 2002 une demande de brevet concernant son dispositif antirequin auprès de l’Office de propriété intellectuelle de l’Australie.
Afin de vendre ses produits dans le monde entier tout en protégeant ses actifs de propriété intellectuelle, l’entreprise a déposé six demandes de brevet en vertu du système du Traité de coopération en matière de brevets (PCT).

Par ailleurs, en 2005, l’entreprise a enregistré la marque Shark SHIELD auprès de l’Office de la propriété intellectuelle de l’Australie.

Désireux d’améliorer son invention, KZN a cédé son brevet concernant la technologie Shark POD à une entreprise, alors connue sous le nom de Shark POD Holdings Ltd, dont il était actionnaire. Shark POD Holdings a ensuite accordé une licence sur ses droits de propriété intellectuelle à Sea Change Technologies afin que celle ci mette au point un nouveau produit destiné aux plongeurs. Lorsque Sea Change est devenue Shark SHIELD, l’invention a franchi une nouvelle étape et sa commercialisation a avancé à grande vitesse. Toutefois, KZN maintient un lien étroit avec ses actifs de propriété intellectuelle. À ce titre, le centre effectue des essais et approuve les prototypes de toute nouvelle application de Shark SHIELD.


Shark Shield Scuba 7 (Photo : Shark Shield Pty Ltd)

Environnement et santé publique

Shark SHIELD est fière de promouvoir les avantages écologiques de ses produits. Les ondes électriques émises par le dispositif empêchent les requins d’attaquer les êtres humains sans aucun effet indésirable à long terme sur l’animal. Étant donné son efficacité et son innocuité, le dispositif permettrait, selon l’entreprise, de protéger les requins (tels que l’espèce menacée du grand requin blanc) contre le risque d’être abattus ou emprisonnés dans des filets pour être éloignés des êtres humains. En outre, le champ électrique créé n’a aucun effet secondaire nocif sur d’autres créatures de la vie marine (autres que les raies et les crocodiles marins).

Par ailleurs, les produits Shark SHIELD sont vendus dans des emballages recyclables, conformément à l’éthique de l’entreprise axée sur la protection de l’environnement.

Résultats commerciaux

Plus de 17 000 dispositifs individuels Shark SHIELD protègent actuellement la vie d’amateurs de l’océan en Australie. Ces dispositifs sont utilisés dans un grand nombre d’activités marines professionnelles et de loisirs, y compris la baignade, la plongée en apnée, la plongée sous marine et la pêche, ou fixés sur des planches de surfeurs.

Cette technologie est approuvée par les forces militaires australiennes, la marine sud africaine, les gardes côtes des États Unis d’Amérique et les membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Ce dispositif est également utilisé par les forces armées d’autres pays (comme le Japon par exemple).

Surf

Les projets relatifs à la vente de leur technologie n’ayant pas abouti, les membres du conseil du KZN ont rapidement octroyé une licence à un champion, un entrepreneur qui avait une vision claire de l’avenir du produit. Avec d’autres partenaires, y compris du Gouvernement et de l’industrie, M. Wescombe Down a adopté une stratégie volontariste fondée sur la recherche développement qui a abouti à la commercialisation d’un produit protégé par la propriété intellectuelle, qui sauve la vie d’êtres humains et protège celle des requins. Désormais, les amateurs de la mer du monde entier surfent en toute sécurité pendant que les requins nagent librement dans le paradis des surfeurs et le havre de paix des requins.

Explorez l'OMPI